HISTOIRE
EXASPERATION !
DANS LES PAS DE NAPOLEON :

DANS LES PAS DE NAPOLEON

Bonaparte en Egypte"Soldats, du haut de ces pyramides 40 siècles vous contemplent !"

L’EXPEDITION D’EGYPTE

Pour comprendre pourquoi la France est engagée par le Directoire dans l’expédition d’Egypte, il nous faut à nouveau faire un petit détour pour rappeler l’enchaînement des événements.

On se souviendra qu’en 1789, les Etats-Généraux réunis par Louis XVI s’étaient proclamés « Assemblée Constituante ». Elle accoucha d’une monarchie constitutionnelle, accordant au Roi un pouvoir très limité, l’essentiel des prérogatives étant entre les mains de « l’Assemblée Législative », élue  pour deux ans. Celle-ci se réunit le 1er octobre 1791. La fuite du Roi rattrapé à Varennes, les débuts catastrophiques de la guerre contre l’Autriche et la 1ère coalition,  les insurrections de 1792, conduisirent la Législative à suspendre le roi et convoquer une nouvelle assemblée, la « Convention nationale ».

La  nouvelle assemblée élue, organisa le procès du Roi pour trahison et procéda à son exécution. Elle proclama la République. Et elle se mit à la tâche pour installer le nouveau régime pour remplacer la monarchie constitutionnelle : elle vota en juin 1793 une nouvelle constitution mais elle ne fut pas appliquée. La guerre civile, la crise économique, les troubles et les rivalités politiques conduisirent au « Comité de salut public » qui la suspendit, installa la « Terreur » et la dictature de Robespierre. Après la chute de celui-ci, la Convention thermidorienne se remit au travail et proposa la Constitution de l’an III. Vous suivez ?

La constitution de l’an III.

Elle met en place Le régime du « Directoire ». Elle est mise au point par une commission de 11 membres, où dominent les républicains modérés et les monarchistes constitutionnels. Elle marque le retour aux principes de 1789, et en réaction aux excès de la Terreur et des révoltes  populaires, elle rejette la démocratie politique pour confier le pouvoir aux  propriétaires aisés et aux « notables ». La Déclaration des Droits  de l’Homme qui la précède est en recul  par rapport  à celle de 1789 : seule l’égalité civile est reconnue. Elle est assortie d’une « Déclaration des devoirs ». Elle établit le suffrage censitaire à deux degrés : les « citoyens actifs » qui sont en capacité de payer le cens électoral nomment les « électeurs », environ 30 000 pour toute la France.  Ceux-ci  élisent le « Corps législatif », composé du « Conseil des Anciens » de 250 membres âgés d’au moins 40 ans, et du « Conseil des Cinq-Cents », âgés d’au moins 30 ans, l’un et  l’autre renouvelables  par tiers chaque année.

Les « Cinq-Cents » ont l’initiative des lois et adoptent des résolutions que les « Anciens » peuvent transformer en lois. Le pouvoir exécutif est confié à un « Directoire » de cinq membres nommés par le Conseil des Anciens, et renouvelable par cinquième chaque année. Ses pouvoirs sont étroitement encadrés. On s’aperçoit tout de suite que cette nouvelle constitution est écrite avec une volonté de ne pas revivre l’accaparement du pouvoir par une faction, elle met en place un pouvoir conservateur, qui émiette les responsabilités et marqué par la méfiance du peuple. Coupé de la réalité politique qui restait encore agitée comme on l’a vu précédemment, il révéla une faible autorité. La période fut propice à des tentatives de coups d’Etat : comité insurrectionnel de Gracchus Babeuf (mars 1796), agitation des royalistes…

Au printemps 1797, l’impopularité du Directoire était à son comble : l’effondrement de l’assignat avait provoqué une crise économique très grave, les troupes manquaient d’armes et de munitions et se détachaient d’un gouvernement incapable d’imposer son autorité. Les royalistes parvinrent même à obtenir la majorité du Corps législatif. Le conflit entre le Directoire et les assemblées devenait inévitable. Les Directeurs jouèrent l’armée contre la monarchie et s’octroyèrent des pouvoirs étendus, réduisant les Conseils à un rôle secondaire.  Mais il avait perdu tout contrôle sur les généraux qui donnaient libre cours à leurs ambitions, dont notamment Bonaparte qui imposa « son » traité de Campoformio. Il devint urgent de les éloigner.

L’expédition d’Egypte.

19 mai 1798. 340 navires embarquèrent 40 000 hommes commandés par les meilleurs généraux de la République : Bonaparte, général en chef, Berthier, chef d’état-major, Desaix, Kléber, Lannes, Davout, Murat, entre autres, et de nombreux savants illustres tels Monge, Berthollet, Dolomieu. Ils appareillèrent de Toulon, Marseille, Ajaccio, Gênes et Civitavecchia. La destination, tenue secrète ne sera dévoilée aux troupes que le 28 juin, veille de l’arrivée. C’était l’Egypte ! Un pays dont probablement la plupart n’avait jamais entendu parler. Le choix, il était simple, Bonaparte l’expliqua lui-même à ses soldats : «  Vous porterez à l’Angleterre le coup le plus sûr et le plus sensible, en attendant que vous puissiez lui donner le coup de mort ».

Trois objectifs plus un.

L’Angleterre, restée seule contre la France, malgré tout s’installait dans la guerre. Pour l’amener à traiter, il fallait la toucher dans sa force vive, c’est-à-dire dans son commerce. L’expédition d’Egypte répondait à trois objectifs : en occupant l’isthme de Suez, couper l’une des routes de l’Angleterre vers l’Inde, utiliser l’Egypte comme base d’attaque contre l’Inde ou s’était insurgé Tippo-Saïd, et fonder une colonie qui se substituerait aux Antilles que nous avait enlevées l’Angleterre. Une autre raison plus noble est invoquée : la découverte scientifique d’un pays que « Les Ruines » de Volney avait mis à la mode. Cette mission aura un grand retentissement ensuite, avec la publication très documentée de la « Description de l’Egypte » et la découverte de la pierre de Rosette qui permettra à Champollion de déchiffrer les Hiéroglyphes.

L’Egypte était une proie facile selon les dires du Consul de France sur place à Alexandrie. L’autorité du sultan de Constantinople y était purement nominale et la domination des Mamelouks très affaiblie.

Après avoir occupé Malte, les Français débarquèrent à Aboukir et enlevèrent Alexandrie. En juillet, la  bataille des Pyramides leur livrait Le Caire. Poussés par les Anglais, les Turcs qui avaient la légitimité de leur suzeraineté, entrèrent aussi en guerre. Bonaparte se porta à leur rencontre en Syrie. Il prit Gaza et Jaffa,  mais échoua devant Saint-Jean d’Acre. Entre temps, Nelson avait découvert la flotte française dans la rade d’Aboukir. Les bateaux  pris au dépourvu n’eurent pas le temps de se  mettre en ordre de bataille et les Anglais  les envoyèrent pratiquement tous par le fond.  Napoléon était piégé, coupé de toute possibilité de ravitaillement et de renforts.

La 2ème coalition.

D’autre  part, sur le continent, les Anglais réussirent à reconstituer un front des  monarchies contre la République française. C’est la 2ème coalition. C’était la réponse de l’Europe à la politique expansionniste de la France, avec les « Républiques sœurs ». Autour des anglais, on retrouva la Russie, l’Autriche, le Royaume des Deux-Siciles et la Turquie. En « métropole », le Directoire privé de sa meilleure armée bloquée en Egypte, ne disposait que de 170 000 hommes. Il dut affronter 300 000 coalisés. Le cauchemar sembla recommencer. Les Français reculèrent d’abord sur tous les fronts. La situation se redressa grâce à la victoire de Masséna sur les Russes à Zurich et au St-Gothard (sept. 1799), à l’action de Brune en Hollande  et aux dissensions entre les alliés. L’offensive coalisée était brisée. Les Russes retirèrent leurs troupes.  Bonaparte, informé de la situation, rentra secrètement en France, après avoir laissé l’armée d’Egypte à Kléber,  mais il arriva trop tard pour être le sauveur sur les champs de bataille.

Napoléon avait-il un rêve « oriental » ? On lui a prêté l’idée de se constituer un empire dans la lignée d’Alexandre. Certaines de ses déclarations ont pu le laisser penser. En fait, Bonaparte est allé en Egypte pour conquérir la France. Car, malgré ses faiblesses, pour ne pas dire ses déboires, l’expédition, après ses victoires en Italie, allait lui valoir un immense prestige. Après la paix de Campoformio, il avait déjà pensé qu’il  pourrait renverser le Directoire, mais Talleyrand l’en avait dissuadé. C’était trop tôt. Cette fois, l’heure était venue. Il sut s’imposer.

Le coup d’Etat du 18 brumaire lui donna le pouvoir.  Ce sera le prochain épisode.

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)