UN ELOGE, DES BOUGIES, UNE MANIF … ET APRES ?
UN APPEL A LA RESISTANCE… QUI SONNE FAUX !

LES MAUVAIS CONTES A DORMIR DEBOUT DE LE MAIRE ET DARMANIN !

Croissance 2014 panne

 

Cocorico  pour un mensonge !

L'annonce d'un déficit public ramené à 2,6 % du PIB en 2017 permet enfin une sortie de la procédure de déficit excessif par Bruxelles. Il fait dire à Bruno Le Maire que ce résultat a été obtenu « grâce aux efforts de réduction des dépenses et à la politique de redressement entamée par le gouvernement ». Un énorme mensonge ! Car les autres indicateurs clefs que sont la dette, les dépenses ou la pression fiscale, constatés à l’heure qu’il est, vont à rebours des objectifs gouvernementaux.

La croissance, cet écran de fumée.

Le regain de croissance ne permet pas à lui seul un rétablissement pérenne des comptes publics. Ainsi, le taux de prélèvements obligatoires a atteint les 45,4% du PIB : 45,4% de toute la richesse créée par les Français sont prélevés par la puissance publique ! Historique !  Une pression fiscale record, du jamais vu, de quoi relancer le « ras-le-bol fiscal ». La France reste toujours la terre de la pression fiscale. Et le gouvernement aurait tort de crier victoire trop vite parce que notre pays reste en queue du peloton européen en matière de déficit : le déficit moyen de la zone euro est à 0,9 %. Alors à 2,6%, il n’y a pas de quoi pavoiser. Et si le déficit s’est effectivement réduit, c’est parce que la croissance a fait rentrer davantage d’impôts.

Le  seul avantage de ce rayon de soleil, c’est que  la voie est désormais grande ouverte pour que la Commission européenne mette fin le 23 mai prochain à la procédure de déficit excessif lancée contre la France en 2009. Il faut pour cela rester deux années de suite avec un déficit sous les 3 %, et tout indique que le pari sera tenu également cette année. Sauf retournement imprévu de conjoncture toujours possible. Ces perspectives devraient aussi faciliter le passage du cap de 2019, où le déficit devait à nouveau tutoyer les 3% en raison de la transformation du CICE en baisse directe de charges (ce qui occasionnera un surcoût temporaire). 

« En même temps » une réalité plus sévère.

Ces bonnes nouvelles ne laissent pas pour autant un ciel bleu horizon. Car dans « en même temps », les chiffres dévoilés lundi par l'Insee vont à rebours des objectifs budgétaires que s'était fixés Emmanuel Macron pour son quinquennat. Non seulement  le taux de prélèvement obligatoire augmente, mais les dépenses publiques aussi :  celles-ci s'établissent à 56,5 % du PIB preuve que la réduction du déficit en pourcentage s'explique avant tout par des raisons conjoncturelles. La croissance des dépenses s'est établie l'an dernier à +2,5 %, alors que la loi de finances initiale tablait sur +1,6 %. La  hausse de la rémunération de la fonction publique (+2,2 % contre +0,6 % en 2016) y a pris une grande part, du fait de mesures  prises telles que le dégel du point d'indice et les diverses améliorations catégorielles, décidées sous François Hollande.  Enfin, le dernier indicateur clef n'est pas non plus là où il était attendu. Malgré une croissance plus forte que prévu et un déficit plus bas, la dette publique repart logiquement à la hausse, à 97 % du PIB contre 96,6 % un an auparavant. Le gouvernement ne prévoit pas de baisse avant 2020, même  s'il a promis récemment de redoubler d'efforts dès cette année.

Une pente dangereuse.

On est loin, en effet, des objectifs affichés pour le quinquennat, soit la baisse promise pour la dette de 5 points de PIB en moins, pour les dépenses publiques de 3 points et pour le taux de prélèvements obligatoires de 1 point. Et comme le penchant du gouvernement est toujours le même : il n’y a pas de cagnotte, mais  je ne peux m’empêcher de dépenser plus, c’est plutôt  mal parti ! Car comme le souligne Eric Woerth : « il n’y a pas  l’ombre d’un début d’action sur la dépense publique ».  On cherche toujours les décisions courageuses dont parle Bruno Le Maire et son compère Darmanin. Sauf que sans baisse des dépenses, pas de baisse des impôts. Impossible alors pour l’économie française de se libérer, c’est l’échec des réformes assuré. 

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)