FORUM : QUELLE EUROPE VOULONS-NOUS ?
UN AN APRES, LA DROITE …

LE MAIRE, MAITRE « ES POUDRE DE PERLINPINPIN » !

Déficits français001

 

Ah la  belle affaire !

Pour la première fois depuis dix ans, le déficit budgétaire, ce marqueur incontournable  de la dérive des comptes publics, est descendu en-dessous des 3% par rapport au PIB. Bruno Le  Maire affiche sa  satisfaction : les finances de la France vont bien. Sauf que la  situation est loin d’être bonne. Car si le déficit public s’améliore, tous les autres indicateurs de notre tableau de bord sont mauvais. La dette a continué à s’alourdir et c’était inévitable puisque nous sommes toujours en déficit. Certes l’année 2017 s’est terminée sur une amélioration du déficit d’un petit milliard et des poussières par rapport à 2016,  grâce à la croissance plus forte que prévue, mais pour stabiliser la dette, il aurait fallu qu’elle fût de 25 milliards (dixit la Cour des comptes).

La course folle des dépenses.

Plus grave, En un an, 10 milliards de dépenses supplémentaires : l’Etat a dépensé 10,6 milliards d’euros de plus en 2017 (326,8 milliards) qu’en 2016 (316,2 milliards). Il a aussi dépensé 4,3 milliards d’euros de plus que ce qui était prévu dans la loi de finances. La faute à un budget insincère précise Didier  Migaud. « Les dépenses totales sont en très forte hausse », constate-t-il encore. Les dépenses publiques sont donc en net rebond : elles auront augmenté 2 fois plus vite en 2017 que l’année précédente ! Et ce n’est pas que sous Hollande. Macron a pris le relais. Les dépenses de fonctionnement, pour l’essentiel les salaires de la fonction publique, auront progressé 3 fois plus vite qu’en 2016. Et si le déficit s’est effectivement quelque peu réduit, c’est parce que la croissance a fait rentrer davantage d’impôts, notamment la TVA et l’Impôt sur les sociétés, portant le niveau des prélèvements obligatoires à un niveau incandescent comme on sait : 45,4% de toute la richesse créée par les Français sont prélevés par la puissance publique. Record historique, on se tue à le répéter !

Un piège redoutable.

C’est le piège dans lequel Emmanuel Macron risque de sombrer : sans baisse des dépenses, pas de baisse des impôts. Et il sera impossible alors pour l’économie française de se libérer.  D’autant plus que Mario Draghi le confirme, la   croissance européenne ralentit et le retournement de conjoncture sur les taux se confirme. Autrement dit,  c’est l’échec des réformes assuré. Car la croissance qui a été plus dynamique que prévu l’an dernier agit comme  un trompe l’œil.  Elle a permis d’améliorer la situation des finances publiques,  mais cela  ne tient qu’à des éléments ponctuels.  En réalité la  maîtrise des dépenses n’est qu’une illusion,  il n’y a aucun effort structurel.  De fait,  réduire  la  dette à moyen terme est improbable. Ce n’est pas parce que la France sort de « la procédure de déficit excessif » que nous devons nous affranchir des règles européennes : elle devrait réduire de 0,5 point en moyenne chaque année son déficit structurel (celui qui ne tient pas compte des effets de la conjoncture), or  ce n’est pas  ce que prévoit le  programme pluriannuel  transmis à Bruxelles.

Et le  chômage s’en mêle.

Preuve que notre économie ne va pas si bien que ça, le taux de chômage tel qu’il est calculé selon les normes du Bureau international du travail (BIT), a rebondi de 0,3 point au premier trimestre en France métropolitaine, une hausse qui touche principalement les femmes, pour s’établir à 8,9% de la population active, selon les données provisoires publiées mercredi 23 mai par l’Insee. En incluant les départements d’outre-mer (hors Mayotte), il s’inscrit à 9,2%, en hausse de 0,2 point par rapport à sa marque de fin décembre. Mais l’Insee l’anticipait de moindre ampleur, tablant, dans ses dernières prévisions publiées en mars, sur un taux de chômage national revenant à 9,0% au premier trimestre. Le rebond du premier trimestre intervient alors que l’Insee a annoncé la semaine passée que l’emploi salarié avait progressé de 0,3% au premier trimestre dans le secteur privé en France, avec la création nette de 57 900 postes sur la période. Ces chiffres peuvent paraître contradictoires, ils marquent surtout une certaine stagnation. Et comme la remontée des taux est maintenant entamée, les  marges de manœuvre du gouvernement vont s’étioler. Il  pourrait bien avoir mangé son pain blanc. Mais il n’y a rien d’étonnant à tout cela : j’ai toujours dit que l’économie administrée ne savait pas produire d’autres résultats que ceux-là depuis près de 40 ans maintenant ! Tant qu’on n’en sortira pas  …

Il faudra beaucoup d’imagination à Le Maire et Darmanin pour nous faire croire « aux lendemains qui chantent » !

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)