LES ANCIENS ONT LA VIE DURE
AH NON, PAS PETAIN ! (Pauvre France)

TRUMP S’EN SORT, MAIS RIEN N’EST REGLE

Donald Trump

 

Le scénario anticipé s'est produit.

Comme annoncé par  les sondeurs, les démocrates ont repris le contrôle de la Chambre des Représentants. C’est une première depuis 2008. Le Sénat reste républicain. Les démocrates ont gagné quelques sièges de gouverneur mais des états clés comme la Floride sont restés républicains. Pourtant, la chute des indices boursiers, provoquée par la hausse des taux et les tensions commerciales avec la Chine, n'étaient pas une bonne nouvelle pour Donald Trump. Sa popularité est  au plus bas après le meurtre de Khashoggi, les colis piégés adressés à des personnalités démocrates et l’attaque contre une synagogue de Pittsburgh. Il  a contrebalancé par une furia populiste   et une collection de mensonges sans précédents.

Pas de vague anti-Trump.

« Tremendous success tonight. Thank you all. » C'est le tweet de Trump ce matin. Il se félicite de sa « victoire ». « Fabuleux ? » même s'il a perdu la Chambre des Représentants. Certes, il n'y a pas eu de vague bleue, de vague démocrate, et Trump n'a pas été rejeté massivement. Il avait transformé cette élection en referendum en s'investissant massivement, plus qu’aucun autre président pour des élections de mid-terms, et sa campagne a permis de sauver quelques candidats. Mais le pays reste divisé. Les  Etats-Unis sont coupés en deux camps totalement différents, et totalement opposés. À l'image des femmes qui représentent 52% des votants et ont voté massivement pour les démocrates et contre Trump avec un écart de 18 points. D’un côté, Trump a réussi à prendre le contrôle de fait du GOP, le parti républicain, et de l'autre, les démocrates ont réussi à prendre le contrôle de la Chambre des Représentants.

Deux années agitées s’ouvrent.

C'est la campagne présidentielle qui commence. On peut s’attendre à ce que l'affrontement entre les deux camps soit sanglant. Les démocrates vont tout tenter, et ils ont deux ans pour le faire, pour déstabiliser Trump et le fait d'avoir la majorité à la Chambre des Représentants va être une arme redoutable, notamment sur les sujets domestiques et sur les enquêtes en cours. Evidemment, Trump va encore plus tweeter qu'à son habitude, avec une violence qui va être décuplée par son sentiment de victoire. Mais pour les marchés c'est le scénario « idéal » pour les investisseurs. A partir de maintenant Trump est sous contrôle, et les acquis des deux premières années ne seront pas remis en question. Il va falloir à nouveau regarder du côté des nouvelles économiques et se désintéresser un peu pendant quelques mois de la politique. D’autant plus que le ralentissement mondial promet des rebondissements imprévisibles de l’hôte de la Maison blanche.

Le pétrole et les marchés.

Le pétrole s’est effondré. Le  prix du baril a chuté de plus de 20%, pour de multiples raisons mais en particulier du fait des exemptions massives concernant l'achat de pétrole iranien qui va donc continuer à couler sur le marché. La baisse du prix du pétrole, c'est évidemment une bonne nouvelle. Sauf pour le gouvernement français qui fait campagne en ce moment sur le thème : « si les prix du carburant flambent c'est à cause de la flambée du pétrole... ».  Sur les marchés boursiers, le mois d'octobre est derrière nous mais cela ne veut pas dire que les craintes sont dissipées. Elles sont toujours présentes et elles sont même nombreuses. De la panne de la croissance européenne aux taux et à l'inflation en passant par les tensions commerciales, la consolidation était nécessaire. Elle a eu lieu. Mais pour combien de temps ? On se demande même comment les marchés ont fait pour résister pendant de si longs mois. La fin de l'année risque donc d'être encore agitée. Les indices vont maintenant tenter un rebond. Il faudra surveiller trois éléments : d’abord, les taux américains et notamment le niveau des 3,25 % sur le 10 ans ;  ensuite les taux italiens et notamment le « spread » avec les taux allemands ; enfin, la rencontre fin novembre entre Trump et Xi Jinping à Buenos Aires qui devrait marquer un tournant dans les relations commerciales entre les deux pays. En attendant, tous les regards des traders et des investisseurs sont tournés vers un chiffre et un seul : le taux de référence pour les taux d'intérêt aux États-Unis, le taux à 10 ans des emprunts d’État. Il a atteint vendredi dernier les 3,22 %, un niveau proche de son record de hausse depuis 7 ans.

Les  taux américains remontent.

Un peu de technique. On distingue deux catégories de taux d'intérêt.  Les taux d'intérêt à court terme d'abord. Ils sont déterminés par les banques centrales. Et la FED, la Banque centrale américaine, a remonté ses taux d'intérêt 8 fois depuis décembre 2015 et s'apprête à les remonter encore une fois en décembre et plusieurs fois en 2019. Les taux d'intérêt à long terme ensuite. Ils sont déterminés par les marchés, par l'offre et la demande. Et ils progressent car l'économie américaine est en pleine croissance, avec un plein-emploi qui provoque une hausse des salaires et par conséquent une hausse de l'inflation et donc une hausse des taux d'intérêt à long terme, comme le taux à 10 ans des emprunts d'État américain. Il faut suivre ce taux pour une raison simple : la hausse des marchés boursiers depuis 2009 a été, en grande partie, alimentée par la baisse des taux d'intérêt. Quand les taux d'intérêt étaient à zéro, on disait « qu'il n'y avait pas d'alternative aux actions ». Mais avec des taux d'intérêt qui remontent, il y a maintenant une alternative aux actions : si le taux à 10 ans dérape au-dessus des 3,4 % et s'approche des 4%, cela aura un impact négatif sur les indices boursiers. Aux niveaux actuels, les taux américains sont encore sous contrôle. Pour combien de temps ? La surchauffe provoquée par la relance massive de Trump alimente l’inflation. Une crise boursière violente pourrait donc arriver  dans les deux ans… Et quand les taux américains remontent, les nôtres suivent. Pas  bon pour nous, vous savez pourquoi ! Pas bon pour Macron non plus, mais ça on s'en tape.

 

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)