C’EST A LA FRANCE QU’IL FAUT DONNER SA CHANCE !
12 RAISONS DE VOTER "MAJORITE POUR LA FRANCE" (Les Républicains-UDI)

TRUMP RABAISSE L’AMERIQUE !

U-s-republican-presidential-candidate-donald-trump-speaks-tDonald Trump

 

Il voulait faire l’Amérique « Grande à nouveau » !  

En ce jour anniversaire du débarquement en Normandie, force est de constater que le passage de Trump sur le continent la semaine passée et sa  déclaration de sortie de  « l’Accord de Paris » sur le climat, ne grandissent pas son pays. Il  a peut-être rendu un fier service à l’Europe, mais certainement pas à l’Amérique. On est  loin de la nation qui sacrifiait  ses soldats sur les plages de Normandie pour défendre la cause de la liberté sur  la  planète.

Télé-réalité populiste pour Président showman.

Donald Trump a donc annoncé que, fidèle à sa promesse de campagne, il sortirait les Etats-Unis de l'accord de Paris sur le climat. Il a fait son pied de nez au monde entier avec une mise en scène digne d’un show de télé-réalité, dans le décor de la roseraie de la Maison Blanche, sous un beau soleil de juin, et après une intervention frisant le ridicule de son vice-président, Mike Pence. Il a fait du Trump ! Jamais il ne s’est si bien retrouvé que dans cette énorme provocation à l’égard de tous les chefs d’État ou de gouvernement, jamais la négation et la contestation ne lui ont paru aussi agréables et peut-être voluptueuses, tant il aime jouer ce genre de rôle, alors même qu'au fond, c’est un acte de barbarie à l’égard du climat qu’il vient de commettre au nom de la première puissance du Monde.

Il  n’est pas quitte pour autant.

Les 194 autres pays qui se sont engagés à signer ces accords ne sont pas prêts à se laisser faire comme ça. La réaction de l'Allemagne, de la France et de l'Italie, a été immédiate : les trois pays ont souligné que le texte de Paris n'était pas renégociable. La condamnation de la décision américaine est mondiale, à l'exception du Royaume-Uni, trop soucieux en plein Brexit d'égratigner sa relation qu'il croit privilégiée avec l'Amérique de Trump, et de la Russie de Poutine - dont un des grands axes diplomatiques parait être d'encourager l'homme de Washington à persévérer dans tous les errements susceptibles d'affaiblir la prééminence américaine et la solidarité du camp occidental. A l'intérieur même des Etats-Unis, la moitié des Etats américains sont engagés dans une politique environnementale exigeante qu’ils ne voudront pas réviser et les premières réactions des hommes politiques et des hommes d’affaires montrent que les investissements dans les énergies propres seront maintenus. Trump vient de creuser un peu plus le fossé entre son administration et l'ensemble des élites américaines. Les quelques grands patrons qui acceptaient encore de siéger dans des instances de conseil au chef de l'Etat, à l'image d'Elon Musk, le PDG de Tesla, ou de Bob Iger, celui de Disney, ont très vite fait part de leur retrait. Des Etats, comme la Californie, ont déjà prévenu qu'ils continueraient de combattre le réchauffement climatique en respectant la feuille de route de Paris.

Avec Trump, l’Amérique sort de l’Histoire !

Dans l'immédiat, le choix de Trump aura peu de conséquences pour la mise en place de l'accord sur le climat, mais il risque fort de l'affaiblir et de l'isoler un peu plus sur le plan international, notamment face au rival chinois, et sur le plan intérieur, au moment où il fait l'objet d'enquêtes embarrassantes des services secrets. L’absence américaine de l’accord international sera encore plus compliquée à gérer que sa présence. C’est qu’il ne peut pas partir en claquant la porte, il est tenu par les termes de l’accord d’appliquer une procédure qui court jusqu’en 2020, date à laquelle il risque de ne pas être réélu. Avec une inconséquence de république bananière, M. Trump ne cherche même pas à calculer les retombées très nuisibles, sur les plans climatique, diplomatique et économique, d’une décision dont il sait peut-être lui-même qu’elle est absurde. Quelle logique pourrait en effet expliquer ce recul historique incroyable, sinon la volonté de réaliser tout ce qu’il a dit et promis pendant sa campagne, de jouir de ces mensonges et ces justifications fallacieuses qui plaisent tant à son électorat.

Le coup du climat, c’est du pur Trump !

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)