FOUTAISES !
UNION ET CONFUSION

LA FACTURE !

Départ Elysée bis
 

 

Je ne digère pas les comportements de certains, je préfère parler d’autre chose. Il vaut mieux laisser refroidir pour parler sans passion des « ralliements ».

La  bonne nouvelle c’est quand même qu’on ne verra plus le pingouin nous faire honte à chaque sortie par son accoutrement ou un quolibet  mal venu. Mais il a  laissé une ardoise qu’il va bien falloir assumer.

Petit rappel  pour mémoire.

L’échec de François Hollande est sans appel en termes  de croissance, de compétitivité  et d’emploi. La France, coupée de la relance  par le choc fiscal de 2012 ne profite pas vraiment de l’amélioration de  la situation économique tant dans le monde (3,5%) qu’en Europe (1,7%) où se poursuit une reprise  lente  mais solide. Notre pays a été relégué à la 28ème  position mondiale en terme de PIB par habitant et 63% de la population a vu ses revenus baisser ou stagner. Le  sortant laisse à son successeur une sacrée facture de  plusieurs milliards d’euros.  Ainsi de nombreuses décisions votées à l’automne dernier ne prendront effet que dans un an, c’est le cas du relèvement du taux du crédit d’impôt compétitivité  qui coûtera un milliard d’euros, de la  décision de dégeler le  point d’indice des fonctionnaires, des primes  pour les  enseignants… sans parler des crédits débloqués pour résoudre  la crise en Guyane. Le déficit public est encore à 3,4%, et il sera encore au moins à 2,8% à la fin de cette année, selon le  plan gouvernemental mais plus vraisemblablement autour de 3,2- 3,3% en réalité. La dette a continué de progresser pour atteindre 2 400 milliards d’euros.  Presque 100% du PIB. La courbe des finances publiques n’a été tenue qu’au prix de deux négociations successives avec nos partenaires européens qui ont autorisé la  France à déroger au calendrier sur lequel elle s’était initialement engagée. On se rappellera que le  pingouin s’était engagé à ramener les finances publiques à  l’équilibre à la fin de son mandat : on en est bien loin, il s’en faut de quelques 90 milliards d’euros. Mais à part ça, il  parait qu’il a rendu la maison « en ordre » !

Le casse-tête pour ToutenMacron.

Après moi le déluge ! Le nouveau président devra faire  avec un tel bilan et en plus une surestimation des recettes, des dépenses non prises en compte, des  sous-budgétisations récurrentes. La croissance ne sera que de 1,5% cette année, prévision très optimiste de Sapin-les-bas-roses. Le taux des prélèvements obligatoires est scotché à 44,3%, malgré les milliards d’euros de baisse d’impôts votés. Et évidemment le chômage est à 10% à la  fin 2016, et il devrait peu baisser cette année   malgré l’amélioration de  la  conjoncture. Comment le nouveau venu va-t-il s’y prendre pour faire  passer les déficits sous la barre des 3% du PIB, et y rester, alors « qu’en même temps » il devra réaliser des baisses de prélèvement pour les particuliers comme pour les entreprises, et atteindre 60 milliards d’économies à l’horizon 2022. Prudent, il a décidé de repousser l’ajustement budgétaire traditionnel dé début de quinquennat de juillet à … plus tard. Il n’échappera pourtant pas à la nécessité de réduire les dépenses de l’Etat de 1,5 milliards d’euros pour rester dans les clous cette année, comme son prédécesseur s’y est engagé. A lui, par contre, de choisir les  ministères qui seront  mis à la diète. Et puis l’attendent tous les arbitrages liés au financement de ses (trop) nombreuses  promesses de  campagne : exonération de la taxe d’habitation sur trois ans, baisse de l’impôt sur les sociétés, suppression partielle de l’ISF… Il devra s’atteler à la transformation du CICE en baisse de charges pérenne et à la suppression des cotisations d’assurance-maladie et chômage des salariés,  mesure centrale dans son  programme en faveur du pouvoir d’achat. La hausse décriée de la CSG (près de 20 milliards d’euros attendus) devrait figurer aussi au budget de la « sécu ». Et il faudra encore trouver  les  moyens pour mettre en place le plan d’investissements de 50 milliards et amorcer le  plan de suppressions de postes  de fonctionnaires, 120 000 prévus qui devront  forcément être augmentés depuis que les économies à réaliser ont été portées à 75 milliards en cours de campagne. Dans ces conditions, on ne sera pas étonné que Bruxelles mette la  pression sur la France,  lanterne rouge de la zone euro. Quand on sait que le déficit extérieur français a doublé en 2016, à 16 milliards d’euros !!! C’est dire si Emmanuel Macron n’a aucune marge de manoeuvre. 

Comme dit l’autre, il a fait rêver les Français avec sa campagne christique à paillettes, dans le déni le plus complet. La réalité va rapidement se rappeler à son bon souvenir !  Et le rêve de s’évanouir !  Ah mais non, suis-je bête ! Les  Français ont élu un Messie.  On saura rapidement s’il peut multiplier les euros comme Jésus les petits pains.

 

 

Commentaires

Richard VIAU

ça fait du bien... c'est déjà ça.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)