IDENTITE, INTEGRATION, IMMIGRATION : MIEUX QUE LE PEN, FILLON !
QUELLE DRÔLE DE CAMPAGNE !

RENAUD, QUE FAIS-TU DANS CETTE GALERE ?

Le_Radeau_de_La_Meduse

 

Adresse à Renaud Dutreil

Un plaidoyer compliqué et pitoyable.

Renaud Dutreil est envoyé au charbon par Macron pour tenter de colmater la brèche par laquelle les électeurs de la droite et du centre un instant tenté par la nouveauté fuient, effrayés par nombre de propositions démagogiques et ineptes qu’ils rejettent. Renaud, toi, le libéral, comment peux-tu défendre la réforme de l’ISF que propose En Marche ! Ton plaidoyer pour tenter de faire croire qu’elle sera favorable aux propriétaires est pitoyable autant qu’incompréhensible. Qui peut croire que cela ne se traduira pas par un surcroît d’impôts. Chacun sait que Macron est un disciple de Jérémy Rifkin, adepte de la société ubérisée dans laquelle la propriété est un obstacle à la consommation et à la mobilité. En plus, ton argumentaire serait plus crédible s’il n’y avait pas derrière le candidat d’En Marche, les experts de France-Stratégie avec en tête M. Pisani-Ferry, partisans des politiques que tu tentes de dénier. De la même façon, comment peux-tu cautionner la recentralisation que matérialise l’étatisation de la taxe d’habitation et l’injustice que constitue  l’exonération de 80% des ménages. Tu es bien naïf de croire que l’Etat tiendra parole sur le principe de la compensation au centime près, et même si c’était le cas, elle n’en serait pas moins une recette figée et une atteinte à l’autonomie des collectivités. Nul doute que ces dernières n’auront d’autre choix que celui d’utiliser les marges à leur disposition pour ajuster leur budget, à savoir les 20% d’assujettis restants à la taxe d’habitation et ceux qui paient la taxe foncière. Ce transfert sur les contribuables plus aisés est une double peine bien dans le droit fil de la politique poursuivie depuis quatre ans par le gouvernement Hollande, auquel Macron a participé d’une manière ou d’une autre. Rappelons-nous, qu’après avoir pratiqué un matraquage fiscal d’une rare intensité, la politique socialiste a consisté à sortir près de 2 millions de contribuables de l’impôt sur le revenu : plus de 12 millions de foyers fiscaux ont ainsi bénéficié de déductions totales ou partielles de l’IR depuis 2014 et 54% des Français ne sont plus imposés sur leurs revenus. Comment le libéral en économie que tu es peut-il cautionner cette politique inégalitaire et injuste qui va à l’encontre du principe d’équité qui veut que chacun paie à la mesure de ses revenus. En cautionnant cette politique démagogique, tu acceptes de faire basculer des dizaines de millions de Français dans une forme de prolétariat, au sens propre du terme, le « prolétaire étant le citoyen de la dernière classe qui ne fournit à la cité d’autre ressource que sa progéniture ». Ainsi 20% de petits riches paieront la taxe d’habitation de 80% de pseudo-pauvres. Inacceptable ! Comme je trouve bizarre, aussi, que tu cautionnes l’étatisation de l’assurance-chômage dont chacun sait, qu’avec l’élargissement des droits promis par Macron, cela aboutira à une baisse généralisée des indemnités, l’Etat n’ayant pas les moyens financiers à disposition. Enfin, tu plaides pour la crédibilité de ton gourou en matière de sérieux budgétaire : on peut en douter à la lecture du programme que j’ai sous le coude : 29 pages de promesses coûteuses dont le financement n’est jamais évoqué et la dernière demi-page se contente d’annoncer 60 milliards d’économies sans dire comment. Cela s’appelle une escroquerie. Renaud, réveille-toi !

Le parfait raisonnement des accros  à  la dépense publique.

Une autre tribune d’un disciple macronien a été publiée par Le Figaro. Merci au journal d’ouvrir ses colonnes et de permettre ainsi à son lectorat de découvrir la rhétorique d’En Marche ! Celle-ci avait pour but de démonter la logique du programme de François Fillon en ce qu’elle a de rigoureux pour la réduction des dépenses et le désendettement. On nous explique que la droite oublie trop souvent que la dépense publique est un outil économique qui, lorsque le dosage et son ciblage sont les bons, peut devenir un levier essentiel de la croissance et que les politiques économiques pro-cycliques pendant les périodes de récession (ou de faible croissance), comme le propose François Fillon, font courir le risque de voir l’économie du pays péricliter encore plus longtemps et de retarder le retour de la croissance. Et d’ajouter « cette diabolisation de l’Etat dépensier a déjà été mise en oeuvre lorsque François Fillon a été Premier ministre : c’est son gouvernement qui a supprimé des milliers de postes d’enseignants pour quelques économies budgétaires. Mais est-il raisonnable de regarder les métiers de l’enseignement sous le seul prisme de la dépense de fonctionnement ? L’enseignement n’est-il pas au fond un investissement sur l’avenir ? Un jeune qui est en situation d’échec scolaire car délaissé par l’Éducation nationale ne pourra devenir qu’un poids financier et social pour l’Etat. La dépense publique ne doit donc pas être regardée sur ce qu’elle coûte à un instant donné mais sur les bénéfices économiques et sociaux qu’elle rapporte sur le long terme. » C’est le discours parfait des accros à la dépense publique qui croient encore à la relance keynésienne par la consommation. Si ce raisonnement était le bon, la France ne connaîtrait pas 6 millions de chômeurs et précaires et 9 millions de pauvres. Sans compter que l’argumentaire est biaisé et fait l’impasse totale sur la crise de 2008 à laquelle François Fillon a dû faire face et en ce qui concerne les enseignants, les contreparties en amélioration de salaire et de carrière dont ils ont bénéficié. C’est soi de l’ignorance, soit de la mauvaise foi de la part de l’auteur. Là encore, Renaud, tu ne peux pas te reconnaître dans ce type de démarche. La vérité, c’est que la France a besoin d’une vraie rupture avec ce type de politique qui ne peut produire que les mêmes effets : l’endettement et la paupérisation croissante. Je ne serai d’accord que sur un point, retrouver de la croissance est essentiel pour faire baisser le niveau de la dette. Parce que ce sont les pays qui y sont parvenus qui ont retrouvé des marges budgétaires. Ce ne sont pas les propositions timides de Macron qui le permettront.

Le monde et la France selon Macron.

Les forces qui soutiennent Macron, étrange coïncidence, sont les mêmes que celles qui soutenaient Hillary Clinton, avec le sort que l’on a connu : les alliances entre le multiculturalisme et la Silicon Valley, les antiracistes de tout poil, le lobby LGBT,  Hollywood qui se traduit en France par La Croisette… Macron est bien le candidat de privilégiés bobos métropolitains, à l’aise dans la mondialisation et le libertarisme sociétal. En Marche ! est l’aboutissement de la nouvelle fascination postmoderne pour l’universelle mobilité d’un monde sans frontières, comme le montre fort bien François-Xavier Bellamy, dans lequel la France ne serait plus qu’un « hub » où l’on entre et sort de façon indifférente, avec son multiculturalisme dont le discours de Marseille a constitué l’éloge halluciné par lequel les Français n’étaient plus qu’une juxtaposition de communautés définies par leurs origines extérieures. Et c’est tout logiquement que Macron nous demande nos voix pour diriger un pays dont il dit qu’il n’existe pas, puisqu’il en nie la culture et l’art, et dont l’histoire n’a rien produit d’autre que des « crimes contre l’humanité »… En même temps, Rothschild lève des fonds pour lui mais demande la discrétion. La finance internationale ne veut pas décourager les 15% de prolétaires des classes défavorisées qui voteraient pour lui. Renaud, es-tu bien conscient de tout cela ?

 

Commentaires

Chris

Je confirme sous Hollande Macron, J' ai eu 10% d' impôts en plus et vu que je paie une part , cela est considérable.
Mensualisé sur 10 mois , J' ai eu un mois supplémentaire à payer , le mois de Novembre et désormais, en Novembre je dois rajouter aux impôts locaux encore un mois d' impôts supplémentaire sur le revenu.

Macron comme tous les autres candidat jonglent avec les milliards comme des clowns sur la piste du cirque Pinder.
Le seul qui reste crédible, c' est François Fillon , il ne promet pas la Lune .
Dans un pays qui vit au dessus de ses moyens, endetté de 2200 milliards d' euros ,le porte parole de Mélenchon a déclaré qu' ' il empruntera 100 milliards d' euros sur les marchés........financhiens ...... , pardon financiers. ...... , pour relancer l' économie .
Encore un qui a pris des cours d' économie à la télévision.
En ce qui concerne l' Europe, J' ai l' impression que nos problèmes sont dûs à la mondialisation des marchés et non pas à l' Europe.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)