RENAUD, QUE FAIS-TU DANS CETTE GALERE ?
UN PREMIER TOUR QUI DECIDERA DE TOUT

QUELLE DRÔLE DE CAMPAGNE !

Bagarre_village_gaulois

Voilà François Fillon revenu au niveau d’avant les « affaires ».

Il talonne Marine Le Pen et le fringant Emmanuel Macron  qui font feu de tout bois. Il  n’empêche, l’éventualité  qu’il  soit au second  tour grandit  un  peu plus chaque jour qui nous rapproche du 1er tour. Pour une raison simple : les voix de  la  droite  ne se sont pas volatilisées et la brusque  montée de Mélenchon a  pu jouer le rôle  de  « châtaigne » pour les réveiller. Le  débat sur la moralité, initié par la gauche, qui se croit toujours la mieux placée pour donner des  leçons, aura été une diversion pour empêcher qu’on aborde les sujets essentiels de cette campagne présidentielle : quelle souveraineté pour la France, comment remettre le  pays à flot avec ses déficits et sa dette, quelle sécurité  à  l’intérieur et à l’extérieur, comment mettre fin au chômage de masse… Car ce qui se  joue dans cette élection, comme jamais peut-être sous la Vème République, c’est la survie de la démocratie, d’autant plus menacée que les forces à vocation totalitaire des extrêmes de droite  comme de  gauche, sont aux portes du pouvoir.

Les  « affaires »  n’auront finalement servi qu’à occulter un temps le débat.

Heureusement, François Fillon a tenu bon sous la mitraille. Car il  est la principale cible, étant le  seul  à proposer  la véritable alternance qui pourrait nous sortir à la  fois du socialisme honteux et de l’ornière. Après avoir été enterré vivant par les scénaristes faiseurs d’élection  qui faisaient la promotion de Macron, et qui se prennent maintenant à rêver avec Mélenchon à la victoire d’un populiste à leur goût, Fillon revient dans  la course à force d’une campagne qui suscite l’étonnement et l’admiration.  Lors, l’électeur, furieux que les polémiques annexes aient pris le dessus sur le débat de fond, pourrait bien se donner à celui qui par son acharnement démontre qu’il est bien le chef dont la France a besoin pour affronter un  monde dangereux. Pourtant, tout est fait  pour lui brouiller la vue en polémiques subalternes. Les affaires que juges et journalistes tentent d’accrocher aux basques du candidat de la droite et du centre font finalement chou blanc. Elles n’auront pas réussi  à évacuer  notamment la soif d’identité qui taraude les Français et à  laquelle François Fillon répond en élevant le débat sur la vocation universelle de la France.

Le « totalitarisme cool » du macronisme.

Ceux qui voient Emmanuel Macron à l’Elysée vantent l’image attrayante du personnage : jeunesse, optimisme, agilité intellectuelle. Une agilité brillante au recto-technocrate mais indigente au verso-culture.  Il y a trop  de creux, trop de flou, et beaucoup de faux dans cet avatar « hollandais ». Il a les trucages du jongleur, mais avec l’accumulation le tour tourne à la farce de Garcimore quand le voilà  obligé d’avouer au public qu’il ne comprend pas ce qu’il est en train de lire. On a tout dit sur la platitude de ses affirmations, la virtualité de ses projections, l’évanescence de sa pensée et sur le côté  « manager » ectoplasmique de « teams » à  slogan « corporates » aussi éculés que le souvenir de Lecanuet. La seule nouveauté c’est le bleu pastel de ses affiches  qui évoquent un « Lalaland » de pacotille. Ce qu’il  propose n’est ni plus ni moins qu’un « totalitarisme cool »  saturé de médias, d’Etat (beaucoup d’Etat), et de puissants (très puissants) intérêts privés. Il  est l’ami de tout le  monde, même de ceux à qui il a déclaré la guerre ou qu’il a insultés la veille. Il est le disciple de Paul Ricoeur et cela lui a donné une méthode : faire réussir la modernité en conciliant la « verticalité » et « l’horizontalité »…  Un exemple : que fera-t-il de la dette ?  Il répond qu’il faut « régler le problème » (logique verticale de l’inspecteur des finances) mais qu’en même temps il ne faut pas tuer les gens en le réglant (logique horizontale du contribuable).  Donc on règle sans tuer ! On n’ira  pas plus  loin,  on ne saura pas  qui crachera au bassinet. Macron c’est tout  le temps « en même temps ».  C’est la méthode qui compte, tant pis si elle débouche sur le vide.

Et à la fin c’est Fillon qui gagne.

C’est bien pour cette raison que François Fillon va finir par tirer bénéfice des attaques qu’il a subies pendant deux mois et dont la violence inouïe était faite pour le détruire. « Toujours l’inattendu arrive », nous prévient d’Ormesson. Il va s’imposer parce qu’il est le seul à aborder ce que personne d’autre ne propose : le redressement du pays, et autres babioles  telles  la sécurité, la dette, l’éducation, le chômage massif, le sauvetage des générations perdues, le retour des capitaux, les élites qui fuient… Quel régime politique pourrait tenir sans plan rigoureux et déterminé face à la montagne de dettes, quelle société pourrait rester viable  face à un système qui produit chaque année 150 000 jeunes sans aucun diplôme et sans autre espoir qu’une vie de chômeur-précaire et face à la multiplication des attaques contre son  mode de vie et sa culture ? François Fillon a au moins un mérite : il dit ce qu’il entend faire.  Il  est le seul  à avoir des réponses sérieuses et ça commence à se voir. En cela il est grandement coupable !

Autant de problèmes dont les démagogues populistes se  moquent du tiers comme du quart.

Il n’y a rien de plus urgent que de se constituer en soviets partout pour passer les « nuits debout » à discuter sur « l’acte fondamental », se grise Mélenchon devant les foules qu’il rassemble ; ou  à quitter l’euro et l’Europe, comme le décline rageusement Marine Le Pen, ce contresens monumental en guise de pied de nez à l’Histoire qui nous indique chaque jour que les grands empires sont de retour. Pour eux, peu importe que la France soit au bout du rouleau ! Heureusement, il reste Lassalle pour nous divertir !

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)