DEBAT EN DIAGONALE…
LA MACHINE A REMONTER LE TEMPS : MELENCHON

L’EMBOBINEUR : PEUT-ON LE CROIRE ?

Macron emission pol

 

Il a réponse à tout.

Il sait tout mieux que tout le monde. Il a une élocution vibrionnante  au point d’empêcher ses interlocuteurs de s’exprimer. Comme Ségolène Royal, il a toujours  raison,  même quand il a tort. Il a plusieurs vérités successives qui varient d’une émission à l’autre. Et pourtant, il aurait fait mieux que tous ses concurrents avec 51% de convaincus parmi ceux qui ont regardé « l’émission Politique ». Miracle de  l’audiovisuel qui donne la prime à  l’image et au spectacle aussi superficiels soient-il !

Emmanuel Macron ferait-il un bon président de la République ? Peut-être. En tout cas pas pour moi. J’aurai du mal à confier les clés de l’exécutif à un béotien qui confond dépenses de fonctionnement et d’investissement dans un budget  public, et qui n’en démord pas. Je n’aime pas sa façon méprisante de traiter ses interlocuteurs en « Monsieur-détenteur-de-la-seule-vérité-qui-vaille ». Lui seul est moderne, sous prétexte qu’il  est jeune : il a, d’évidence, encore beaucoup à apprendre et je ne donne pas cher de sa peau après quelques mois de pouvoir. Il découvrira alors que la roche tarpéienne est proche du Capitole. La difficulté, avec M.  Macron, c’est que ses versions changent tout le temps, selon le moment, l’interlocuteur et l’air du temps. Que croire ? Forcément, à un  moment donné  la réalité vous revient dans la  figure  comme un boomerang. Mais avant d’aller voter, on voudrait bien y voir clair.

Beaucoup de baratin et un jeu de bonneteau.

Quelques exemples. Certes, M.  Macron  veut baisser les charges et les impôts qui pèsent sur les entreprises, mais on peut douter que ce geste soit suffisant pour relancer  la croissance.  Le discours sur le temps de travail, la  place du dialogue social est plein de contradictions. On cherche en vain  la capacité  à réduire les  déficits et  la dette quand on considère la  facture des promesses :  Les  60 milliards d’économies annoncés  sont un affichage  plus qu’une volonté réelle,  avec  15  milliards de dépenses nouvelles  auxquelles il  faut ajouter les 50 milliards qualifiés « d‘investissement » alors que le contenu sera affecté à du financement de fonctionnement. La mise en place d’un système de retraite universel par points  ne règle en rien le problème du financement qui ne sera équilibré à l’horizon 2030 qu’en reculant l’âge de départ. Et on ne sait pas comment sera trouvé l’équilibre à long terme. En réalité, le taux de remplacement n’est pas  garanti ce qui veut dire que les pensions diminueront au moment de la liquidation sans compter que les  pensions en cours de  versement seront aussi  affectées. Le choix d’augmenter la CSG n’est pas le meilleur en terme de pouvoir d’achat et pour l’activité, alors que  2 points supplémentaires de TVA sur le taux à 20% auraient un moindre impact sur la croissance, n’aurait pas de répercussion significative sur les  prix et permettrait de  faire participer les produits importés au financement de notre  protection sociale. L’amélioration du pouvoir d’achat qui est prévue oblige à repousser l’application du prélèvement à la source qui en annulerait l’effet au 1er janvier 2018. Encore un tour de  passe-passe. Par ailleurs, l’étatisation de l’assurance chômage mettrait fin au paritarisme sans raison sérieuse et aurait l’inconvénient de  la transformer en assistance-chômage assise sur l’’impôt (la CSG). Le résultat à en attendre, compte-tenu des  marges de financement de l’Etat, c’est une indemnisation faible et de courte durée. Le projet de suppression de 120 000  postes d’agents  publics, c’est  mieux que rien ou que de les  augmenter, mais c’est notoirement insuffisant en regard des enjeux de modernisation et pour l’accompagner de contreparties en rémunération et amélioration des carrières.

Un projet plus à gauche qu’il  ne veut le dire.

Macron pratique l’habillage habilement. Il communique volontiers sur les ralliements venant de la droite. Mais la  plupart des politiques qui le soutiennent sont de gauche, ses collaborateurs sont de gauche et viennent d’organismes conseils du gouvernement, tout comme ses experts.  M. Macron,  bien qu’il s’en défende, est le candidat de contrebande des socialistes, et l’héritier en ligne directe d’une politique qui a échoué. On se demande par quelle magie son projet deviendrait de droite  et lui  « nulle part » sur l’échiquier politique. Et les prescriptions de  M.  Laine, chantre du libéralisme, nous vantant les charmes macroniens, et appelant au ralliement de la droite réformatrice, il serait plus convainquant s’il n’avait pas délocalisé toutes ses activités à Londres il y a deux ans.   En bon libéral universaliste, il est  bien dans la ligne de celui qu’il soutient.

S’il M. Macron est élu, on n’en aura pas fini avec les contorsions, les arrangements, les majorités de circonstance et bonjour l’instabilité … Une situation  périlleuse  pour la France alors  que la guerre gronde un peu partout !

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)