L’ELOGE DE LA MEDIOCRITE
LE TEMPS DES CERISES

L’ELECTION VOLEE

Archibald en colère

 

La machination a fonctionné 

François Fillon a été éliminé, de peu, mais c’est malheureusement la réalité. Malgré une campagne active et ses efforts redoublés, il n’a pas  pu retrouver son image de candidat intègre. L’idée qu’il  puisse être un voleur et un corrompu a détourné vers d’autres candidats une petite partie de son électorat, celle qui fait la différence. J’ai espéré jusqu’au bout qu’il relèverait le défi. Je n’ai jamais douté et je reste persuadé que la droite reste majoritaire dans le pays. Cette défaite est douloureuse parce qu’elle est sans appel. Pourtant, je ne lui jette pas la pierre : si la défaite est d’abord  celle de l’homme,  c’est aussi une défaite collective. Remercions au passage, Nicolas Dupont-Aignan qui, en privant François Fillon des deux ou trois point qui lui ont manqué, s’est tiré une balle dans le pied en faisant perdre son camp au nom de je ne sais quel « gaullisme »  intransigeant. Ma consolation, c’est que n’ayant pas fait 5%, il ne sera pas remboursé de sa campagne.  Mais surtout je veux saluer ici la cohésion dont ont fait preuve les dirigeants de la droite et du centre au cours de ce premier tour, remercier Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, et tous ceux qui se sont démenés pour animer dans toute la France des réunions. Et que surtout, ceux qui ont ajouté à la confusion en se retirant sur leur Aventin ne viennent pas donner des leçons aujourd’hui ! Enfin, je veux saluer le courage et la dignité dont François Fillon a fait preuve.  Je lui garde toute mon estime et  lui témoigne mon amitié.

La gauche et la droite, ce n’est pas la même chose

Dans la défaite de François Fillon, il y a aussi, pour une part, son projet qui a pu être jugé trop exigeant par un électorat plus difficile à convaincre et drogué aux promesses illusoires. C’est une leçon à retenir. Les  médias ne se sont pas privés de le présenter comme une « violence » et beaucoup d’électrices ou d’électeurs ont pu reculer devant les « sacrifices » qu’on leur promettait, oubliant la réalité. Il  n’empêche ! C’est le freluquet sans expérience, préfabriqué par la gauche bobo, qui a toutes les chances de l’emporter dans quinze jours. Il y a bien sûr des Républicains qui vont se venger en votant pour Le Pen, mais la marche paraît trop haute pour que la patronne du FN puisse la franchir. On s’apercevra rapidement que le mélange des genres au sein d’ « En Marche » ne fonctionne pas.  Car la droite et la gauche, c’est comme l’eau et l’huile, on peut secouer tant qu’on veut, ça ne se mélange pas et il y en a toujours une qui couvre l’autre au final. Avec un tel mouvement, passée l’ivresse de la victoire, les difficultés se traduiront rapidement par une France ingouvernable. Ce n’est pas avec eux que la France pourra se redresser. Et puisque Macron se dit aussi de droite, prenons-le  au mot en lui imposant de gouverner avec elle !

Cap sur les législatives

Car, pour moi, désormais, la priorité est que la droite et le centre restent unis. Aucun responsable politique de droite ne doit céder aux sirènes de l’opportunisme et c’est bel et bien en restant rassemblés et en défendant notre projet circonscription par circonscription aux élections législatives, que nous participerons au redressement du pays. Rien n’est vraiment perdu. Il est possible d’imposer une cohabitation. Nous avons 200 députés sortants et 377 autres candidats investis déjà en campagne. L’électorat que les  « affaires » ont détourné de notre candidat aura ainsi l’occasion de revenir dans le giron de la droite et du centre pour assurer la « vraie alternance ». Il en va  du redressement et du renouveau de la France.

 

Commentaires

JNS

Mes condoléances Daniel.
Et Dieu dans tout ça ? Il n'était pas avec toi (avec vous plus largement)...
Tu avais pourtant sorti le bazooka durant cette campagne. Et les morts ne sont pas ceux que tu visais...
JNS

Richard VIAU

Sur 24% pour MACRON, 32 % ont voté par adhésion et 68% en raison du climat ambiant. Les médias ont fait leur job de destabilisation, FILLON n'a pas su répondre aux coups. Nos Elites de droite ont lâchement abandonné leur leader. Pour conclure, il n'y aura que la fin de triste mais LA FIN ARRIVE et ce ne sont plus les discours de circonstance qui l'empêcheront.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)