ARCHIBALD NE DECOLERE PAS !
LE PORTRAIT DE LA SEMAINE

DOUBLE LANGAGE ET MENSONGES

Hollandreou

Nous sommes gouvernés par un roi de l’arnaque pratiquant en permanence le double langage et les mensonges. Il en est de la réduction du déficit comme des promesses de république juste et irréprochable. « Hollande ment du soir au matin et du matin au soir », nous disait Nicolas Sarkozy pendant sa campagne, provoquant la bronca des gauchos toujours prêts à redresser les torts des autres. Il disait pourtant la vérité !

Diafoirus.

Regardons les faits depuis neuf mois : une seule réalité, il a augmenté les impôts, massivement, et s’apprête à une nouvelle saignée sur un corps pourtant déjà exsangue. C’est la médecine de Diafoirus transposée à l’économie de notre pays. Son gouvernement se targue d’avoir fait mieux que prévu en matière de déficit en 2012 (4,2 au lieu de 4,5), mais c’est sur la double base des acquis du gouvernement Fillon et de la modération des taux d’intérêts de nos emprunts, pas sur ses décisions politiques. Pour 2013, lui et son gouvernement ne cessaient de clamer que l’objectif des 3% serait tenu, annonçant 60 milliards d’économies qui ne viennent jamais alors que pendant le même temps il prélevait 30 milliards de recettes supplémentaires. On affirmait avec véhémence poursuivre un objectif qu’on savait pertinemment ne pas atteindre, n’ayant rien fait pour y parvenir. Mensonge encore quand on affirme que la courbe du chômage s’inversera en 2013, objectif aujourd’hui remis à 2014. A croire que le plaisir s’accroit quand l’effet se recule !

Petit florilège.

Double langage, parce que dans le même temps, on continue d’augmenter les dépenses publiques. Petit florilège : rétablissement de la retraite à 60 ans pour 100 000 personnes, rétablissement de l’AME (aide médicale aux étrangers), embauche de milliers de fonctionnaires avec un objectif de 65 000,  revalorisation de 7% du plafond de ressources de la CMU, hausse de 2% du SMIC au 1er juillet 2012, hausse de 25% de l’allocation de rentrée scolaire en septembre 2012. Et tout dernièrement, l’abrogation du jour de carence dans la fonction publique, qui avait notamment fait reculer l’absentéisme dans les hôpitaux de 7%, et qui va coûter autour de 150 millions. Il pratique ainsi une politique qui consiste, au-delà de toute équité, à cibler son électorat. Cela s’appelle du clientélisme. Catastrophique pour nos finances publiques. Il renonce à la réduction du nombre des fonctionnaires qui permettait déjà 300 millions d’économies, il abroge la loi de réforme du conseil général qui supprimait 2500 sièges pour la remplacer par un système fantaisiste qui consiste à élire un couple de conseillers dans des super cantons (je divise par deux et je multiplie par deux !), il annonce des coupes sombres dans les dotations aux collectivités territoriales qui reçoivent en même temps la liberté de financement et donc s’empresseront de compenser en augmentant les impôts locaux… Pour compenser la montée du chômage aggravée par ses prélèvements fiscaux, il ne trouve rien de mieux que de financer 500 000 contrats de génération, cette usine à gaz qui ne marche pas selon Martine Aubry, 150 000 « emplois d’avenir » sur deux ans qui ne sont que des faux emplois greffés sur les collectivités, …

La trajectoire.

Et à nouveau, on nous ressasse que la « trajectoire » sera tenue, que les comptes seront en équilibre en 2017, que la faute en est due au manque de croissance imputée aux autres, alors qu’elle est surtout le fruit de mauvaises décisions politiques prises chez nous ! Et l’on s’apprête à dépenser 30 milliards en pure perte pour la transition énergétique, et à voter une taxe transport qui se traduira par une ponction supplémentaire de 1,2 milliard d’euros, un lourd fardeau qui pèsera surtout sur les PME qu’on prétend favoriser… mais seulement dans les discours !!! Des crédits sont gelés, mais ce ne sont pas de vraies économies structurelles. Avec la complicité des médias, la vérité est constamment masquée. Mais où est donc le volet de croissance soi-disant renégocié du traité de stabilité ? Les décisions du dernier sommet de Bruxelles sont un véritable fiasco pour la France, les résultats du voyage en Inde (pour quel coût) sont dérisoires, et maintenant on nous prépare une tournée en Amérique latine.  Le président normal va devenir la nouvelle madone des aéroports. Monsieur voyage pour oublier que la France sombre.

Irréprochable ?

La république irréprochable devient chaque jour un peu plus celles des copains et des coquins que la gauche dénonçait naguère. Schrameck, Lang, Royal, pour ne citer que ceux-là, sont la partie immergée de l’iceberg des nominations « orientées » de l’Etat PS. C’est aussi la république qui veut prendre plus soin des délinquants que des victimes avec les réformes Taubira. C’est la république des charcutages électoraux et des modifications de scrutin pour tenter de conserver le Sénat en 2014 et les départements et régions dont les scrutins sont reportés en 2015.

Au fond de la classe.

La commission européenne, compte tenu de l’atonie économique qui sévit en Europe et à laquelle la France n’est pas étrangère, fait preuve d’une relative modération. Pourtant, il n’en reste pas moins que nous sommes au fond de la classe, parmi les mauvais élèves : dérapages des déficits en 2013 et 2014 ! Dans ces conditions,  il y a tout lieu de penser que les 3,7% ne seront pas plus tenus que les 3%. En accumulant gaspillage et dépenses de faveurs, notre pays n’est pas prêt de revenir dans la course.

Triste France. Prisonnier des syndicats et de son électorat « protégé », le président est obligé de mentir à l’extérieur pour faire croire aux efforts qu’on ne fait que le dos au mur et sous la contrainte, jusqu’au moment où les marchés se réveilleront. Alors la sombre prophétie de Christian Saint-Etienne pourrait bien se réaliser.

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)