POUVOIR D'ACHAT
FAUSSES PUDEURS DE FAUX-CULS

INDECENCE ET ELEGANCE

 

Le moment des campagnes électorales est toujours propice aux règlements de comptes. Quand l’incertitude sur le détenteur du pouvoir point à l’horizon, on voit toujours des « courageux » fuir le bateau au cas où il changerait de main… avec en arrière-pensée un possible retour en grâces. Alors il faut faire oublier les éventuelles compromissions avec celui qu’on abandonne. Pour ce faire, il y a deux chemins. Celui de l’élégance et celui de l’indécence.

Sur le premier, on trouve naturellement Martin Hirsch et Jean-Pierre Jouyet. Ils s’apprêtent à voter François Hollande : ils le disent et personne ne songerait à le leur reprocher. Ni l’un ni l’autre, lorsqu’ils ont été au gouvernement sous Nicolas Sarkozy n’ont fait mystère sur leur ancrage à gauche et leur sympathie socialiste. Leur choix se fait sans renier la tâche accomplie. Ils avaient su dire leur désaccord chaque fois qu’il s’était produit sans pour autant offenser ou cracher dans la soupe. Ils ont tenu leur poste loyalement. Ils ont quitté le gouvernement et ont retrouvé leur liberté. Rien à redire. Leur modération aujourd’hui, c’est tout à leur honneur. Après tout, ils n’ont fait que servir la République.

Sur le second chemin, deux personnalités jettent aux orties sans vergogne leur collaboration avec le gouvernement. Anne Lauvergeon publie un ouvrage en forme de réquisitoire où elle dénonce  maintenant un « système de clan, de bandes et prébendes ». L’ancienne dirigeante d’Areva a pourtant été maintenue à son poste jusqu’au terme de son mandat. Elle avait tout loisir de démissionner, elle ne l’a pas fait. Il ne s’agit pas de lui refuser le droit de juger l’action du gouvernement ou de contester des indécisions industrielles ; elle est encore légitime quand elle en veut à Henri Proglio qui a tout tenté pour la déstabiliser. Elle n’a cependant pas non plus été virée, comme elle l’affirme : son mandat n’a pas été renouvelé au bout de dix ans, ce qui n’est pas la même chose. Et son bilan à la tête de l’entreprise concernée est largement discutable et pas seulement sur l’EPR finlandais. Les déclarations assassines qu’elle multiplie ressemblent à un acte de candidature dans l’équipe « Hollande ». Elle se révèle plus politique que gestionnaire, très bien. Mais sa démarche est indécente.

L’autre personnalité qui n’a pas de retenue pour dénoncer les cinq ans de Nicolas Sarkozy, c’est Jacques Attali. Ses gesticulations sont grotesques. « Il ne laisse que du vent » vient clamer maintenant celui qui hier encore se targuait d’avoir vu entrer en vigueur la majeure partie des 300 « décisions » de sa Commission pour la libération de la croissance. Curieusement le site internet de la dite commission a été fermé. Peut-être est-ce pour faire oublier que le Président lui a confié des missions à deux reprises. Une collaboration gênante pour l’ancien conseiller de Mitterrand au moment où la gauche pourrait revenir au pouvoir. Qu’il soit un homme de gauche, tout le monde le sait. Qu’il dénonce les résultats d’une politique de droite est déjà plus contestable quand le même a préconisé des mesures très libérales sur la croissance. Encore une fois, le fond n’est pas en cause, chacun a droit à sa liberté de pensée. Mais la forme, elle, manque singulièrement.

L’indécence ne fait pas mourir, mais qu’ils ne s’étonnent pas demain si on les traite avec la même violence. Et les coups, sectarisme aidant, pourraient bien venir du camp qu’ils tentent de rallier.

 

 

Commentaires

chris

Si Jaques Attali a dit cela " Il ne laisse que du vent ", il me déçoit beaucoup , lui qui a un savoir immense mais sans humour et beaucoup de certitudes .Le doute lui manque à Jacques Attali .

Nicolas Sarkozy a fait souffler sur la France un vent fort alors que François Hollande lui souffle une petite brise qui peut être plaisante mais qui paraît bien légère .

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)