APRES L'ELECTION ...
LE BILAN DU QUINQUENNAT SARKOZY

SARKOZY AGIT…

 

100_0379  100_0380  100_0381  

Le choix de Nicolas Sarkozy a toujours été celui de la mobilité. C’est peut-être usant pour ceux qui l’observent, mais reconnaissons que dans ce temps de crise aiguë, c’est tout de même mieux que l’immobilisme et la frilosité. A croire qu’il a fait sienne la devise du Colonel Raspéguy dans les « Centurions » : « j’ose ! ».

Ce qui frappe d’emblée de cet échange d’un peu plus d’une heure c’est le calme, la retenue et le sang-froid du Président. Vulgaire, Nicolas Sarkozy ? Jugeons plutôt l’homme politique à ses actes et à la façon qu’il a de se tenir debout dans la tempête. Il est loin le Nicolas du début du quinquennat. L’homme a vite appris. Qui peut douter aujourd’hui de sa stature présidentielle ?

L’homme d’état est un homme d’action.

Cela étant dit, les mesures proposées sont-elles de nature à apporter des solutions aux problèmes rencontrés par notre pays ? Personnellement, je le pense. Qu’il s’agisse de booster la construction au moyen d’une mesure audacieuse –sous réserve de ne pas produire de l’hyperdensification urbaine- alors que l’effort est déjà conséquent ; qu’il s’agisse de forcer les portes pour démultiplier le nombre des apprentis et leur ouvrir ainsi un chemin fiable pour l’emploi ; qu’il s’agisse de donner un coup de pouce à la compétitivité des entreprises en les délestant de la part patronale des charges de la politique familiale et redonner ainsi des marges de manœuvre à nos entreprises, grandes et petites ; qu’il s’agisse de réinstaller la négociation sur le temps de travail dans l’entreprise, au plus près des besoins, entre partenaires sociaux, pour redonner la souplesse dont elles ont besoin et qui a été cassée par les 35 H ; qu’il s’agisse enfin de financer  la réindustrialisation au moyen d’une banque idoine et relancer ainsi la production sur le sol national…

Ces décisions ne viennent pas par hasard. Elles sont dans le prolongement des efforts entamés depuis le début du quinquennat, en complément de la réforme des universités, des états généraux de l’industrie, des sommes débloquées pour la recherche et l’innovation, de la réforme de la taxe professionnelle, des investissements du grand emprunt dans les filières d’excellence et dans le numérique… La panoplie se complète, dans la continuité.

La rupture avec … Hollande.

Les critiques acerbes n’ont pas tardé à tomber : « le pauvre, il a tout faux ! » C’est ridicule. Décidément, c’est à croire que les gens de gauche n’ont jamais fait d’économie, ou en sont restés à l’économie planifiée dont on sait qu’elle n’a produit que sous-emploi et pauvreté partout où elle a été appliquée. Il serait bon de le rappeler à Mme Aubry, à Mr Mélenchon et aussi à Mme Le Pen qui utilise aujourd’hui le discours « hyperétatiste » de feu Georges Marchais. Accuser le président « d’ultra libéralisme » alors que la droite française n’a jamais été libérale, c’est risible !

Non, la hausse de 1,2 point de la TVA ne provoquera pas d’augmentation du coût de la vie. Oui, la taxation de 2 points des revenus du patrimoine est supportable et équitable.

La plupart des annonces d’hier soir visent à renforcer la compétitivité de notre appareil productif, ce qui constitue une ligne de partage claire avec le projet de François Hollande, plus favorable au consommateur des classes populaires et financé en grande partie par un alourdissement du coût du travail et de la fiscalité des entreprises. Un moyen d’affaiblir un peu plus notre économie.

Authenticité.

Mais c’est vrai, on peut avoir le sentiment que Nicolas Sarkozy est plus dans l’action et ce qui est devant lui, que dans la défense de ce qui a été fait. Son bilan est pourtant le plus riche en réformes de tous les précédents présidents, depuis De Gaulle, mais combien parmi les 37 000 journalistes de l’hexagone ont eu le courage de l’examiner ou de reprendre les déclarations de la majorité …. Il est vrai qu’ils sont à 95% à gauche (chiffre vérifiable) !

En attendant, il est bon que le Président reste à la manoeuvre, sans les entraves du candidat. Il sera toujours temps de faire campagne. 

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)