DANS LES DOSSIERS DE TRYPHON
L’EURO MAL NOTE

SUR LE CARNET DE CAMPAGNE DE SERAPHIN

 

Carnet présidentielle

Le discours de Toulon a déclenché une avalanche de commentaires variés et parfois excessifs, selon leur origine, mais ce qui était inattendu ce sont les propos germanophobes  aux références historiques de sombre mémoire tenus par des leaders de gauche : comparer Angela Merkel et l’Allemagne d’aujourd’hui à Bismarck et à la Prusse n’est pas à l’honneur d’Arnaud Montebourg, et rappeler le mauvais souvenir de Daladier revenant de Munich pour dépeindre la situation de dialogue et de coopération  entre les deux pays actuellement, c’est une insulte aux deux protagonistes que sont la Chancelière et le Président de la République. Lamentable dans la bouche du député PS Jean-Marie Le Guen. Et le Premier Ministre, François Fillon a eu bien raison de rappeler François Hollande à l’ordre pour qu’il tienne ses  « troupes ».  Passe encore que ces mots outranciers viennent de la patronne du Front National. Elle nous a offert ce week-end un come-back sur le mode « chassez le naturel, il revient au galop » : Marine Le Pen nous montre son vrai visage de haine et de violence en renouant avec le vocabulaire habituel de son père : « la France à la schlague », « la France mise sous tutelle de la même manière que madame Bettencourt » , « M. Sarkozy n’aime pas la France »… Elle cache son nationalisme haineux derrière ce qu’elle croit être du patriotisme. En la matière, nous n’avons pas de leçons à recevoir d’elle. On frémit à l’idée que des gens comme elle puissent accéder au pouvoir.

M. Mollet a mis du temps à commenter, pour nous sortir finalement une phrase creuse dont il a le secret : « La parole de Sarkozy s’est épuisée »  a-t-il doctement énoncé. Et faute de réponse crédible, son entourage a trouvé comme diversion d’ergoter sur le caractère même du discours : de Président ou de candidat ? Le PS choisit évidemment le second qualifiant. Comme Nicolas Sarkozy est en campagne permanente depuis 2007, ce sera difficile de différencier Toulon 2 de Toulon 1… querelle de second ordre vu les circonstances. Cet épisode, suivi hier de la visite de la Chancelière aura eu le mérite de réveiller la meute, l’ineffable Moscovici en tête, peu avare d’épithètes homériques, avec un avis sur tout et l’art d’inverser les rôles, art consommé au PS. Ainsi, il s’en prend à tout le monde : Guéant fait de la basse police en exhumant un PV de DSK au bois de Boulogne et son comportement est méprisable, et bien mieux, refusant de condamner les propos germanophobe de ses amis, avec la plus parfaite mauvaise foi, il « condamne la manipulation grotesque de l’Elysée anti-PS sur l’Allemagne » ; tandis que « Nausée » Hamon juge incroyable le procès en germanophobie fait à son parti (il doit être sourd)… Le dernier rebondissement c’est le déplacement du candidat PS à Berlin au congrès du PSD. On retiendra qu’en dehors des pronostics électoraux, il a reçu un accueil plutôt frais sur les « eurobonds » et courageusement il reporte la « règle d’or » à après les élections. Bref, la situation actuelle mérite mieux que des commentaires convenus écrits à l’avance avec comme rhétorique celle de l’échec de Nicolas Sarkozy dans tous les domaines et pour solutions des annonces dilatoires. M. Mollet est à la hauteur de sa réputation.

Episode inattendu, cette semaine, c’est celui de ce billet de mauvais goût écrit par Patrick Besson dans le point, raillant l’accent d’Eva Joly. Déchaînement furieux à gauche. On parle même de racisme et de xénophobie. C’est donner beaucoup d’importance à un billet qui se voulait de l’humour. Mais enfin, ce journaliste n’a rien inventé… Pas de quoi fouetter un chat. Que dira-t-on aux humoristes qui brocardent son style et ses lunettes ?

Bayrou a fait son « coming out » , électoral s’entend. Il dit « aborder avec gravité et bonheur » sa troisième campagne présidentielle. Seulement l’histoire ne se répète pas, si on peut souligner sa constance, en même temps on ne peut s’empêcher de constater que son espace politique est broyé par le contexte économico-politique. D’un côté, François Hollande marche sur ses plates-bandes centristes côté gauche, tandis que de l’autre, Hervé Morin, Jean-Louis Borloo et les centristes de l’UMP s’attachent à capter leur part d’électorat de centre droit. Le vote utile, surtout si la Le Pen est menaçante risque d’être fatal à son score. Comme le dit si bien Jean-Louis qui n’envisage pas de changer d’alliance, il « ne croit pas à un gouvernement centriste en l’état actuel des institutions ».

Côté UMP on fait de son mieux pour répondre aux attaques de la gauche. Même Greenpeace s’en mêle, avec son habitude des opérations médiatiques. On voudrait nous faire croire qu’ils ont mis nos centrales nucléaires en danger, alors qu’il n’en est rien. Jean-François Copé s’attache à faire émerger une nouvelle génération qui apparait de plus en plus souvent dans les débats ou les prises de position : Valérie Rosso-Debord, Franck Riester, Jérome Chartier, Laurent Wauquiez. Et il faut dire que faute d’être aguerris, il n’en tiennent pas moins la route, en connaissant leurs argumentaires et leurs dossiers sur le bout des doigts. 

Les positions prises par Nicolas Sarkozy et Angela Merkel devront être validées par le Conseil européen de jeudi et de vendredi. Il faut se réjouir de voir la France et l’Allemagne sur la même ligne pour défendre l’Euro et l’Europe. La pression est mise par Standard and Poor’s sur le AAA de la France et des autres pays de l’Euroland. Tant que les 27, ou à défaut les 17, n’auront pas réglé par un accord de fond unanime la manière de gérer les dettes souveraines, les officines anglo-saxonnes continueront à alimenter la spéculation. Mais les sarcasmes de la gauche et les sondages qui lui sont favorables contribuent à nous tirer vers le bas. Jeu électoral, mais jeu dangereux. Sur la règle d’or elle se révèle incapable de la moindre grandeur d’âme, alors ne parlons même pas d’intérêt national !

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)