LE COMPLEXE DE « CRESUS »
180 000 EMPLOIS PRESERVES …. !

POUR ETRE SUR !

                              Urne

 

Le suffrage universel est ce qu’il y a de mieux en démocratie. Mais encore faut-il que la sincérité du vote soit garantie. Elle pourrait l’être facilement avec des urnes électroniques. Mais notre pays en reste aux vieilles méthodes : le vote avec listes d’émargements, enveloppes et bulletins en papier. Il oblige donc à de nombreuses manipulations, sources possibles d’erreurs quand ce n’est pas de fraudes. Il est encadré par des procédures strictes consignées dans un code électoral rarement respecté à la lettre. Et il n’y a qu’une manière de s’assurer que le scrutin est honnête : la surveillance contradictoire.

 

C’est là où le bât blesse. Nos concitoyens sont de moins en moins enclins à venir consacrer du temps à tenir les bureaux de vote et à les surveiller. Les présidents courent après des assesseurs, les partis politiques en désignent mais pas suffisamment : pensez donc, rien que pour Angers, il y a plus de 100 urnes à tenir et à surveiller. Or, une surveillance effective et continue, la seule qui soit opérationnelle à 100%, nécessiterait 3 personnes par bureau pour qu’elles puissent assurer une présence continue et se relayer jusqu’au dépouillement, pour lequel il faudrait une personne derrière chaque table.

 

Certains me diront : tricher est difficile. Grave erreur. Au contraire, c’est très facile dès lors que la surveillance n’est pas assurée. Ils me diront encore : les gens qui tiennent les bureaux sont des citoyens honnêtes. La plupart du temps, c’est vrai, heureusement. Mais dans les grandes villes, où le militantisme est plus virulent, ça demande à être vérifié. Les possibilités de fraudes sont nombreuses et je ne vais pas entrer dans le détail de celles (au moins une dizaine) qui sont citées dans tous les manuels de surveillance de bureaux de votes. Sachons simplement que déplacer dix, vingt ou cent voix dans un bureau peut être un jeu d’enfant. Améliorer un vote de 1000 ou 2000 voix sur une grande ville n’est pas une vue de l’esprit. Et impossible de recompter les bulletins, ils ne sont plus joints aux feuilles de décompte dès lors qu’elles sont signées. La tentation peut être grande quand l'enjeu est important.

 

C’est le 2ème tour qui pose le plus de problèmes, quand il ne reste que deux listes en présence. Il n’y a plus que deux camps pour surveiller le scrutin. C’est là que les fraudes peuvent-être décisives. Rien qu’à Angers, il faudrait donc être en mesure de mobiliser 300 personnes pour les 14 et 21 mars. L’UMP n’y est jamais arrivée jusqu’à maintenant. Au scrutin municipal, qui était doublé du scrutin cantonal, j’ai vu des bureaux tenus uniquement par du personnel municipal, sans personne pour surveiller…Que dire ? Si ça se trouve, Christophe Béchu avait peut-être gagné (il suffisait de "déplacer" 300 voix)....

 

Le seul moyen d’être sûr, c’est de surveiller. Alors si vous vous en sentez l’envie, surtout ne vous gênez pas. Contactez la permanence de l’UMP, je suis certain que vous serez le bienvenu.

 

 

Commentaires

Jibe 124

TEST

ARSOUILLE

Mais oui Daniel, pour éviter les chaussettes fourrées, il faudrait charger M. DE VILLEPIN de surveiller les listings.

Philippe Markowicz

Bonjour,

Par principe du fait de mes fonctions, je me fais usuellement un devoir de ne pas intervenir sur les blogs sur tout ce qui concerne les affaires municipales d'Angers, mais là je vais faire une petite exception.
Chercher à inciter des citoyens ou des militants à venir exercer leur devoir d'électeurs, rien de plus normal. Mais laisser croire que la triche puisse être facile et citer l'exemple des municipales d'Angers montre le peu de respect que vous avez de notre fonctionnement démocratique.
D'une part le personnel municipal comme vous dites, ce sont des fonctionnaires territoriaux, présents dans tous les bureaux, qui sont électeurs et citoyens comme nous tous, et dont la probité n'a pas à être remise en cause.
D'autre part, quand on a des doutes sur la sincérité d'un scrutin, il est possible de contester le résultat et de demander un recomptage des votes, plutôt que d'insinuer deux ans plus tard qu'il aurait pu y avoir de la triche.
Enfin , c'est justement parce que l'on peut venir vérifier de visu que tout se passe normalement que vote ne peut être suspect d'être truqué. Avec le vote électronique ce genre de certitude n'existe plus.
S'il est possible de craquer des procédures de sécurité d'établissement bancaires ou d'agences d'état ultra sécurisées, pourquoi ne serait il pas possible faire de même avec une procédure de vote électronique ?
Et là, plus aucun moyen de vérifier ou de recompter. Toutes les manipulations sont possibles.

La déception est mauvaise conseillère, et vos insinuations ne sont pas à votre honneur.

Bien cordialement

Philippe Markowicz

Alice

Daniel ne met en cause la probité de personne. On ne peut pas recompter les bulletins, mais seulement les relevés sur les feuilles de décomptes, ce qui n'est pas la même chose. Il veut simplement inciter les citoyens à participer au scrutin. Seule la surveillance contradictoire peut assurer la sincérité du vote. Croire que tous les militants sont honnêtes (quel que soit le bord) c'est de l'angélisme.

Alice

Michel Dupont

Monsieur Houlle se croit en Afrique? Personne n'a contesté l'élection de Sarkozy pourtant acquise grâce à une montagne de mensonges maintenant prouvés. Il eut cependant été logique qu'il soit destitué pour fraude verbale, mais ainsi est la démocratie...

Philippe Markowicz

Ce n'est pas la surveillance contradictoire qui est garante de la sincérité du vote mais la surveillance tout court.
Ceux qui viennent assister au dépouillement sont dans la majorité des cas des citoyens non encartés qui sont là parce qu'ils ont à l'esprit l'importance de l'enjeu d'un scrutin propre.
Pendant des années, avant d'avoir un engagement politique, j'ai assisté à des dépouillements, et jamais il ne me serait venu à l'idée de favoriser par ma complicité ou mon silence un candidat qui aurait eu ma préférence.
Les fraudeurs existent sans doute, ils sont l'infime minorité, et l'existence de fraudes organisées (comme en parle Mr Houlle dans son billet) sont quasi impossibles dans de multiples bureaux de vote et existent surtout dans les esprits chagrins.
Contrairement à Mr Houlle je crois fermement en l'honnêteté de tous ceux qui participent à l'organisation de ces votes qu'ils soient de droite ou de gauche, et je crois aussi que les modalités actuelles de déroulement de ces scrutins en sont la meilleure garantie.

Philippe Markowicz

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)