3 QUESTIONS A…
POUR ETRE SUR !

LE COMPLEXE DE « CRESUS »

                               Fortune_100


Les Français sont-ils comme François Hollande, celui qui « n’aime pas les riches » ? Vieil héritage du puritanisme et d’un catholicisme moralisateur, c’est vrai qu’en France, « gagner de l’argent » n’a jamais été vécu sereinement. Pas plus que l’on aime ceux qui réussissent trop vite parce qu’ils en ont le talent. Le plus curieux, c’est que c’est notre Parti Socialiste, peut-être par le truchement de « Témoignage Chrétien », qui est aujourd’hui l’héritier de ce vieux fantasme franco-français.

 

Alors vous pensez bien que la polémique sur le salaire de M. Proglio que notre Président a eu l’honnêteté d’assumer devant tous les Français a fait des dégâts. Si on y ajoute ses erreurs antérieures d’affichage de son goût pour le luxe « bling-bling » et le yacht de Bolloré qu’il aurait pu éviter, en passant par le cas de son fils Jean qui « s’voyait déjà »…. Tout cela habilement monté en épingle suffit à créer le brouillard qui nous empêche de voir l’essentiel.

 

Au nom du complexe de Crésus (il est permis d’être riche, mais faut pas l’dire, ni l’montrer), nous sommes condamnés à être jetés dans les bras du couple infernal Aubry-Strauss, chouchous des médias jusqu’à la prochaine tournée. Pendant que la cote de Sarkozy baisse, celle d’Aubry monte. Les Français ne sont pas rancuniers : avec ses 35 heures, elle est responsable du quart de la dette, si ce n’est du tiers, et l’autre mesure emblématique non financée qui s’avère être aujourd’hui un boulet, la retraite à 60 ans, est à l’origine de la moitié. Le reste est dû à l’incurie des gouvernements qui se sont succédé sans avoir le courage de corriger le tir, soumis qu’ils étaient à la pression électorale d’un pays qui vote presque tous les ans.

 

Le spectre de la réforme va coûter une défaite électorale largement programmée à ceux qui soutiennent le gouvernement. Mais qu’importe. L’essentiel est que le travail de fond se fasse. Le jour n’est plus bien loin où l’on verra que ce gouvernement a été bien plus vertueux que tous ceux qui l’ont précédé, y compris sur les déficits. La remise à l’heure de la France pour l’inscrire dans le 21ème siècle ne pouvait pas se faire sans douleur : la notion de proximité n’est plus la même qu’au 19ème siècle et c’est pourtant à celle-là que s’accrochent par démagogie ou par aveuglement nostalgique une gauche qui confond emploi public et service public. Quand on sait qu’un emploi public créé coûte 1,2 emploi privé…

 

Enfin, si nos électeurs avaient un éclair de lucidité pour se mobiliser et aller voter, ce serait mieux. Il manque aujourd’hui 5 points à la majorité présidentielle, ce n’est pas une catastrophe et il est encore temps de se réveiller pour faire en sorte que les régions qui devraient revenir dans son giron ne soient pas roses le 21 mars.

 




Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)