LA QUÊTE DU GRAAL
« INITIATIVE » FRANCO-ALLEMANDE

JE N’AI RIEN COMPRIS !

Macron je n'ai rien compris

 

Macron en mal de symbole.

Comme il l’avait fait avec Jeanne d’Arc, Macron tente de rétablir son image écornée en utilisant la disruption. Il était allé à Orléans faire un discours prémonitoire sur son possible rôle de sauveur de la patrie un an avant la présidentielle de 2017, à l’exemple de Jeanne d’Arc, et avant de trahir Hollande.  On l’avait vu ensuite flatter Philippe De Villiers au Puy du Fou… Cette fois, profitant de  « l’année De Gaulle », -on fête les anniversaires : les 130 ans de sa naissance, les 80 ans de l’appelle du 18 juin, les 50 ans de sa mort -, Macron a décidé d’exploiter le filon en commençant par  la fameuse et peu connue demi-victoire de Montcornet, obtenue le 17 mai 1940 par le Colonel De  Gaulle à la tête de son unité de chars. Dans le détail, il s’agit plutôt  d’une tentative avortée de démonstration de sa théorie sur la mécanisation de l’armée et de l’intérêt de concentrer les chars en véritables unités offensives. La tentative de contre-offensive de Montcornet ne pouvait qu’échouer, faute de logistique adaptée car les chars doivent refaire le plein de carburant, faute d’appui aérien indispensable, faute d’accompagnement terrestre d’unités de fantassins spécialisés. Voilà pourquoi, on évoque peu souvent cet épisode  de la campagne de 1940. Un acte courageux, mais vain ! Alors, pourquoi le sortir de l’oubli, sinon pour flatter la sensibilité gaulliste des quelques grognards encore vivants – ce qui est dérisoire- ou plutôt pour en faire le drapeau de la France qui ne s’avoue pas vaincue, naguère par le nazisme, aujourd’hui par le Covid19 ! Il veut surtout empêcher les gaullistes  d’être les seuls  à brandir, en cette année d’hommages répétés, l’image du grand homme, sauveur de la France, restaurateur de son indépendance et de sa grandeur. La ficelle est grosse et  personne ne sera dupe. Le factice l’emporte sur l’émotion. Mais, en voulant s’appuyer sur cet épisode, Macron commet une erreur de jugement et étale une fois de plus une méconnaissance de notre histoire : « Le vainqueur de Montcornet »  c’était la périphrase méprisante que les détracteurs du Général utilisaient pour se moquer de lui et le rabaisser.

Comme en 1940, la France est à terre.

Toute comparaison n’est pas raison.  Mais on est frappé du parallélisme entre la crise morale et sociale dans laquelle était plongée la France en 1939-40, touchée tardivement par la crise de 29  et en plein déclin démographique, au point de s’effondrer en 40 jours face à l’Allemagne, et la fragmentation sociale et l’avachissement moral de celle d’aujourd’hui, ruinée par les politiques  laxistes de Hollande et de Macron en matière de déficits et de dette, après le contre-coup de la crise de 2008. Et de fait, la pluie de crédits tombée de la BCE qui masque la déroute du pays, ne tardera pas à s’évaporer laissant la place à la réalité de la désolation. Ce n’est pas par hasard si le pays est  celui dont le PIB a le plus reculé et si le chômage va y exploser bien plus qu’ailleurs, dès les cautères retirés. Qu’on en juge : entre janvier et mars le PIB a reculé de 5,8% (5,2%  en Espagne, 4,7% en Italie, 2% en Allemagne) ; l’activité a chuté d’environ 30% (baisse de la consommation électrique : 16% en France, 6% en Allemagne) ; le taux de chômage prévu pour 2020 sera autour  de  4% en Allemagne, 7% en Belgique, 11,8% en Italie  et remontera à 10,1% en France. Mais les tensions sociales qui resurgissent peuvent déboucher sur une année plus noire qu’ailleurs alors que la crise s’annonce historique et on peut compter sur la  CGT pour y contribuer. La centrale syndicale vient de saboter  la reprise chez Renault Sandouville en obtenant du tribunal du  Havre la fermeture de l’usine. Dans ces conditions le recul de 8% du PIB prévu par le gouvernement parait très optimiste, pour Goldman Sachs il serait plutôt de 13-14%. Quant à la Sécu, elle affichera un trou de plus de 40 milliards d’euros… qu’il faudra bien combler d’une manière ou d’une autre.

Une guéguerre Elysée-Matignon ?

Se servir du gaullisme pour justifier le « en même temps ». De Gaulle n’a-t-il pas fait l’unité nationale en 1945 en associant les communistes au destin de la France ? C’est oublier que les forces politiques l’ont obligé à partir dès 1946 et que le RPF et les communistes se sont affrontés durement sous la IVème République et même sous la Vème. Macron voudrait qu’on l’aime alors qu’il ne suscite que de la méfiance de la part de ses concitoyens. Il est le chef d’Etat en Europe le plus mal apprécié  comme  en témoigne les études d’opinions et  cela en dépit de ses longues (trop longues) allocutions infantilisantes. La faute de Philippe est de l’avoir dépassé largement en popularité : insupportable  pour le Président qui n’arrive pas à admettre qu’il agace les Français à chaque prise de parole alors que son Premier Ministre sait faire preuve de pédagogie concrète et montre de sang-froid. Malgré les dénégations de part et d’autre qui font partie du jeu habituel, il semble bien que le scénario de son remplacement soit écrit. Après  les municipales et quel qu’en soit le résultat, il devra laisser la place. Il se murmure que ce serait Bruno Le Maire qui prendrait la charge. Avant le 14 juillet de préférence, pour être en poste au moment de l’annonce de « l’offre de concorde nationale ». Et il faut évidemment un « gaulliste » pour rendre crédible la manipulation. Autant dire qu’on va tout droit à l’élection de Marine Le Pen en 2022.

La crise sociale en arbitre.

On peut compter sur la CGT pour compliquer la donne sociale,  mais pas que… Le redémarrage de notre économie sera chaotique et va faire de 2021 une année décisive.  La reprise s’annonce plus tardive qu’ailleurs.  Plusieurs raisons. D’abord une économie dont le principal  moteur est la consommation : elle va buter sur deux freins, celui de l’épargne et celui de la perte de revenus. Ensuite, le système généreux finançant le chômage partiel n’incite pas les patrons à y mettre fin, attendant le meilleur moment « profitable » pour relancer leur activité (6  salariés sur 10 du privé, plus de 12 millions de Français en bénéficient). Enfin, le corps social est à vif : les soignants sont prêts à en découdre malgré la prime promise et les promesses de revalorisation de leurs métiers.  La médaille en chocolat et  le défilé du 14 juillet ne les font pas rêver. D’une manière générale, la priorité des patrons sera de retrouver un bon niveau d’activité  avant de songer à combler les  pertes de  pouvoir d’achat alors que la priorité des syndicats est exactement l’inverse. L’aide du plan de relance européen sera la bienvenue, mais là encore, le terrain  d’entente va être difficile à trouver. Le  mot clé est « confiance ». Plus personne ne veut faire confiance à nos gouvernants. L’année 2020 va être « chaude ». Et ce n’est pas une manipulation « grotesque » utilisant le Général De Gaulle qui permettra de relever les défis. L’initiative franco-allemande annoncée ce soir me paraît bien plus utile  et Macron est certainement bien content de pouvoir emboîter le pas à Merkel à cette occasion. J’y reviendrai.

Cela dit, la vague de la crise sanitaire passée, les déficits s’accumulent, la dette gonfle. On voit déjà monter les idées destructrices : rétablir l'ISF, taxer l'épargne des Français...  Il va falloir  empêcher les solutions de ceux qui veulent la destruction du capital, la disparition de nos entreprises et des emplois qui vont avec. Pour reconstruire, il faudra travailler plus, baisser les impôts et les charges des entreprises et freiner l’endettement de la France. Il n’y aura pas d’autres solutions et tout autre discours serait fait pour endormir  les Français ou leur mentir et ne fera qu’amplifier la ruine. Refusons d’être entrainés collectivement vers la faillite. 

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)