NOUS VIVONS UNE EPOQUE EPIQUE !
BERTRAND-LEFEBVRE : DEUX DESTINS NOMBRILISTES .

LA DROITE GOGO

Mouton_panurge_democratie_loup

Macron est très habile, sans scrupule et capable de tout, pour peu qu’il ait un intérêt dans la manoeuvre. On le sait depuis qu’il a trahi Hollande et qu’il a rendu visite à Philippe De Villiers… Le voilà qui s’empare des thèmes  de la sécurité et de l’immigration. Il  peut y aller sans grand risque n’ayant pas grand-chose à craindre  de la gauche en complète déliquescence. A  quelques encablures des  municipales, il faut encore donner  du grain à  moudre à droite pour finir de déstabiliser ces gêneurs de  Républicains qui peuvent encore compter sur un  puissant réseau d’élus locaux. Et « en même temps », en forçant le  trait, occuper  les  médias pour faire passer  au second plan le débat sur la bioéthique et la PMA. Machiavélisme pur. Les électeurs de droite vont-ils tomber dans  le  panneau ?

C’est du pipeau !

Les propos prononcés devant ses propres troupes n’étaient pas censé que s’adresser à elles et le Manu savait très bien qu’ils allaient se répercuter à l’infini sur les plateaux en un écho rebondissant de l’un à l’autre.  Il n’a rien dit  de sensationnel : Eric Ciotti le dénonce tous les jours,  il n’a donc rien inventé. Oui  les  bourgeois des beaux quartiers peuvent ignorer  l’immigration qu’ils ne voient pas,  alors que le peuple vit avec elle au quotidien.  Un peu schématique, mais c’est enfoncer une porte ouverte. Mais voilà, dit par Macron c’est un événement. Voilà des mots que les électeurs de droite ont envie  d’entendre.  65% des Français  ne considèrent-ils pas qu’ils ont le sentiment de ne plus être chez eux ? Alors prendre enfin à bras-le-corps  le  problème de l’immigration clandestine, du droit d’asile et de l’AME, ça ne peut que  les  attirer ou au moins les intéresser. Mais où sont les  actes. Il ne suffit pas de dire,  il faut faire. Et Macron,  en la matière, nous a plutôt habitués à « faire semblant ». Le bilan des  deux années précédentes est éloquent : le nombre de demandes d’asile a augmenté de 22% en 2018 en France, alors qu’il baissait de 10% en Europe et jamais nous n’avons autant « régularisé ». Sa visite en Italie le confirme, puisqu’il veut  obtenir une répartition européenne des immigrés, politique qui existe déjà et ne fonctionne pas, ce qu’il sait très bien. Il nous joue du pipeau, comme d’habitude !

Une manipulation de plus.

C’est  de l’électoralisme pur.  Macron ne croit à rien. Il a pourtant une ligne conductrice de fond : c’est un néo-libéral  « Baumanien » sur le  plan économique, ce qui explique la fuite en avant sur la dette et son penchant pour la théorie financière du « ruissellement », et libertarien progressiste sur le plan sociétal, comme on le voit  avec la réforme de la loi sur la bioéthique.  Le progrès « no-limit » ! Il faut donc s’attendre à quelques gestes spectaculaires pour étayer son nouveau discours comme le démantèlement du site de Grand Synthe. Il n’en reste pas  moins qu’il restera communautariste sur le fond et son attitude vis-à-vis de l’Islam restera ambiguë. Les adeptes de LREM, soutiens et députés ont tous reçus leurs « éléments de langage » distribués par le château, et tels des automates vont parcourir tous les lieux médiatiques pour expliciter  la  nouvelle parabole. Si protestation il y a, elle sera vite balayée, car c’est  le sort des majorités introuvables que d’être faible face à  l’exécutif. Mais qu’en pensent nos « bien-pensants » d’Agir ? Eux  qui n’avaient pas  de mots assez durs en quittant Les Républicains, ne se reconnaissant plus dans les valeurs d’un parti qu’ils jugeaient trop à droite, notamment à cause de ses  positions sur l’immigration et l’identité nationale.  Nous n’avions donc pas tort de dénoncer l’immigration clandestine, le communautarisme qui gouverne de nombreux quartiers et l’islamisme sectaire qui les gangrène… Les  voilà obligés  de gober ce qu’ils combattaient hier,  mais avaler des couleuvres, ils en ont l’habitude, c’est  même un métier chez eux. De la poudre de  perlimpinpin pour amadouer un Frédéric Lefèbvre…  Raffarin, lui, a les chemins de Compostelle  pour méditer sur le revirement droitier de Macron et la PMA…. On attend qu’ils fassent au Président le procès que d’aucuns faisaient naguère aux Républicains, eux et la gauche, à savoir de rendre crédible le discours du RN  avec,  sous-entendu, un rapprochement politique  qui n’a jamais eu lieu.

Le piège du RN.

Macron part sur les terres du RN parce qu’il veut définitivement installer  l’affrontement avec  Marine Le Pen comme  le seul possible pour la  présidentielle de  2022. Il compte  couper l’herbe sous le  pied à la  droite traditionnelle qui pourrait jouer les troublions. Il ne veut rien entre lui et Le Pen. Il nous a déjà joué l’air du « Moi ou le chaos » à l’occasion des  Européennes, et avec quel résultat ? Il n’a pas  pu empêcher le RN d’arriver en tête. Une réalité que les médias  ont tenté d’escamoter en la minimisant.  Les mêmes causes entraînant généralement les mêmes effets, c’est donc jouer avec le  feu pour la présidentielle. Il veut reconquérir un électorat populaire  qui lui manque et pêcher dans l’électorat de la droite qui lui résiste pour s’assurer  de la victoire en 2022. Il  oublie tout simplement que c’est Le Pen que ça valorise inéluctablement.  Et elle n’en demandait pas tant. Je crains que ça ne soit un signal  envoyé à tous ceux qui n’avaient pas encore franchi le Rubicon vers la droite populiste. Ce qui va se passer en cas d’absence de la droite au second tour est  assez simple : la  moitié de son électorat n’ira pas voter, et sur l’autre moitié, pour un qui ira chez Macron, deux iront chez Le Pen. Je ne plaisante pas, je sais ce que j’entends autour de moi. Faites le  calcul.  Désormais, une victoire de Marine Le Pen en 2022, sauf accident toujours  possible, est non seulement envisageable,  mais plausible, surtout,  si dans un second tour, elle recevait le renfort d’électeurs de Mélenchon, aujourd’hui très désemparés.

Voilà où conduira le bluff de Macron.

Le grand illusionniste cherche des gogos supplémentaires à droite. Mais le populo est plus difficile à capter que le bobo.  Car il n’est pas question de débattre du droit du sol,  ni de l’immigration familiale ou d’ouvrir le chapitre des  mineurs isolés… Il va falloir qu’il dépasse  les  paroles et concrétise par des actes comment il entend corriger les constats qu’il a faits lundi soir devant les parlementaires En Marche !  Et il faudra des résultats ! On peut toujours rêver …

 

Commentaires

Georges

Il y a du pain sur la planche. Attendons le nouveau président LR et les grandes orientations à suivre.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)