QUELQUES CLES POUR COMPRENDRE LA JAUNISSE
LE BEURRE ET L’ARGENT DU BEURRE…

SURTOUT NE LE DITES PAS …

Haddock insultes maj

Que va-t-il sortir du grand foutoir ?

Ceux qui aiment la parlotte et le misérabilisme sont servis. Surtout ne dites pas que vous aimez les riches, vous passerez pour un monstre et un profiteur. Surtout ne dites  pas que tous nos maux prennent leur source dans la décision de Mitterrand de mettre la retraite à 60 ans et celle d’Aubry d’imposer les 35 heures : ceux qui soutiennent ces aberrations sont encore dans la majorité actuelle et ne veulent surtout pas qu’on baisse  les  charges… Pourtant, ces deux seules mesures anti-économiques expliquent à elles seules la désindustrialisation de notre pays. Mais voilà, « we are the champions » toutes  catégories ! Nous sommes champions de la pression fiscale ; nous sommes aussi champions de la dépense publique ; et nous voilà sacrés, par l'OCDE, champions de la dépense sociale,  avec 31,7% du PIB,  loin devant … l'Allemagne 24,8%, la Grande-Bretagne 20,5%, la moyenne de l'OCDE 20,5% et vous voudriez avec ça qu’on gagne des parts de marché dans la vaste compétition. On a déjà oublié que la révolte initiale des Gilets Jaunes était d’abord  un ras-le-bol fiscal. Et vous allez voir que tout cela va se terminer par une couche supplémentaire d’impôts sur les mêmes, comme d’hab. Si vous demandez leur avis aux 53% de Français qui ne paient pas l’impôt sur le revenu, que croyez-vous qu’ils vont répondre ?

Un modèle dans l’impasse.

Le fameux modèle français ne fonctionne pas puisque les Français veulent encore plus d'impôts (pour les autres) et plus de dépenses sociales alors que nous sommes déjà largement au-delà de la ligne rouge pour les deux. La part des dépenses sociales a baissé partout, sauf en France. Les  deux postes principaux sont les retraites et la santé. Et ces deux postes, compte tenu du vieillissement de la population, ne peuvent qu'augmenter. Il  y a bien des solutions.  Pour les retraites, par exemple, trois conditions sont nécessaires et suffisantes à la pérennisation de notre système de retraite par répartition : déjà il faudrait porter l’âge de départ à la retraite pour tous à 65 ans,  ce qui permet de consolider les comptes de la branche, de prendre en  charge la pénibilité et d’augmenter les petites retraites. Parallèlement il faudrait, par un retour à une vraie politique nataliste, porter notre taux de natalité à au moins 2,1 enfants en moyenne par ménage, seuil de renouvellement des générations au-dessous duquel aucune pérennisation de la répartition n’est possible (on est tombé à 1,8). Enfin, il faudrait ramener le taux de chômage à 5 %,  ce qui permet de remplir les caisses. Mais pour cela il faudrait remettre la France au travail.  Tout le reste est second et insuffisant si ces trois conditions ne sont pas réalisées. Est-ce faisable ? Evidemment oui, il suffit d’un peu de courage  politique et de clairvoyance.

Et puisqu’il s’agit d’une révolte fiscale…

Revenons à la source de  la contestation. Disons les choses crûment : Macron est incohérent. C’est  lui, par son comportement et par ses choix qui nous a conduits à cette situation inédite sous la Vème République. En matière d’impôts et de taxes, il a largement repris d’une main ce qu’il octroyait de l’autre. Avec deux erreurs monumentales :  la taxe d’habitation et la CSG.

La Taxe d’Habitation représente, en moyenne, 36 % des ressources des collectivités locales. Si ses bases de calcul ne sont pas équitables, il faut les rendre équitables ou la remplacer par une taxe qui le soit. – Car l’étatiser revient quasiment à mettre les dites collectivités sous la tutelle  de l’Etat en contradiction avec le principe de subsidiarité.  C’est une faute et une duperie car il faut payer les 16 milliards que coûte cette opération. D’ailleurs, chacun peut constater que cela a déjà commencé : augmentation de  la dette , baisse des  A.P.L, revalorisation des  allocations familiales et des retraites à hauteur de 0,3 %  pour une inflation de 1,7  %, et le mensonge écologique de l’augmentation des taxes sur les carburants qui ont mis le feu aux poudres et que le gouvernement a dû ajourner. … La baisse de 30 % de la taxe d’habitation d’octobre 2018, soit: 207 euros en moyenne par an et par foyer  bénéficiaire,  est loin de compenser les charges déjà engagées. Il faut donc revenir sur cette suppression et créer à la place une nouvelle taxe d’habitation équitable dont les collectivités auront la pleine maîtrise.  Est-ce si difficile ?  Là encore, il suffirait d’un peu de courage  politique et de clairvoyance.

L’augmentation généralisée de la C.S.G. de 1,7 point représente une recette fiscale de 23 milliards d’euros affectée au remboursement des 3,15 % des cotisations chômage et maladie des 19,27 millions de salariés du privé. Pour eux , l’augmentation du pouvoir d’achat sera de 3.15-1.7 = 1,45 %. En clair, sur la base du salaire moyen brut annuel de 38 978 euros, cela fait une augmentation moyenne annuelle par salarié de 38 978 x 1,45 % = 565 euros et pour l’ensemble des salariés du privé : 19,27 millions  x 565 euros = 10, 750 Md d’euros. Pour les autres assujettis à la C.S.G, malgré quelques compensations qu’il faudra rembourser, la perte sera de  23  Md – 10, 750 Md = 12, 250 Md. Ce qui fait que, pour l’ensemble des assujettis à la C.S.G, pour solde, la perte sera donc de : 10, 750  Md – 12,250 Md = - 1,5 Md. Soit l’exact contraire du but recherché. Insinuer que seuls les 19,27 millions salariés du privé produisent et consomment est une vue de l’esprit. Les autres 9 millions d’actifs : agriculteurs, artisans, commerçants, autos-entrepreneurs, professions libérales, fonctionnaires ainsi que les 16 millions de retraités qui aident leurs enfants et petits-enfants et participent bénévolement à la vie de tant d’associations, sont également facteurs de production  et de consommation. Il faut donc supprimer la majoration généralisée de 1,7 points de C.S.G. ! Pour compenser,  l’Etat a, comme  marge de  manœuvre, la baisse de ses dépenses inconsidérées. Et il y a de quoi faire, au moins 20 milliards par  an.

Reste l’ISF. C’est considéré comme la seule bonne mesure prise par Macron, avec la « flat tax ». Là encore, il faut relativiser. Insinuer que seuls les capitaux mobiliers sont productifs est une vue de l’esprit. Dans la réalité, valeurs mobilières et immobilières sont inextricablement liées. Ainsi, supprimer l’ I.S.F. pour les seuls capitaux mobiliers est une invitation faite aux plus fortunés de ne pas investir dans l’immobilier en France. Il faut donc totalement supprimer l’I.S.F. en retirant l’I.F.I. !

En conclusion : Macron a fait du « en même temps ». Ce qui caractérise ces trois points clés de son programme économique est que chacun d’eux porte en lui-même sa propre contradiction qui en annule, voire aggrave, les effets. Et jusque dans son camp on entend clamer qu’il faut rétablir cet impôt anti-économique qui ne rapporte pas grand'chose au nom de la sacro-sainte justice fiscale et à titre de symbole. Comme symbole, il se pose là : c’est celui du déclin de la France ! Il est fichu de le rétablir !

Bellamy.

Le JDD a lancé l’offensive. L’organe de la  propagande macronienne n’y va pas de main morte contre  le candidat  putatif à la tête de liste européenne pour « Les Républicains ». En mettant l’accent sur Dieu et ses convictions personnelles, il veut en faire un épouvantail pour effaroucher le bon peuple, dans un pays où  il  ne fait pas bon avoir des convictions autres que celles de la pensée dominante alimentée par Terra Nova  et autres officines patentées. Le jeune professeur en philosophie fait peur. Et ils ont raison d’avoir  peur. Il est intelligent, il est brillant, il est modéré mais déterminé, et  il sait où il veut aller.  Il est capable  de faire la synthèse des sensibilités qui composent la famille des Républicains.  Aïe, voilà qui ringardise un peu plus Juppé,  Raffarin, Bayrou et les « cons-tructifs » accrochés au discours sur l'Europe de Macron à la Sorbonne comme des berniques à leur rocher,  tout en criant « Europe, Europe, Europe, en sautant comme des cabris » (ça rappelle quelqu’un)… Cette vision de l’Europe nous a déjà envoyés dans le mur électoral. Bellamy, s’il est investi, va proposer autre chose  forcément assis sur les « piliers de la sagesse » définis à Menton. A suivre.

Mais surtout ne le répétez pas !

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)