LE MALAISE JAUNE
PRENEZ LA PAROLE !

CES POLITIQUES INCAPABLES DE SE REMETTRE EN CAUSE !

     Emmanuel Macron giletsEdouard Philippe

La France d'en bas se lève.

Les classes moyennes, d’habitude si sages sont dans la rue, plus ou moins infiltrées  par quelques ultras pour tenter d’amplifier la révolte vers des formes plus violentes. On nous dit qu'ils étaient 300 000, mais ils étaient peut-être 1 million. D’où vient cette rage ? Oh, c’est simple, parmi  les  multiples causes,  le sentiment d’être piégé par  un Etat  omnipotent qui  puise sans cesse dans la même  ressource. Parmi ceux qui manifestent, les  plus nombreux sont ceux qui paient tout plein pot et qui ne reçoivent jamais rien,  étant « au-dessus des conditions de ressources » généralement imposées. Ils sont cette petite moitié de contribuables corvéables à merci  et, qui plus est,  à qui l’Etat,  par un gouvernement servile, vient de retirer le consentement à l’impôt via le prélèvement à la source. C’est l’assurance de pouvoir puiser indéfiniment dans la même  poche. Et comme ce même Etat est incapable de faire la moindre économie,  c’est aussi la perspective de toujours  plus d’impôts ! De quoi rager !  J’en suis, même si je n’ai pas été physiquement dans la rue. Il va bien falloir que ça cesse !

Rien à attendre de Macron.

Ceux qui l’ont cru « libéral » en sont pour leurs frais. Ne vient-il pas de déclarer sur Europe 1 qu’il fallait en finir avec « l’Europe ultra-libérale,  ouverte à tous les vents… qui ne permet plus aux classes moyennes de bien vivre. »  Le  pro-européen à tout va de la campagne de 2017 a disparu.  Voilà le nouveau Macron qui se défausse sur l’Europe, qui entonne  le même discours que Mélenchon et Le Pen. Mais c’est lui qui a tout faux. Après Hollande.  Avec  Macron, il fallait s’attendre à tout, puisqu’il est ni de droite ni de gauche (ça s’appelle un ectoplasme). Le mal, ce n’est pas le  libéralisme, au demeurant assez timide, de l’Union européenne, mais « l’ultra-étatisme » de la France, qu’il a renforcé en arrivant au pouvoir.  Jamais la haute technocratie n’a eu autant de prérogatives. Au point que c’est Bercy qui commande tout, comme on l’a vu avec le prélèvement à la source. Macron  et  ses  acolytes ont tout faux parce qu’ils ont utilisé les mauvais leviers et fait les  mauvais choix. J’en citerai deux : la hausse de  plus de 20% de la CSG et la suppression de la taxe d’habitation. Inutile de revenir sur l’argumentaire. Comment peut-on imaginer de créer des subventions pour payer des taxes, quand ce n’est pas la taxe qui taxe la taxe –mais oui, ça existe- ? Il faut que la machine soit devenue folle ! Si les classes  moyennes sont écrasées d’impôts et de taxes, ce n’est pas la faute de l’Union européenne, c’est à cause de l’incurie de nos gouvernants. Le nombre de nos fonctionnaires le plus élevé par habitant de toute l’Europe, notre taux de chômage, la rigidité de notre marché du travail et le haut niveau des aides sociales, personne d’autre que nos dirigeants n’en est responsable. De combien serait le déficit public si l’Europe n’était pas là pour en fixer les bornes ? Et on pourrait continuer sur tous les registres : par exemple, pourquoi a-t-on un taux d’impôt  sur les  sociétés de 33% quand le taux moyen européen est de 22% ?  C’est notre gouvernement qui a choisi de dépenser 55 milliards de plus que l’an passé,  portant les dépenses publiques à 56% du PIB (10 point de plus que la moyenne européenne) avec plus de 1 000 milliards d’euros de prélèvements soit 46% du PIB … Les  Français travaille un jour sur deux pour l’Etat !!! Le gouvernement s’est-il attaqué à ces  maux qui nous plombent drastiquement ? Evidemment, non ! J’évoquerai un autre jour ce que l’on doit de positif à l’Europe, et ça n’est pas mince.

Le mal n’est pas nouveau.

La droite a sa part de responsabilité. Les déficits publics datent de 40 ans. Les  mauvaises habitudes ont perduré au gré des cohabitations et des échéances électorales. Elle avait commencé, avec Nicolas Sarkozy un important mouvement de réformes et mis en place des  politiques visant à réduire les dépenses. Las, la crise de 2008 est venue mettre à  mal ce qui avait si bien commencé. Hollande a achevé de réduire à néant les efforts. Pire il a aggravé le mal en croyant le résoudre avec un coup de  massue fiscal de 40 milliards : il s’est retrouvé avec le déficit et la panne de croissance  en aggravant, qui plus est, la dette. Le projet de François Fillon,  parce qu’il avait été travaillé avec les milieux entrepreneuriaux, était le mieux à même de rétablir les finances publiques et de remettre la France sur le chemin de la croissance. Mal présenté et dénigré  par tout ce que la France compte d’experts et de commentateurs acquis aux vieilles théories de « l’Etat providence » et au dirigisme économique, il a reçu le coup de grâce avec l’intrusion du pouvoir judiciaire dans la campagne. Je ne suis pas certain que la droite, éparpillée aujourd’hui en mille et une composantes aux prescriptions diverses et variées, soit en capacité  de proposer des solutions pérennes.  Celui qui réussira à organiser ses « Etats-généraux » sera le bienvenu.  Encore faudrait-il qu’elle soit inspirée  par le libéralisme bien tempéré qui a si bien profité à nos partenaires de l’Union… Pour beaucoup de ses dirigeants, cela demandera bien des remises en cause. Mais ce sera moins pire que la trahison des Le Maire,  Darmanin, Philippe,  Lecornu et autres, bien mal  placés pour donner des leçons, je vous dirai pourquoi demain !

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)