L’ETAU DES TAUX, C’EST NOTRE MORT LENTE
CONFIRMATION ! (Malheureusement…)

LE BOUFFON DE CARCASSONNE

    Hollande bouffon 

On a bien cru que c’était une farce.

Un sosie du Président de la République est venu devant les élus socialistes de l’Aude leur faire un discours complètement surréaliste, probablement pour les faire rêver et leur faire oublier ce qui ne s’était pas réalisé. Et voilà notre personnage qui réécrit gaillardement, dans une langue frisant par moment le charabia, les trois premières années du quinquennat et si on en croit le récit, tout ce qui s’était passé était d’une limpidité absolue. Si la logique en a échappé à plus d’un, c’est qu’il s’agit de sots ou pour le moins d’irréductibles antisocialistes, les deux catégories n’en formant qu’une dans son esprit. Alors tenez-vous bien, selon le nouveau « testament » du quinquennat, l’hôte de l’Elysée aurait bel et bien mené de 2012 à 2014 le « redressement du pays » et le moment est venu d’en distribuer les dividendes ! Non, ça n’est pas un mirage, il l’affirme ! Et puis, en se pinçant, on se réveille et il faut bien constater que ce n’était pas une galéjade. C’est bien le discours tenu par l’actuel président, en chair et en os. Il ne lui manque plus que le chapeau multicolore à trois cornes, … mais le bouffon fait-il encore rire !

Ceux qui sont restés sur terre se demandent bien de quoi il parle.

Oui, de quoi parle-t-il : de redressement… fiscal ? du nombre des chômeurs ? de grandes réformes de structure ? Aurait-on, sans qu’on nous le dise, simplifié le code du travail, abrogé la loi Duflot pour le bâtiment, supprimé les 35 heures … ? Aurait-il réglé enfin et subrepticement le financement des retraites en reculant l’âge de départ à 65 ans et établi l’égalité de traitement entre le public et le privé ? Ou encore renoncé à la généralisation du tiers payant… A l’écouter, les 931 réformes réalisées sous Nicolas Sarkozy seraient de la roupie de sansonnet à côté de ses douze travaux d’Hercule. Un grand mensonge pour faire oublier le vide de son bilan et le désastre de sa politique. Et le plus horrifiant c’est qu’il ait annoncé sans attendre le temps de la « redistribution ». Pas de doute, il est bien reparti en campagne. Quelles vaches grasses vont-elles permettre ces douceurs destinées à son électorat, les pauvres en priorité, dont il a passé le plus clair de son temps à multiplier le nombre ?  S’il a trouvé le trésor caché des Cathares, alors qu’il s’empresse plutôt de nous baisser massivement les impôts sous lesquels on étouffe.

La France n’est pas gouvernée.

La France n’était pas gouvernée depuis 2012, avec à sa tête un personnage qui procrastinait à tout va. La France n’est pas plus gouvernée aujourd’hui, puisque le même personnage va désormais passer son temps à battre la campagne pour tenter de se faire réélire. Après les Antilles et Carcassonne, vous n’avez pas fini de le voir sur les routes. Le 28 mai il sera à Limoges, le 4 juin à Marseille, le 9 à tulle, le 12 à Nantes et à Angers, le 14 à Bordeaux… Des réunions qui prennent des tournures de meetings électoraux, oubliant les reproches faits à son prédécesseur qui, d’après lui, entretenait une « confusion des genres ». Avec lui au moins, la confusion n’est pas possible. Le meilleur indice en est la référence faite au discours du Bourget, réputé « fondateur de son action » et aussitôt trahi une fois élu. Il est évident qu’il veut interdire à quiconque de faire l’exégèse de ses promesses (non tenues)  et se réserver le bilan de son action (on n’est jamais si bien servi que par soi-même). Cette manière de sillonner les territoires avant les élections régionales, n’en est pas moins très contestable, ce qui, pour le coup, le fait sortir de son rôle de président de tous les Français. Il est vrai qu’il ne l’a jamais été …

Il devrait voyager en « blabla car ».

En adoptant cette stratégie de la parole permanente il prend le risque d’être chaque fois contredit. Il n’y a guère que lui qui peut croire que la France est pour quelque chose dans la baisse de l’euro ou la réorientation de l’Europe dans la relance par le « quantitative easing ». Nos partenaires ont fait les efforts d’austérité qui la permettent, pas nous. Et quand on voit la faiblesse de nos investissements, on aura aussi du mal à croire qu’il aura réussi à mettre la finance au service du réel. Ce réel qu’il ne tardera pas à découvrir si les taux remontent, facture à l’appui ! (voir bloc-notes d’hier)

Il faut être sacrément perspicace pour voir dans le frémissement de reprise la fin des efforts de redressement qui sont à peine effleurés. Les déficits et la dette restent colossaux, les économies à réaliser sont encore devant nous et laisser entendre que la vanne des dépenses est ouverte, comme le confirment les cadeaux distribués aux Antilles ou la prime de 300€ pour les chômeurs âgés, est irresponsable. Ce ne sont qu’imprudence et démagogie bien mêlées, comme il a toujours fait. Il ne se rend même pas compte combien sa parole est discréditée.

Le message envoyé est parfaitement limpide, lui.

Il fera tout ce qui est possible et même plus pour tenter de se faire réélire, sa seule obsession. Et de ce point de vue il est capable de faire preuve d’une très grande ténacité et imagination comme on le voit. Comme l’affirme son ex-compagne, il n’y a que le pouvoir qui l’intéresse. Mais ses chances sont néanmoins très minces. Une partie des classes populaires vote désormais pour le Front National, la gauche est très profondément divisée y compris au sein du PS et se retrouve politiquement et idéologiquement minoritaire. Sur qui peut-il compter ? Le PC, c’est fini, la gauche radicale peut espérer 10% des voix, les écolos entre 5 et 10% … et le PS, dont il a pris le contrôle, avec 15 à 20% ne permet pas une qualification au 1er tour. D’ailleurs, le verdict est tombé : les Français ont bien compris son jeu et ils ne veulent plus de lui à 77% ! On ne peut être plus clair.

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)