PETIT COURS D'ORTHOGRAPHE (Corrigé)
L’APPRENTISSAGE PATINE

LES SCELERATS REMETTENT LE COUVERT ET EN RAJOUTENT

  Ump_conseil_national_2015-02-07

 

Marre du « bashing » anti-UMP

Décidément, les médias et moi n’avons pas suivi le même Conseil national de l’UMP samedi dernier. A la lecture des titres relevés ici ou là, qu’il s’agisse de France TV info, actu d’Orange et autres, y compris Le Figaro, ce n’est qu’une litanie de « L’UMP est loin de l’union », « Juppé sifflé » et « camouflet pour Alain Juppé », « Doubs tabou », « fragile unité » ou encore « UMP déboussolée » et je passe les commentaires de « BFMTV »… Comme propagation d’une image négative on ne fait pas mieux. On ne leur demande pas de cirer les pompes, mais juste un peu d’objectivité. En ce qui me concerne, j’ai vu une famille rassemblée sinon consensuelle, sans être frappée d’alignement, ou chacun a pu s’exprimer. Certes Alain Juppé a été sifflé (un peu) mais ajoutons que les sifflets ont été couverts par les applaudissements, encore faut-il le préciser. Mais de grâce, Alain, remets ta cravate, le débraillé bobo ne va pas avec ton personnage, surtout sans la barbe de trois jours.

L’UMP est en plein lifting.

Cette UMP-là me plait bien plus que celle du temps de Chirac, époque où on l’accusait d’être « monolithique » pour ne pas dire « Monod* tout court » comme le précisait Alain Madelin avec malice. De même que le Sarkozy conciliant avec les tendances me plait bien plus que celui d’avant 2007, quand il ne permettait pas aux sensibilités de s’exprimer. Alors, certains nous parlent de « chef en difficulté ». Erreur volontaire de diagnostic de ceux qui ne veulent pas d’évolution pour l’UMP et qui souhaitent qu’elle s’enferme dans ses vieux schémas, parce qu’ils savent qu’ils sont perdants. Péché que j’ai ressenti chez Bruno Lemaire au cours de sa campagne pour la présidence du parti, dont le discours gaulliste affirmé ignorait les autres sensibilités comme si elles n’existaient pas.

Il y a bien un nouveau Sarko.

Une chose est certaine, Sarkozy n’a peut-être pas changé, mais il a compris que les temps ont changé, eux. Il a repris un parti profondément divisé, il est en train de le rassembler dans sa diversité. Qui pourrait croire qu’on accepterait de marcher tous du même pas comme des moines soldats ? Il tient compte des appréciations des uns et des autres, il tente de trouver le juste milieu, et c’est tant mieux. Il faut s’en féliciter. Je comprends que ceux qui attendaient le retour d’un chef bonapartiste soient déçus, il faudra qu’ils fassent avec, parce que c’est comme ça que l’UMP pourra reconquérir ses électorats partis en jachère.

Mais attention de ne pas tendre le bâton !

Il n’y a qu’une chose que, manifestement, il n’a pas intégrée : c’est son rapport à l’argent qui sert de cible privilégiée à des médias prêts à tout pour le « basher ». Je ne lui conteste aucunement le droit de faire des conférences confortablement rémunérées, comme d’ailleurs aucun dans le parti, mais je lui demande de regarder les dégâts. Ces temps-ci, pas une interview où la question ne revienne, posée avec une sorte d’agressivité rentrée ou de haine contrite : « que pensez-vous des conférences de M. Sarkozy, ça ne vous gêne pas ? » pour gêner ou tenter d’enfoncer un coin dans le parti. Provenant de gens grassement payés et jouissant d’avantages fiscaux, je ne comprends même pas qu’ils aient l’audace de poser une telle question. Mais rappelons-nous le Fouquet’s … Il n’y avait pas de quoi s’émouvoir et pourtant, ils en ont fait un boulet que Nicolas Sarkozy a dû traîner. C’est que l’égalitarisme (pas pour soi, mais pour les autres) est un sport médiatique national. « Le boulet » titrent justement les « scélérats » de Marianne. Mais de leur part, rien n’est surprenant.

Le FN surfe sur la désespérance.

Enfin venons-en à l’élection d’hier dans le Doubs. Je vais me mettre à la place de Marine le Pen au soir du 6 mai 2012 : elle devait être bien contente que Sarko soit battu. De même je suis bien content que son candidat ait mordu la poussière. Mais je ne me réjouis pas que le socialiste ait été élu, au vu du bilan désastreux des deux ans et demi de pouvoir de son parti. Peut-être que le candidat UMP n’était pas le meilleur, probablement la tâche dans cette circonscription était-elle insurmontable pour un candidat de la droite et du centre, mais ce qui est inquiétant et attristant c’est que tant d’électrices et d’électeurs de droite et de gauche se fassent avoir par le discours attrape-tout et hautement démagogique du Front National.

Extrême-droite ? Quelle extrême-droite ?

Aux électeurs de droite qui se fourvoient je demande : « comment pouvez-vous voter pour un parti devenu gauchiste ? ». Je peux comprendre la désillusion des électeurs de gauche, mais ce n’est pas en votant pour un parti qui fait des promesses encore bien pires que celles que Hollande leur a faites en 2012, qu’ils trouveront des solutions à leurs problèmes. Qu’ils regardent en Grèce : il n’a pas fallu une semaine pour que ceux qui ont voté Tsipras soient déjà pratiquement « cocus ». La réalité est dure, le retour à la réalité, ravageur. L’UMP n’a plus de concurrent sur sa droite dont elle doit occuper tout l’espace. Elle doit en même temps cultiver son centre pour rassembler large. Avec une bonne distribution des rôles, c’est possible. Ensuite que le meilleur gagne. Que la concurrence soit une saine émulation, on n’en demande pas plus !

*Du nom de Jacques Monod, le conseiller de Chirac qui gîtait dans le salon argent de l’Elysée.

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)