CHANGEMENT DE TON MAIS PAS DE FOND !
ENFIN, UNE BONNE NOUVELLE : FINKIE CHEZ LES SAGES !

REFONDATION… SUR DU SABLE

 

Flanby découragé


Le président de la République ne s’est pas contenté de changer de Premier Ministre, il a chamboulé tout son dispositif : secrétaire Général de l’Elysée, Premier secrétaire du PS… Souvent en changeant un proche pour un autre proche, par un tour de passe-passe auquel personne ne trouve rien de choquant comme l’atterrissage de Pierre André Le Mas à la Caisse des Dépôts… « Moi, Président… ». Au PS, l’exfiltration  du laquais Désir et son remplacement quasi d’autorité par J-C. Cambadelis ne fait pas l’unanimité dans un parti attaché à ses traditions démocratiques. Mais qu’importe. C’est le prix à payer pour un nouveau départ du quinquennat : faire oublier deux années calamiteuses !

Une réponse plus politique qu’économique et sociale au vote des municipales. L’exécutif a-t-il entendu le message ? Encore une fois il semble taper à côté du clou, mais en fait, il vient de mettre en place un dispositif de survie. Avec Valls, Hollande joue son va-tout. Le gouvernement, à peine resserré, apparaît pour ce qu’il est : un lièvre cerné par une cohorte de serviteurs zélés de l’Elysée.

Le dispositif ainsi configuré a-t-il une chance de réussir ? Pour cela, Il va falloir surmonter des obstacles himalayens. Il y a gros à parier que la grave insuffisance de notre compétitivité ne sera pas comblée par l’usine à gaz technocratique sous-dimensionnée du « pacte de responsabilité ». De même que la montée des déficits et la hausse des impôts continueront de procéder logiquement de l’aggravation des dépenses publiques dont la part atteindra 56,8% du PIB en 2014. Comment peut-on imaginer baisser le chômage et redresser l’économie dans ces conditions ?

Du coup, on ne peut pas s’attendre à la croissance forte dont on aurait besoin pour faire rentrer de l’argent frais. Même les 50 milliards d’économies d’ici 2017, déjà notoirement insuffisants pour retrouver une situation comparable à celle de nos voisins, et que Valls promet de réaliser, paraissent hors d’atteinte en l’état actuel. Le Premier Ministre va aussi trouver en face de lui un mille-feuille administratif aux centaines de milliers de fonctionnaires prêts à tout pour défendre leur existence, quand ce ne sont pas les élus eux-mêmes. Alors son big-bang ….

Et à cela s’ajoutent les résultats dérisoires du « choc de simplification ». La prolifération des lois et des réglementations qui ne se dément pas, constituent un frein supplémentaire au déploiement de l’économie de notre pays par les entraves qu’elles mettent à l’action des entreprises, et l’on ne voit pas le gouvernement actuel s’atteler à la nécessaire tâche de décodification que les syndicats combattraient immanquablement.

S’il restait encore quelque chance à un courageux chef de gouvernement, le gaspillage incurable de la protection sociale viendrait la lui anéantir. Car personne n’a encore réussi à maîtriser durablement ce gouffre que l’entrée massive d’immigrés attirés par un dispositif généreux plombe chaque année un peu plus…

Bref, avec une population dont la part des actifs va décroissant, par l’effet additionné du vieillissement et de la préférence sociale pour le chômage, il faudrait être magicien pour avoir une production de richesse en augmentation. Alors que, dans le même temps, les dépenses qui concernent toute la population continuent de galoper. A moins de reculer progressivement l’âge de la retraite, de supprimer le SMIC comme le propose Pascal Lamy, toutes choses aux antipodes de la vision socialiste.

La fiscalité qu’on nous promet de diminuer continue de peser lourdement sur les entreprises au lieu de s’attaquer aux prédateurs financiers et nos jeunes cerveaux fuient à l’étranger.

Vous l’avez compris, le désastre est annoncé, mais vous n’êtes pas obligé d’y croire.

Ah ! J’ai oublié de vous dire : les sables sont … mouvants !

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)