ECONOMIE : PETITES NOUVELLES DU FRONT
LA MAGIE DU SAPIN...

LES DOIGTS DANS LA « DECONFITURE »

  Confiture

Aquilino Morelle, ce conseiller influent du président Hollande qui contribuait notamment à la rédaction de ses discours enflammés contre la finance et les riches forcément sans vergogne, a été obligé de démissionner. Un article de « Mediapart » a en effet accusé Aquillino Morelle, qui est médecin, d’avoir été impliqué dans un conflit d’intérêts : en 2007, alors qu’il était inspecteur de l’IGAS, il avait accepté de travailler pour un laboratoire pharmaceutique danois. L’intéressé affirme qu’il en avait demandé l’autorisation à son autorité de tutelle, mais à l’IGAS on n’en aurait aucune trace écrite. Plutôt drôle de voir ce méprisant donneur de leçons se faire accuser d’avoir mis les doigts dans le pot de confiture.

« Mediapart » nous révèle un conflit d’intérêts portant sur une somme relativement modeste de12 500 euros (les plus démunis apprécieront), mais surtout l’article fait du conseiller de l’Élysée un portrait très particulier qu’il semble prendre plaisir à dépeindre en détail. Ainsi, au-delà des traits de caractère qui rendent le personnage peu sympathique, le Dr Morelle a des goûts de luxe qu’il ne craignait pas d’exhiber à l’Élysée et notamment on apprend qu’il faisait entretenir ses chaussures de luxe par un cireur professionnel dans un salon qu’il réservait spécialement. Voilà un travers regrettable pour quelqu’un qui a fait de la chasse aux riches son obsession épistolaire. On n’insistera pas sur ses deux voitures de fonction… Ce qui est inquiétant, c’est que le pouvoir l’ait laissé faire, sans le rabrouer. Elle est belle la république exemplaire ! Et à droite on a beau jeu de railler de telles moeurs !

Petit meurtre entre camarades…

La gauche a trouvé une occasion de plus de s’affaiblir, comme si elle n’en manquait pas déjà. L’affaire entretient l’idée que le président ne sait pas choisir ses lieutenants. Comment peut-on entrer à l’Élysée et y prendre du galon sans avoir subi un examen attentif de son passé. Ce devrait être le minimum.

Mais surtout ce qui pose question, c’est la manière dont les journalistes de Médiapart ont pu être informés. Car ce scoop tombe vraiment à point. Je ne voudrais pas sous-estimer leur talent d’enquêteurs mais il est bien possible qu’ils n’aient pas eu à chercher beaucoup. En effet, l’accusation de conflit d’intérêts qui risquait de ne pas être décisive a servi de prétexte à des révélations plus croustillantes sur les goûts luxueux du conseiller, comme si l’intention  était d’obtenir la destruction politique du personnage : objectif atteint en un temps record. Est-ce François Hollande qui était visé ? Ou est-ce plutôt Manuel Valls ? Valls et Morelle, tous deux d’origine espagnole, se connaissent bien et s’entendent. La presse supposait d’ailleurs que M. Morelle était pour le nouveau Premier ministre un « correspondant » à l’Élysée.

Or les informations publiées ne peuvent venir que de l’Élysée, où le départ de Jean-Marc Ayrault et le remplacement de Pierre-René Lemas par Jean-Claude Jouyet au poste de secrétaire général, ont pu être mal vécus par divers autres conseillers qui n’approuvent pas le programme de Manuel Valls. Il est donc fort possible que Aquillino Morelle, que certains accusent d’avoir contribué au choix de Manuel Valls, soit la victime d’une cabale vengeresse plus ou moins inspirée par le sombre Ayrault, par procuration évidemment. Au moment où le plan d’économies annoncé par le nouveau Premier ministre soulève la colère noire d’une partie du PS, voilà un petit projet pervers pour l’affaiblir en contraignant l’un de ses amis à démissionner, bien dans les mœurs de nos chers amis de la « gauche morale et irréprochable ».

Au-delà, on soulignera le caractère odieux très « dénonciation » de l’article, un jeu que les procureurs de Médiapart affectionnent. On n’ose imaginer à quelle police « morale » on serait confronté si ces gens-là étaient au pouvoir !

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)