LE BILLET DU DIMANCHE SOIR
VOUS, LES FEMMES ...

ECHOS ET REFLEXIONS D’APRES 22

 

Pas de 21 avril à l’envers. Mais « JeanMarine » à 17,9% « ça interpelle au niveau du vécu », comme dirait mon bobo de service. Le danger n’est pas complètement passé : il suffit de voir ses scores dans nos villes et nos campagnes pour s’apercevoir qu’elle peut jouer au chamboule-tout au moment des législatives. Cela impose à l’UMP une adaptation stratégique. Il faudra bien analyser ce vote protestataire pour en tirer les leçons si nous ne voulons pas faire le lit du populisme. Et la gauche n’en est pas exemptée.

Tous comptes faits, avec 27,18% des suffrages, Nicolas Sarkozy est au coude-à-coude avec le Flanby Hollande, 28,63%. Si on calcule les reports selon les observations des études d’opinion, on s’aperçoit que mathématiquement 1,5 point les sépare, un mouchoir de poche dans lequel tiendra probablement le résultat final.

Quand Hollande affirme que Sarkozy a fait, par son discours, le jeu de l’extrême droite, il se trompe. Il fait même preuve d’aveuglement. Cela ne correspond pas à la géographie du vote. Le malaise est plus profond. Le PS en porte même une responsabilité en ayant pourri le débat sur l’identité nationale. Un aveuglement dont il pourrait un jour faire les frais lui aussi. Il suffit de regarder ou le FN a pris ses voix, comme dans le Pas-de-Calais. Le candidat du PS refuse les trois débats que lui propose Sarko : il montre ainsi sa frilosité et son archaïsme, et cherche surtout à ne pas donner de réponses claires, exercice plus facile à réaliser dans le cadre du débat unique. La Présidentielle ne vaut pas la primaire socialiste qui avait mérité, elle, ses trois débats ! Il nous prend pour des breloques, le guignol mitterrandesque. C’est pourtant à la télé que la campagne se fait utilement et pas dans les meetings qui ne réunissent que les convertis. Autre question : que vaut maintenant l’accord PS-Verts aux yeux du candidat Hollande ?

Le Méluche peut tenter de sauver la face, il a bel et bien perdu son pari et s’est quasiment ramassé une tôle. Il est loin d’avoir fait le plein des voix de la gauche protestataire. Il faut dire que soutenu par les 1000 intellectuels du « Marais », adeptes de la révolution de salon, bien calfeutrés dans leurs confortables lofts, il y avait de quoi décourager le quidam de base. Avec 11%, il sauve à peine les meubles.

Et Bayrou peut-il encore exister ? Avec 9,13% il pratique la division (du centre) par deux, par rapport à 2007. Flanby n’est pas Ségo et le vote utile a joué pleinement cette fois-ci. Le Béarnais en est réduit à un ultime tortillement du cul pour prendre position. Compte tenu de son programme, soutenir Hollande serait une imposture.

La posture la plus comique : celle de Dupont Aignan qui avec 1,79% considère, sans rire, que ses électeurs ont effectué un vote … d’avenir. Mais lointain, l’avenir, hein, parce que, à ce rythme-là, il est pas rendu le gars !

A suivre…

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)