ATTENTION, ECOLE DANGER !
DANS LA LORGNETTE D’ARCHIBALD

LAISSEZ-MOI VOUS DIRE ! …

Croissance 2009

 

On ne nous dit pas tout, dirait Anne Roumanoff, ou pas vraiment comme il faut. En décembre, le chômage a diminué. Ce n’était pas le fait du hasard ni le résultat d’une manipulation. On sait maintenant pourquoi. La France a connu une accélération de la croissance fin 2009. Le PIB a progressé de 0,6% au quatrième trimestre après +0,2% au troisième. Certes cela ne l’a pas empêché de reculer de 2,2% sur l’année.

 

Embellie donc, en fin d'année dernière pour l'économie française. Une croissance tirée par les variations de stocks des entreprises - "principale contribution de la croissance ce trimestre", selon l'Insee - et la consommation des ménages, qui a bondi de 0,9%, tirée par les achats d'automobiles soutenus par la prime à la casse.

 

Mais à l'inverse, le commerce extérieur a pesé sur la croissance en fin d'année, les exportations ayant ralenti en même temps que les importations accéléraient. "Au total sur l'année, précise l'Insee, les exportations ont chuté de 11,2% ; la plus forte baisse annuelle précédemment mesurée était celle de 1975 (-3,1%). Les importations ont reculé de 9,7% en 2009, une baisse équivalente à la baisse record de 1975 (-9,8%)". Néanmoins Christine Lagarde n'a pas manqué de se réjouir de l'accélération de la croissance en fin d'année dernière, jugeant que les mesures de relance mises en place par le gouvernement en 2009 ont été couronnées de succès au quatrième trimestre et donnent un élan utile pour entamer l’année 2010.

 

Comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, les statistiques de l’Insee nous donnent une autre occasion, non pas de sourire, mais de faire moins la grimace. Cette même année 2009 aura vu la destruction de 450 000 emplois. C‘est beaucoup, mais on est loin des 700 000 promis en début d’année. Laurent Wauquier, notre jeune Secrétaire d’Etat à l’Emploi explique ce relatif succès par l’efficacité des mesures prises en matière d’emploi. « Nous n’avons pas pu arrêter la crise, mais nous avons réussi à en amortir le choc social » souligne-t-il. Et de rappeler toutes les petites mesures concrètes directement utilisables et rapidement par les entreprises. Elles faisaient sourire. Aujourd’hui il fait le compte : 800 000 emplois « zéros charges », la formation pendant l’activité partielle, le recrutement des « développeurs » chargés de prospecter dans les entreprises en faveur de l’alternance et les salariés formés dans le cadre du FNE… cela fait au moins 100 000 personnes de plus. Le taux d’emploi des séniors a augmenté d’un point.

 

Alors 2010 ? L’emploi sera encore victime de la croissance molle nous prédit-on. Mais ces prédicateurs ont-il le bon logiciel ?

 

 

                                                                                  Archibald.

 



Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)