LA SEMAINE D’ARCHIBALD
COPENHAGUE : 15 JOURS POUR LA PLANETE

PAPY FAIT DE LA RESISTANCE…. LE SCOOP !

P3060060 bis

Hervé de Charette quitte l’UMP. Ce sera annoncé demain matin par l’intéressé à 7H50 sur RTL. Officiellement, la motivation est politique : l’UMP serait trop à droite pour lui. Mais ce n’est pas un scoop. La rumeur courait déjà au Conseil National de l’UMP, l’autre samedi. Rejoindra-t-il le Nouveau Centre ou l’Alliance centriste de Jean Arthuis ?  Evidemment, l’artifice du discours saute aux yeux comme la puce affamée sur le dos d’un chien, et on peut se demander ce qui a bien pu pousser notre ancien ministre des Affaires étrangères, encore au premier rang de la convention régionale de l’UMP, à changer de crèmerie.

Je ne vois qu’une hypothèse plausible : la constitution de la liste régionale et le renouvellement que souhaite Christophe Béchu qui le met « en réserve de la République ». Ce n’est pas facile à avaler pour quelqu’un comme lui qui ne manque pas de talent et qui n’a certes pas démérité. Mais que voulez-vous à bientôt soixante douze ans … ? Effectivement, la seule question qui vaille est : « Sa présence garantit-elle autant de voix que son absence pourrait en retirer ? » et je n’ai pas la réponse. C’est à Christophe Béchu de l’apprécier. Le taux d’usure d’un homme politique ne se mesure malheureusement que lorsqu’il est battu. On dit alors : «C’était l’élection de trop ». Mais ce n’est vrai que du scrutin uninominal…

Je suis bien placé pour connaître l’amertume de voir une liste se constituer sans qu’on y soit. En 1998, le même Hervé de Charette m’avait alors sacrifié sur le même autel du « renouvellement ». Je n’avais pas un âge canonique et même pas atteint celui de la retraite, mais voilà, il considérait qu’on m’avait assez vu. En bon soldat discipliné, j’avais accepté sa décision et même surmonté ma déception en participant activement à sa campagne. J’aurais pu alors faire d’autres choix et répondre à des sollicitations qui considéraient que je pouvais être encore utile à la Région. J’ai préféré la fidélité à mon parti plutôt que de verser dans la cuisine politicienne.

Aussi, je ne peux pas croire qu’après un parcours admirable, il soit mû par un souci aussi terre-à-terre que celui d’être élu coûte que coûte à la Région, et négocier son ralliement à un parti, même cousin, où les mauvaises langues disent qu’il arriverait avec un joli cadeau sous le bras : un morceau du sigle « UDF » tant convoité par les centristes hors Modem. Lequel parti, au demeurant sympathique, lui apporterait en échange l’assurance d’une place de choix sur une liste, et même peut-être bien, une tête de liste départementale.

Hélas, je sais aussi qu’on trouve toujours de bons arguments stratégiques pour justifier ce type d’accommodement. Mais comment sera interprété dans sa circonscription un tel geste que celui de jeter aux orties l’UMP après s’en être servie ? J’aurais préféré l’idée, conforme à l’image que j’ai de lui, que, en fin politicien qu’il est, il confortât la campagne de Christophe Béchu du soutien de son expérience et du renfort de sa présence active, qu’il soit ou pas dans la liste… comme je l’avais fait moi-même pour lui. Le meilleur moyen de battre la gauche !

Malheureusement, il semble que ce ne soit pas le chemin qu’il ait choisi…

 

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)