TANT PIS SI CA DERANGE !
HUMEUR MATINALE

LES RETRAITES : UN DOSSIER EXPLOSIF POUR 2010 ?

P1020934

Les sondages le montrent : en matière de retraites, les Français veulent le beurre et l’argent du beurre. Ils veulent garder la retraite à 60 ans et sans diminution des pensions. Qui paiera et comment, ils s’en moquent. Ils ont un argument choc : « j’ai cotisé toute ma vie, j’y ai droit ! ». Imparable. Sauf qu’ils se trompent. Avec la répartition, ils ont bien cotisé toute leur vie, mais pour ceux qui partaient en retraite, pas pour eux. Maintenant, ce sont eux qui partent en retraite et ce sont les « actifs » qui restent qui vont payer pour eux. Et c’est là qu’il y a un problème : ceux-ci ne sont plus assez nombreux pour garantir les mêmes revenus aux retraités sans des hausses de cotisations qui seront insupportables. Et puis, il y a l’allongement de la vie. On ne peut plus compter non plus sur la mortalité pour « dégager » le terrain. Alors ?

C’est ce casse-tête que le gouvernement va devoir résoudre avec les partenaires sociaux dans son grand rendez-vous de 2010, programmé par la réforme Fillon de 2003. Le point sera vite fait : avec les régiments entiers du « papy-boom » qui partent pour les « grandes vacances », la facture de la branche vieillesse vire au rouge. Une partie des 20 milliards du déficit de 2009 de la sécu, vient justement du déficit de la branche vieillesse. Sans nouvel ajustement, le système par répartition court un danger mortel. D’autant plus que nombre de retraités estiment déjà que leurs revenus leur permettent tout juste de subsister. Pour faire court, le filet social est insuffisant, mais il est déjà beaucoup trop cher pour les moyens de la collectivité. Même en reculant jusqu’à 65 ans l’âge de départ, ce ne serait pas suffisant pour équilibrer les comptes de l’assurance-vieillesse. La crise n’arrange rien, qui réduit par le biais du chômage le nombre des actifs cotisants, ce qui s’ajoute aux effets du déséquilibre démographique.

Il y a plusieurs leviers sur lesquels on peut agir.

Le Fonds de Réserve pour les Retraites est l’un d’eux. Prévu pour amortir le choc du papy-boom, il peine à suivre son cahier des charges. Il profite cependant de l’embellie sur les actions. Il a repris un peu de couleurs avec une progression de 10,5% au deuxième trimestre, ce qui lui a permis de repasser dans le vert à fin juin avec un gain de 3,3%. Les caisses du FFR  détenaient alors 28,8 milliards d’euros. Ses sources d’abondement sont limitées au prélèvement de 2% sur les revenus du patrimoine et de placement, ce qui limite évidemment l’ampleur de cette ressource. Mais il a réussi à préserver son capital, ce qui n’est déjà pas si mal. Avec la crise, on aurait pu craindre le pire. Souhaitons qu’il croisse et embellisse d’ici 2020.

Un autre moyen, c’est de reculer l’âge de la retraite, comme évoqué ci-dessus. Mais est-ce bien nécessaire ? D’abord les Français y sont très majoritairement opposés. Mais surtout, c’est fixer un seuil qui paraît bien inutile. Il suffit d’observer ce qui se passe : l’âge moyen de départ, aujourd’hui se situe autour de 58 ans (avant l’âge légal) et le taux de séniors (entre 59 et 65 ans) en activité est de 38%, ce qui est très bas. Il existe bien une disposition législative qui oblige les entreprises à garder leurs salariés âgés ou à en engager, mais la récession s’est traduite par des vagues de licenciements visant surtout les plus de 55 ans…. Comme dans le même temps elles n’embauchent pas de jeunes, la collectivité perd en cotisations sur les deux tableaux. En vérité, seul devrait compter le nombre de trimestres cotisés pour décrire une carrière. Si le nombre d’années de cotisation est 40 ans, celui qui aurait commencé à travailler à 17 ans pourrait partir à 57 ans et si on rallonge de 2 ans, 59 ans,  bien avant le cadre supérieur qui, ayant commencé sa carrière à 28 ans devra partir à 70 ans, en toute logique. A quoi bon se battre pour imposer une mesure qui sera vécue comme très impopulaire en fixant l’âge de la retraite à 65 ans. Une bonne réforme serait celle qui laisse libres les salariés de choisir l’âge de leur retraite pour autant qu’ils aient cotisé pendant un nombre suffisant de trimestres (par exemple 42 ans de travail effectif). Allonger le temps de cotisation suffit.

Mais auparavant, il faut protéger le travail des séniors et faire en sorte que leur taux d’activité augmente. D’autant plus que l’espérance de vie augmente. Il faut, ensuite, améliorer l’entrée des jeunes dans la vie active. Pour financer les retraites, il est tout de même de bon sens de faire en sorte que tous les actifs le soient vraiment, afin de limiter le déséquilibre démographique, avant de penser aux autres paramètres que sont la durée de la carrière et l’augmentation des cotisations ou la diminution du montant des pensions.

Commentaires

Masson Dominique

Daniel,

Effectivement le dossier retraite est à traiter. Il y a une piste que tu n'as pas explorée : revoir certaines pensions actuelles !
Aucun retraité ne propose cette mesure alors que certains (mon père par exemple)perçoivent des pensions sans commune mesure avec leurs besoins. Mais c'est vrai « j’ai cotisé toute ma vie, j’y ai droit ! » n'est bien entendu tenu que par les futurs retraités ! pas par ceux qui bénéficient artificiellement des 30 glorieuses. Mais oui, les avantages acquis sont contestables quand il s'agit de salariés mais pas pour les retraités !
A mardi, avec le sourire !

Dominique MASSON

Je reviens sur tes propositions. Pourquoi ne prendre que les trimestres cotisés ? Le service militaire ne compte pas ? Certaines périodes de chômage non plus ? J'ai été licencié économique 2 fois et ai eu la chance de retrouver du travail rapidement (1 semaine de chômage) car j'étais jeune et la conjoncture pas trop mauvaise. Actuellement ce serait très difficile. Avec une carrière de fonctionnaire, on a pas conscience des difficultés du monde du travail. Les chômeurs ne sont pas tous des fainéants. Et puis pourquoi que les annnées faites avec plus de 50 h de travail par semaine pour un horaire légal de 40 puis 39 puis 35 heures ne seraient pas majorées de du pourcentage de dépassement ? Je vois bien certains cadres en activité à 70 ans mais certainement pas tous. Leurs conditions de travail ne dégradent, les études sont plus longues et plus coûteuses. Faire math sup et math spé est certainement plus éprouvant que 2 ans d'apprentissage rémunéré de plomberie ! C'est un dossier complexe, mes propositions sont fantaisistes mais les tiennes aussi. Il n'y aura jamais de solution juste car chaque cas est différent.

Daniel HOULLE

J'ai bien conscience que je n'ai fait qu'effleurer le sujet pour montrer la difficulté qui est devant nous. Une idée simple à retenir : pourquoi fixer un âge obligatoire alors qu'il suffit de fixer la durée des cotisations. Ensuite tous es aménagements sont possibles.
Daniel

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)