HUMOUR
OU LES CHIENS NE FONT PAS DES CHATS…

LES ELUS LOCAUX S’EN DONNENT A CŒUR JOIE

Le Gouvernement fait tout ce qu’il peut pour réduire les dépenses de l’Etat, et il les tient avec un certain succès, grâce à la rigueur d’Eric Woerth, hors dépenses spéciales liées à la crise et plan de relance. On a déjà expliqué que l’essentiel du déficit provient de l’effondrement des recettes et des mesures prises pour faire face à la crise.

A quoi cela sert-il si en même temps, les collectivités ne font pas le même effort de rigueur. C’est ce que vient de leur rappeler le Ministre du Budget en leur demandant de dépenser moins. La taxe professionnelle n’est pas encore supprimée que l’on constate une explosion des dépenses des collectivités territoriales : selon Dexia, en 2009, les taux des impôts locaux ont globalement augmenté de 3,6%. Mais ce chiffre, modéré à première vue, cache une réalité plus rugueuse. A Paris, la taxe foncière augmente de 47%. C’est du jamais vu de mémoire de Parisiens, abasourdis quand ils ont reçu leur avis d'imposition. Et ils n'ont pas encore reçu leur taxe d'habitation. Celle-ci augmentera de 12%. A Nice, la taxe foncière grimpe de 16,50% et la taxe d'habitation de 17,70%. A Grenoble, la hausse est respectivement de 12% et de 11,90%. Et, dans beaucoup de grandes villes, elle se situe entre 4 et 10%. On est loin des taux d'inflation...

Pour se justifier, les élus ne sont pas avares d'explications. A Paris, Bertrand Delanoë se dédouane en soulignant qu'il n'a pas augmenté les impôts durant son précédent mandat : un peu facile. Mais il invoque également la chute des transactions immobilières et donc des droits de mutation versés à sa commune. Ce qui représente un manque à gagner de 300 millions d'euros. C’est sûrement vrai, mais alors, il faut faire comme un bon père de famille et ajuster ses dépenses à ses recettes, au lieu de faire supporter le poids de la crise aux contribuables !        

Qu'en sera-t-il avec la suppression de la taxe professionnelle ? Vous verrez  qu’ils se serviront de ce prétexte pour continuer à pomper dans le porte-monnaie des ménages, alors que l'état a juré qu'il compenserait cette perte au centime près. La stabilisation des impôts locaux n'est donc pas à l'ordre du jour. C’est bien dommage, parce que le redémarrage de l’économie va en souffrir. A moins que les administrés ne sortent leurs fourches…

 

Commentaires

Masson Dominique

Les collectivités de droite comme de gauche augmentent les impôts et leurs effectifs. Il y a peut-être, quand même un problème de transfert de compétences.
A la sortie, la baisse des impôts tous confondus bénéficie aux hauts revenus et coûte aux classes moyennes et en dessous.
Je sens que je vais encore me faire traiter de vieux con ! et pourquoi pas de gauchiste !

Tintin

Ce sont essentiellement les collectivités tenues par la gauche qui embauchent le plus... En 2008,il n'y a eu aucun transfert de compétence.
Tintin

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)