OU ETIEZ-VOUS LE 20 JUILLET 1969 A 3H (heure française) ?
CARBONE Y FAIRE !

COMPTES D’APOTHICAIRE

                                                                  


La Démocratie française vient de se mettre sous la coupe du chronomètre. Le CSA vient de se résoudre à édicter de nouvelles règles qui, en gros, mettent à égalité de temps de parole la majorité et l’opposition. La gauche crie « Victoire ! » et la majorité parle de progrès. A voir.

La nouveauté, c’est que la parole du chef de l’Etat va être comptabilisée dans le camp dont il revendique le commandement. Les médias vont être confrontés à un minutage parfois bien aléatoire quand il faudra débrouiller ce qui relève du pouvoir régalien, « je parle au nom de la nation », et ce qui tient du débat politicien, « je parle pour la majorité ». Je leur souhaite bien du plaisir.  D’ailleurs, si on voulait pinailler, c’est 53% du temps de parole que Nicolas Sarkozy devrait avoir, et l’opposition 47% : la référence ultime et la plus démocratique ne devrait-elle pas être l’élection présidentielle ? Car, ne nous cachons pas la vérité, l’opposition enrage de devoir supporter un président hyper actif qui sait saisir toutes les occasions de « faire de la politique », alors qu’elle passe son temps à se déchirer et surtout n’a pas grand-chose à dire sur tous les sujets qui intéressent les Français. Et la mauvaise foi ne la dérange pas, elle qui tient à la portion congrue l’espace d’expression de l’opposition dans tous les journaux édités par les collectivités qu’elle détient.

Si j’avais mauvais esprit, j’ajouterai qu’il est bien inutile de donner plus de temps de parole à des gens qui n’ont que le dénigrement et le mensonge à proposer en réponses aux actions et décisions du gouvernement. A quoi bon permettre d’occuper davantage les « plateaux » à ceux qui ridiculisent le Parlement au moyen de l’obstruction, brandissent des arguments apocalyptiques du genre « la démocratie se meurt », poussent jusqu’à l’hystérie leur désir de s’opposer à tout prix et en toutes occasions, comme sur la loi « Hadopi », posture que je ne parviens toujours pas à comprendre.

Ce qui est plus grave, c’est qu’une fois de plus, on brime la liberté au nom de l’égalité. En soumettant la parole politique à la dictature de l’égalitarisme, on bride la créativité et la liberté d’expression. Nous sommes le seul pays au monde à codifier ainsi les passages de la majorité et de l’opposition à la radio et à la télévision, comme s’ils étaient des monstres incontrôlables. Encore fait-on bon marché de la liberté de la presse. Car le comptage est totalement inapplicable à la presse écrite. Donc, si j’ai bien compris, puisque c’est lui qui est visé, le Président n’a plus qu’à donner interviewes et entretiens aux journaux à volonté, pour rendre publics tous ses projets. Car la vérité, c’est que la gauche instruit un véritable procès en déontologie professionnelle et en éthique aux médias, faute de pouvoir leur apporter de l’audience quand elle s’exprime. Un comble, quand on connaît la couleur politique de la plupart des journalistes, voire des journaux.

Je souhaite bonne chance au CSA, parce qu’au-delà des 50%, il va falloir partager le temps de parole entre toutes les composantes politiques : que fera-t-on de Bayrou ? Et Besancenot sera-t-il compris ? Dans le temps de l’opposition, il faudra bien sûr intégrer le Front National, n’est-ce pas Mme Aubry ?… Ubu n’est pas loin. Et pas sûr que l’opposition soit gagnante.

En effet, ce n’est pas comme cela que les médias fonctionnent. Le passage plus fréquent d’une personnalité peut tenir à son charisme ou à la progression dans l’opinion de ce qu’elle représente. Le fait que les invitations s’espacent peut tenir de la baisse d’une influence réelle… La vraie raison pour laquelle un mouvement est plus exposé que d’autres à certains moments, on l’a vu avec le Modem, c’est qu’il peut être plus intéressant objectivement. Il peut l’être aussi pour des raisons négatives. Ainsi, on ne sait pas si l’intérêt pour les divisions internes du PS lui rend service, mais le fait est que chaque prise de parole de l’un ou l’autre est un événement. C’est la vie politique. Codifier cela est d’une tristesse !

Et puis, rappelons-nous que le CSA ne prend pas la décision que pour la seule majorité actuelle, mais aussi pour les majorités à venir. En limitant le temps de parole de Nicolas Sarkozy, ce qui n’a pas beaucoup de sens, la gauche se comporte implicitement comme si le président ne devait pas quitter le pouvoir un jour. De quoi me réjouir !


                                                                                        


Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)