J -13
J – 12

BENOITEMENT !

 -BentoXVI                                             


Avec leur myopie habituelle, les médias n’ont pas rendu compte du voyage  de Benoit XVI au Proche Orient, avec la dimension que l’importance de l’événement aurait dû leur inspirer. Car c’est un voyage qui fera date aux yeux de l’Histoire. C’est un pape angélique en trompe l’œil qui a parcouru la Jordanie, Israël et les territoires palestiniens.  Il a mis l’accent sur les « valeurs communes » aux trois religions, certes, mais c’est en vrai « politique » qu’il a abordé les problèmes locaux : favoriser la paix entre Israël et les territoires palestiniens ; pousser à la création d’un état palestinien ; conforter la présence des chrétiens dans la région alors qu’ils sont de plus en plus faibles numériquement et souvent persécutés. 

Evidemment, le dialogue interreligieux avec les musulmans puis avec les juifs étaient au cœur de son voyage. Le signe le plus fort en aura été à Nazareth la prière de paix commune avec les représentants de toutes les religions et l’image du pape tenant la main d’un rabbin et d’un dignitaire druze un des symboles de ce voyage. Elle relayait ainsi un autre symbole fort, celui de la visite au Dôme du Rocher, sur l’esplanade des Mosquées à Jérusalem, démontrant par la même occasion la confiance rétablie entre des élites musulmanes et le Vatican.

Très politique aussi, la position qui a consisté à mettre en équilibre « la sécurité d’Israël » avec « l’exigence d’un état palestinien » tout en condamnant « les terrorismes », le pape s’est bien gardé de trop insister sur la problématique du statut de Jérusalem, se contentant d’affirmer son rôle de « ville de paix, demeure spirituelle pour les juifs, les chrétiens et les musulmans »… tout en s’exclamant à Béthléem que « les murs peuvent être abattus », double référence au mur bâti par les israéliens et au mur de Berlin.

Un voyage, enfin qui permet d’effacer pour les juifs, le doute levé par la polémique sur l’évêque négationniste et pour les musulmans les effets désastreux du discours de Ratisbonne, dans lequel ils avaient cru voir une critique de l’Islam. Benoit XVI a montré aux Musulmans qu’il n’y a pas de guerre des « croisés » contre l’Islam et qu’il faut déconnecter la religion des problématiques géopolitiques des grandes puissances. Un moyen de faire oublier les accents religieux de la politique de Bush au moment où Obama arrive. Ce n’est pas le moindre des aspects d’un déplacement à l’angélisme trompeur.

 

                                                                  

                           

 

Commentaires

paix

merci pour ce joli article :) la palestine est le seul pays arabe ou le taux d'analphabetisme et trop bas et ce pays a donné de très iminent intrelectuels arabe faut trouvé une solution a ce conflit n'oublions que nous sommes tous les descendant d'adam et eve :)

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)