QUELQUES RAISONS D’ESPERER + UNE
LA SEMAINE D’ARCHIBALD

QUELQUES RAISONS D’ESPERER + UNE (suite)

                                                                                      

                                                                                      

Il y a encore deux bonnes nouvelles dont on ne fait pas suffisamment état dans les milieux de la majorité, comme quoi, on y est modeste.

                                                                         

D’abord, c’est la dépréciation de l’euro qui était manifestement surévalué par rapport au dollar et qui plombait notre commerce extérieur européen, surtout celui de la France. La crise du crédit est venue se greffer sur une situation déjà détériorée du fait de la baisse du pouvoir d’achat occasionnée par la hausse du coût de l’énergie, des matières premières et des produits alimentaires. La dépréciation de notre monnaie et la chute des prix de ces mêmes matières premières causée par le ralentissement économique a pour effet d’éteindre le feu de l’inflation.

                                                                        

Baisse de l’euro et disparition de l’inflation constituent une bouffée d’oxygène inattendue qui va probablement amortir le choc de la récession, sous réserve que la monnaie ne reparte pas à la hausse et que le crédit redevienne normalement accessible. Rien que la baisse du prix de pétrole de 150 à moins de 50 §, correspond à 2 ou 3 % de PIB, c’est pratiquement un plan de relance ! La traduction en gain de pouvoir d’achat serait de l’ordre de 4%. Toutefois, il ne faut pas minimiser le risque de déflation et la politique monétaire doit en tenir compte. La baisse des taux de la BCE devrait aussi aider les entreprises qui peuvent, dans ce contexte, reconstituer plus facilement leurs marges. 

                                                                                                                    

L’autre effet intéressant, c’est le constat du rôle protecteur de l’euro. Jusque chez les anglais les plus sceptiques, le « bouclier de l’euro » fait maintenant des émules. Et en prime, la crise a soudé les membres de l’euroland, au point de réunir une sorte de conseil de gouvernance, une première historique : réunir les chefs d’Etat et le gouverneur de la BCE pour décider de la politique à suivre. C’était à l’Elysée, le mois dernier.

                                                                                  

Enfin, en 2009, les actions seront très attractives. Malgré les incertitudes et les interrogations, l’année 2009 pourrait voir le retour de la croissance et le rebond des bourses. Le corollaire étant l’arrêt de la hausse du chômage. D’après le Fed, les cours en bourse devraient en moyenne doubler aux Etats-Unis.  Les prévisions du FMI sont réalistes car elles s’appuient sur le constat de la fragilité du système bancaire qui peut créer un cercle vicieux où faillites, pertes bancaires et rationnement du crédit s’additionnent. Ce mouvement peut être contrarié par la réactivité des plans de relance par l’investissement, la baisse spectaculaire du prix de l’énergie et la baisse des prix agricoles. La recapitalisation des banques devrait progressivement faciliter le financement de l’économie. Bref, l’environnement qui s’annonce reste favorable aux grandes entreprises des pays industrialisés. Comme le souligne Warren Buffet « les actions vont certainement faire mieux que les placements monétaires au cours de la prochaine décennie, avec une marge substantielle… »

                                                                                                                                                     

Evidemment, tout cela n’est pas écrit dans le marbre. Mais plutôt que de broyer du noir, autant être optimiste, puisqu’il y a quelques raisons de l’être.  Comme disait mon député hier soir, « passez de bonnes fêtes, et le meilleur moyen de conjurer la crise, c’est encore de consommer… ». Pour ceux qui en ont les moyens, bien sûr, mais ne sont-ils pas les plus nombreux ?

                                                                                                                                                             

                                                                                    

                                                                             

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)