MAI 2008
POUR CEUX QUI AIMENT SEGO

LES ESCROCS DE 68

La France n'a pas été si bouleversée que cela par la révolte des étudiants de mai 1968. Une révolte d'enfants de bourgeois en mal de liberté. Les modifications des habitudes de vie étaient déjà en marche, et l'évolution des esprits avec. La pilule  contraceptive venait d'être autorisée en France depuis 1967, à l'initiative du gaulliste Lucien Neuwirth. La révolte étudiante a convergé avec le mouvement ouvrier plus par coïncidence que par stratégie. D'ailleurs "Billancourt" comme on disait à l'époque se méfiait beaucoup de ces trublions et le PC, qui dominait la gauche, avait surtout comme préoccupation de ne pas trop affaiblir DE GAULLE, au profit d'un gouvernement qui serait plus atlantiste. La stratégie de l'Union soviétique était alors d'isoler les Etats-Unis. J'ai encore en tête les appels des "camarades syndicalistes", appelant les récalcitrants à la reprise du boulot, après la signature des accords de Grenelle : "Camarades, soyez raisonnables....!" La gauche n'a pas poussé son avantage, alors que, peut-être, le pouvoir était à sa portée. De même, les étudiants n'ont jamais eu comme motivation de renverser le gouvernement. Ils n'ont jamais cherché à investir les lieux de pouvoir.

En fait, de 1968 est né une génération "jouisseuse". Les soixante-huitards seront "babas-cool" avant d'être plus tard les "bobos" de nos beaux quartiers. Formant la génération des baby-boomers, ils vont vivre à crédit sur le dos des générations suivantes. Le mal s'est considérablement aggravé quand ils sont arrivés au pouvoir en 81 avec la victoire de François MITTERRAND. La pire des mesures que l'on paie très cher aujourd'hui aura été de mettre la retraite à 60 ans, au moment où il ne fallait surtout pas y toucher. Mesure décidée sans aucun financement. De 24% en 1968, le taux d'endettement est passé à plus de 33% en 1988 et a doublé dans les 20 années suivantes, puisqu'il est de 65% aujourd'hui. Une dette de 32 000 € par Français. Les gouvernements de droite pris dans les calendriers électoraux n'ont pas beaucoup cherché à redresser la barre. Ceux qui avaient hérité d'un pays ravagé par la guerre léguaient en 1968 à leurs héritiers qui avaient 20 ans un pays prospère, peu endetté. A quoi a servi l'endettement : à financer des avantages sociaux auxquels aujourd'hui il faudrait renoncer pour redresser la situation.

C'est une génération qui a produit l'individualisme, favorisé par la société de consommation, qui a cherché le "bonheur" personnel, en affaiblissant les structures collectives. Une génération qui a vécu sans chercher à limiter le déficit public (l'Etat doit tout faire) pour financer l'assistance, préférant le traitement social du chômage à la dynamisation du marché, et fermant du même coup le marché du travail aux jeunes. Sans parler du scandale du financement de la Sécurité Sociale dont on stocke les déficit pour les générations futures par l'intermédiaire de la CADES (Caisse d'amortissement de la dette sociale). Les "franchises" de Roselyne sont une timide initiative pour tenter de ne pas trop alimenter ce gouffre sans fond. Et vous voyez les hurlements que cela crée ! Il restera de cette gigantesque escroquerie une société de rentiers, bien logés, en forme. Pas question de laisser filer l'inflation qui aiderait les jeunes à s'endetter, comme ils en ont profité eux. L'inflation, c'est mauvais pour le patrimoine. Alors, ils hébergent leurs enfants, paient parfois les loyers, leur font des donations....

Heureusement, pour nos jeunes, l'avenir a d'autres perspectives. mais quand même !

Voient-ils seulement que c'est Nicolas SARKOZY qui, en dénonçant ce laxisme larvé et en cherchant à réhabiliter le travail, la responsabilité, le sens du collectif, est le premier à engager avec son gouvernement les efforts en profondeur pour essayer de réparer les dégâts ?

                                                                                

                                                          

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)