L'AVENIR EST UNE PROMESSE : LA SANTE
L'AVENIR EST UNE PROMESSE : URBANISME ET HABITAT

L'AVENIR EST UNE PROMESSE : L'EMPLOI

c'est la surprise : la France n' a jamais compté autant de salariés. En deux ans, elle a créé 550 000 emplois dans le secteur concurrentiel, ce qui porte les effectifs à plus de 16 millions. Et à croissance égale, elle a créé douze fois plus d'emplois en 2007 qu'en 2004. De quoi laisser perplexe les experts de tout poil. Normalement avec un taux de croissance de 1,9% en 2007, l'emploi salarié n'aurait dû augmenter que de 1,2%, soit 200 000 postes, alors qu'il s'est élevé à 1,9%, soit 330 000 postes. La mise en place du chèque emploi service universel de JL BORLOO apporte un début d'explication, mais qui n'est pas suffisante. C'est vrai que les emplois de service, peu rémunérés exigent peu de croissance et ne sont pas délocalisables. Comment expliquer que les entreprises du bâtiment aient créé 58 000 emplois sans s'occuper de la croissance et alors que les mises en chantier ralentissent. Anticipation de l'effet escompté des décisions du Grenelle de l'environnement sur le bâti ancien et la vague de rénovation attendue ?

Pourtant l'Insee annonce que l'emploi et le PIB ont crû au même rythme l'année dernière. Donc que la productivité par tête est restée stable. Impossible pour les économistes. La productivité progresse de 1,1% par an depuis longtemps. Rien ne pourrait expliquer un tel arrêt brutal, sauf une erreur de calcul sur la croissance qui a été probablement  de 2,3% en 2007, ce qui placerait la France devant le Japon, et les Etats-Unis...  et aussi que la conjconture en ce début d'année n'est pas aussi noire que certains auraient voulu.

La bonne nouvelle, c'est que notre pays a enfin réussi à enrichir sa croissance en emplois, en faisant fondre les charges sur le travail non qualifié, en ayant rendu plus souple la durée hebdomadaire du travail et fait émergé de nouvelles activités de service. Aujourd'hui, 0,5% de croissance crée des emplois. Et cette évolution n'est pas terminée. Le développement du secteur des services avec 73% des effectifs salariés, n'a pas terminé complètement sa transformation. Il pourrait donc y avoir encore d'heureuses surprises en matière d'emplois.

Autre nouveauté importante dans le paysage, c'est le dialogue social qui accouche enfin d'accords qui vont changer en profondeur la vie dans notre pays. L'amorce d'une "flexisécurité" change les données du marché du travail avec une simplification du système contractuel. L'accord sur la réprésentativité syndicale est aussi de nature à redonner du souffle à la démocratie sociale en obligeant les syndicats à se regrouper (pour certains) et jetant les bases d'une contractualisation avec les pouvoirs publics renouvelée.

Autre changement : en 2009, les chômeurs auront un guichet unique avec la fusion des Assedic et de l'ANPE. Tout n'est pas gagné, mais les agences "France-Emploi", c'est un changement de logique. On tourne le dos au "traitement social du chômage" pour entrer dans une stratégie de "retour au travail" pour combler les déficits de main d'oeuvre qui vont s'amplifier au gré du départ en retraite des Séniors du Papy-Boom.

Mais les nouveautés touchent aussi à la volonté de voir se développer un secteur encore trop fragmenté dans notre pays : celui des PME. Création trop compliquée encore malgré les efforts de simplification, et trop peu de grosses PME. IL faut donc orienter les investisseurs vers les "start-up" innovantes, donner la priorité aux PME d'une partie des marchés publics, mettre en place un "kit" simple de l'entrepreneur pour crée une entreprise en quelques "clics" comme en Angleterre. Enfin, il faut alléger les charges des entreprises, notamment de celles qui démarrent et les aider à grossir. 99% des sociétés emploient moins de 50 salariés. L'effet de seuil est colossal (34 formalité supplémentaires et 4% de plus pour la masse salariale en passant de 49 à 50). Selon un rapport du Conseil d'Analyse Economique, il manquerait en France 10 000 entreprises de 300 salariés. Nicoals SARKOZY voudrait en faire émerger 2 000 pendant son mandat.

Avec le développement de la formation en alternance, la réforme de la formation professionnelle qui engloutit 24 milliards d'Euros par an sans qu'on sache très bien dans quoi, la remise au travail des seniors ... la France peut rejoindre avant 2O12 le peloton de tête des nations de l'OCDE.

L'emploi en France : de beaux jours !

"Alors, elle est pas belle la vie ?"

                                                                           

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)