35 HEURES, J'Y PENSE ET PUIS J'OUBLIE...
CIVILISATION

LA GROGNE

Le temps des réalités est arrivé, et avec lui, le retour sur terre de la cote présidentielle. Le dernier sondage BVA est très éclairant sur la chute de popularité de Nicolas SARKOZY. Les trois strates de population qui la font chuter sont respectivement : les couches populaires à cause du pouvoir d'achat, les personnes âgées que son style de présidence peut indisposer et qui peuvent être contrariées par la faible revalorisation des retraites, et enfin les électeurs Modem et du centre gauche indisposés par les choix budgétaires.

Une somme qui place le Président en position arithmétique "d'impopularité". Et si parallèlement des personnalités comme Rama YADE font une percée, on peut y voir une indication supplémentaire : les Français voient tout et comprennent tout, rien ne leur échappe. On pouvait penser que le Président avait jouer gros avec la venue de KADHAFI. Les Français, visiblement n'ont pas apprécié. L'idylle avec Carla BRUNI n'a apparemment pas arrangé les choses. Trop vite, trop loin. Nous avons tous vu les gestes de tendresse du Président envers Cécilia, le jour de sa prise de fonction. Quels sens tout cela pouvait-il avoir pour qu'en moins de six mois tout soit consommé et qu'elle soit illico remplacée par son clone ? Voilà ce que j'entends dire. Que répondre à cela ? Et puis il y a eu la révision de son indemnité, les escapades à la manière "jet set", .... L'addition de petits riens qui comme dans un couple finit par tourner à l'aigre. Tout le travail effectué par ailleurs passe à la trappe. L'opinion est ainsi.

Le problème du pouvoir d'achat est aussi très symptomatique de l'état d'esprit des Français. La hausse du coût de la vie à travers le prix des carburants, des fruits et légumes, des loyers n'est pas contestable sur le 2ème semestre 2007. Face à cette conjoncture à laquelle il ne peut pas grand chose, le roi est nu. Inutile de songer à augmenter le SMIC, comme le préconise la gauche : c'est la pire des solutions parce qu'elle empêche la revalorisation des salaires intermédiaires et crée des "trappes à pauvreté". Le 1/4 des smicards y restent au moins dix ans. De plus la France est le pays ou le travail peu qualifié a le coût horaire le plus élevé. On ne peut qu'attendre les retombées des mesures prises cet été, mais il faut craindre que la conjoncture internationale en retarde les effets. Le seul moyen d'augmenter réellement les salaires c'est de produire plus de richesses. Donc travailler plus. Encore faut-il que les entreprises le puissent. Restent les mesures dites de "civilisation".... Un capitalisme moralisé dont les profits seraient mieux partagés. C'est bien de le préconiser, mais avant que cela soit effectif, là encore.... J'entendais l'autre soir Philippe MANIERE de l'Institut Montaigne expliquer que toutes les mesures prises allaient dans la bonne direction. Réconfortant mais pas suffisant.

"Tout est possible" a été compris "possible tout de suite" !

En attendant, l'échéance des municipales est bien là. Au pire moment diront certains. Comme on pouvait le craindre, diront ceux qui militaient pour qu'elles aient lieu l'automne dernier. Dans ce contexte, il serait étonnant que le Président laisse les choses en l'état et ne prenne pas d'initiatives. Vous avez dit "politisation" ? Elle est inévitable si l'on ne veut pas laisser la gauche mobiliser les électeurs sur ses seules antiennes.

                                                                              

Commentaires

Pierre Martin

Politiser les élections municipales est une erreur. Si je vote Béchu ou Antonini en fonction de mes sentiments envers la politique de Sarkozy, je suis un c.. qui n'a rien compris à la politique (vie de la cité).
Si je suis un citoyen responsable, je vote contre Frèche à Montpellier et contre Balkany à Levallois pour faire barrage à tous les pourris, quelque soit leur bord.

Tintin

Tout à fait d'accord, mais il faudra expliquer ça à François Hollande et à Ségolène Royal qui veulent en faire un test national de contestation.
Tintin

Pierre Martin

Et au président Sarkozy aussi, soyons honnêtes...

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)