POUR CEUX QUI AIMENT SEGO
LIBERAL : JEU ET STRATEGIE

JEAN-CLAUDE "NOUSS PLAçA"....

Quand jétais au Maroc, il y avait entre Casablanca et Agadir un service d'autocar express, le "Pullman du Souss", qui desservait El Jadida, Essaouira et faisait halte à Tamanar, petit bled perdu dans un désert, mais arrêt incontournable pour le ravitaillement. Là on pouvait déguster un mini tajine savamment mitonné ou des brochettes de moutons délicieuses cuites sur la braise des kanouns alignés en batterie le long de la route. Souvent, un homme de petite taille montait. Il prétendait payer demi place en raison de sa corpulence qui, effectivement n'occupait guère plus de la moitié d'une place. Pour cette raison tout le monde l'appelait "Mohamed nouss plaça", c'est-à-dire "demi place".

"Jean-Claude nouss plaça" : c'est ainsi que l'on pourrait dénommer le maire d'Angers fraîchement réélu avec tout juste 50% des voix. A lire son interview l'autre jour dans notre presse locale, j'ai trouvé qu'il avait la victoire amère. On connaît l'épisode de la constitution du bureau de l'agglo où il a renforcé jusqu'à l'excès le poids de la ville d'Angers. Sur tous les sujets c'est un maire retranché dans sa légitimité -que personne ne lui conteste d'ailleurs- mais psychiquement ébranlé par le vent de la défaite qui a bien failli l'emporter. Etriqué et sectaire : voilà comment il m'est apparu à la lecture des réponses qu'il a donné à son interviewer. Etriqué sur les projets, sectaire dans la conduite des affaires et ses rapports avec son opposition. Il campe sur ses positions. Etriqué quand il ne veut pas déplacer le stade, quand il fait passer le tramway par la place du Ralliement, quand il juge Jean Monnier. Autrement dit il entend gouverner pour sa modeste majorité en oubliant tous ceux qui n'ont pas voté pour lui. Ce serait pourtant son devoir d'en tenir compte. Aujourd'hui il ne se comporte pas en "maire de tous les Angevins" comme la démocratie le voudrait.

Sur le logement, il persiste dans une vision déconnectée de toute réalité. Au moment où le marché s'effondre, où la ville d'Angers est classée par les investisseurs comme une ville à la limite de la saturation, il continue sur son projet de constructions à tout va. Avec quels investisseurs ?

Enfin, il est bien discret sur le départ de M. Crimes. Bon, on a compris qu'il y a un problème relationnel. Espérons que le "crime" ne se complètera pas d'un trou financier....

Quant à l'opposition, elle aura bien du fil à retordre avec un tel maire. On savait qu'il est retord. Maintenant que c'est son dernier mandat et qu'il n'a plus rien à perdre, ça va pas être "coton". En face, sans mettre en cause la qualité des personnes, on a le sentiment que ça manque de "politiques". Dans un tel cas de figure, il faudrait des élus chevronnés rompus aux joutes de l'enceinte municipale. Ce n'est pas en faisant deux groupes pilotés par MOREAU et GERAULT qu'on va faire "bander" (politiquement s'entend) l'électorat "sarkosiste". Même en avançant des raisons techniques compréhensibles, c'est pas génial pour la lisibilité.  On s'y perd un peu et on se demande où est passée l'UMP.... Et il va falloir tenir. Espérons que les "bleuets" s'endurcissent. C'est long six ans !

On ne peut donc avoir que des regrets. L'analyse d'André LARDEUX est imparable. Une fois n'est pas coutume : je la partage entièrement. Et comme l'histoire ne repasse pas deux fois les plats..... il reste cinq ans et quelques 10 mois pour méditer.

                                                                                                                       

                                                                           

Commentaires

Lucien Martin

Bonjour Daniel,

vous dites que l'immobilier s'effondre à Angers, c'est ce que me confirment depuis de nombreux mois mes amis travaillant dans le secteur. Apparemment, il existe une omertà, aussi bien au niveau des collectivités locales que des agents immobiliers, tous grands gagnants de l'énorme bulle immobilière qui est en train d'exploser.
Ce serait intéressant que vous nous donniez des précisions sur l'état réél du marché sur Angers.

Cordialement.

Houlle Daniel

Voir mon article du 21 février dernier :"Où est donc l'urgence ?"; Propos confirmés par une interview, en mars ou avril, de Francis STEPHAN, directeur d'un organisme bailleur social bien connu en Anjou.
Daniel

philippe

bonjour

suite à la lecture de votre article deux réflexions:

- je trouve que vous êtes sévère avec notre maire, mais à la lecture globale de votre blog, cela peut se comprendre, mais quand même, il faut reconnaitre que la confèrence de presse de monsieur Antonini avait plus de contenu et de pertinence que celle de monsieur Béchu édité une semaine avant!

- pour la qualité de l'opposition, je suis en phase avec vous, et je crois que Béchu a joué au poker pour les municipales en voulant ratisser large et il a perdu. Je ne vois pas dans cette opposition des hommes forts, mais plus des manipulateurs avec gérault en chef de file. Je m'interroge: où est l'UMP? Je serais militant ump, je serais je crois très en colère!

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)