MAGISTRAL !
LA POLITIQUE AUTREMENT

SI PRES DU BUT

667 voix d'écart, c'est ce qui sépare à l'arrivée la victoire du maire sortant face à Christophe BECHU. Autrement dit, comme c'était un duel, il aurait suffi à ce dernier 334 voix de plus pour l'emporter. Victoire à l'arrachée pour Jean-Claude ANTONINI qui a fait feu de tout bois au cours de cette dernière semaine : invasion de blousons rouges dans toute la ville avec le renfort de militants PS venus de Nantes, les rumeurs de "pressions" en tout genre sur tout ce qui pouvait déplacer quelques voix, politisation pour récupérer le vote rose... Bref, tous les moyens ont été utilisés et rien n'a été laissé au hasard. Même les deux débats où pourtant le challenger avait fait la preuve de sa connaissance des dossiers et de son assurance n'auront pas suffi à convaincre totalement les Angevins de la nécessité de renouveler l'équipe municipale aux commandes de la ville.

On sait toujours qui perd, dit-on. Et dans ce cas, on veut des explications. Il est difficile de ne pas prendre en compte le contexte national qui a pesé sur le scrutin. Déterminant ? sûrement. Le "désir de revanche" motive toujours la gauche après une défaite plus que le "désir d'avenir", et les élections sont tombées en plus au moment où la cote du président connaît un trou d'air. Au pire moment, dira-t-on. Encore merci à ceux qui n'ont pas voulu que les élections soient avancées à l'automne 2007.  J'ai toujours pensé qu'on ne pouvait pas séparer les élections locales de leur dimension nationale, on l'a bien vu aux Régionales de 2004. Face au discours politisé de la gauche, on ne peut pas se contenter de répondre :"projet local". Ce n'est pas suffisant. Surtout dans les grandes villes où les "étiquettes" comptent autant sinon plus que les personnes. Rappelons-nous la conclusion du second débat par la maire : "je défends des valeurs, celles de la gauche..." Ce discours marche encore, même si les réalités de ces valeurs ne suivent pas toujours. Mais cela n'explique pas tout.

La campagne de Christophe BECHU aura été très active, et réussie à bien des égards : initiatives innovantes de "speed contact", réunions de quartiers soigneusement préparées, porte-à-porte systématique... Une forte présence sur le terrain aura incontestablement été le point marquant. En tant que tête de liste, lui-même a été d'une efficacité redoutable dans les réunions : brillant par la dialectique, la spontanéité, la connaissance des problèmes vécus....  Le choix de la liste pluraliste était une statégie implacable et le renfort de Jean MONNIER déterminant.

Alors qu'a-t-il manqué ? Ces petits riens qui font une élection. Ce supplément d'âme qui fait tout. Les conséquences des choix entraînent toujours des effets pervers. Et d'abord la composition de la liste impliquait le respect mutuel qui était de concilier les atouts des différentes familles. Il est dommage que cela n'ait pas été complètement le cas, il y a eu des "absences assourdissantes" qui ont certainement eu leur traduction en abstentions.  Le site internet n'a pas été utilisé avec l'efficacité souhaitable : un point à travailler pour la prochaine fois. Il y avait là l'outil de conquête des voix manquantes.

Mais ne jetons pas le bébé avec l'eau du bain. Si Christophe avait gagné, on ne se serait pas posé toutes ces questions. Au demeurant, c'est le meilleur score contre l'équipe sortante depuis 1977. Un exploit !

Ce qui m'attriste le plus, dans cette défaite, c'est l'avenir d'Angers.

                                                                  

                                                                               

 

Commentaires

Lucien MArtin

Oui, c'est Sarkozy qui a été battu à ANGERS, pas M.BECHU. Même si je n'approuvais pas certain de ses choix qu'il portait comme un étendard (tracé du Tramway, Grand Stade (on en saura plus sur la situation sur l'avenir su SCO cette semaine), 2ème patinoire, gel de constructions, je reconnais de grandes qualités à M.BECHU. Il doit maintenant continuer son travail pendant 6 ans, aura-t-il la patience ?

Lucien martin

J'en remets une couche pour Antonini qui doit s'interroger : sans le contexte national, il aurait été battu à plate couture, pourquoi ?

philippe verniolle

Quand je vois les résultats au niveau national il n'y a qu'un mot qui me vient à l'esprit "quel gachis" Christophe Béchu a payé le poids du national sa campagne était belle il était porteur d'un véritable projet!! il faut continuer il faut penser maintenat aux prochaines écéhéances

Marcel Moulan

ça veut dire quoi: aggravé par un black-out à la permanence de campagne? il faudra que tu m'expliques Daniel...j'ai eu la responsabilité de la permanence pendant trois mois et demi et pendant toute cette durée j'ai tout fait, avec mon équipe, pour accueillir chacun sans jamais sélectionner personne ni par sa couleur politique ni par sa couleur de peau ni par ses croyances religieuses. Tous ceux qui étaient là pour soutenir Christophe et sa liste étaient les bienvenus. La messe est dite.-
Marcel Moulan

Edb

Bravo ! La critique est facile après coup ! Daniel Houlle grand stratège des municipales angevines qui aurait souhaité une liste étriqué, sectaire, en bref loin de la réalité angevine !

Vous avez loué la campagne de Béchu, mais aujourd'hui qu'elle se termine par une defaite vous la dénigrez, quel courage!!

Pouvez vous nous rappellez ce que vous avez proposiez durant la campagne? Qu'avez vous fait durant ces six derniers mois ? ou étiez vous d'ailleurs ?

Votre attitude est pathétique Monsieur Houlle, nous n'avons pas à rougir de cette campagne qui a été magnifique et pleine de dynamisme, elle a véritablement transcendé les clivages politiques et nous n'avons pas à le regretter.

Bravo à Christophe Béchu! Bravo à l'équipe extra qui l'entourait!

Vous devriez les remercier au lieu de dénigrer...

JPP

il y a dans l'analyse ,non pas de l'echec,mais de la défaite au sprint de C Bechu,ainsi que dans les premiers commentaires qui en sont faits,comme des relents ou un parfum de règlement de comptes.De grace ,je sais que la politique est une guerre, mais ne vous trompez pas d'adversaires!Laissez les luttes intestines à ceux que nous devons combattre et si il y a du linge sale à laver,ce que je peux comprendre,lavez le en famille mais n'ouvrez pas la laverie au grand public du web!Un peu de retenue vaut toujours mieux qu'un grand déballage.Merci!

Daniel HOULLE

Je vois bien que certaines vérités dérangent. Afin que mes propos ne soient pas mal interprétés ou exploités par des esprits malveillants, j'ai atténué le paragraphe des critiques.Les lecteurs exigeants me pardonneront.Il est tellement facile de retirer un propos de son contexte, ou de ne retenir d'un article qu'un passage.Je n'ai rien sur le coeur et encore moins de rancune à l'égard de qui que ce soit. Je cherche à donner des éléments de compréhension...

Bernard Rolland

Je trouve ça "faux-cul" de censurer un texte parce qu'il dérange certains. Le passage sur l'écharpe orange froissait-il des susceptibilités au centre ? Daniel Houlle a-t-il subi des pressions pour retirer ce passage ? Franchement, je ne comprends pas certains réflexes sur ce blog qui consistent à s'auto-censurer après coup. Idem pour le billet sur le sondage 52-48, pendant la campagne, qui a été bizarrement retiré du blog. Il existait pourtant bien un tel sondage, demandé par le maire, qui savait que celui du Courrier n'était pas bon. Archi faux, même. De grâce M. Houlle, ayez le courage de vos paroles, et cessez d'atténuer et de censurer après coup ! Un peu d'audace ! Ce n'est qu'un blog...

Daniel HOULLE

Pour le sondage, c'était une erreur de ma part. La source n'était pas fiable. J'ai préféré retirer l'info, mais un peu tardivement parce que je n'étais pas chez moi et il fallait que je trouve un ordinateur branché. Pour la suite de votre commentaire, je suis libre de parole, totalement libre et seul juge de ce que je peux ou ne peux pas écrire. Je n'ai subi aucune pression de quiconque. L'explication que j'ai donnée me paraît suffisante. En ces temps où les gens ne savent plus bien lire, je préfère être méfiant.

Beurgeoise

Bonjour,

Bonjour,

Christophe Béchu a rassemblé une liste diverse, cependant il manquait dans sa liste une jeunesse issue de milieu défavorisé ou de quartier populaire. Une jeunesse qui ne se retrouve plus ou pas chez les socialistes, une jeunesse qui a décidé de prendre son destin en main sans ce grand parti de gauche aux normes ISO, ce parti qui combat les bourgeois pour protéger les pauvres. Le parti socialiste a indépendamment de sa volonté façonné des nouveaux « beurgeois » a lui de se remettre en question d’en tirer des leçons au lieu de déployer son agressivité.
Le maire semble se reconcentrer sur des valeurs tant mieux!

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)