LES ETATS-UNIS ENTRE GAUCHISME ET POPULISME
UNE ELECTION N’A PAS DE PRIX… MAIS ELLE A UN COÛT !

CACHER CET ARGENT QUE JE NE SAURAIS VOIR …

Des-liasses-de-billets

 

C’est en parodiant Tartuffe et son célèbre « couvrez ce sein que je ne saurais voir » que je réagis à la tempête qu’a déclenché le salaire de Carlos Ghosn, sanctionné par 54% des actionnaires de Renault mais maintenu par son conseil d’administration : vous pensez, 7 millions d’euros par an, il y a de quoi insulter les milliers de « smicards » qui travaillent dans l’entreprise nationale. Déjà Carlos Tavares, il y a peu, avait provoqué l’ire des gauchots bien-pensants et égalitaristes, pour un revenu pourtant plus modeste de quelques 5 millions d’euros.

Indécrottables français pétris d’égalitarisme qui voient dans l’argent le péché indépassable. Les saints d’aujourd’hui sont nos bons ayatolas écolos prêcheurs de la décroissance et de la pauvreté généralisée. La haine de l’argent fait partie du vieux fonds français qui va de pair avec la haine du libéralisme et du capitalisme. Elle justifie une fiscalité confiscatoire. Elle se traduit pas des spasmes réguliers depuis le « j’aime pas les riches ! »  et « mon ennemi, c’est la finance !» de François Hollande jusqu’à cette sortie du pape François à propos de l’argent : « le fumier du diable ». Pour ce dernier je n’aurai pas l’outrecuidance d’évoquer le cadre doré dans lequel il vit, ce serait tomber dans le piège, comme le fait si facilement « Marianne » avec ses « unes » phobiques sur fond catholico-républicain racoleur. C’est « Martinez-le-stalinien » qui va défiler avec ses (maigres) troupes sous les fenêtres du Medef pour dénoncer les détenteurs du capital, ennemis de la France.  Evidemment les « Nuit debout » ne sont pas en reste : ce ramassis d’anarchos ne peut que rejeter l’argent et rêver d’une société qui en serait dépourvue, une pure utopie. Rétrospectivement, on comprend mieux la disgrâce de Nicolas Sarkozy et sa tentative pour décomplexer les Français sur le sujet, avec pour résultat l’effet contraire. Quelqu’un qui aime l’argent, ça n’est pas très respectable, non ?

On touche à un point sensible. Il nous vient de loin : du clivage social de l’ancien régime dans lequel l’aristocratie (la noblesse) pouvait dépenser en laissant le travail servile aux manants ; de la religion catholique et particulièrement en France où il faut choisir en la religion et le veau d’or, ce qui a pour conséquence d’avoir institué le principe de culpabilité de « l’argent honteux » ; la République, enfin, et l’idéal égalitariste, devenu passion insatiable, que Stendhal commentait ainsi : 1789 a libéré la haine, la jalousie et l’envie impuissante. Le Général De Gaulle traduisait plus justement cette inclination par « chacun ressent ce qui lui manque plutôt que ce qu’il a déjà ». Ce triple héritage nous vaut bien des turpitudes. Ainsi, on préfère faire fuir les riches, on préfère décourager le travail qui équivaudrait à un « enrichissez-vous » méprisable. Chez nous l’économie de marché n’est supportée qu’à condition de punir sans cesse ceux qui en sont les acteurs.

Alors, évidemment, si une hiérarchie des revenus est inévitable, il faut qu’elle reste dans un ordre raisonnable, ce qui est le cas généralement. Qu’importe que les riches s’enrichissent car ils prennent des risques qui justifient une rémunération à proportion, si les autres vont mieux. Qu’importe que le salaire de Carlos Tavares double, si les ouvriers touchent une prime que permettent les bons résultats de l’entreprise. Mais c’est vrai, si les disparités sont trop grandes elles perdent leur caractère stimulant pour devenir décourageantes. Pourtant, voilà qui ne poserait aucunement question à un Américain, mais il est vrai que Dieu figure sur le dollar. Encore faut-il avoir les bons éléments de réflexion. Choquant le salaire de Carlos Ghosn : 7 millions d’euros plus 8 de chez Nissan. Le patron de Ford gagne 16 millions de dollars. Nous sommes sur un marché mondial. Nos grands capitaines d’industrie échappent à toute logique hexagonale. Veut-on revenir à des revenus compatibles avec nos principes, on le peut… mais on en aura pour notre argent. Il est toujours possible de confier Renault à un de nos brillants technocrates pour bien moins cher. Le problème est de savoir combien de temps il mettra pour couler la boîte. Et puis je voudrais qu’on m’explique pourquoi il y a problème quand il s’agit de chefs d’entreprises, et pourquoi les revenus d’un Zlatan Ibrahimovic, trois fois supérieurs, n’en pose pas ! On ne passe rien aux patrons, tout aux sportifs et aux artistes qui touchent des rémunérations astronomiques. Cela n’est pas rationnel.

Quand Emmanuel Macron invite les jeunes à avoir envie d’être milliardaires, il tente de briser le tabou qui enferme son camp dans des logiques mortifères pour l’économie, mais il n’invente rien. Il rejoint le « enrichissez-vous » de Guizot.  Un propos peut-être provocateur pour les bobos mais salutaire pour ceux qui voudront bien l’entendre comme un encouragement à travailler. Il n’y a pas de honte à être riche si c’est le fruit d’un travail ou d’un talent. Car c’est bien d’une revalorisation du travail et de l’effort dont notre pays a besoin. Et il y aurait une rééducation à faire … à l’école où celui qui est brillant est catégorisé comme « intello » et donc mis à l’écart et harcelé. Injustice vivante notoire et condamnable !  Comme on le voit, ce n’est pas gagné d’avance. En général, l’argent ne se vole pas, il est le fruit du labeur et de l’intelligence, et accompagne l’épanouissement personnel. On peut crier avec les loups : « ça pue le fric ! ». Moi, je trouve que « l’argent sent bon » bien qu’il n’ait pas d’odeur !

 

Commentaires

Chris

L' argent que gagne les artistes ou les sportifs n" est pas gagné sur le dos du personnel. ......

Un patron anglais Henry Engelhardt fondateur d'un groupe d'assurances a distribué 9 millions d' euros qui lui était destiné a ......... ses employés .Il s' est posé un problème de conscience pour ce patron et c' est tout à son honneur.

Dans une entreprise Moyenne lorsque l' on part en retraite un Ouvrier Moyen touche entre 5000 euros et 15000 euros comme Prime de Départ en Retraite. après 30 ans de boîte.
Alors un salaire de 7 millions d' euros pour. ...........un an de travail , cela fait un peu ' tâche 'au milieu de salaires situés entre 20 000 et 40 000 euros par an.
La redistribution de la richesse créée par tout le personnel d' une entreprise ne se fait pas toujours toujours comme elle devrait se faire et les chiffres donnés par la presse sont éloquents.

C' est curieux le patron de Renault vaut 7 millions d' euros par an et le Président de notre République vaut je crois 14 000 euros par mois,
Comparativement un Président de la République ne vaut pas grand chose par rapport à un patron de multinationale alors que la France est comme une énorme entreprise de 65 millions de personnes.
Quand je pense que François Hollande a fait diminué son salaire en début de quinquennat .......

Chris

Hier Francois Hollande à promis une baisse d' impôt pour les plus modestes.
Mais il me semble bien déjà que les plus modestes ne paient pas d' impôts ......
Ou alors il doit parler de ceux qui ont payés des impôts l' année dernière et qui n' en payaient pas avant et qui de nouveau ne vont plus en payer.
François Hollande il est impayable !

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)