3 QUESTIONS A ….
LAISSEZ-MOI VOUS DIRE ! …

ATTENTION, ECOLE DANGER !

Panneau école
 

A l’attention de Luc Chatel.

 

Les phénomènes de violence qui se multiplient en milieu scolaire ou périscolaire son en train d’allumer une mèche qui pourrait bien provoquer une réaction en chaîne voire une explosion, tant le ras-le-bol des prof’ est perceptible. Quand ils revendiquent pour leurs salaires et contre les suppressions de postes, en dehors de toute contrainte, je comprends qu’on puisse faire la sourde oreille. Mais quand il s’agit du vécu d’enseignants ou d’élèves qui vont chaque jour dans leur établissement la peur au ventre, je peux comprendre leur angoisse et le stress qui va avec pour avoir enseigné trente ans en collège de ZUP. Le devoir du Ministre et du Gouvernement est de prendre en considération la situation. Ces prof’ et ces élèves ne doivent pas se sentir abandonnés comme c’est le cas aujourd’hui !

 

Jusqu’à maintenant, les mesures qui ont été prises relèvent du cautère sur une jambe de bois. Aucun des plans anti violences n’a empêché l’aggravation de la situation. Les « brigades mobiles de sécurité » sont condamnées, par leur fonctionnement, à jouer le rôle des carabiniers d’Offenbach, qui arrivent toujours une fois que les événements ont eu lieu. On peut mettre des caméras, on peut sécuriser avec des portiques, rien ne remplacera l’encadrement humain. Il faut donc trouver le juste milieu entre la nécessaire réduction du nombre des fonctionnaires et l’impérieux besoin de l’éducation d’assurer sereinement ses missions.

 

Le moment est peut-être venu pour le Gouvernement de saisir cette opportunité pour rendre enfin lisible une politique d’éducation qui ne l’est plus. Comment comprendre qu’on supprime les UIFM sans songer à garantir un minimum de formation pédagogique, ce sas nécessaire à tout jeune enseignant pour qu’il ne se retrouve pas du jour au lendemain dans la fosse aux lions. Ne peut-on pas examiner l’ajustement des postes autrement qu’avec une calculette technocratique pour laquelle un prof = un prof, indépendamment des compétences. Le moment est venu de lancer des « Etats-Généraux » pour ces établissements sensibles et réfléchir avec toutes les parties prenantes aux solutions à apporter. Car les parents ont aussi leur responsabilité dans les évolutions contestables des conditions de scolarité. S’il faut « sanctuariser » ces établissements, hauts lieux de la laïcité et de l’apprentissage de la démocratie, il faut s’en donner les moyens et mettre le paquet…

 

Le pire serait de ne rien faire. Si c’est le cas, alors on pourra compter sur tous ceux qui ont intérêt à créer de l’agitation et de la surenchère en pleine campagne électorale. Bonjour les dégâts !

 

Il faut agir vite, Monsieur le Ministre, car il y a urgence.

 

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)