Previous month:
avril 2009
Next month:
juin 2009

FILLON INOXYDABLE

Fillon 1000 proj 2
                                                                       

 

Parler du 1er Ministre, un soir de 1er mai, ce sera interprété comme du plus mauvais goût par certains. Ce n’est pourtant pas si iconoclaste qu’il y paraît. Au soir d’une journée de manifestations, certes bien suivies, mais en demi-teintes pour ceux qui espéraient un « grand soir », le pays aborde le mois de mai et ses quatre ponts, dans une situation sociale qu’on aurait pu imaginer plus tendue.

Il suffira de constater que le discours des responsables syndicaux, quand on fait la part  inévitable de la posture, se cantonne dans la modération. Tous les syndicats ont choisi de défiler ensemble : autre facteur rassurant. C’est le moyen le plus sûr pour couper court à toutes les tentations gauchistes. Il reste maintenant à leur donner du grain à moudre pour tenir la distance dans ce climat plus consensuel que vindicatif. Mais il ne faut guère attendre de relance par le pouvoir d’achat si la consommation se maintient.

Cette situation, on la doit en grande partie à la perception qu’ont les Français de leur Premier Ministre. D’abord, la cote du Président ne s’est pas effondrée, et la sienne ne se porte pas mal non plus. Après deux ans de cohabitation, le Président et le Premier Ministre ont trouvé la bonne répartition des rôles et le moindre des paradoxes tient dans ce que c’est peut-être le second qui rassure le plus. Sérieux, présent juste ce qu’il faut, respecté par ses Ministres, il donne l’image qu’attendent les Français de leur chef de gouvernement : du travail, du travail, du travail. Il est l’élément stabilisateur indispensable et l’intendant sur lequel le Président peut se reposer.

C’est pourquoi il restera à son poste. Comme rien ne les divise sur la marche à suivre, François FILLON, malgré la crise, va continuer d’assumer les réformes qu’il faut absolument achever. Avec lui, Nicolas SARKOZY a l’homme de confiance dont il a besoin pour combattre la crise avec efficacité. Il est rare, en effet, d’avoir un Premier Ministre sans aucune arrière-pensée, et notamment celle de vouloir être le vizir à la place du vizir. S’il y a des Ministres qui ambitionnent des places, ce n’est pas le cas du chef du Gouvernement.

Ce tandem est une chance pour la France. Sa solidité est gage de réussite. Le remaniement attendu permettra peut-être au Président quelque surprise dont il a le secret, mais il ne devrait pas changer sensiblement la donne. Face à toues les inquiétudes, Nicolas SARKOZY, en maintenant François FILLON à son poste, offre aux Français de la certitude : celle d’être gouvernés avec fermeté et sagesse.