Matin d’Octobre

 Une nouvelle tenue et un poème pour saluer l'arrivée de l'automne .


Automne 2

 

C’est l’heure exquise et matinale
Que rougit un soleil soudain.
A travers la brume automnale
Tombent les feuilles du jardin.

Leur chute est lente. On peut les suivre
Du regard en reconnaissant
Le chêne à sa feuille de cuivre,
L’érable à sa feuille de sang.

Les dernières, les plus rouillées,
Tombent des branches dépouillées :
Mais ce n’est pas l’hiver encor.

Une blonde lumière arrose
La nature, et, dans l’air tout rose,
On croirait qu’il neige de l’or.

François Coppée, Promenades et Intérieurs

  


C'EST L'ETE !

  Retraites

 

Le bloc-notes change de parure. 

Le régime des  parutions va se ralentir, sieste oblige !

Les  sujets vont se faire plus "légers" comme chaque année  pour  la saison estivale. 

Cela n'empêchera pas évidemment des articles plus "politiques" si l'actualité l'exige.

Bon été  à tous !

272 000 pages vues... Merci de votre fidélité !

Daniel 

 


Matin d’octobre

  Automne

 

C’est l’heure exquise et matinale
Que rougit un soleil soudain.
A travers la brume automnale
Tombent les feuilles du jardin.

Leur chute est lente. On peut les suivre
Du regard en reconnaissant
Le chêne à sa feuille de cuivre,
L’érable à sa feuille de sang.

Les dernières, les plus rouillées,
Tombent des branches dépouillées ;
Mais ce n’est pas l’hiver encore.

Une blonde lumière arrose
La nature, et, dans l’air tout rose,
On croirait qu’il neige de l’or.

François COPPÉE (1842-1908) Le Cahier rouge

 


POESIE D'HIVER

Hiver

 

IL FAIT FROID

 

L’hiver blanchit le dur chemin

Tes jours aux méchants sont en proie.

La bise mord ta douce main ;

La haine souffle sur ta joie.

La neige emplit le noir sillon.

La lumière est diminuée…

Ferme ta porte à l’aquilon !

Ferme ta vitre à la nuée !

Et puis laisse ton coeur ouvert !

Le coeur, c’est la sainte fenêtre.

Le soleil de brume est couvert ;

Mais Dieu va rayonner peut-être !

Doute du bonheur, fruit mortel ;

Doute de l’homme plein d’envie ;

Doute du prêtre et de l’autel ;

Mais crois à l’amour, ô ma vie !

Crois à l’amour, toujours entier,

Toujours brillant sous tous les voiles !

A l’amour, tison du foyer !

A l’amour, rayon des étoiles !

Aime, et ne désespère pas.

Dans ton âme, où parfois je passe,

Où mes vers chuchotent tout bas,

Laisse chaque chose à sa place.

La fidélité sans ennui,

La paix des vertus élevées,

Et l’indulgence pour autrui,

Eponge des fautes lavées.

Dans ta pensée où tout est beau,

Que rien ne tombe ou ne recule.

Fais de ton amour ton flambeau.

On s’éclaire de ce qui brûle.

A ces démons d’inimitié

Oppose ta douceur sereine,

Et reverse-leur en pitié

Tout ce qu’ils t’ont vomi de haine.

La haine, c’est l’hiver du coeur.

Plains-les ! Mais garde ton courage.

Garde ton sourire vainqueur ;

Bel arc-en-ciel, sors de l’orage !

Garde ton amour éternel.

L’hiver, l’astre éteint-il sa flamme ?

Dieu ne retire rien du ciel ;

Ne retire rien de ton âme !

Victor Hugo


NOEL ARRIVE

Noel tintin

 

Noël  arrive à grands pas.

Déjà la maison commence  à se remplir. Le  sapin est en place et attend l’arrivée  des  petits-enfants pour revêtir sa  parure d’or et de  lumière. L’heure est à l’intendance : préparer les  lits, anticiper  les  menus, remplir les frigos et congélateurs…

Voici venue la « trêve des confiseurs » et la pause qui va avec.

Quelques sujets  légers pour remplacer autant que possible ceux qu’une actualité plus grave nous impose. Nous allons laisser un peu de côté la politique.

Quelques coups de  pattes quand même avant de reprendre en janvier   

Le silence de Fillon excite tout le monde et ça donne un spectacle assez drôle ; la primaire  socialiste  compte sept candidats dont trois extérieurs au PS qui concourent en « invités » et quatre anciens ministres, tout ça pour un strapontin dans la course à gauche ( les 7 nains ?) ; leurs premières déclarations reprennent toutes les vieilles lunes de la  gauche ; Hollande fait déjà partie du passé, mais je ne peux pas m'empêcher de lui en vouloir de nous avoir fait perdre 5 ans, et les chiffres que l'Insee vient de publier sont sans appel (croissance 2016 encore abaissée à 1.2%,  1.5% en 2017 au mieux ). Macron devient la personnalité  préférée des Français, c’est le résultat de sa campagne marketing, avec  une  particularité : son stock de sympathie est nettement plus à droite (48%) qu’à gauche (36%).  Il  est facile de deviner ce qu’il adviendra quand le bon peuple découvrira qu’il est de gauche, purement et simplement. Christine Lagarde est finalement coupable mais « dispensée de peine ». C'est original ! Voilà un curieux concept que le FMI a eu raison de mépriser en la confirmant à son poste. Nous vivons une période vraiment étonnante.

Bon, on termine par une pensée pour nos amis allemands.

 


EN REVENANT DU JOURNAL

Dh journal

 

J’aurais dû écrire, « en revenant d’acheter le journal ». Mais chez nous quand on pose la question, c’est : « T’es allé au journal   ? »,  comme on « va aux commissions »  … Alors, « on revient du journal ».  J’aime bien aller acheter le journal, à pied bien sûr : c’est ma promenade quotidienne et elle  est particulièrement agréable les jours de soleil d’automne comme aujourd’hui.  Et c’est fou ce que marcher peut irriguer le cerveau et le nombre de pensées qui viennent en cheminant. Et aujourd’hui, il y en a une qui tournait en rond dans ma tête. Il fallait que je la  fasse sortir. Le sujet n’est pas original : la primaire de la droite qui s’est terminée dimanche dernier. Je ne suis pas encore revenu de son succès.

Mea Culpa.

Je dois aux lecteurs du bloc-notes un mea culpa. Ceux qui me connaissent savent que je n’étais pas  partisan de cette primaire. Et j’avais même décidé de ne pas aller voter. Peut-être parce que je trouvais qu’on imitait trop le PS et je pensais que cela ne correspondait ni à notre culture, ni à nos institutions. J’étais certain que les électeurs de droite seraient peu enclins à se montrer pour aller voter au grand jour, particulièrement dans notre région où la discrétion sur les idées est de mise. Et  puis, militant engagé, je trouvais saugrenu de ne pas faire confiance à notre parti politique pour désigner son représentant : à quoi bon militer et payer une cotisation si c’est pour donner le pouvoir à ceux qui ne s’engagent jamais. Après tout, le parti, selon notre constitution, est fait pour organiser la vie démocratique. Et puis, traumatisé par l’expérience de l’élection du président de l’UMP, j’étais persuadé que l’amateurisme du scrutin déboucherait sur la même guerre de tranchée … Rien ne s’est déroulé comme je le pensais. D’abord la campagne a été digne et les candidats ont respecté le  minimum de convenances entre eux pour signifier qu’on était bien « en famille ». Mieux, les débats télévisés ont permis de mettre en lumière les meilleurs. Enfin, les conditions d’organisation du vote, c’était la sécurité « ceinture et bretelles », particulièrement encadrées : bravo la « haute autorité ». Aussi, quand ma femme qui tenait un bureau de vote (elle était plus déterminée que moi) m’a téléphoné pour me dire que les gens faisaient la queue pour voter …  Je me suis résolu à participer à la « fête ». Il faut que nos compatriotes de droite et du centre en aient vraiment ras-le-bol de la gauche pour avoir manifesté une telle détermination. Et si nous avons vu passer quelques figures bien connues de la gauche locale venir signer sans vergogne la « charte des valeurs de la droite… » -quelle éthique !- nous avons découvert bien des voisins dont on n’imaginait pas leurs sympathies aussi affirmées, qu’ils manifestaient par un sourire de connivence de bon aloi.

Le bloc-notes entre en campagne.

Jusque-là, j’ai pris soin de garder au maximum l’esprit de famille en gardant un maximum de bienveillance à l’égard de tous les candidats, tout en distribuant, ici ou là quelques bons ou mauvais points. Il était important que chacun garde sa liberté de choix. Je voulais aussi, par une sorte de neutralité, préserver le positionnement en faveur du vainqueur, quel qu’il fût. L’essentiel étant à mes yeux de  mettre fin à cinq ans d’errements pour notre pays. C’est François Fillon le vainqueur : dont acte. Le fait que ce choix me comble n’intéresse que moi. L’important maintenant c’est de participer à la campagne électorale et de faire en sorte qu’elle soit victorieuse. Le bloc-notes compte bien apporter sa contribution, n’oublions pas qu’il est né un jour d’octobre 2006 (et ne vous demandez pas pourquoi…) !

 

 


LE FOU RIRE DE LA SEMAINE

Haddock se marre bis

 

Les Français sont les pires élèves en maths de l’Union européenne. Classement : derniers !

La  faute à qui ?

  • Pas aux réformes du gouvernement actuel
  • Pas à la réforme des rythmes scolaires

Non !

C’est la faute à Sarkozy !!!!

Qui dit pareille ânerie ?

Belkacem -icone-du-socialisme-sectaire-1 la vipérine Najat Vallaud-Belkacem.

Il fallait y penser !

Commentaires inutiles.

 


çA NE VOUS AURA PAS ECHAPPé !

 

IMG_1134


La France court après sa croissance.

Avec 0,3% au 2ème trimestre elle sera inférieure de moitié à celle des trois mois précédents parce que ni les patrons, ni les ménages n’ont retrouvé la confiance nécessaire à une reprise confirmée. La consommation des ménages a baissé entre fin mars et fin juin et la production industrielle a reculé de 0,7%. La situation économique reste donc incertaine, très loin des discours glorieux de Manolito et de « Moi,je ». Il faudrait que la deuxième moitié de l’année se maintienne à 0,3 ou 0,4% par trimestre pour arriver à 1,2% de croissance du PIB, qui est la prévision retenue par les économistes…

En attendant, le folklore des dépenses et de la gabegie réunies continue. Vous me direz, c’est l’été. Le beau temps incite à la légèreté. Ce dont nos gouvernants n’ont certainement pas besoin. Voici quelques chiffres pour colorer la situation.

Exil fiscal.

Notre pays est bien un enfer pour les plus aisés et ils sont de plus en plus nombreux à faire le choix de l’exil. On a constaté une accélération des départs pour 2013 qui atteint une hausse de 40% par rapport à l’année précédente. Ce sont évidemment les redevables de l’ISF qui sont les premiers concernés  (+ 15%). C’est un appauvrissement pour la France et son économie.

Le plafonnement de l’ISF.

Celui-ci concerne un peu plus de 8 000 contribuables a été mis en place à la suite de l’abandon du bouclier fiscal institué sous Nicolas Sarkozy. En 2014, le nouveau dispositif aura coûté plus de 900 millions d’euros à l’Etat, bien plus  que le dispositif qu’il a remplacé (entre 600 et 700 millions). Le nombre de foyers à en bénéficier est plus restreint qu’avant, mais les sommes restituées bien plus élevées … Et si on supprimait cet impôt stupide qui ne rapporte rien !

C’est le temps de la chute des feuilles… d’impôts.

Puisqu’on est sur les impôts, rappelons que ce sont 74 milliards d’euros de hausses d’impôts et de charges qui ont été prélevées en trois ans dont 30 milliards sur l’ensemble des ménages. 20% des foyers (les plus aisés) ont absorbé 75% des hausses d’impôts sur le revenu en 2013 et 2014, soit près de 6 milliards d’euros. Inversement, avec l’effacement de la 1ère tranche sur les revenus de 2014, 9,3 millions de foyers verront leur impôt effacé ou diminué. L’inconvénient, c’est que la part des ménages imposables tombe à 46%, moins d’un foyer sur deux, et l’impôt se concentre sur les revenus les plus élevés : les 10% les plus riches acquittent à eux seuls 70% du montant total prélevé. Si ça n’est pas décourageant… Ah oui, il y a encore la solution d’aller voir ailleurs (voir le 1er §)

Cher président-délégué.

C’est un accord à 114 millions d’euros entre le PS et ses alliés, qui pue les petits arrangements entre « copains ». Pour ne pas faire de peine à ceux qui se verraient privés de leur siège de président de région à la suite du nouveau découpage, et aussi pour faire passer la pilule, on a glissé dans la fameuse loi NOTRe (la pompeusement nommée « nouvelle organisation territoriale de la république ») la création d’un poste de président-délégué. On ne sait pas à quoi il servira sauf qu’il devrait être plus important que les vice-présidents et aurait les mêmes indemnités et facilités de personnel que le président !!! C’est le contribuable qui paiera. Elémentaire ! En bon Français on appelle ça un « trucage » ! Et ça donne des leçons !

Le coup de Mistral.

La France est riche, chacun le sait bien. Elle a des finances qui lui permettent de renoncer à la vente de deux bateaux, achetés en bonne et due forme et de rembourser près d’un milliard d’euros. Outre le préjudice que ce renoncement porte à notre industrie, cette somme  est aussi un coup de froid sur nos finances publiques. Les « Mistral » portent bien leur nom. Car ils sont aussi le symbole d’un sérieux rafraîchissement de nos relations avec le Kremlin.

Les statuts de l’agence France-Presse.

Je ne résiste pas à vous présenter ce régal. Notre vénérable AFP nous offre un exemple très symbolique de la nécessité de remettre tout à plat dans ce foutus pays. On découvre que ce ne sont pas moins de 117 statuts sociaux différents qui régissent les personnels de l’agence. Quand le patron a décidé de mettre à l’ordre du jour la réforme nécessaire de ce fatras, tous les syndicats sont venus dire qu’ils boycottaient la réunion ! Vous voulez une idée de la situation kafkaïenne qui y sévit : les journalistes bénéficient de 44 jours de congés payés, les cadres administratifs de 50, voire 56 s’ils ont quinze ans d’ancienneté. Les RTT peuvent varier de 14 à 18 jours… Il y existe encore un statut de « radiotélégraphiste » (ben quoi ?) et un de « journaliste hippique » alors que l’agence ne couvre plus depuis belle lurette les courses de chevaux. Le « binz » dure depuis 18 mois. Pas facile de môôderniser !

1 million d’autoentrepreneurs

Un peu de baume pour terminer. Ce vieux pays a encore du ressort. La preuve, on a près du million d’autoentrepreneurs. En place depuis 7 ans, ce statut simple reste plébiscité par les Français qui souhaitent se mettre à leur compte. Ils sont 980 000 personnes à avoir lancé leur activité. Tout l’enjeu consiste à leur donner les moyens de faire croître leur activité. Et ça, c’est pas gagné avec les gouvernants qu’on a. Car il faut bien reconnaître que pour 90% d’entre eux, les revenus générés sont faibles.

Puisqu’on vous dit que tout va bien !

 


UN PEU D’HISTOIRE

Crepes

LA CHANDELEUR

Le 2 février, 40 jours après Noël, c’est invariablement la « Chandeleur ».

Aujourd'hui, cette fête est associée aux crêpes que l'on cuisine à cette occasion. Dans mon enfance, c’était le branle-bas de combat dès le milieu de l’après-midi, car ma mère préparait la pâte pour qu’elle ait suffisamment le temps de « reposer ». Le temps fort avait lieu le soir, après dîner, dont les crêpes étaient le dessert. Nous avions alors grand plaisir à voir la dextérité de la cuisinière qui n’avait pas son pareil pour les faire sauter  dans la poêle et, exceptionnellement, nous devions chacun notre tour nous livrer au même exercice, non sans être muni d’une pièce dans la main, un petit Louis d’or en l’occurrence, sorti d’un tiroir à secret pour l’occasion, au nom d’une vieille tradition qui rapporte que les paysans avaient coutume de le faire en tenant une pièce de monnaie dans la main gauche (un louis d'or pour les plus riches) afin d'attirer sur eux bonheur et prospérité... De plus, lorsqu'on cuisine la première crêpe, il est courant de la faire sauter plusieurs fois de suite afin de conjurer le mauvais sort pour l'année à venir. Que de superstitions !

Mais pourquoi fait-on des crêpes ce jour-là ?

C’est une tradition que l'on fait remonter à la coutume de distribuer des galettes aux pèlerins venant à Rome, ou peut-être pour se rappeler que la fin de l'hiver approche et que l'on a encore des réserves de nourriture. Mais en réalité, la « Chandeleur » est une fête chrétienne célébrée 40 jours après Noël. Le terme de Chandeleur vient de « fête des chandelles », expression traduite du latin festa candelarum. Il s'agit pour les fidèles de célébrer le fait que « Jésus est lumière », ainsi que la pureté de la vierge Marie. En effet, la Chandeleur commémore la présentation de Jésus au Temple, la tradition juive voulant que chaque premier né mâle de la famille soit amené au Temple 40 jours après sa naissance afin d'être consacré au seigneur. Cette durée de 40 jours correspond à la période durant laquelle les mères étaient considérées comme impures par la loi juive après leur accouchement, interdiction leur était donc faite de se rendre sur un lieu de culte. Une fois ce délai écoulé, les mères pouvaient se rendre au temple afin d'y effectuer un sacrifice animal et recouvrer ainsi leur pureté.

Ce que nous dit l’évangile de Luc.

Le jour où Marie et Joseph emmenèrent Jésus au Temple, un homme nommé Siméon y vint, poussé par l'Esprit Saint et la promesse qu'il ne mourrait pas avant d'avoir vu le Messie. Il y prit Jésus dans ses bras et dit « Maintenant, Seigneur, tu laisses ton serviteur s'en aller en paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu ton salut. Salut que tu as préparé devant tous les peuples, Lumière pour éclairer les nations. Et gloire d'Israël, ton peuple ». C'est donc cet événement religieux précis que les fidèles se remémorent lors de la Chandeleur. Toutefois, il semble que cette fête ait des origines plus anciennes, et pourrait être, comme souvent dans le christianisme, la reprise d'un rite romain, les amburbiales, lié à la purification de la ville. Rite célébré par des processions au flambeau autour de Rome. La christianisation de ce rite païen serait l'oeuvre du pape Gélase 1er (en 494) ou de l'empereur Justinien (dans un édit de 542), les sources divergeant à ce sujet.

Célébration de la Chandeleur

Dans la religion catholique, la Chandeleur donnait lieu, dans toutes les paroisses, à une bénédiction des cierges, puis à une procession aux chandelles jusqu'à l'église où avait lieu une messe solennelle, cela afin de rappeler aux fidèles la montée de Joseph et Marie, portant Jésus au Temple. À l'issue de cette messe, chaque fidèle rapportait chez lui un cierge auquel on prêtait des vertus purificatrices selon les traditions locales ou nationales. Le rite semble être tombé en désuétude, peut-être faute de participants … Mais cette pratique associant fête des Lumières à la consommation d'un dessert « gras » se retrouve aussi dans la tradition juive qui consiste à manger des beignets lors de la fête de Hanoucca (fête des Lumières du judaïsme). Il n’en reste chez nous que le « dessert gras » que consomment croyants et non  croyants. Voilà comment un rite religieux, tout en perdant son sens, perdure et devient une « tradition ».

 


SARKOZY : LE REGARD DU PRO

Sarko exam

Affaire N. SARKOZY. Retour vers le futur fiasco judiciaire…

par Jean-Paul Garraud, magistrat (source : Union Républicaine)

 

De quoi s’agit-il ? Résumons-nous :

Tout démarre à partir d’une enquête (qui ne donne rien) menée par deux juges d’instruction dans le cadre du financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007.

Plusieurs personnalités sont placées sur écoute téléphonique en 2013 (!) dont l’ancien Président, du jamais vu…

Certaines écoutes laissant supposer l’existence d’un trafic d’influence, des procès-verbaux sont extraits de cette procédure pour servir de fondement à une nouvelle affaire, n’ayant rien à voir avec la première.

Cette nouvelle enquête est lancée par le tout nouveau parquet national financier créé par le gouvernement actuel.

Il s’agit donc d’un des tous premiers dossiers de ce Procureur national dont l’institution est justifiée par la volonté de lutter efficacement contre les grandes affaires financières, notamment internationales.

On en est loin…

En effet, on reprocherait à Nicolas Sarkozy et son avocat d’avoir tenté d’obtenir des informations protégées par le secret de l’instruction concernant l’affaire Bettencourt. Nicolas Sarkozy aurait, par l’intermédiaire de son avocat, approché un avocat général de la Cour de Cassation pour obtenir des informations sur l’éventuelle restitution des agendas personnels saisis par la Justice dans le cadre de cette affaire Bettencourt et dont il estime la saisie illégale.

Il y aurait eu promesse en échange pour le magistrat d’un poste honorifique à Monaco alors qu’il occupe déjà un des postes les plus prestigieux en … France !

En fait, on s’aperçoit très vite que Nicolas Sarkozy voulant récupérer ses agendas saisis dans le cadre d’un dossier pour lequel il a fait l’objet d’un non-lieu, en parle à son ami et avocat Thierry HERZOG qui s’en entretient avec son ami et avocat général à la Cour de cassation, Gilbert AZIBERT.

Un pourvoi en cassation a d’ailleurs été formé par Maître HERZOG contre l’ordonnance de non-lieu qui, pourtant, innocente Nicolas SARKOZY car ce dernier souhaite avoir la restitution de ses carnets.

La Cour de Cassation rejettera cette demande estimant que Nicolas Sarkozy n’est plus une partie à la procédure puisqu’il a fait l’objet d’un non-lieu…
Et donc il ne peut demander de restitution…

Logique juridique imparable mais comment fait-on pour obtenir ces agendas ?  C’est la seule et unique question de ce colossal dossier !

Gilbert AZIBERT se serait renseigné auprès d’un collègue, avocat général à la chambre criminelle, Patrick SASSOUST, qui, après plus de 24H de garde à vue a été relâché sans aucune charge contre lui.
Comment peut-on violer un secret de l’instruction si celui qui serait chargé de violer ce secret n’a absolument rien à se reprocher ?!!

Gilbert AZIBERT aurait souhaité obtenir un poste honorifique à MONACO, une fois retraité de la magistrature en France ?

Oui, il s’est porté candidat mais le poste était déjà pourvu…et il n’y a eu aucune intervention de Nicolas SARKOZY, c’est enregistré sur une écoute !!

Pourtant, au cours de la nouvelle information confiée à deux autres juges d’instruction, les placements sur écoutes se poursuivent, dont ceux concernant l’ancien Président et son avocat… Et qui durent plus de 6 mois au total…

Du jamais vu s’agissant de conversations entre un avocat et son client, entre son avocat et son propre Bâtonnier (!) …

Un premier scandale éclate lorsque la Ministre de la Justice affirme ignorer l’existence d’écoutes concernant l’ancien Président en se justifiant d’autant plus maladroitement que le document qu’elle tient en main affirme le contraire…

La directrice de Cabinet en fera les frais, elle sera limogée.

Des perquisitions et des premières gardes à vue sensationnelles sont menées : à la Cour de Cassation dans le bureau d’un haut magistrat (une première dans les annales de la Justice), au domicile d’un avocat de renom dans des conditions dignes d’un film à grand spectacle.

Du jamais vu encore…

On « cueille » ensuite au petit matin à leurs domiciles bordelais deux hauts magistrats de la Cour de Cassation et on les amène dare-dare à Paris pour interrogatoires. De même pour l’avocat, déjà placé en garde à vue, quelques semaines auparavant. Pourquoi ne pas les avoir convoqués ? Redoutait-on une fuite digne de grands criminels, de terroristes ?

Du jamais vu encore…

On convoque l’ancien Président et on le place en garde à vue avec interrogatoires serrés à la clef.

Après plus de 24H de garde à vue, on libère l’un des hauts magistrats contre lequel absolument aucun indice n’est relevé et on lui dit de vaquer tranquillement à ses occupations… Il s’agit d’un avocat général à la Cour de Cassation remarquable qui a passé sa vie professionnelle au service de la Justice, qui dispose d’une excellente réputation et de l’estime de tous ses collègues.

C’est le même que l’on est allé « cueillir » et conduire toute affaire cessante dans des locaux de garde à vue pour une garde à vue qui a été prolongée.

Du jamais vu toujours et encore…

Les juges d’instruction décident de faire déférer les trois autres gardés à vue : un ancien Président de la République, un Premier Avocat Général à la Cour de Cassation, un avocat renommé.

Pourquoi les déférer encadrés par des policiers ? Redoutait-on une fuite ?
Voulait-on les placer en détention provisoire ?

Il suffisait évidemment de les convoquer ! Encore et encore du jamais vu pour ces mêmes infractions supposées…

Sans aborder le fond du dossier, une chose est certaine : les moyens et les méthodes employées sont totalement disproportionnés par rapport à la gravité des faits reprochés et à la situation personnelle des suspects.

Les mêmes résultats auraient pu être obtenu sans déployer autant de moyens, à grands frais pour les contribuables d’ailleurs…

Mais, ce n’est pas tout.

Rappelons la 1ére mise en examen de Nicolas SARKOZY qui avait aussi fait grand bruit. Dans l’affaire Bettencourt, celui-ci était subitement passé en fin d’information et sans aucune raison juridique du statut de témoin assisté à celui de mis en examen pour aboutir quelques jours plus tard à une ordonnance de… non-lieu !

Pourquoi mettre en examen si le juge n’a pas l’intention de renvoyer devant le tribunal correctionnel ?

Encore du jamais vu…

En l’occurrence, il s’agissait d’un autre juge d’instruction qui n’avait pas hésité à nommer comme expert dans le dossier l’un des témoins de son mariage…

S’agissant de la dernière mise en examen, elle a été prononcée par deux juges d’instruction dont l’un est membre du virulent syndicat de la magistrature qui avait publiquement appelé à voter F. HOLLANDE et qui avait publié un texte au vitriol sur le bilan en matière de Justice de Nicolas SARKOZY…

La présidente de ce syndicat a été mise en examen dans la sinistre affaire du « mur des cons » où figurait en bonne place Nicolas SARKOZY et des anciens ministres de la Justice et de l’Intérieur…
Pour le moins la question de l’impartialité du juge se pose.

Renversons les rôles : si, demain, en tant que juge d’instruction, je déploie autant de moyens, j’utilise des méthodes réservées au grand banditisme pour garder à vue et mettre en examen, après déferrement et pour des supposées infractions mineures, Mme TAUBIRA, dont j’ai combattu la politique pénale, ne croyez-vous pas qu’il serait possible de me taxer, à juste titre, de partialité ?

« L’affaire » ne tient pas la route, tant au niveau légal que procédural. 

Les méthodes employées sont disproportionnées car généralement réservées à la grande délinquance et à des criminels dangereux.

Les règles d’impartialité et de préservation du secret professionnel des avocats sont foulées aux pieds.

S’il est naturel que la loi soit la même pour tous, y compris pour un ancien Président de la République redevenu citoyen « comme les autres », il est certain que « les autres » n’auraient pas connu un tel traitement.

En définitive, pour de tels faits, qui ne sont d’ailleurs en aucune façon établis, si Nicolas SARKOZY, Gilbert AZIBERT, Thierry HERZOG avaient été des citoyens « comme les autres », ils n’auraient vraisemblablement pas été mis en examen, déférés, gardés à vue, et peut être même poursuivis !

Alors pourquoi ?

Il faut maintenant mettre autant de moyens, de rigueur et de détermination afin de le savoir.

L’emballement contrôlé ou non de cette affaire annonce un nouveau fiasco judiciaire, un de plus, un de trop.

 


UNE SEMAINE DE PÊCHE… AUX NOUVELLES !

 

Valls 2  Hollande 14



Petite sélection de ce que j’ai retrouvé  dans mes « sources » à mon retour.

Le PIB ne devrait progresser que de 0,7 % cette année.

C’est la prévision de croissance de l’Insee pour l’année 2014. Une prévision très inférieure aux 1% attendus par le gouvernement. Les statisticiens publics prédisent 0,3% de croissance chacun des trois prochains trimestres ce qui porterait l’acquis de croissance début 2015 à 0,4%. Si cela s’avère exact, ça va être dur-dur de faire 1,7% de croissance en 2015 (prévisions officielles du gouvernement). Le taux de chômage devrait encore augmenter légèrement sur l’année. Après une croissance de 0,4 % l’an passé, l’Hexagone connaîtrait une reprise bien faible.

L’Assemblée entame son marathon budgétaire.

Malgré ces mauvaises prévisions, la machine à dépenser continue sa course folle. Les députés ont voté une réduction d’impôt pour les foyers les plus modestes lundi 23 juin, lors de l’examen du projet de loi de finances rectificative. C’était le premier acte d’une discussion qui doit se prolonger jusqu’à la mi-juillet avec l’adoption du budget de la Sécu. D’ici la mi-juillet, le Parlement va être amené à adopter d’une part le projet de loi de finances rectificatif, ou PLFR (fiscalité, économies, etc.) et d’autre part le budget rectificatif de la Sécurité sociale, ou PLFRSS (exonération de cotisations sociales, gel de prestations…), examiné à partir de la semaine prochaine. Ces deux textes sont les premiers à mettre en œuvre le Pacte de responsabilité et de solidarité annoncé par François Hollande, financé par 50 milliards d’euros d’économies d’ici la fin du quinquennat. Au total, ce sont près de deux milliards d’euros de « cadeaux » non financés. Et l’argent on le prend où ?

Un parcours semé d’embûches.

La politique du gouvernement favorable aux entreprises et les économies prévues passent toujours mal dans une partie de la gauche, notamment les 41 abstentionnistes sur le vote du programme de stabilité budgétaire. le PLFR prévoit 4 milliards d’euros d’économies, dont 1,6 milliard du budget de l’État, afin de réduire le déficit public à 3,8 % du PIB. En plus de l’exonération d’impôt, le gouvernement va ajouter un amendement pour y introduire le successeur de l’écotaxe, le “péage de transit” prévu pour les poids lourds. Le gouvernement s’est montré ouvert à la suppression du gel des aides personnelles au logement prévue dans le projet de loi, à condition que le coût, 130 millions d’euros en année pleine, soit compensé par de nouvelles économies. Mais la rapporteure générale au budget, Valérie Rabault, juge « fragiles » les hypothèses du gouvernement sur la consommation des ménages.

La Cour des Comptes en rajoute une couche !

Avec des rentrées fiscales en baisse et une croissance au ralenti, le déficit des finances publiques va continuer de se creuser ! Le diagnostic des magistrats de la rue Cambon est sans concession et les remèdes préconisés difficiles à avaler. Dans la potion amère, la diminution du nombre des fonctionnaires ! Et le gel du point d’indice ne suffira pas : il faudra aussi augmenter leur temps de travail ! De quoi plaire aux frondeurs du PS …

Depuis qu’il l’a découverte, la marche arrière est la vitesse de prédilection du gouvernement

Exemple, l’immobilier : on reprend tout et on recommence. Retour du prêt à taux zéro pour le logement ancien, simplification des normes de construction, amélioration des incitations à l’investissement locatif, garantie universelle des loyers revue… Bref Duflot avait tout faux. Il faut absolument enrayer le marasme que sa loi a produit. Donc, retour à la case départ à vive « allure » ! Sans le dire, évidemment.

Réforme territoriale : c’est pas la joie !

Pris dans le tourbillon de la réforme territoriale, les élus des conseils généraux n'ont pas dit leur dernier mot. Réunie en assemblée générale le 25 juin, l'Assemblée des Départements de France (ADF) s'est accordée sur la bataille à engager dans les mois qui viennent sur les deux textes présentés par le gouvernement. Sur la nouvelle carte régionale proposée par l'exécutif et examinée en juillet au Sénat, le président socialiste de l'ADF, Claudy Lebreton, a demandé qu'un « avis officiel des départements soit sollicité », tout en appuyant l'idée de permettre aux départements de changer de région. Mais c'est surtout le deuxième projet, clarifiant les compétences des collectivités et débattu à partir d'octobre, qui cristallise l'opposition des élus départementaux. Le Sénat n’est pas en reste. Le groupe socialiste y a déposé deux amendements au projet de loi sur la réforme territoriale. L'un propose la fusion des régions Aquitaine, Poitou-Charentes et Limousin. Le second veut donner la possibilité aux départements de changer de région au cours de la période 2016-2020. Pour cela, un triple accord serait nécessaire : celui du conseil départemental et ceux des deux conseils régionaux de la région de départ et d'accueil, indique le groupe dans un communiqué. Le projet du gouvernement prévoit uniquement des fusions de régions entières. Y’a du rififi dans l’air ! Et si  en faisant « marche arrière » on revenait au « Conseiller territorial » ? 

UMP : les premières décisions tombent.

Le prochain président du parti sera élu le 29 novembre par vote électronique. En cas d'égalité, un second tour se tiendra une semaine plus tard. Des dates arrêtées par le bureau politique de l'UMP, qui a également lancé la procédure de radiation de Jérôme Lavrilleux. Seule Michèle Tabarot, ex-secrétaire générale, à voter contre, critiquant le fait que «certains aient envie de régler des comptes de façon précipitée». En Sarkozyste convaincue, elle peut toujours se consoler avec le fait que la date choisie pour le congrès tombe le jour de la Saint-Nicolas !

Bonne nouvelle : La cour de cassation donne raison à Baby Loup !

La Cour de Cassation a rejeté le pourvoi de la salariée de la crèche Baby Loup qui avait été licenciée pour refus de retirer son voile. Six ans de procédure. Espérons que la décision fera jurisprudence. Et Benoit Hamon ferait bien de s’en inspirer pour régler le problème de l’encadrement des sorties scolaires ! Un peu de courage !

Parlement européen.

Enfin, une bonne nouvelle ! Marine Le Pen n’a pas réussi à former un groupe. Elle n’y est pas arrivée. Moins d’un mois après s’être imposée en tête des élections européennes en France, elle n’est pas parvenue à rassembler suffisamment de partis eurosceptiques. Elle doit faire face à un constat d’échec qu’elle tente de minimiser en annonçant que c’est partie remise.

 

 


BRUITS, RUMEURS ET COMMENTAIRES …

Haddock cons BIS

Ecomouv’, c’est louche ! Le meilleur moyen de faire diversion c’est de faire croire à un scandale. Nous avons des experts à la manœuvre, entre les Verts et les Socialistes, on est servi. Forcément le contrat qui permet à une société privée (enfin presque) de glaner 250 millions d’euros par an sur la collecte des taxes, c’est évidemment hautement suspicieux. Cela évite de dire combien aurait coûté le même service effectué par des fonctionnaires. Là, côté évaluation, on est tranquille ! Pendant ce temps-là on ne parle plus des portiques brûlés… Et on oublie les couacs.

La mobilisation est soluble ! Le rendez-vous des lycéens pour relancer l’affaire Leonarda a fait « flop » ! A cause de la pluie qui a fait fondre les effectifs des manifestants. Il faut dire que la cause semblait plutôt pourrie depuis qu’on en sait un peu plus sur le comportement de la famille et de la jeune fille très assidue à l’école comme on sait…

En cas de remaniement… le bruit court qu’on récupèrerait Royal à l’Education à la place de l’impayable Peillon. Une oie à la place du paon. Pas certain que nos enfants soient gagnants. Mais puisque l’école de la République sera sauvée par ses « rythmes » !!! Par contre les communes qui doivent sortir les sous…

Accouchement  au centre. On vient de célébrer le rapprochement de l’UDI avec le Modem pour promouvoir « l’alternative » … molle (ça va de soi). Et la nouvelle entité sera pilotée par un nouveau venu à deux têtes : François-Louis Baloo. Tout un programme.

Les putes ont la cote. Depuis que la Belkacem la m… veut punir les consommateurs mâles de péripatéticiennes en les « verbalisant », celles-ci sont l’objet de nombreuses attentions à commencer par celle de « 343 salauds » qui s’insurgent contre le projet. Au pays des droits de l’Homme, la femme a Droit de vendre son corps. Non mais ! Même Royal se déclare opposée à la suppression du délit de « racolage passif » ; le texte abrogerait aussi le délit de "racolage public". Les mauvaises langues affirment que ce n’est pas totalement désintéressé… (politiquement évidemment).

Chiffres divergents. On va finir par être tous atteints de strabisme. Bruxelles affirme que nous serons encore à 3,7% de déficit en 2015, quand notre Garcimore de Ministre de l’Economie en panne continue de prétendre que … mais non, c’est 3% ! Qui croire ?  Bah, c’est pas difficile de répondre vu que le Mosco s’est toujours trompé. Il n’est plus cru, c’est qu’il est cuit.

Nouvelle diversion : rendez-vous compte, braves gens, nous serions de plus en plus racistes ! Grave problème posé par les bien-pensants de gauche, à l’incitation de la Ministre de la Justice, émue qu’on ne prenne pas plus sa défense, suite aux atteintes inqualifiables dont elle a fait l’objet (une gamine agitant une peau de banane à son passage qui aurait atteint le "coeur de la République"). Condamnons ce geste pour ce qu’il est (odieux) sans en faire une affaire d’état au point de le faire tourner en boucle sur les médias. On devrait plutôt voir de la colère dans les « Taubira, casse-toi !» qui accompagnent tous ses déplacements, la récompense du mépris haineux qu’elle a affiché à l’égard des manifestants contre sa loi. Beaucoup de bruit qui permet de faire un écran de fumée pour cacher les nombreuses protestations qui clament le ras-le-bol du peuple sur le chômage et les taxes.

Taratata-taratata ! Sonne trompette héroïque des champs de bataille où nos poilus tombèrent. Aujourd’hui, le pingouin a lancé les commémorations de l’année du centenaire de la guerre de 1914-18. Parodiant Joffre, avec son « ordre de mobilisation » pour « réformer, réunir, réussir », il veut vraiment nous faire pleurer …  de rire ! Que n’a-t-il commencé à réformer ? S’il s’agit des retraites, c’est pas le meilleur exemple. Réunir ? Il n’a fait que diviser depuis mai 2012. Réussir ? Pour l’instant c’est l’échec sur toute la ligne et la révolte qui gronde.  Espérons que ça ne durera pas jusqu’en 18 !

 


LE PARCOURS N’EST PAS TERMINE…

P1060414

LE MESSAGE DE FRANÇOIS FILLON 


« Mes chers concitoyens,

La Nation s’est exprimée et le choix du peuple doit être accepté avec respect.

François HOLLANDE sera notre président de la République. Je lui adresse mes vœux de réussite dans l’exercice de son mandat au service de la France toute entière.

Je remercie avec émotion toutes celles et tous ceux qui ont voté pour Nicolas SARKOZY. Avec eux, j’ai défendu l’action et le projet que portait le Président.

Je ne regrette rien de cet engagement. Je suis fier d’avoir été son Premier ministre pendant cinq ans. Je suis reconnaissant à la majorité parlementaire et aux Français qui nous ont accordé leur confiance dans des circonstances difficiles.

Je rends hommage au Président Nicolas SARKOZY. L’Histoire lui rendra justice pour les réformes accomplies et la manière dont il a affronté la crise.

Jamais il n’a baissé les bras ! Jamais il ne renonça à moderniser notre pays ! Il a été le Président du courage.

Avec les élections législatives, un nouveau combat commence.

A tous les Français qui ont le cœur en peine, je dis : pas d’amertume, pas de ressentiment, pas d’abattement ! Je m’engage avec eux et avec ma famille politique !

La France vit des temps difficiles, et nous devons lui être utiles, par nos valeurs, par notre courage, par notre lucidité. Aucune illusion ne peut dissimuler l’ampleur des transformations du monde. Aucune illusion n’amortira le choc qui atteint notre modèle économique et social.

La France doit affronter la vérité !

La force de la nation dépend de notre force de caractère. 
L’idéal républicain doit nous élever au-dessus des peurs et des extrêmes. C’est ce qui a toujours guidé mon engagement. Je crois en l’honneur de la Droite et du Centre qui doivent unir leurs efforts.

Je sais que notre peuple continuera de se forger un destin à la hauteur de son histoire. Je m’engage à le servir ! »

 

 


CHACUN SES ELEGANCES !

 

Sarko adieu

Une belle leçon d’humilité et une déclaration d’une rare élégance, voilà ce que le Président le plus vilipendé a réservé hier à ses soutiens mais aussi à la France entière et, en invitant le nouvel élu non intronisé à commémorer le 8 mai à ses côtés,  continue d’offrir aujourd’hui au monde. L’esprit républicain et le respect des institutions, la patrie placée au-dessus de soi, sont des vertus dont devront bientôt s’inspirer ceux qui l’ont si durement combattu pendant cinq ans. Merci Nicolas Sarkozy pour cette belle page finale d’une campagne hors du commun.

Il est de bon ton dans les médias de critiquer la « ligne droitière », qui avait convaincu le candidat-président de faire une campagne sur la défense de l’identité française. Cette ligne était la bonne et il n’y en avait pas d’autre possible. Elle a permis à Nicolas Sarkozy de faire une belle remontée jusqu’à espérer gagner au second tour. Décidée plus tôt, cette stratégie aurait peut-être pu enrayer la progression du Front national. Mais on connait les réticences de plusieurs responsables de la majorité à parler de l’immigration ou du communautarisme. Ils ont tort.

Un rendez-vous manqué, parce que le résultat de cette élection illustre parfaitement ce que décrit Dominique Reynié dans son ouvrage « Populisme, la pente fatale », où il décrit l’appropriation du thème « patrimonial » -c’est-à-dire de l’identité- par l’extrême droite qui en fait son  thème de prédilection, surfant sur le sentiment de « dépossession » ressenti à travers tout le pays par la visibilité grandissante de certaines communautés. Faute de venir sur les mêmes terrains, la droite républicaine et la gauche en feront un jour et successivement les frais.

Je n’ai probablement pas été le seul à avoir été choqué de voir dimanche soir, sur les télévisions, les multiples drapeaux étrangers brandis aux alentours de la colonne de la Bastille : algériens, marocains, palestiniens,... Ces manifestations d’appartenance sont autant de signaux supplémentaires et de « provocations » propres à alimenter le vote extrémiste. Elles sont à mettre en parallèle avec les excellents scores que le candidat socialiste a enregistré dans les « quartiers populaires » (comprendre : quartiers musulmans), ce qui fait dire à certains qu’il est l’élu des musulmans. L’élection de François Hollande a pour premier mérite d’illustrer la réalité des communautarismes en France, qu’il a dit vouloir combattre tout en promettant de faire respecter la laïcité.  Il s’est donné deux priorités : la justice et la jeunesse. Il n’a pas dit : le désendettement et le communautarisme…

L’euphorie qui s’est exprimée cette nuit dans les rues de Paris et des autres villes de France, les larmes de joies, les cris hystériques, les coups de klaxon, la jubilation des journalistes avaient un caractère surréaliste. De même, le discours enflammé du nouveau président invoquant « le rêve français » m’a semblé étrangement décalé par rapport aux réalités. D’abord, jamais élection n’a été aussi peu glorieuse : le score est finalement mince face à un président sortant dont le bilan était parait-il si accablant. Le deuxième président socialiste de la Vème République est le seul à n’avoir pas obtenu avec, 47,5%, la majorité des votants.  Ensuite, cette élection est le fruit d’un pilonnage intense de l’appareil médiatique depuis plus de cinq ans fondé sur la caricature, les amalgames, les insultes, la calomnie, les aboiements haineux et les mensonges. Et je peux en témoigner, ils vont laisser des traces.

Comme souvent à droite, Les trahisons ont pesé sur le score final, en particulier celle de François Bayrou. Pourtant le résultat est loin d’être déshonorant pour l’ex-majorité avec 48,4%. Appréciable en temps de crise. Zapatero aurait bien voulu perdre avec le même écart. Il autorise même à espérer une victoire législative qui parait à portée, d’autant plus qu’on ne sait pas quelle sera l’atmosphère nationale et internationale dans six semaines. La crise grecque, agrémentée d’un piment espagnol, pourrait bien venir compliquer le débat.

Les électeurs du FN, se sont abstenus ou ont voté blanc (2 millions de voix). Ils ont fait perdre la droite. C’était l’objectif recherché par Marine Le Pen qui ne pourra progresser que si elle détruit le « môle » républicain. Mais c’est vrai que la majorité vient de payer son incapacité à s’adresser au peuple « perdu » alors que le pays est culturellement et sociologiquement à droite. En même temps, ces électeurs frontistes, s’ils reproduisent le même scénario aux législatives, ne pourront pas se plaindre de la politique communautariste et laxiste sur l’immigration qu’ils auront contribué à mettre en place avec une majorité de gauche à l’assemblée nationale. N’oublions jamais que la « machine » Le Pen est d’abord au service des intérêts vitaux de la famille avant ceux de la France.

Inévitablement, nous allons vers des temps difficiles pour ne pas dire dramatiques. Après l’état de grâce et une fuite en avant destinée à faire oublier les réalités à l’image de la « fête » de cette nuit, le retour à la réalité frappera le pays de plein fouet, inévitablement, mais personne ne sait sous quelle forme ni exactement à quel moment…

Chacun son tour. Pour Hollande, « les emmerdes, c’est maintenant ». Il peut être certain d’une chose : nous ne serons pas des spectateurs impavides !

 


DINER-DEBAT AVEC JEAN LEONETTI

ATTENTION,  en raison des événements, LE DINER-DEBAT EST REPORTE AU 16 AVRIL - Les inscriptions continuent.

 

Paul Jeanneteau et Roselyne Bienvenu

Candidat aux élections législatives des 10 et 17 juin 2012 et sa suppléante

Vous convient à un Dîner-Débat sur le thème,

«L’Europe - l’Euro : à la croisée des chemins ? »

avec JEAN LEONETTI

Ministre chargé des Affaires Européennes

le LUNDI 16 AVRIL 2012 à 19 heures

au Restaurant « L’ESTAMINET » à BRIOLLAY

(au rond-point, face à la pharmacie)

Participation aux frais : 29€/personne

Si vous souhaitez participer merci de nous retourner votre chèque libellé à l’ordre de

« JL BENETON, Mandataire financier » à :

Paul JEANNETEAU, 14 rue René Brémont, 49100 ANGERS

 


OUEST-FRANCE PERD SON AAA !

Des erreurs comme celles-là, ça n'est pas tolérable dirait Bayrou !

Faisant l'analyse de la 1ère circonscription de Maine-et-Loire, Ouest France fait encore très fort dans l'information tronquée. Déjà faire erreur sur l'étiquette de Paul jeanneteau en l'affublant du tablier PS, ce n'est pas très professionnel. Mais c'est un peu gros d'oublier que Roselyne Bachelot avait fait pratiquement 47% des voix au 1er tour, ce qui rendait l'élection quasiment assurée. 

Il est probable que cela ne collait pas avec la "limpidité" de la démonstration qui voudrait que la circonscription soit pratiquement acquise à la gauche. Tu parles !

Allez on retire un A au journal. 

 


BREVE DE BLOG

 

La cour de cassation a validé les fameuses "bandes enregistrées clandestinement" par le majordome de Mme Bettencourt, ce qui valide les procédures engagées à partir de leur contenu. 

En somme, la police n'a pas le droit de faire des écoutes sans autorisation d'un magistrat pour arrêter des voleurs et des assassins ...mais n'importe qui peut enregistrer les conversations téléphoniques de quiconque y compris avec son avocat et les envoyer à la presse !

Et comme par hasard, Eric Woerth est convoqué devant le juge pour une mise en examen. C'est un pur hasard si l'affaire ressort au moment où la campagne électorale est lancée. 

Vous avez dit bizarre ?



LE BILLET DU DIMANCHE SOIR

 

Désormais, "La semaine de Savinien" sera remplacée par un texte "d'humeur" ou "d'humour" : "LE BILLET DU DIMANCHE SOIR". Première livraison dimanche prochain. Il sera consacré à Yannick Noah... (Pourquoi, je vous le demande ?)

Le rythme du reste de la semaine est inchangé et marqué le mardi par "Le carnet de campagne de Séraphin".

Dès demain, c'est la rentrée sur la Calepin. 

A bientôt donc,

                                            Daniel



LES INDISCRETS DE SAVINIEN

 

 Recharge-pour-carnet-de-notes-pic-brechargepourcarnetdenotesb_1_400x300

Cette semaine, les sujets ne manquent pas, et j’ai dû procéder à un tri draconien pour vous livrer ce qui m’a paru le plus marquant des huit derniers jours.

Société : La fin des PV injustifiés. On est tenté de dire « ouf ! ». Il a fallu que le médiateur utilise la plénitude de ses pouvoirs pour que cessent les poursuites contre les malheureux persécutés par l’administration. Cerise sur le gâteau : le Conseil Constitutionnel vient de valider la loi qui devrait nous protéger de ce genre de mésaventure. / - Le plan « Campus » est à la peine : il n’a été dépensé que 56 millions d’euros sur les 5 milliards alloués, soit 10% des crédits. Selon le rapport parlementaire, cela proviendrait d’une gouvernance « insuffisante » des universités, notamment en matière d’immobilier… / -  après le CE d’EDF dont on se souvient des « dérives », c’est maintenant celui de la RATP dont la transparence des comptes ne semble pas convaincante. Les syndicats mènent la vie de château, c’est bien connu. Ainsi on apprend que le château de Fontenay-les-Briis appartient au CE de la RATP qui y a organisé sa fête de printemps pour … 447 000 euros. La CGT a son centre Benoit Frachon qui n’est autre que le château de Courcelles-sur-Yvette et FO forme ses stagiaires dans celui de Brévière, dans la forêt de Compiègne…

Sciences : Des apprentis sorciers néerlandais ont créé une souche mutante du H5N1 (grippe aviaire) très virulente qui serait transmissible entre les hommes. Le scénario de « contagion » n’est jamais à exclure.

International : La semaine s’avère très créative. Ainsi, le mouvement « Occupy Wall Street » faute de pouvoir bloquer le temple de la finance mondiale a décidé de se venger sur le Pôle Nord… via internet. Une occupation virtuelle faite de slogans. Bah, si ça les amuse. / -  Les Etats-Unis aussi ont recours au virtuel. Depuis qu’ils ont évacué leur ambassade en Iran, ils l’ont remplacée par une ambassade sur internet. Moins dangereux pour les diplomates. / - A Durban, le sommet du climat a enfin accouché d’un accord… a minima et sans contraintes. Pas mieux que Copenhague. Le réchauffement climatique va donc continuer, au grand dam des écolos.

Europe : Enfin, la Belgique retrouve un gouvernement.  L’événement mérite d’être signalé, depuis le temps que la crise durait. On suppose que les ministres vont devoir faire des heures supplémentaires pour rattraper le temps perdu. / -  Après le conseil européen de Bruxelles, Cameron est rentré en Angleterre en « triomphateur », tout au moins pour les europhobes. Mais sa position d’isolement à l’écart des 26 autres n’est pas apprécié par tous, à commencer par ses alliés libéraux, très europhiles. Il n’est pas certain non plus que, n’ayant pas obtenu les garanties qu’il souhaitait, la « City » ne souffre pas de ce clash.

Sports : Plus de ligue des champions pour TF1. La chaine qatari Al Jazira sports a acquis une partie des droits de la ligue 1 pour 2012-2013  et dépossédée Canal+ qui s’est refaite en remportant le marché. Il va bientôt falloir une parabole pour suivre Marseille-PSG ou Lyon-Saint-Etienne !. Est-ce que le turban sera obligatoire ?

Politique : Trop bavards, les socialistes. Le PS a encore débordé son temps de parole en octobre et novembre. Deux Radios sont à nouveau rappelées à l’ordre. Mais cela ne peut arriver qu’avec la complicité des médias. 95% des journalistes se disent de gauche… C’est l’explication. / -  La Corrèze avant le Zambèze… François Bayrou revendique l’idée du « Made in France ». Les bonnes idées appartiennent à tout le monde. Acheter français, on est d’accord, le plus dur, c’est de trouver quoi acheter, non ? / - Le site data.gouv.fr est en ligne. Il est à la disposition du grand public et permet de tout savoir sur les activités de l’Etat et du gouvernement…Après un an de préparation, la mission Etalab, rattachée à Matignon, vient de lancer la plate-forme gratuite de données publiques.

Pour rire (un peu) : « Viens, on va s’en payer une tranche » : un mari et une femme se sont disputés à coups d’ananas, version tropicale des violences conjugales. On ne dit pas qui a eu le dessus ni si ça s’est terminé par un jus d’ananas.

 


LES INDISCRETS DE SAVINIEN

 

Recharge-pour-carnet-de-notes-pic-brechargepourcarnetdenotesb_1_400x300
 

Justice : voilà un présentateur de la BBC bien expéditif. Sur l’antenne il a appelé à « fusiller » tous les grévistes du service public. Une manière radicale de régler le problème. On n’imagine même pas qu’un présentateur français ait pu avoir la même idée. / - Dans un autre registre, c’est le monde du cinéma, soutenu par les producteurs de vidéos, qui se rebelle en lançant une vaste offensive judiciaire contre le piratage en ligne. Ils vont poursuivre en France et aux Etats-Unis les moteurs de recherche, fournisseurs d’accès et opérateurs de telecoms pour demander le blocage des sites encourageant cette pratique. Hadopi a du bon !

Culture : Stéphane Hessel nous gratifie d’une nouvelle édition augmentée de son « Indignez-vous ! ». Vu l’épaisseur du premier et son contenu creux et partisan, il n’aura pas eu trop de mal. Une édition poivrée, Hessel ! on l’espère. Le vieux a trouvé un filon très lucratif, il n’entend pas le lâcher.  / - Côté Théâtres parisiens, c’est la fronde. La traditionnelle cérémonie des Molières de France 2 n’aura probablement pas lieu. 29 théâtres privés parisiens ont décidé de se retirer : ils ont ras-le-bol du poids des théâtres subventionnés qui raflent toutes les récompenses… et peut-être de la connivence  « culturelle » gaucho-bobo du service public qui joue admirablement dans le registre « passe-moi la rhubarbe, je te passe le séné ». / - Un coup de chapeau à Isabelle Boulay pour son magnifique dernier disque. Que voulez-vous, j’en pince pour la belle rousse du Québec qui nous régale de ses chansons subtiles et de ses orchestrations élégantes.

Enquéquète story : Le feuilleton continue. On n’apprend que DSK ne cautionne pas le livre de son biographe et « réserve ses explications à la justice ». En attendant celui-ci espère bien faire son beurre avec « l’affaire ». Le graveleux se vend bien. Pour le Carlton, où il admet avoir participé à du « libertinage », il devra attendre janvier pour être entendu par la justice. Mais on en apprend tous les jours : même le bois de Boulogne… C’est Favilla dans les Echos qui nous livrent une version inénarrable : si complot il y a, il faut chercher à qui profite le crime. On pense tout de suite à Sarkozy. Mais, ce pourrait bien être aussi Hollande  qui aurait oudi le piège, lequel pourrait bien avoir été manipulé par Aubry, qui ne digère pas sa défaite, et qui hériterait en dernier ressort de la place enviée… Puisque complots il y a….

Western marseillais : la poudre n’en finit pas de parler dans la capitale du pastis. Et ça ne rigole pas : le moindre braquage se fait à la kalachnikov. De quoi inquiéter le quidam lambda qui vaque à ses occupations. Une « Kalach » se négocie à 1500€, autant dire une poignée de cacahouètes pour n’importe quel petit trafiquant. Le problème c’est que c’est une arme de guerre puissante, redoutable entre les mains de gens totalement irresponsables et inconscients.

Poison autorisé : c’est navrant et surprenant, mais c’est la réalité : les planteurs de bananes antillais ont obtenu des dérogations pour continuer à utiliser le « chlordécone », un insecticide puissant, alors que le poison est déjà présent dans l’eau des sources, les crustacés, la viande des animaux et même chez les hommes. On ferait mieux de s’attaquer à la dépollution des sols contaminés par ce produit toxique.

Esthétique dure-dure : Un pseudo-chirurgien en esthétique américain promettait des fesses en béton et des seins fermes. Son procédé était incontournable : il injectait un mélange de colle et de ciment. Inutile de raconter la suite : bonjour les dégâts !

 

 


LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES

 

 P1040744  P1040772  P1040790 

Jeudi dernier, à l’initiative de l’association « débats et convergences », une réunion-débat s’est tenue dans la salle Plantagenêt du Crédit Agricole, bd Pierre de Coubertin. Animée par Paul Jeanneteau , député de la circonscription, avec la participation de Mme Brigitte Angibaud, procureure de la République à Angers, Mme Roselyne Bienvenu, juriste spécialisée et Clotilde Rougé-Maillart, professeur de médecine légale, chef du service au CHU d’Angers, elle a permis de sensibiliser un public attentif à la veille de la journée internationale éponyme.

Après le mot d’accueil de Daniel Houlle, président de l’association et les présentations d’usage de Paul Jeanneteau, c’est Roselyne Bienvenu qui a planté le décor, s’appuyant sur son expérience de directrice du CIDFF (Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles). Le but de cet état des lieux : « savoir » afin que chacun soit mieux « outillé » pour apporter une aide, sachant que la violence est en chacun de nous, que c’est un fait humain planétaire et que le silence et le doute sur la parole sont les caractéristiques d’une problématique ancestrale. La violence conjugale est au coeur du phénomène, sans être exclusive, évidemment. Le processus en est bien connu avec son cycle répétitif, l’occasion de rappeler qu’une femme meurt tous les deux jours et demi sous les coups de son conjoint. L’exposé permet aussi de découvrir les types de violences et le cercle vicieux qu’elles instaurent. Face à ce fléau, Roselyne Bienvenu préconise trois attitudes : écouter, croire, prendre du recul.

Paul Jeanneteau invite ensuite Clotilde Rougé-Maillart à expliquer en quoi consiste son métier de « médecin légiste ». Le professeur décrit alors les différentes étapes de la violence qu’elle doit discerner, sachant que la médecine légale n’échappe pas au problème que rencontrent toutes les professions de santé, à savoir repérer la vraie violence qui n’est pas que physique et qui ne laisse pas toujours des traces quand elle l’est : de la violence chronique au cycle infernal de la violence conjugale établie, qui concerne 50% des homicides femmes. Mais le rôle du professionnel de santé c’est aussi la prévention et surtout le dépistage par les praticiens qui n’est pas encore suffisamment établi, malgré les campagnes de sensibilisation. Il faut continuer l’effort de formation. Le rôle du médecin légiste est précisément de qualifier la gravité du délit par les lésions observées et leur retentissement sur la personne. Un travail qui se fait en collaboration avec les collègues psychiatres pour les aspects de souffrance psychologiques, fréquents dans ces violences.

Nous terminons le tour de présentation avec Mme Angibaud, dont on connait la rigueur et la détermination. Se resituant dans le cadre général de sa fonction de procureure auprès du parquet, elle rappelle que ses fonctions l’amènent à traiter des affaires dans le cadre commercial des entreprises en difficulté, des affaires civiles notamment de protection des mineurs et même de personnes majeurs et les affaires pénales qui constituent 45 000 procédures par an pour 12 000 poursuites. En ce qui concerne les violences conjugales, l’important est d’amener la victime à porter plainte. Dans les cinq dernières années, on a assisté à un doublement des plaintes. Tout un travail qui s’appuie sur les relais que sont les associations, les médecins mais qui doit être conforté par la formation des enquêteurs et des professions médicales pour assurer une bonne prise en charge. C’est à ces conditions qu’on arrive à faire sortir les affaires, saluant au passage le service de médecine légale très performant qui détecte 200 victimes par mois… avec 60 défèrements.

Le tableau étant complet, le débat peut s’engager et les questions portent sur l’accueil des plaintes, les possibilités de protection offerte aux femmes, l’accompagnement des procédures… C’est aussi l’occasion pour les représentants des associations comme SOS Femmes de témoigner  et pour les orateurs de montrer leur parfaite connaissance du sujet. Un public conquis, dont on peut penser qu’il assurera à l’avenir son rôle de relais et pour chacun la nécessité de solidarité face à une situation de violence dont une femme serait victime.

 


LA SEMAINE SELON SAVINIEN

 

 Recharge-pour-carnet-de-notes-pic-brechargepourcarnetdenotesb_1_400x300

Lundi : Mme Aubry a déclaré qu’elle était favorable à la dépénalisation du cannabis. En même temps Arnaud Montebourg déclare qu’elle lui a proposé un « ministère » en échange de son soutien…La sériale menteuse dément. Il n’y a pas de lien entre les deux échos, évidemment. / - Mosco est fâché qu’on ait pu appeler son candidat « Babar » et appelle à un débat « digne » : il nous fait bien rire et c’est drôle comme  il est oublieux des épithètes homériques dont lui et ses compères (ou commères) ont affublé Nicolas Sarkozy.

Mardi :  Accord PS-EELV : 24-24 (24 sièges aux législatives contre 24 centrales fermées…) / - Le Président s’en prend aux frauderus de la sécu : plus qu’une affaire de gros sous, c’est une exigence morale pour notre pacte social. Encore fallait-il le dire. Merci Sarko. / - 1 jour de carence pour les fonctionnaires (c’est nouveau) et 1 de plus, donc 4 pour le privé. On n’est pas obligé de conclure qu’ 1 fonctionnaire vaut 4 salariés du privé… / - Injures raciales : Brice est relaxé. On n’entend guère les médias….       

Mercredi : « Mollet » a présenté son équipe de campagne pléthorique : il faut faire plaisir à tout le monde. Une habitude chez lui. Mais c’est la cacophonie sur l’accord avec les Verts : où est donc passé le mox ? / - La candidature Duflot à Paris déclenche une tempête : un nom prédestiné, sûrement. Comme Delanoë. On pariera qu’ils vont tout faire pour qu’elle se noie. / - Même concert de protestation à Lyon pour accueillir Meirieux: ben mon Colomb ! / - Plus sérieux : la France rappelle son ambassadeur en Syrie. Bachar ne veut rien entendre.

Jeudi : Heureusement, y a le Beaujolais nouveau (et le saucisson). / - Claude Guéant, à Montfermeil, rappelle que les immigrés doivent respecter nos coutumes et appendre notre langue… au risque de perdre leur titre de séjour. On est d’accord. / - Nouveau thème pour l’UMP : organiser un « Grenelle » de la finance écoresponsable. Pour verdir notre économie ? / - Le mox est réapparu dans le texte de l’accord, et Mollet mange son chapeau. Quelle fermeté ! / - Nicolas Sarkozy ne veut pas de plan social chez PSA.

Vendredi : Où est donc passée Eva ? Elle est partie digérer l’accord avec le PS en se mettant à la diète… médiatique. Sa candidature a du plomb dans l’aile. / -  « L’ordre et la morale », un film sur la prise d’otages d’Ouvéa, mais version vue par l’œil gauche. Partisan et partial, oubliant au passage le vote à 95% des calédoniens pour la France et l’assassinat de 6 gendarmes…

Samedi : MLP présente son programme au cours d’un banquet : plus flou, tu meurs. Posture et cris d’orfraie ne font pas une politique sérieuse. Mais, magie, elle promet du pouvoir d’achat !!! / - Mollet veut faire oublier l’épisode calamiteux avec les Verts par un meeting à Strasbourg avec les jeunes socialistes. Carnet de chèque (en bois) en main. / - Eva Joly s’est fait portée pâle au conseil fédéral des Verts. / - En appelant à généraliser le dopage, Noah crée la polémique : affligeant. Quel exemple pour les jeunes ?

Dimanche : Victoire absolue de la droite… en Espagne. Au programme : l’austérité remplace l’austérité / - Le Nouveau Centre est divisé sur la candidature Morin : le roi est nu ! / - Le meurtre d’Agnès : l’incroyable silence autour du passé du meurtrier et encore les experts psychiatres … C’est bien triste !

 


Le mur du "çon"

 

Autrefois dans le "Canard", il y avait la "noix d'honneur". Désormais il y aura la "Noah d'honneur".

Celle-là, il fallait la faire :

" Arrêtons l'hypocrisie. Il faut bien sûr respecter la présomption d'innocence, mais plus personne n'est dupe. La meilleure attitude à adopter est d'accepter le dopage. Et tout le monde aura la potion magique" ... !!!!!!!!

                                                                                                      Yannick Noah.