Matin d’Octobre
CE GROS MENSONGE DES 6 MILLIARDS !

TEL DIEU, ILS VEULENT REFAIRE LE MONDE …

Veganisme

 

Mais ils ne sont pas Dieu ! 

Et ce ne sont  au mieux, que des apprentis-sorciers  sinon de furieux dingues. Ces  théoriciens américains et autraliens, Judith Butler, Donna Araway et Peter Singer, sont à l’origine, sans qu’on s’en rende compte, des réformes  sociétales qui sont mises en œuvre dans de nombreux pays occidentaux. Ainsi le « mariage pour tous »,  « l’écriture inclusive », et bientôt la possibilité de naître en dehors de toute relation humaine, ou de changer de sexe selon son bon  plaisir au cours de sa vie, qu’on  nous présente comme des réformes au nom du progrès ou de l’égalité universelle, ne sont que la traduction de ces théories fumeuses. Elles ne sont pas  l’expression de la conscience politique d’une Najat Vallaud Belkacem ou d’une Marlène Schiappa. Car c’est de révolution anthropologique qu’il convient de parler. Celle-ci plonge ses racines dans les écrits de ces théoriciens que l’universitaire Jean-François Braunstein qualifie de « philosophie folle ».

L’Homme  rabaissé.

Il s’agit en réalité d’imposer une nouvelle idée de l’Homme qui n’aurait aucune différence avec les bêtes. Ils livrent leur  combat sur trois fronts : le genre, qu’il  s’agit de  substituer au sexe, l’animal qu’on entend rendre égal à l’Homme, et la mort qui n’est qu’un événement technique (sous-entendu, dont on peut disposer = euthanasie).  Toutes les frontières sont appelées  à disparaitre, qu’elles soient érigées par la morale ou la connaissance scientifique. Il s’agit purement et simplement d’évacuer de la culture, « l’humanisme » qui suppose une différence ontologique entre les sexes, entre l’Homme et les animaux, entre  la vie et la mort.  Ainsi, au nom de la négation de la différence entreles hommes et les bêtes, Donna Haraway se fait grande prêtresse de la zoophilie. La pédophilie est justifiée au nom du même principe. Encore  plus abject : l’Australien Singer, « philosophe utilitariste »,  affirme que la vie d’un chien en bonne santé vaut mieux que celle d’un enfant handicapé : on voit tout de suite où cela  mène. Et nous avons des intellectuels assez poreux pour relayer ces fadaises.

La folie végane !

Le véganisme est une branche directement dérivée de ces mouvements de pensée. Le Père de « l’antispécisme » étant le même Singer. Etre végan, c’est bannir toute utilisation de produits qui seraient issus de la domination de l’homme sur les animaux. C’est bien plus qu’un style de vie, c’est un engagement en faveur de l’abolition de toute forme d’exploitation des animaux . Là est le principal problème car, d’un choix de vie qui ne devrait ne regarder que les personnes concernées, ces guignols à l’estomac certifié 100 % non carné, ont fait du véganisme un véritable objet de militantisme, entraînant des agissements excessifs et des comportements carrément hystériques. Ainsi, des militants antispécistes ont organisé samedi des happenings « pacifiques » devant des boucheries en France pour dénoncer le « zoocide » que représentent, selon eux, l'élevage, le commerce et la consommation de viande, alors que les dégradations de vitrines de boucheries se sont multipliées ces derniers mois. Depuis le début de l'année, la Confédération française de la boucherie, boucherie-charcuterie, traiteurs (CFBCT) a recensé en France douze cas de commerces alimentaires caillassés avec tags de revendications antispécistes et plusieurs dizaines de cas de détériorations, avec du faux sang versé ou la pose d'autocollants revendicatifs. Le  « véganisme » est une une véritable idéologie qui vise à imposer sa loi à tous.  Les  moyens qu’elle utilise en font un mouvement totalitaire.

Des doctrines obscurantistes.

Ces forcenés, qui ont fait des producteurs et des mangeurs de viande des ennemis à éliminer, et qui arborent comme porte-voix le fougueux Aymeric Caron, n’ont de cesse d’occuper l’espace médiatique en mettant en avant des arguments le plus souvent aussi absurdes que fallacieux. Le  langage quotidien lui-même  reprend une partie du vocabulaire venu de ces courants de pensée. Il ne s’agit pas d’empêcher ces gens de prendre leur pied en picorant des graines de lin et de tournesol tout en buvant un verre de lait de soja, mais d’en finir avec leurs démonstrations pseudo-scientifiques complètement grotesques. Je n’entrerai pas ici dans le détail. Il suffit d’affirmer que ces gens font l’impasse sur  l’essentiel  intangible : la chaîne alimentaire qui est à la base du cycle de la vie sur Terre.  N’en déplaise à ces bons apôtres, l’Homme fait partie, au même titre que le loup ou le tigre, de ces consommateurs secondaires, et il est donc parfaitement sain pour lui de chasser, d’élever et de manger des animaux. Et même il a un intérêt à la faire dans la mesure où la vitamine B12 et le fer qui se trouvent principalement dans la viande sont indispensables à son évolution et au fonctionnement de son cerveau. C’est en mangeant de la viande que notre cerveau est devenu plus gros que celui des primates et que nous en sommes arrivés à ce degré d’évolution. Pour un être humain, consommer de la viande est donc parfaitement naturel. La  guerre  contre les essences et les frontières conceptuelles est donc une subversion destinée  à mettre à bas l’humanité de l’Homme. Les réseaux sociaux , quelques universitaires, de nombreux journalistes, plusieurs mouvements « d’illimitation » des droits dont les néoféministes, sont déjà infectés. Il faudrait les poursuivre pour atteinte aux Droits de l'Homme !

Je ne saurai trop conseiller la lecture de l’ouvrage de Jean-François Braunstein : « La philosophie devenue folle ». Il y dévoile la vision du monde qui se cache derrière un lexique d’apparence sympathique. Indispensable !  Ce sont de vrais périls qui menacent l’humanité.

Et en attendant, que les « végans » s’occupent de leur assiette, et qu’ils nous fichent la paix avec leur « fascisme alimentaire » qui n’a absolument aucun sens, et qui ne remplacera jamais le plaisir que l’on peut éprouver à manger un bon bœuf bourguignon ou une belle entrecôte grillée. Sans blague !

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)