TEL DIEU, ILS VEULENT REFAIRE LE MONDE …
WAUQUIEZ : 1, PHILIPPE : 0

CE GROS MENSONGE DES 6 MILLIARDS !

Des-liasses-de-billets

C’est de la com’.

La ficelle est un peu grosse. L'exécutif n'a retenu que les baisses d'impôts pour son calcul, « oubliant » d'inclure des mesures moins avantageuses comme le quasi-gel de certaines prestations sociales (retraites, APL, allocations familiales). Avec un calcul plus complet,  l'OFCE prévoit une hausse du pouvoir d'achat en 2019, mais moindre que celle annoncée par le gouvernement (3,5 milliards). Mais le décompte  est encore partiel : « Le chiffre de 6 milliards est un faux », a dénoncé Eric Woerth, qui parle de 300 millions d’euros en moins pour le pouvoir d'achat l'an prochain. Et  c’est effectivement la réalité de ce qui va se passer si  on prend en considération toutes les augmentations de taxes qui plombent la vie quotidienne des Français. Le président de la commission des Finances de l’Assemblée comptabilise 10,6 milliards de gains pour le  pouvoir d’achat en 2019 ( baisse des cotisations salariales, taxe d’habitation, suppression des charges sociales sur les heures sup, revalorisations diverses…),  mais à quoi il faut retrancher 10,9  milliards de mesures à impact négatif (prélèvement à la source, hausses de la fiscalité énergétique, désindexation des retraites, gel des allocations familiales et des  apl…) soit 300 millions d’euros en moins qui pèseront sur les  ménages.

Le front du déficit.

Le déficit budgétaire devrait rester stable en 2018 à 2,6 % du PIB, avant de passer à 2,8 % du PIB en 2019, sur fond de croissance s'établissant à +1,7 % les deux années.  Ce qui peut paraître optimiste. En fait, la dépense continue d’augmenter et malgré les économies demandées aux ministères, - on notera au passage que l'effort global n'est pas chiffré par le gouvernement -, le déficit de l'Etat atteindra 98,7 milliards d'euros en 2019. Ce montant considérable, que Bercy a tout fait pour ne pas ébruiter jusqu'à la présentation du budget, s'explique par la double année de décaissements de l'Etat au titre du CICE, mais aussi par la perte de 6 milliards d'euros de recettes d'impôt sur le revenu en raison du prélèvement à la source qui va occasionner un décalage d'un mois de trésorerie pour l'Etat.  Cela n’empêche pas la Commission européenne de juger que l'effort de redressement structurel (hors effets de la conjoncture) n'est pas suffisant : il serait de seulement 0,1 % cette année, et 0,3 % l'année prochaine. Nos voisins font beaucoup mieux. Surtout, cela place la France dans une position de faiblesse en cas de retournement de la conjoncture, ce qui est prévisible si une crise alimentée par le  prix du baril de pétrole survient.

Des mesures positives pour les entreprises.

Le gouvernement tient à peu près sa promesse : il va transformer le crédit d’impôt (CICE) en baisse des charges pérennes, c’est une bonne chose même si les entreprises seront d’abord  perdantes. A cela il faut ajouter la baisse du taux d’IS de 33 à 25%  et l’exonération du forfait social pour les  PME de moins de 50 salariés, soit près de 25 milliards qu’elles n’auront pas à payer. Tout cela va dans le bon sens. C’est  toujours ça et l’on comprend que les organisations patronales soient satisfaites. Evidemment, il faut tenir compte de la hausse de la fiscalité énergétique et diverses mesures qui viennent à charge. Globalement le bénéfice serait de 19 milliards quand  même. Dommage qu'on leur colle sur le dos la charge du prélèvement à la source.

Toujours rien sur la dette et le déficit.

Il faudrait faire beaucoup plus pour que  notre économie redevienne vraiment compétitive, mais faute d’avoir pris le problème  par le bon bout, le gouvernement a des marges de manoeuvre réduites par la dette et le déficit. Peut-être récessive à court terme, une réduction drastique du périmètre de l’action de l’Etat, avec un recentrage sur le régalien, permettrait une réelle réduction des prélèvements obligatoires, prémices indispensables au retour à moyen terme de la compétitivité, de la croissance et du plein-emploi. Or le cafouillage fiscal et la fragilité de la baisse du déficit de cette année – bien peu structurel – brouillent le message gouvernemental. Le cadre contraignant de  Bruxelles  est plutôt une bonne chose car il oblige quand même à un minimum de rigueur. Cependant, la France accuse un retard de plus en plus important par rapport à ses voisins européens. Pour donner un ordre d’idée de l’effort à fournir dans les prochaines années, il faudrait une baisse de 1 000 milliards d’euros de la dette française pour que la France rejoigne le niveau d’endettement de l’Allemagne.

Le piège du retournement.

Les planètes favorables sont moins alignées qu'il y a un an (pétrole, guerre commerciale). Le refus assumé d'une plus grande rigueur sur les dépenses publiques peut se comprendre : ce n'est pas le moment d'appuyer sur le frein au moment où l'économie ralentit. Mais la quête éperdue du pouvoir d’achat reste une erreur. C’est un mauvais moteur de la croissance si on prend en compte le déficit commercial qu’elle génère : encore 65 milliards d’euros prévus pour 2019, comme en 2018, à condition que le pétrole ne flambe  pas. Dans le même temps, le  PIB passerait de 2 350 milliards à 2 420 milliards, soit un gain de 70 milliards avec un taux de croissance prévu de 1,7%. On mesure la fragilité du bénéfice pour le pays. L’autre difficulté est que l’exécutif va se heurter à un problème qu’il feint d’ignorer : un compte à rebours redoutable, celui de la dette et du déficit. La première tangente les 100 % du PIB, le second les 100 milliards d'euros. Or, il est désormais acquis que les taux d'intérêt vont remonter. Ce  n’est plus une menace, c'est maintenant une quasi-certitude. Il ne peut donc pas espérer que la croissance,  qui plonge déjà, desserrera l'étau. Emmanuel Macron pourrait bien être le premier président qui tombe dans le piège de la dette. Imaginer récupérer  la  mise en 2020 est plus que jamais un pari hasardeux.

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)