LES JOLIES COLONIES DE VACANCES….
L’ETE, LE TEMPS DES TONGS.

SOURIEZ, C'EST L'ETE !

A ta santé
 

A LA SANTE D’EDOUARD !

Il faut célébrer  comme il faut la décision du premier  Ministre qui  est  entrée en vigueur hier. Summum du délire technocratique et  solution de  facilité  pour abaisser le nombre des  victimes sur les routes,  au lieu de mettre  les  moyens contre  l’alcool au volant ou  les  produits stupéfiants qui à  eux seuls sont  responsables  au moins du tiers des  accidents mortels.  Mais voilà, améliorer les routes quand on serre la vis aux départements  qu’on accable  de dépenses  sociales par  ailleurs, ou multiplier  les  contrôles, coûtent  trop cher  à  un gouvernement  impécunieux qui se réfugie donc  dans la  décision démagogique dont  il  est assuré qu’elle   produira  un résultat  tant  il  est  vrai que baisser la  vitesse  fait chuter nécessairement l’accidentalité.  A défaut d’être capable  de  punir les vrais responsables qui sont une minorité, on préfère punir tout  le monde comme le   font tous  les mauvais pédagogues.

J’ai donc décidé de fêter cette belle régression,  car c’en est une, en sélectionnant "quatre vins" qui seront  mes  compagnons de l’été  et dont je vais vous vanter ici les  qualités.

Et d’abord le rosé. C’est par définition le vin des étés chauds et chaleureux. Ma  préférence  va invariablement au Tavel. Ce  cru du  sud de la  vallée du Rhône siège parmi les « grands ». Certains  le considèrent comme le   « meilleur rosé du monde ». Je n’irai pas jusque-là, même si c’est celui  qui a ma préférence depuis longtemps.  Sa personnalité il la tient de son assemblage en proportions variables selon les producteurs de Grenache pour la plus grande part, de Syrah, Cinsault, cépages  auxquels on ajoute  parfois de la Clairette blanche et du Bourboulenc. J’aime sa robe rubis intense et brillante, son nez aux senteurs de fruits rouges et  d’agrumes. On peut le boire jeune, mais sa structure en fait aussi un vin de garde. Avec lui, on n’est jamais  déçu, même si on l’oublie dans un coin de cave. Il s’accommode de toutes les  cuisines : épicées, colorées, exotiques même ! En bouche, il dégage une belle fraîcheur, il est généralement équilibré, avec beaucoup de minéralité, avec une très belle  intensité  aromatique. 

Pas d’été sans vin blanc, surtout si on séjourne en bord de mer. Je vous propose l’OVNI produit par Mourat, en Vendée, à Mareuil sur Lay.  Cet assemblage improbable de Chardonnay et de Sauvignon, donne chaque année un vin déroutant et attachant : à la fois aromatique et perlant, mêlant  la fraîcheur spontanée du Sauvignon et la douceur cachée de la suavité du Chardonnay. Vous serez séduit par sa robe jaune pâle et son nez aux parfums d’agrumes et d’amande. La bouche légèrement fruitée en fait un vin gourmand tout en légèreté. Un malheur sur les produits de la mer.

Et puis, il faut bien du rouge pour faire face à toutes les situations. J’en ai deux qui tiennent la corde dans mes casiers. Le château Chasse-Spleen  est un fidèle compagnon des repas quand on ne veut pas maltraiter ses invités. J’ai récemment eu l’occasion de découvrir son petit frère : seule autre référence estampillée Moulis, l’Oratoire de Chasse Spleen est une cuvée confidentielle bâtit à l'origine pour l'export, pour nos cousins canadien, grands amoureux de ce Château. Un assemblage de Merlot, petit Verdot et Cabernet franc, typique du Moulis. Sa robe grenat offre un nez ouvert sur la cerise. En bouche ce vin possède une attaque veloutée et charnue, sur le fruit et des tannins soyeux. Il fait honneur au gibier, aux viandes rouges et aux fromages corsés. C’est un  cru bourgeois exceptionnel.

Le second vient encore  de la vallée du Rhône, mais du Nord, cette fois-ci : un Crozes-Hermitage de chez Jaboulet Aîné. Ce 100% Syrah présente une robe d’un rouge profond presque violine. Il vous séduira avec  son nez aromatique et fruité.  En bouche, l’attaque est souple avec en finale une note de réglisse. Il fait un malheur avec les viandes  rouges.

Bon, vous voilà parés pour un été festif. Mais attention, l’abus d’alcool est dangereux. Ce petit rappel à l’ordre pour respecter la  loi. Et pensez-y, chaque fois que vous n’aurez pas à reprendre le volant, célébrons les « quatre vins » : « A ta santé, Edouard ! ».

 

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)