EDOUARD TETREAU, T’ES TROP !
DE LA CONSTANCE, MAIS PAS DANS LA MAUVAISE DIRECTION !

BENALLA, OH, LA, LA …

TEMPETE-DANS-UN-VERRE-D-EAU

 

Voilà une histoire tellement ubuesque qu’on a bien du mal à y croire.

Je vais  vous la conter  telle  que  Monsieur Toutlemonde a   pu  la comprendre. D’abord  le feuilleton commence  par  un coup de théâtre : le 19 juillet, le  journal Le Monde, ça n’est pas rien, publie un article qui relate les  exploits  d’un Superman, venu à l’aide de la police  lors  des  manifestations du 1er mai.  Mais on a réussi à mettre  un nom  sur le superman : Alexandre Benalla, garde du corps (parait-il que non) et « ami » du président de  la République. Et tourne alors  en boucle sur les réseaux sociaux une vidéo où il  apparaît casqué et muni d’un brassard de la police, en train de  molester un homme puis une femme…. On est quand même deux mois  et demi après les faits. Aussitôt la classe politique s’enflamme, mais ça  c’est  une autre histoire.

Revenons à nos moutons.

Voilà donc un membre du cabinet de l’Elysée qui se trouve avec les forces de l’ordre,  place de la Contrescarpe.  Déjà on peut se demander ce qu’il fait là.  On nous dit qu’il a été invité pour observer.  Soit. Première anomalie : à un moment donné il se précipite sur des personnes  qui jettent des projectiles sur les CRS. Je  résume : il contribue à interpeller deux personnes au comportement violent, c’est indiscutable. Il  les moleste au passage sans qu’on en voie l’utilité. Deuxième anomalie : les deux personnes ne sont pas déférées, comme cela aurait dû se faire  normalement. C’est que,  troisième anomalie, il aurait fallu faire mention de  l’intervention « inappropriée » de M.  Benalla qui n’avait pas le  pouvoir d’intervenir et expliquer, quatrième anomalie, pourquoi il portait un brassard de  la  police, un casque de CRS et était muni d’une radio. Pour éviter que l’affaire s’ébruite, est donc la réponse à  cette deuxième anomalie. D’ailleurs, le Procureur de la République, M.  Mollins  demande aujourd’hui officiellement des explications sur cette absence de défèrement de ces deux personnes aux forces de polices concernées.

Je continue.

Forcément, les  policiers mécontents ont fait remonter  l’incident à l’employeur du superman. Comme ça n’est pas bien,  il sera  puni.   Va-t-on le dénoncer et le présenter  à  la   justice ? Que nenni,  un membre du cabinet,  ça ferait désordre : il sera  mis à pied deux semaines sans salaire (qui apprend-on, n’a pas été retenu), sanction jugée proportionnée. C'est déjà scandaleux au regard du simple flic qui est mis en examen pour un coup de   matraque. Et la vie a repris, tranquille comme Baptiste.  On a pu voir à nouveau dans le sillage de Jupiter le sieur Benalla au Panthéon pour la  cérémonie Veil, au 14 juillet, dans le  car des bleus… Pendant deux mois et demi, le grand public a été tenu à l’écart de l’incident,  mais aussi la  justice. Tout a été fait  pour enterrer cette histoire, ce qui est scandaleux de la part de gens qui prêchent la « République exemplaire ». "Enorme" crierait Fabrice. A l’Elysée, on peut croire l’affaire oubliée et  la vie a repris comme si de rien pour l’intéressé : attribution d’un logement de fonction, voiture de fonction  équipée « police », …  Un puni qui se  porte bien,  quoi ! Les vacances approchent, et il semblerait qu’on lui ait confié la sécurité  du Président au fort de Brégançon. Est-ce la goutte qui a fait déborder le vase ?  Toujours est-il que quelqu’un de bien intentionné a pris soin de faire  parvenir la vidéo compromettante dûment commentée pour son interprétation au journal Le Monde.

Et voilà  le scandale qui éclate.

L’Assemblée nationale s’enflamme, la majorité En Marche est à l’arrêt, comme tétanisée (il faudra attendre que Macron appuie sur le bouton « reset » pour qu’elle redémarre), Le Président pourtant très bavard se mure dans le  silence… La suite vous la connaissez, et elle n’est pas triste, avec les auditions par les parlementaires, l’ouverture généralisée des  parapluies par  les (hauts) fonctionnaires, les contradictions, les trous de mémoire … On n’a pas  fini d’en entendre parler.

Que va dire l’ordinateur de Benalla ? Sur quoi va déboucher la procédure judiciaire ?  L’affaire de l’été est  bien une affaire d’Etat quoi qu’en disent les partisans de M. Macron : un Président qui soustrait un justiciable à l'action de la  justice, c'est inqualifiable. Et  j’imagine Alexis Kohler lui téléphonant : « On est  mal patron, on est mal ! ».

Moi, j’ai envie de chanter :  « Oh lé, lé, Oh la, la, Quand il faut y aller, Benalla est là  … »

Et du coup, on en a même oublié qu’on était champions du monde ! Incroyable !

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)