NOTRE SOCIETE PAIE L’ABSENCE DE VERTICALITE
LE PIEGE DE L’IMMIGRATION

QUAND MICHELE MET LES PIEDS DANS LE PLAT…

Calmels Wauquiez

 

 … Tout le monde en prend pour son grade !

La récente  crise chez Les Républicains avec  l’éviction de Virginie Calmels aura eu au moins le mérite de réveiller sinon une dinosaure, du moins une dragonne.  Michèle Alliot Marie dit tout haut ce que nombreux pensent tout bas.

Comment notre famille a-t-elle pu à ce point se fractionner ?

Elle  souligne d’abord  l’immense  responsabilité d’Alain Juppé et de  ses partisans dont une grande partie a changé de camp. Au lieu de se retrancher sur son Aventin pour ruminer sa défaite, et de préférer laisser ses aigreurs prendre le dessus, son devoir était de faire face. Il a donc laissé ses troupes partir à vau l’eau au lieu de jouer son rôle de « pater familias » au sein de sa famille dont il a été l’accoucheur en 2002.  Bien que le résultat de la primaire ait été sans appel, il  n’en devait pas moins  l’affronter en continuant de  peser au sein du parti du poids moral que personne ne lui aurait contesté. D’autant plus que la présidentielle a connu le résultat que l’on sait. On aurait peut-être évité toutes les défections et factions actuelles.

Le rôle de la loi sur le nom cumul des mandats.

Elle a été un accélérateur de  particules.  Les  élus n’ayant plus de repli, leur mandat devient « vital ». Pour quelques présidents de régions, le prétexte était trop facile  pour prendre ses distances avec Les Républicains,  une étiquette utile  au moment de leur élection mais devenue un handicap pour un renouvellement de  mandat dès  lors qu’on a été élu avec un appoint important de voix socialistes face au FN : ils ont donc fait  le choix peu courageux du « sansétiquettisme ».  Ils croient ainsi améliorer leurs chances, mais  ils pourraient bien déchanter  le  moment venu. Il faut toujours se  méfier de l’électorat quand on essaie de  lui faire  prendre des vessies pour des lanternes. C’est la partie qu’ont choisi de jouer  Xavier Bertrand et Christian Estrosi. Plus quelques maires de grandes villes comme celui d’Angers.

La ligne Wauquiez.

On avait pensé que l’alliance au moment de l’élection à la présidence des Républicains avec la libérale et juppéiste Virginie Calmels ferait démarrer le  parti sous le signe d’un rassemblement plus large que celui offert par  le socle fillonniste de la primaire. Elle avait le  mérite de corriger  l’image un brin droitière d’un Laurent Wauquiez qui n’en a jamais fait mystère. Un tandem, donc. Le résultat a été sans bavure : 74% et 100 000 votants pour le fauteuil de président. Personne ne pourra jamais dire  combien a pesé la présence de la n°2 dans le scrutin,  probablement un cheval contre une alouette. Mais l’image était là ! Encore fallait-il assumer cette  présence. On voit bien huit  mois après, que le pari était impossible à tenir pour Laurent Wauquiez pétri de ses certitudes qui lui ont fait gagner largement sa région, et soutenu par un entourage à sa main et plus royaliste que le roi. Il se trouve que Virginie Calmels a du caractère et des convictions. Et elle n’a pas tardé à le faire savoir. Inutile de revenir sur les circonstances : dans un divorce chacun dit avoir raison. Les deux tiers des adhérents,  par définition « bonapartistes », approuvent le chef. Il reste qu’un tiers désapprouve et ça n’est pas rien pour un parti qui court après ses adhérents. On fera un simple constat : dans cette affaire, le parti donne l’image de se rétrécir encore un peu. Tout le monde y perd, Laurent Wauquiez comme Virginie Calmels.

Se donner le temps ?

Revenons à  Michèle Alliot Marie.  Elle affirme qu’il faut arrêter le dénigrement et la critique systématique. Certes, elle a raison de dire que le président actuel est « dans le collimateur de certaines ambitions personnelles » et qu’il faut « respecter les choix démocratiques »… surtout quand on n’a  pas eu le courage de se présenter contre lui. Que Laurent Wauquiez ait besoin de temps pour reconstruire une famille en lambeaux, on peut en convenir et personnellement j’étais prêt à l’y aider.  Et comme notre amie députée européenne, je vais « juger ce qu’il va faire concrètement dans les prochains mois ». J’attends, comme elle le dit si bien, « qu’il fédère les envies ». Le  limogeage   brutal de Virginie Calmels n’en est pas un bon signe : sans entrer dans le débat infini des responsabilités, la question du management est posée aussi. Le Président sera-t-il capable de se remettre en cause ? Qu’il y ait des débats, c’est normal, encore faut-il qu’ils ne servent pas à saper l’unité du mouvement au point de mettre le parti en péril de mort. Comme je n’ai pas le culte du « chef-a-toujours-raison », je suis tenté de renvoyé les protagonistes dos-à-dos. Mais Valérie Pécresse et  Jean-François Copé feraient bien d’écouter eux aussi l’avertissement de Michèle Alliot Marie. A faire les sourds, là encore, tout le monde y perdra. D’autant plus que l’épisode que nous venons de vivre tombe comme  pain  béni pour des médias anti-Wauquiez qui n’en demandaient pas tant !

En attendant, je continue de regretter le départ de Virginie Calmels que je vis comme une amputation de  l’aile libérale d’un parti rongé par la tentation « illibérale » de certaines droites européennes.

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)