C'EST L'ETE !
SOURIEZ, C'EST L'ETE !

LES JOLIES COLONIES DE VACANCES….

Service universel

 

Merci Manu, Merci Manu, aurait  chanté  Pierre Perret !

Voilà ce qu’est devenue la promesse de rétablir le « service  militaire ».  Il  vaut  mieux en rire, car  ce serait plutôt à pleurer tellement la montagne accouche d’une souris. C’est le sort réservé  aux promesses inconséquentes.  Celle du « service » en était une  dès le départ : tout lemonde en connaissait le coût  et savait  qu’on n’avait pas les moyens. Alors dans ces conditions, ne valait –il  pas mieux renoncer que de nous sortir cet ersatz insignifiant ? Car tel qu’il a été présenté par Jean-Michel Blanquer, le « service universel », désignation aussi pompeuse que creuse, apparaît comme le parfait exemple d’une ambition oblitérée par la réalité. La mise en oeuvre particulièrement complexe qu’il  nous promet ne mérite certainement pas l’intensité de l’effort qu’elle exigera.

Pour le « melting  pot » c’est raté.

Depuis longtemps on sait que le service (militaire ou civil) représente un excellent instrument pour mêler les couches sociales et qu’il peut aider à forger des âmes plus solides chez les jeunes. Le problème vient de ce que le candidat Macron a fait cette promesse sans trop avoir étudié le dossier. D’abord, on constate qu’il n’est pas très sûr lui-même de ce qu’il veut faire d’un service « national », alors que le service civique existe déjà, sachant aussi qu’il est clair que l’armée n’en prendra pas la responsabilité : une période aussi courte ne permettrait pas de transformer les jeunes gens en bons soldats et  elle n’a plus les moyens d’assurer un encadrement. Avant de lancer  l’idée, il  aurait fallu évaluer les coûts de l’entreprise. Pour un seul mois de service, la facture serait de 1,7 milliard, avec seulement 15 jours de « brassage social » et 15 jours d’engagement personnel. Et  encore, on ne sait même pas où seront hébergés les « conscrits ». Il n’y a   plus  de   casernes, elles ont été démantelées. On a bien pensé aux internats mais  ils n’offrent que 147 000 places alors qu’une classe d’âge comprend 750 000 individus,  filles et  garçons. Tout ça pour qu’un jeune n’appelle pas le président « Manu » ? De  fait, le dossier a été confié au ministre de l’Éducation, , ce qui veut dire que le gouvernement se contente de prolonger d’un mois les cours de civisme. C’est un peu court, c’est cher et, si les prévisions exposées par M. Blanquer, par ailleurs ministre efficace et respecté, vont jusqu’en 2026, on a tout lieu de penser que le projet risque de s’effilocher avec le temps. Franchement, il n’y avait aucune urgence à lancer un système aussi compliqué et onéreux.  D’ailleurs le fait qu’il  cible des jeunes de 16 ans n’est pas sans soulever de multiples questions. Il est fort  possible que des résistances de familles cherchent à s’opposer à la participation de leurs enfants aux séquences qui seront proposées.  Je pense notamment  aux filles  de certaines familles musulmanes « conservatrices ». j’attends donc avec curiosité  de voir comment  la  mise en place va  être gérée.

Le retour de la croissance molle.

Voilà un  projet dont on  pourrait bien se passer. Des dépenses qu’on qualifiera  d’inutiles alors que l’affaiblissement de la croissance dont nous avions à peine commencé à goûter les délices fait qu’elle tend déjà à disparaître, ce qui entraînera pour la France des difficultés budgétaires accrues. En  plus,  le temps géopolitique devient extrêmement mauvais. Il va y avoir fort à faire avec les dangers qui pèsent sur l’Europe et les risques de récession induits par les coups de Donald Trump. La crise  migratoire n’est qu’un épiphénomène, le plus grave est ailleurs. Le  mécontentement  populaire monte. Le  gouvernement ferait bien de réduire la voilure des réformes si elles doivent se limiter  à du symbolique comme celle du service militaire. Pas de sous, pas de réformes !

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)