Previous month:
mars 2018
Next month:
mai 2018

LE BOUGISME NE MENE NULLE PART

Macron 2018

OU   …  MACRON,  UN AN APRES

Voilà  un an qu’il est élu.  Un point des « transformations » et de la  marche de  la France vers le « nouveau monde » s’impose. Après le  mandat de François Hollande, le contraste  est saisissant. A la présidence « normale », terne et gauche (dans tous les sens du terme) d’un sous-préfet de Corrèze, succède la jeunesse, le dynamisme,  le tourbillon brillant d’une gouvernance qui se veut Jupitérienne et qui en fascine plus d’un. Mais force  est de constater que derrière les belles images, le roman à  l’eau de rose digne de Gala qu’on veut nous conter, le bilan est pour l’instant assez maigre, à l’inverse de son ego surdémesuré si on se réfère à  l’interview qu’il a donnée à la prestigieuse NRF.

Macron,  c’est  « monsieur demi-mesure »

Certes, beaucoup de réformes sont engagées et mettent les secteurs concernés en ébullition. Ce sont toujours les mêmes  qui sont à la manœuvre, soit par intérêt catégoriel ou existentiel, tel le blocage des cheminots de Sud Rail et de la CGT, soit par idéologie comme dans les universités avec les éternels bons à rien anti-sélection. Pourtant, si ce qui est contesté va dans le bon sens, force  est de constater que les réformes  proposées ou décidées ressortent plutôt de la « réformette ». Un seul bon point : les décisions prises par  le Ministre de l’Education : au moins là, c’est clair et net. Car en guise de « transformation », on aurait plutôt  des adaptations qui laissent de nombreux sujets en route : ainsi de la SNCF, où excepté  l’ouverture à la concurrence, les  cheminots ne perdent rien des avantages de leur statut. On  observe aussi que, par exemple, la réforme du code du travail n’a rien réglé parce que trop partielle. De même celle de l’assurance-chômage très limitée. Il y a aussi un problème de méthode : les avocats sont dans la rue vent debout contre la réforme de  la justice, les hôpitaux sont en pleine agitation, les maires au bord de la révolte contre  les baisses de dotations …  Les réformes de l’apprentissage et de la formation professionnelle constituent une erreur majeure : en laissant de côté les Régions qui ont en charge ces secteurs, l’Etat se prive d’un levier stratégique qui aurait pu démultiplier l’effort à un moment crucial où  l’on voit le chômage structurel  résister. De  là à vouloir museler les oppositions en affaiblissant le parlement, il n’y a qu’un pas que la réforme constitutionnelle aiderait à franchir : la tentation bonapartiste de la « démocrature » (contraction de démocratie et dictature) perce dans la verticalité du pouvoir. La question qu’il faut se poser : est-ce que tout ce tohu-bohu est bien utile ? Quitte à avoir de l’opposition aux réformes, autant aller au fond !

Macron c’est « monsieur taxe-à-tout-va »

Inutile de revenir sur l’injustice énorme qui est faite aux retraités avec la hausse de la CSG. On assiste  à une multiplication des ressources par la hausse des taxes existantes (tabac, carburants) et à la création de taxes nouvelles, Bercy n’étant jamais à cours d’imagination en la matière. En fait l’absence de plan concret de réduction des dépenses publiques condamne le gouvernement à un jeu de bonneteau fiscal exaspérant.  Les 100 milliards de réduction de  la dette annoncés par  Macron, coup de com’ qui reprend le chiffre de Juppé, n’est en fait que le produit d’un ratio dette/PIB rendu plus favorable par la  croissance : ils ne sont pas le fruit d’une baisse effective et réelle du poids de la dette. Les recettes augmentent, les dépenses ne baissent pas, elles auraient même tendance à augmenter aussi.... Et les déficits avec !

Macron c’est de grands discours pour cacher de petites réalités

Il n’y a pas loin du Capitole à la roche tarpéïenne. On peut se faire  applaudir au Congrès américain et revenir les mains vides. De même, pour relancer l’Europe les belles  envolées ne suffisent pas. Elles sont prises pour de l’arrogance  française.  Il faudra en passer par les volontés allemandes qui sont réticentes sur  les relances envisagées par l’Elysée à grand renfort de trompettes. C’est d’un avocat  dont on a besoin.  C’est un Sarkozy qu’il fallait pour relancer la  machine, ou à la limite un Juppé,  qui s’était révélé un brillant Ministre des Affaires étrangères. Mais les Français sont trop cons, ils ne les méritent pas ! Pour autant, le temps presse. Comme le souligne Hubert Védrine, l’Europe doit prendre en compte les attentes en matière d’identité et de sécurité, ce que Macron méprise profondément. C’est vrai, l’hôte de l’Elysée a une belle plume, il fait des discours brillants qui épatent la galerie. Pourtant, on ne peut  les prendre pour argent comptant. Dans beaucoup de domaines, le macronisme du « en même temps » est illisible, qu’il s’agisse de la politique migratoire, de  la lutte contre le communautarisme, du respect de l’autorité de l’Etat dont la « Bérézina » de Notre-Dame des Landes est l’exemple emblématique, de l’importance de  la ruralité que le Président néglige… Le Président sait où il va, il est bien le seul. Ses supporters en sont à répéter  en boucle les « éléments de langage » que le  « château » consent à leur donner en pâture. Dans tout ce fatras de  bouillonnement, l’analyse rationnelle peine à se  frayer un chemin, tandis que les médias nous vendent des images  glamour et à l’eau de rose d’un président jupitérien. Certes, il reste un  point positif : le regard sur la France a changé, mais jusqu’à quand ?

Le bougisme ne mène nulle part, pour l’instant !

 


« OSONS L’EUROPE… DES NATIONS »

Osons l'Europe001

 

Le  livre de Christian Saint-Etienne est « the book to read » pour tous ceux qui s’intéressent à l’échéance européenne de 2019 : tout y est ! Une analyse  lucide et clairvoyante par un européen convaincu qui ne pourra pas  être taxé d’européiste !

De l’Europe espérance à l’Europe en panne.

En 200 pages, l’auteur réussit l’exploit d’exposer clairement la construction européenne depuis ses  origines, comment la  machine s’est grippée pour arriver au constat d’aujourd’hui : depuis Maastricht et parce qu’on n’a pas voté la constitution européenne, l’Union européenne est devenue une zone qui s’autodétruit par la concurrence fiscale et sociale.  Il  dissèque les erreurs grossières qui ont été commises, les  bévues des dirigeants sans compter avec le moteur franco-allemand tombé en panne, la France affaiblie par sa dette, ses déficits et son manque de compétitivité,  l’Allemagne occupée à digérer sa réunification. Pour ajouter à la complication, l’Europe a décidé de s’élargir aux ex-pays de l’Est au lieu de s’approfondir. Il aurait fallu de l’harmonisation, elle est rendue impossible par la règle de unanimité. Dès lors, c’est  la règle du chacun pour soi,  les égoïsmes favorisant la désunion.  Il  ne faut pas chercher plus loin l’origine des déséquilibres :   les pays ayant les lois les moins contraignantes ont attiré mécaniquement les  capitaux et les individus les plus doués…  Pour aboutir à une absurdité absolue : la zone euro où des pays partagent une même monnaie sans gouvernement économique ni monétaire. 

L’idée européenne est une idée française.

Il ne faut pas être grand clercs pour voir alors l’écrasante responsabilité de notre pays dans cette situation. Les  politiques économiques menées depuis la fin des années 90 nous ont discrédité aux yeux de nos voisins, nous conduisant à une perte d’influence réelle, encore mesurable aujourd’hui dans la réticence opposée  aux projets de relance d’Emmanuel Macron. Avec le Brexit est apparue une autre faille : avec l’acte unique, il n’aurait pas fallu accepter  les  « dérogations ». L’union n’apportant plus la prospérité  espérée, avec son caractère trop technocratique, elle  récolte le  rejet des peuples.

La croisée des chemins.

Aujourd’hui, l’Europe est  à la croisée des chemins : elle doit choisir entre deux conceptions. La  britannique qui nous conduit au désastre d’un continent de nains chamailleurs incapables d’exister face aux grand Etats, instaurant une compétition, non entre les produits du marché, mais entre les règles du marché. L’autre, celle que devrait imposer le bon sens, resserrée autour des  pays dits « carolingiens » (Christian Saint-Etienne en voit neuf ; France, Allemagne, Autriche, Benelux, Italie, Espagne, Portugal) qui se doteraient de règle fiscales et sociales communes, comprises dans une fourchette raisonnable.  Voilà une confédération qui pourrait se doter d’une politique de puissance susceptible d’exister face aux géants américains et chinois. La subtilité de la proposition de l’auteur tient dans la faisabilité : organisée par un traité intergouvernemental, en dehors du traité de Rome, elle n’abolirait pas l’Europe du libre-échange.  Elle pourrait même s’ouvrir progressivement aux autres pays qui le souhaiteraient sous conditions d’adopter les règles communes. L’Euro de cette nouvelle entité serait enfin garanti.

La fée carolingienne.

Cette solution aussi audacieuse qu’originale, reprenant l’idée d’Europa de Giscard, en la détaillant, de fonder une « fédération économique européenne », dite « Fée » carolingienne, permettrait de renouer avec une politique de puissance  seule capable d’enrayer notre colonisation industrielle et numérique par la Chine et les Etats-Unis.   Mais le temps presse. C’est demain qu’il faut agir.  L’élection de 2019 est une opportunité qu’il faut saisir. A condition de sortir des vœux  pieux et déconnectés de toute réalité consensuelle du discours de la Sorbonne et de nous en donner les  moyens par  une politique enfin sérieuse de réduction des déficits, de notre dette, sans quoi rien ne sera possible. La relance de l’Europe, seule la France peut la  provoquer,  mais l’auteur nous prévient : « la France d’Emmanuel Macron n’a que très partiellement emprunté la voie des réformes nécessaires… Compte tenu de l’accélération de  la nouvelle révolution industrielle, l’Europe sera  politiquement dépassée et stratégiquement morte en 2024 ! »

Ce n’est évidemment qu’une synthèse.  Il faut lire le livre qui offre en plus une dimension didactique qui le met à la portée de tous.

« Osons l’Europe des nations » - Christian Saint-Etienne – Editions de l’observatoire.

 


PALS (prélèvement à la source) : LES PME ET LES CLASSES MOYENNES VONT EN PRENDRE PLEIN LA POIRE !

Prélèvement  à la source

 

Des petits apprentis sorciers comme Darmanin, c’est pain béni pour les aristocrates de la technocratie qui gouvernent Bercy (et la France).  Ils lui font avaler toutes  les procédures jusqu’aux plus absurdes. La  mise  en place du prélèvement à la source s’annonce comme une escroquerie de grande ampleur pour les  contribuables « cochons de payants » ! Sans parler  d’une conséquence que l’administration,  dans son aveuglement n’anticipe même pas : le choc récessif que provoqueront sur la consommation les salaires amputés de 20 ou 30% dès la fin janvier 2019. Les  députés LR soulignent dans une tribune publiée dans l’Opinion, bien d’autres  problèmes.  Je ne résiste pas au plaisir de vous en faire  profiter : lisez, elle mérite le détour. Les intertitres  sont de votre serviteur.

 

« Le report initial d’un an pouvait laisser espérer l’enterrement de cette mesure héritée du quinquennat Hollande. Mais le ministre des Comptes publics a confirmé l’entrée en vigueur du prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu au 1er janvier 2019. Le mouvement est lancé.

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué !

Cette réforme, exigée par l’Union européenne, part d’une bonne intention : prélever à la source permettrait de s’épargner des démarches déclaratives et un paiement tardif de son impôt. De plus, d’autres pays aux systèmes d’imposition beaucoup plus simples le pratiquent. Pourtant nous risquons d’aboutir au contraire de l’effet escompté. A l’occasion de la déclaration en ligne 2018 des revenus 2017, le taux individuel de prélèvement à la source transmis aux employeurs sera également communiqué à chaque contribuable, il s’appliquera sur les fiches de paie à compter du mois de janvier 2019 et l’impôt dû sera directement déduit du salaire net. Simple ? C’est oublier les effets indésirables de ce «Cosmopompe» et ses conséquences redistributives imprévues. A compter de janvier 2019, les salaires nets seront amputés par les prélèvements de l’impôt sur le revenu. Le taux de prélèvement sera déterminé en fonction des revenus de l’année 2017. Pendant 10 mois, nous serons prélevés sur la base de nos revenus d’il y a deux ans (n-2) avant prise en compte de la déclaration des revenus de l’an dernier (n-1) qui déclenchera à l’automne la régularisation des montants prélevés.

Vous suivez ?

Donc, si en 2018 le salaire a augmenté, nous tirerons profit de l’année blanche ; si au contraire il a baissé, nous serons prélevés sur nos revenus 2017 et devrons attendre l’automne 2019 pour voir les montants régularisés. Nous pourrons moduler nos prélèvements mais attention si nous nous trompons de plus de 20% par rapport au montant dû !

Une Usine à gaz. Il  faut  être énarque pour  pondre un dispositif aussi absurde !

Ce système va enfoncer les contribuables à problèmes : les cas particuliers des couples, ceux qui refusent de communiquer leur taux de prélèvement à leur employeur, les intérimaires, ceux qui enchaînent les contrats courts, les gérants d’entreprise, les indépendants, les libéraux, ceux qui perçoivent des revenus fonciers, ceux qui bénéficient d’un revenu exceptionnel... La complexité se déduit dès l’exposé des principes : derrière la simplicité se dissimule une usine à gaz digne des Shadocks ! L’employeur devient le receveur de l’impôt et le responsable de sa bonne perception devant l’administration fiscale. L’Etat se défausse sur les entreprises en leur demandant de prendre en charge, à leur frais, une activité éminemment régalienne.

Des  coûts  supplémentaires pour les entreprises !

La querelle philosophique a des incidences très pratiques : pour collecter cet impôt, les éditeurs de logiciels de gestion sociale vont augmenter leurs coûts; les gestionnaires de paie vont voir leur charge de travail augmenter dans ce rôle de guichet d’entrée pour Bercy, les pénalités infligées pour erreur ou retard vont augmenter avec les flux; les professionnels du chiffre vont multiplier les diligences et les temps passés pour assurer, contrôler ou ajuster ces nouvelles opérations sensibles. N’en déplaise à M. Darmanin, les temps humains et les coûts vont être augmentés tout au long de la chaîne des fonctions supports des employeurs dans des proportions que nul ne peut anticiper - souvenez-vous du RSI. D’ailleurs les logiciels de Bercy ont déjà dysfonctionné et faussé un demi-million de feuillets préremplis. Cette réforme va contribuer à faire baisser le taux de marge des sociétés non financières (EBE/VA), qui s’établit selon les derniers chiffres à 31,9 % (selon l’Insee), soit un taux durablement inférieur de 4 à 10 points à ceux de nos voisins européens (selon AFEP/EUROSTAT).

Avance de trésorerie permanente à l’Etat, et ce n’est peut-être pas fini …

Les entreprises ne seront pas seules à subir ces coûts et cette complexité. Bercy aussi verra ses agents submergés par les cas particuliers. Le contribuable, lui, devra toujours déclarer annuellement ses revenus, sauf si nous assistons à la première étape d’une fusion entre l’impôt sur le revenu et la CSG, afin de rendre cette dernière progressive et d’augmenter discrètement les prélèvements sur les classes moyennes et aisées. Officiellement, il n’en est pas question. Pour l’instant. Bercy souligne un avantage majeur : la contemporanéité, c’est-à-dire payer immédiatement l’impôt dû sur les revenus qui viennent d’être perçus ou s’adapter sans délai à un changement de situation personnelle. Les finances publiques étant tenues selon une comptabilité de trésorerie et non d’engagement, l’impact de ces rentrées fiscales sera considérable. Demain, l’Etat bénéficiera d’une avance de trésorerie permanente aux frais du contribuable et, le cas échéant, il rendra ce qu’il aura jugé bon de restituer au bout de dix mois de prélèvements, c’est-à-dire au moment de payer les impôts locaux — la nature est bien faite. Personne n’a réfléchi au mauvais côté macro-économique de cette contemporanéité : l’impact en matière de prévisions de recettes fiscales l’année où se produit un décrochage économique et où toutes les recettes de l’Etat - TVA, IS et IR - plongeront en même temps. Ce mécano fiscal sans cesse revu, enrichi et normé étouffe la fameuse source qu’on entend prélever. Derrière la simplicité, il y aura une taxe administrative que les entreprises françaises acquitteront avec comme assiette leur compétitivité.

Il était pourtant si facile de généraliser le prélèvement mensuel.

Il est encore temps d’y renoncer et d’aller vers un système bien plus simple et déjà pratiqué par de nombreux Français : la mensualisation. Il suffirait de la rendre obligatoire pour assurer une régularité de la recette pour l’Etat sans générer une telle usine à gaz au frais des entreprises. »

Qu’est-ce qu’on fait ? On se révolte ?

Les signataires :

Julien Aubert est député LR de Vaucluse, président d’Oser la France, Thibault Bazin est député LR de Meurthe-et-Moselle, vice-président d’Oser la France; Valérie Beauvais est députée LR de la Marne, vice-présidente d’Oser la France ; Bernard Brochand est député LR des Alpes-Maritimes ; Bérengère Poletti est députée LR des Ardennes, vice-présidente d’Oser la France ; Jean-François Parigi est député LR de Seine-et-Marne et vice-président d’Oser la France ; Alain Dufaut est sénateur LR du Vaucluse ; Bernard Fournier est sénateur LR de la Loire ; René-Paul Savary est sénateur LR de la Marne ; Bernard Carayon est maire LR de Lavaur et conseiller régional d’Occitanie, vice-président d’Oser la France ; Stéphane de Sallier Dupin est conseiller régional de Bretagne ; Stéphane Sauvageon est conseiller régional de Provence-Alpes-Côte D’Azur ; Gurval Guiguen est conseiller municipal et métropolitain de Rennes ; Pierre Laget est adjoint au maire des 11 et 12e arrondissements de Marseille chargé des Finances ; Olivier Arsac est adjoint au maire de Toulouse et conseiller métropolitain de Toulouse Métropole et Jérôme Besnard est conseiller municipal de Mont-Saint-Aignan.

 


LR : VIRGINIE CALMELS DEFINIT LA LIGNE CLAIRE

VIRGINIE CALMELS 2

 

Ne rien concéder sur nos valeurs.

En BD, le grand prêtre de la « ligne claire », c’était Hergé.  Elle obéissait à des règles très précises devenues ensuite des canons rigoureux servant de référence.  En politique,  c’est la même démarche qu’il faut suivre. 

Dans une tribune publiée  par  le JDD, Virginie Calmels, Vice-Présidente,  définit avec talent la « ligne claire » que les Républicains doivent suivre dans  leur reconstruction : « Ne rien concéder sur nos valeurs, ni à Le Pen ni à tout autre : c’est cela la droite de demain ! » et liste les points de désaccords avec le FN : Europe, identité, économie...ce faisant, l’adjointe au maire de Bordeaux s'oppose frontalement à l'ancien député LR Thierry Mariani qui estimait dans le même JDD qu'un accord avec le parti d’extrême droite était indispensable pour que les Républicains se retrouve des « alliés ». Celui-ci récidive dans une tribune co-signée avec des élus FN et publiée le 12 avril dans Valeurs actuelles, préconisant « l’unité de la droite ». «  Cette alliance serait pour moi bien plus qu’une erreur, ce serait une faute pour un parti politique qui a toujours veillé à ne pas tomber dans la démagogie et l’intolérance. Nous n’avons rien en commun, ni sur les valeurs, ni sur l’ambition. Il suffit de regarder le projet de Marine Le Pen pour s’en rendre compte : il est aux antipodes de ce que nous proposons ! » lui rétorque Virginie Calmels. Et comme  il ne suffit  pas d’affirmer, elle  argumente et liste tous les  points de désaccords  avec le parti frontiste.

Des divergences sur la notion d'identité. 

Pour le Front national, l’identité est une notion exclusive, et l’étranger est réduit au rôle de bouc émissaire commode de tous les maux de notre pays. Chez les Républicains, nous défendons une identité qui ouvre au monde et dont nous pouvons être fiers. Cela n’empêche pas d’assumer nos racines chrétiennes, notre culture héritée aussi bien de Jeanne d’Arc que des Lumières. Pour résumer : « le patriotisme c’est l’amour des siens, le nationalisme c’est la haine des autres », comme disait romain Gary. Les Républicains sont des patriotes.

L’Europe, divergence majeure.

Sur l’Europe, le Front National réalise l’exploit d’être à la fois dangereux et contradictoire, parce que si Marine Le Pen appliquait le programme qu’elle a défendu pendant 5 ans, avec l’abandon plus ou moins partiel de l’euro, notre dette exploserait, le déficit avoisinerait les 10%, et notre pays se retrouverait, comme la Grèce il y a peu, aux mains des financiers et des investisseurs étrangers, sans trop savoir si l’écu ou le franc l’aurait remplacé. Nous serions alors pieds et poings liés, obligés de négocier notre dette sous la tutelle du FMI, de la commission européenne et de la BCE. Comme perte de souveraineté, on ne fait  pas mieux.

Deux approches radicalement opposées de l’économie.

Sur le sujet, le Front national a beaucoup plus de proximités avec Jean-Luc Mélenchon et la France insoumise qu’avec les Républicains : maintien des 35 heures, retraite à 60 ans, retrait de la zone euro, hausse du nombre de fonctionnaires, hausse de la dépense publique évaluée à près de 145 milliards d’euros pour le programme de Marine Le Pen et à 200 milliards d’euros pour celui de Jean-Luc Mélenchon. Des positions de gauche archaïque sur l’économique et  le  social  que Thierry Mariani lui-même fustigeait. Et on ne voit pas  par quel coup de baguette magique le programme économique socialiste du FN serait devenu plus acceptable.

Même sur l’immigration, le projet républicain est différent.

Le constat actuel n’est  pas le monopole du FN : la montée pressante du salafisme en France, notamment dans les territoires perdus de la République, la résurgence d’un communautarisme inquiétant qui fait le lit du terrorisme, la hausse significative des crimes antisémites et la confrontation à un défi migratoire qui ne va que s’aggraver dans les années à venir. La mollesse des réponses du gouvernement est une folie dans le contexte actuel où nous avons 9 millions de pauvres et presque 6 millions de chômeurs. Les républicains ont des idées, des propositions, concrètes, fermes et applicables en matière de lutte contre l’immigration. Face au terrorisme et à l’islamisme radical, nous souhaitons la fermeture des mosquées salafistes, l’expulsion des imams radicaux, l’obligation des prêches en français, l’interdiction des financements des lieux de cultes musulmans par des pays étrangers, la dissolution des Frères musulmans, l’expulsion des étrangers ayant commis des crimes, l’expulsion des fichés S étrangers et des plus radicalisés, l’interdiction du retour de ceux partis en Syrie, etc. La droite ne pliera pas sur ces sujets majeurs et saura toujours s’opposer tandis que le gouvernement accepte que 100 imams étrangers viennent d’Algérie pour le Ramadan.

Que propose le FN ? Il alterne entre des mesures irréalistes, comme l’immigration zéro et l’opposition à des mesures essentielles à notre sécurité : par le passé, il a voté contre les principales mesures antiterroristes demandées par nos services, opposition à la loi sur le renseignement, opposition à la surveillance des sites djihadistes sur Internet, opposition répétée à Bruxelles à la création d’un PNR (Passenger Name Record, le fichier européen de surveillance des passagers aériens). Quand on voit de tels écarts dans le projet, on voit ce que serait cette « alliance » : une énième tambouille politicienne.

La pluralité d'opinions chez Les Républicains.

Alors quoi de commun entre Les Républicains et le Front National ? Ce n’est pas parce que nous partageons le constat d’une crise migratoire et d’un affaissement de l’autorité de l’État que nous préconisons, loin de là, les mêmes solutions. Virginie Calmels défend la pluralité des sensibilités au sein de la grande famille de la droite et du centre « Les Républicains », à condition de nous rassembler sur les valeurs et le socle programmatique régalien, économique, éducatif et européen. Comme beaucoup d’entre nous  elle ne croit pas au mariage de la carpe et du lapin et encore moins aux accords électoralistes qui par pure volonté de gagner supplanteraient nos valeurs. Les Français ne s’y tromperaient pas. « L’union des droites » est un mirage. Alors évidemment, le FN s’inquiète de voir que Les Républicains avec Laurent Wauquiez ont décidé de parler à tous les Français, y compris à notre ancien électorat énervé de voir que la droite parlait à la droite mais gouvernait surtout au centre. À nous de faire vivre le débat d’idées, d’émettre des propositions concrètes et crédibles pour répondre aux attentes des Français. C’est la marque de fabrique du parti dirigé par Laurent Wauquiez. À nous désormais de redevenir crédibles aux yeux des Français et de renouer la confiance avec eux.

Ne rien concéder sur nos valeurs, ni à Le Pen ni à tout autre : c’est cela la droite de demain. Crédible, authentique et convaincue ! 

 


SOUTENIR LA DEMANDE : UNE ERREUR ECONOMIQUE

Economie  bourse

 

Le gouvernement actuel a repris tous les « standards » de la politique suivie depuis 2012 : prélèvement  massif par les impôts (hausse de la CSG, multiplication des prélèvements par les taxes) pour financer par redistribution et transferts divers de cotisations la demande, ce qu’on appelle une « relance par la consommation ». Ce n’est pas cette politique qu’il aurait fallu mettre en œuvre. L’idée de la nécessité du soutien de la demande de biens et services et du risque qu'il y aurait à réduire les déficits publics hante nos technocrates. Notre politique économique reste imprégnée par le keynésianisme comme l’a souligné Patrick Artus dans une récente tribune dans les Echos. Et dans son livre « Osons l’Europe » Christian Saint-Etienne fait un constat qui va dans le même sens. Cette option a besoin d’une politique monétaire avec des taux d'intérêt très bas pour la poursuite d'une politique budgétaire expansionniste (augmentation des dépenses) que l'on préfère à la réduction du déficit public.

Plusieurs facteurs font douter de la pertinence du soutien de la demande aujourd'hui en France. 

Tous les signes montrent d'abord que le taux de chômage est proche de son niveau structurel, celui que la seule reprise conjoncturelle ne peut faire disparaître, et on observe que les difficultés d'embauche des entreprises sont très importantes. Ces dernières se plaignent par conséquent davantage  de problèmes d'offre que de problèmes de demande. Par ailleurs le commerce extérieur de la France se dégrade rapidement, conséquence logique d’une demande qui amplifie les importations, signe que l'appareil productif n'est pas en état de répondre à la progression de celle-ci. Dans cette situation, il est donc inutile de stimuler la demande de biens et services sauf à aggraver la dégradation du commerce extérieur et l'inflation salariale. Précisons que contrairement aux idées reçues de nos technocrates, les travaux de recherche montrent que la réduction du déficit public par la baisse des dépenses publiques a peu d'effets négatifs sur l'activité, à la différence de la pression fiscale qui est le vrai frein.

Vers une hausse des taux.

On ne peut enfin pas supposer que la BCE va maintenir perpétuellement des taux d'intérêt bas. C’est pourtant le pari que font Les « keynésiens ». Pourtant les taux d'intérêt à long terme commencent à remonter dans la zone euro (pour la France de 0,6 % en décembre 2017 à 0,9 % en mars 2018 pour le taux d'intérêt à 10 ans). Il serait donc nécessaire de commencer à réduire le taux d'endettement public, mais ce n'est pas le cas : le déficit public de la France est toujours 1 point de PIB supérieur à celui qui stabiliserait le taux d'endettement public. C’est donc un pari dangereux. Comme le souligne Patrick Artus : « Même si les prévisions faites par les organisations internationales, par les gouvernements, par la Banque centrale européenne, montrent toutes la poursuite d'une croissance forte dans la zone euro pendant plusieurs années, il faut se rendre à l'évidence : le pic de croissance qu'elle a atteint à la fin de 2017 est désormais derrière nous. La zone euro a en effet dépassé son point de retournement cyclique et la croissance va y diminuer progressivement. »  

S’adapter rapidement.

L'urgence en termes de politique économique devient la réduction du chômage structurel, par des politiques de formation, de requalification et par la baisse des impôts qui accroissent le coût du travail. Par ailleurs, le ralentissement de la croissance va rendre plus difficile la réduction promise des déficits publics dans les pays où ils sont encore excessifs, comme la France. De son côté Christian Saint-Etienne énumère les quatre problèmes clés que notre pays  doit corriger. D’abord arrêter la dérive de la dette publique en reprenant le contrôle de la dépense publique pour revenir rapidement à 1% du PIB ; réformer le marché du travail en introduisant plus de flexibilité en contrepartie d’un effort accru de formation ; redonner au pays une fiscalité compétitive en Europe ; enfin, augmenter son effort de recherche et d’innovation et rénover/robotiser son appareil de production pour qu’il réussisse dans « l’iconomie entrepreneuriale ». Le moins qu’on puisse dire, c’est que la politique de Macron ne répond que très partiellement à ces urgences.

 


QUELQUES COMMENTAIRES D’ACTU

évacuation ND Landes

 

Le désastre de Notre-Dame des Landes.

L’Etat ridiculisé, martyrisé, défié et qui négocie avec la racaille et  les  casseurs. On aura tout eu et  tout vu. Il  fallait déjà faire preuve d’une grande naïveté en croyant que l’abandon du projet  d’aéroport suffirait à faire partir les zonards. Il fallait  aussi une grande inconséquence pour leur donner le droit de rester jusqu’à la fin de  l’hiver avant toute expulsion : il était clair que la  volonté  de continuer à occuper  le terrain conduirait aux affrontements que l’on a  connus au début de la semaine dernière. Tout le monde savait que  les occupants mettaient le  délai à profit  pour peaufiner  les pièges et les systèmes de défense.  La tentative de dégagement  a été  une  mascarade.  Déjà le discours de  la  préfète en disait long sur le manque de résolution de  l’exécutif.  La  venue surprise sur place du premier  Ministre et du Ministre de l’Intérieur pour déclarer  prématurément que les objectifs  étaient atteints, a ajouté au simulacre.  Trois cabanes détruites et la départementale  même pas libérée constituaient en effet un bien maigre bilan. Depuis les images qui circulent dans la  presse et sur les réseaux sociaux ridiculisent nos gendarmes.  C’est indigne et insupportable !  L’Etat n’a pas mis en œuvre les moyens suffisants pour chasser ces occupants  illégitimes afin de rendre les terres à  leurs propriétaires.  Après la démocratie baffouée, voici l’Etat de droit humilié à la fois par des contestataires anarchistes et par des gouvernants veules et incapables.  Les Français doivent maintenant savoir que le ni « droite-ni gauche » consiste à donner le  pouvoir aux anars et  à des écolos largement  minoritaires. Notre-Dame des Landes restera l’exemple emblématique et concret  de ce  qu’est le « macronisme ». Chacun peut juger de ce qu’il reste de la  parole « forte » du Président !

Déluge oratoire.

Il y a eu le rendez-vous avec la France de Pernaut. 6 millions, c’est un bon score.  Pour ne rien apprendre et recevoir les remerciements cyniques du Président aux retraités qu’il a racketés. Une heure qui nous confirme qu’il n’a toujours rien compris.  Le technocrate savant et bien huilé utilise un langage inaudible et confirme qu’il ne connait les Français qu’à travers ses chiffres, ses « strates » et ses « statistiques ». L’épaisseur humaine n’est pas là. La connaissance du vécu des petites gens à qui retirer 10€ est un sacrifice manque terriblement. Au lieu de s’asseoir sur une chaise transparente qui n’existe dans aucune classe de village, classe dont il voulait faire le symbole de son attachement factice à la  ruralité, il aurait mieux fait d’aller dans un bistrot écouter la  vox  populi. Cela  le changerait des conseils des technocrates éthérés qui  l’entourent.

Quant au fleuve de bavardages de dimanche soir, je n’en dirai pas grand-chose. Comme Maxime  Tandonnet, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, « la politique spectacle et le grand jeu narcissique en général,  auquel tout politique se soumet désormais, me sont devenus littéralement insupportables. La personnalisation du pouvoir à outrance est, à mes yeux, le contraire de la démocratie, de la res publica, du bien commun, et un retour à de bien fâcheux souvenirs ». Tout est dit. Et d’ailleurs les  commentaires que j’ai découverts  lundi matin n’étaient vraiment pas gratifiants  ni pour  le Président, qui s’est abaissé dans l’exercice, ni pour ses questionneurs, agressifs et imbus d’eux-mêmes. Qui trop embrasse, mal étreint. Il  en est de la politique comme de l’amour.

Macron est un président de la désunion. Il est le président de la division transformant la nullité de ses résultats en autosatisfaction permanente. C'est l'homme de la parlote mais pas des actes :  voilà ce que dit la vox  populi du café du commerce.

Le gêneur.

C’est vrai que le contexte ne met  pas  les « Républicains » au premier rang des opposants  à la politique de Macron.  La réforme  du statut de la SNCF est pain béni pour l’ultra gauche, et même  si  elle est très incomplète, pour les  gens de droite,  elle va dans le  bon sens.  Ce n’est donc pas sur ce terrain-là qu’on trouvera Laurent Wauquiez et ses amis. Pourtant, si dans la France profonde son image n’est pas celle d’un opposant  jusqu’au-boutiste, il n’en reste pas  moins que dans les médias, j’ai constaté à plusieurs reprises une agressivité  à  son égard lors  de ses  passages sur les  plateaux. J’ai été  indigné de la manière dont il  a été reçu au 20H de France 2 lundi dernier.  Après 4H de logorrhée présidentielle, on pouvait espérer un droit de parole accordé à l’opposition supérieure aux cinq minutes qu’on lui a accordées. On a l’impression que l’opposition de droite n’a  pas le droit d’exister. C’est que son positionnement est  limpide et  ses  arguments font mouche.  Il  est  donc un gêneur  dont certains craignent la percée. Quand il propose de supprimer  le droit du sol aux enfants  de clandestins nés chez nous, demandez aux Français ce qu’ils en pensent : 90% sont d’accord. Il  a livré au JDD une interview remarquable de  clarté.  Rien d’excessif dans son propos, que des vérités simples. Il y explique pourquoi de son  point de vue « Macron ne comprend pas  la France ». Il y affirme que son opposition est déterminée  sans être sectaire.  Il y expose les faits concrets qui sont  autant de contre-vérités  au discours présidentiel. Simplement « les Républicains » ont un logiciel  politique différent et il entend bien le promouvoir : sur l’immigration,  sur la lutte contre  le terrorisme islamique,  sur le pouvoir d’achat des classes moyennes,  sur la dette et les déficits publics,  contre les augmentations d’impôts…  Il dit des vérités et il continuera de le faire. Il  a raison de penser que « sur la durée, c’est toujours  la vérité qui l’emporte » !

 


MONSIEUR L’INSTITUTEUR…

Emmanuel-macron-au-13-h-de-tf1

 

Pour son intervention télévisée à Berd’huis, dans l’Orne, Emmanuel Macron, qui a choisi de s’exprimer dans une salle de classe, s’est conduit en pédagogue de la IVème république : péremptoire !  Un procédé  un peu vieillot qui consiste à asséner ce qu’on veut être des vérités, la  pédagogie du « dire » que les élèves devaient prendre pour argent comptant. Sauf qu’avec Macron, derrière les mots, il y a une réalité qui ne colle pas. Et les Français ne sont pas des élèves.

Du pur Macron en 3 D : Disruption, Diversion, Duplicité 

L’originalité de l’émission, le choix de la ruralité, le rapprochement (fictif) avec la population d’un village : il s’agissait évidemment d’investir, visuellement au moins, le territoire dont les « Républicains » ont fait leur cheval de bataille. Voilà pour la  disruption. Cela ne suffira pas évidemment à effacer le mécontentement qui touche trop de catégories pour que, comme par enchantement, celui-ci disparaisse. Il  s’agit surtout de continuer à saper le travail de l’opposition de droite en créant le doute, déjà bien présent, dans ses électeurs. Il ne suffit pas de monter sur une table pour élever le débat, de même, il ne suffit pas de s’installer dans une classe rurale pour prouver qu’on s’intéresse à  la France périphérique. Son discours à la fois simple et fluide, la force des convictions qu’il étale, la cohérence qu’il tente de donner à son programme, alors qu’on a du mal à suivre sa pensée « complexe » et à le comprendre, peuvent faire illusion sur le moment. Il sait que l’autorité, la fermeté plaisent à droite. Au  moins donnons-en l’apparence. Voilà pour la diversion. C’est sur les sacrifices qu’il demande aux uns et aux autres, et en particulier aux retraités, qu’il fonde le retour aux équilibres fondamentaux. Le remerciement qu’il leur adresse est cynique et sonne faux. Mais il y a deux façons de lutter contre l’injustice : en laminant tout ce qui dépasse pour ramener les plus favorisés vers la moyenne ou en offrant à tous, et pas seulement aux moins favorisés, plus de chances d’améliorer leur situation. La première démarche est socialiste, elle fait des dégâts en France. C’est surtout celle-là qu’on voit à l’œuvre. La seconde est sociale-libérale, c’est celle-là qu’il tente de nous vendre en l’habillant du prétexte des réalités inéluctables, d’un bouleversement nécessaire des habitudes fiscales, morales et civiques et de gestes ciblés qui cachent l’essentiel : ce sont toujours les mêmes qui en pâtissent, les classes moyennes. Voilà pour la duplicité.

Les électeurs de droite ciblés

Son dessein en 3D, le président le poursuit dans le détail : s’il vient à la rencontre de la France périphérique, ce n’est pas pour annoncer qu’il cèderait aux protestations des Français, surtout quand elles viennent de l’extrême gauche, ce qui l’arrange bien. Non, il tient bon ! Sur l’évacuation de Notre-Dame-des-Landes, acte d’autorité tardif pour faire oublier le déni de démocratie, sorte de victoire à la Pyrrhus ; sur la réforme de la SNCF qu’il fera malgré ses conséquences sur les voyageurs et sur l’économie du pays, mais probablement sans aller jusqu’au bout en réglant les deux problèmes de la dette et des retraites. Celle-ci, n’importe quel gouvernement y aurait été contraint en raison de  l’ouverture à la concurrence en janvier 2019, ce qui relativise son courage ; sur la hausse de la CSG qui sera, c’est juré-craché, compensée à terme par la suppression de la taxe d’habitation pour tous, mais on sait déjà qu’une tranche (aisée) n’y aura pas droit. Une réforme injuste et inepte de toute façon préparant à une France uniforme ; et pour couronner le tout, et faire montre de détermination majeure, on n’est pas Jupiter pour rien, sur la « frappe » qui doit punir le dictateur syrien : là on attendra de voir s’il ne s’agit pas d’une rodomontade. On n’est pas surpris par la fermeté affichée : c’était le but de l’exercice. Mais peut-on croire  à une lutte implacable contre le terrorisme islamique quand on sait que la loi n’en donne pas les moyens et qu’on se contente de fermer  trois mosquées salafistes sur 140.  Peut-on croire à la concession de revenir en arrière dans deux ans sur le 80 km/h, très impopulaire (vous avez essayé de rouler à cette vitesse en 5ème ?), quand on sait que changer tous les panneaux coûte  300  millions d’euros ?  « Je fais tout avec méthode », certes, y compris la disruption, la diversion et la duplicité.

« Jusqu’au bout »... de quoi ?

A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. Le Président peut afficher sa fermeté, car il a en face de lui des mouvements gauchistes minoritaires ultra-politisés qui n’ont pas  le soutien de la majorité ou des corporatistes dont les privilèges heurtent la majorité des Français. Combattre toutes ces formes de désordre ne lui fait courir aucun risque. Il ne fait aucun doute qu’une majorité existe contre l’occupation des facultés par des étudiants, contre la ZAD, contre la grève perlée de la SNCF. Cette fermeté  met quand même mal à l’aise une partie de ses soutiens de LREM, comme Mathieu Orphelin qui demande une trêve pour les zadistes, car ils sont majoritairement issus de la gauche (ancienne). Cela  n’empêche pas une autre majorité de s’estimer injustement taxée, à qui on parle de croissance sans qu’elle en bénéficie. Il a aussi oublié d’évoquer ce qui dérange, notamment le malaise avec les représentants des collectivités, maires, départements, régions, et quand il décide  que l’intéressement dont bénéficient les salariés des PME-TPE sera défiscalisé, c’est pour faire passer la pilule de l’impôt  prélevé à la source que ces entreprises sont réticentes à collecter.

Dimanche, il s’exprimera de nouveau à la télévision. Si son action était si fondée, il ne serait pas obligé de consacrer autant de temps à se justifier.

Mais voilà, l’enfumage ne marche qu’un temps. Nous allons faire souffler le vent d’une autre vérité pour qu’il se dissipe : celui des réalités que le verbe ne suffit pas à cacher.

Un exemple concret : M. Macron a tenu un discours de grande fermeté sur les occupants illégaux de la ZAD de ND des Landes qui doivent être délogés, et « en même temps » la préfète de Loire-Atlantique annonçait la fin des opérations  et la reprise  des « négociations »… ce qui est une vraie pantalonnade quand on connaît  la réalité ! Au déni de démocratie, l’Etat ajoute le déshonneur ! Discours de fermeté pour plaire à la droite, renoncement pour satisfaire sa gauche.

 


LES REPUBLICAINS SE RECONSTRUISENT AU CENTRE DROIT !

Logo Les républicains

 

Les jérémiades de Franck Riester et les vociférations outrancières de Frédéric Lefèbvre n’y changent rien : petites touches par petites touches, étape par étape, sous la houlette intelligente de Laurent Wauquiez, « Les Républicains » se réorganisent tranquillement pour occuper le centre-droit. On  voudrait nous faire croire que le parti aurait été déserté par le centre. Il n’en est rien.  Il y a bien eu des « désertions » et des « prises de distances », mais ce ne sont que des postures car on cherche vainement ce qui, dans les positions affichées par la rue de Vaugirard, peut justifier ces   comportements.

« Les Républicains », le « rassemblement de la droite et du centre ».

Le parti  est toujours en phase avec le slogan qui date de la création de l’UMP. Car il y a toujours des centristes en son sein. Citons Damien Abad,  Jean Leonetti, Marc-Philippe Daubresse : ils  sont les têtes de gondole d’une frange non négligeable d’adhérents et d’élus qui restent fidèles. De même que le courant libéral, autrefois incarné par Alain Madelin, est toujours représenté, et renouvelé avec la « droite  lib’ »  de  Virginie Calmels qui l’anime avec brio. Evidemment, les gaullistes continuent de former un socle solide : comment en serait-il autrement ? Mais là encore, au-delà de Laurent Wauquiez qui s’en réclame, c’est toute une nouvelle génération avec Julien Aubert qui émerge et participe à la direction. Fidèle à sa promesse de campagne, le Président des Républicains vient de  mettre en place un « Conseil  des sensibilités » pour veiller à ce que  toutes  les nuances de la pensée républicaine soient associées,  écoutées, entendues et participent à l’élaboration du projet pour la France. Il en a confié la présidence à Jean Léonetti,  qui est aussi président du Conseil national,  ce qui est un gage de sérieux. Il a voulu aussi que le mouvement « Libres » de Valérie Pécresse reste « associé » au sein de notreparti, où il a toute sa place.

« Les Républicains », le parti des « Territoires ».

La  sonnette d’alarme tirée par Hervé Morin pour les Régions,  Dominique Bussereau pour les  départements, François Baroin pour les communes, pour dénoncer le comportement centralisateur de l’Etat macronien et son mépris des  territoires, entre curieusement en résonnance avec les mises en garde énoncées par Laurent Wauquiez et le Bureau politique des Républicains depuis des mois. Comme quoi, ce que d’aucuns jugeaient naguère comme exagéré, se retrouvent aujourd’hui dans l’obligation de constater que l’analyse était fondée. S’ils faisaient leur mea-culpa, ce serait encore mieux. Mais justement, comme il faut que nos territoires s’organisent et se coordonnent pour affronter une administration et un gouvernement qui veut les ignorer, « Les Républicains » viennent de mettre en place  le « Comité des Maires », présidé par Gil Averous, Maire de Châteauroux. Il aura pour principales missions de relayer les attentes et difficultés des élus locaux face aux politiques technocratiques et centralisées d'Emmanuel MACRON et de son gouvernement, déconnecté des réalités. Il émettra également des propositions concrètes afin de répondre aux problématiques auxquelles sont confrontés les élus locaux, acteurs majeurs de proximité et dans la vie quotidienne de nos concitoyens. Le Comité des Maires aura par ailleurs pour mission de contribuer à la préparation des élections municipales à venir, en lien avec l'ensemble des élus et cadres des Républicains.

« Les Républicains » préparent l’avenir.

Le renouvellement  des générations touche le parti dans ses profondeurs, du national au local.  Il faut donc préparer une promotion  de candidats capables d’affronter dans de bonnes conditions les  prochaines échéances électorales. C’est pourquoi il a été décidé de  mettre en place une « école des cadres ». C’est Julien Aubert, jeune député du Vaucluse qui en prend la direction. Le « Projet »  est aussi une autre préoccupation de Laurent Wauquiez qui a hâte d’avoir à sa  disposition un ensemble de  propositions concrètes, d’autant plus que les élections européennes approchent. C’est pourquoi la « Cellule du projet » a été mise en place avec Virginie Calmels, vice-présidente du Parti, pour coordonner les travaux, avec à ses côtés, le député LR de l'Yonne, Guillaume Larrivé et le philosophe Luc Ferry qui interviendra comme personnalité extérieure des Républicains. Un renfort de poids, médiatique, et d’autant plus intéressant que le philosophe, qui n’a  jamais caché ses convictions gaullistes, ne passe pas pour un excité. Voilà un trio de personnalités aux profils et aux parcours complémentaires. Avec  en plus la volonté de mettre « Les Républicains » au carrefour de tous les  mouvements associés. Premier sujet sur la table: l'immigration avec une convention nationale dès le 18 avril. Comme le dit Virginie Calmels : « On a un devoir de reconstruire cette droite d'idées. C'est là-dessus qu'on existera en apportant nos visions, nos projets, nos suggestions. Et sur le fond on voit clairement les lignes de différenciation avec Emmanuel Macron et Marine Le Pen ».

L’Europe, la priorité !

Damien Abad, Vice-président du parti LR et Député de l'Ain, annonce la couleur : les « Républicains » sont « eurolucides ». Au moment où Alain Juppé semble vouloir commettre la sottise de rejoindre les « constructifs » sur un projet européen inspiré du discours de « fuite en avant » de Macron,  prononcé à la Sorbonne  - ce que les Français ont désavoué lors du dernier scrutin européen-, Laurent Wauquiez reçoit dans sa Région une importante délégation du PPE emmenée par son président Joseph Daul pour travailler concrètement sur le sujet. Damien Abad a dénoncé récemment dans un quotidien ce qu'il appelle la « poudre aux yeux » et la « récupération » d'Emmanuel Macron sur l'Europe, et défend une « troisième voie entre euro-béats et eurosceptiques ».  De son côté,  Bruno Retailleau a concocté 30 propositions avec « Force républicaine ». Abondance de biens ne nuit pas.  Laurent Wauquiez qui veut «ouvrir les portes et les fenêtres du parti » souhaite un large débat sur les idées et les convictions, pour le Conseil national fixé au 30 juin.

Pour l’instant, les « Républicains » se positionnent sur la défense du pouvoir d’achat, dénoncent le matraquage fiscal des retraités, et réclament le renforcement de la sécurité pour les  Français et une lutte déterminée contre l’immigration clandestine et contre le terrorisme islamique. Ils estiment que les priorités du gouvernement devraient être la réduction des dépenses publiques et des déficits, et la résorption de la dette. Des propositions approuvées par une large majorité de Français. S'opposer et proposer, voilà donc l'objectif affiché des « Républicains », avec l'ambition de refaire du parti un lieu de débat où élus, intellectuels et représentants de la société civile se côtoient. C’est bien parti et plutôt enthousiasmant comme feuille de route.

 


JE PARIE QUE MACRON VA SE PLANTER !

Macron planté

Je reprends à mon compte la célèbre formule de Blaise Pascal.

Dans un texte un peu obscur et complexe, presqu’autant que la pensée du Président, Eric Le Boucher, d’habitude chroniqueur avisé, peine à nous convaincre de « l’explicabilité » du macronisme. Que le Président n’arrive guère à  inscrire sa « révolution » dans les têtes est un euphémisme. Il y a à cela des raisons que le journaliste n’a pas vu ou ne veut pas voir. Ce qui me paraît certain c’est qu’elles conduiront Emmanuel Macron à échouer, et ce ne sera pas seulement le trou entre l’action et l’explication qui en sera la cause.

Les maux du macronisme.

Les « marcheurs » et leur patron ont beau jalonner leur parcours de « j’assume » maintes fois répétés et de « il fait ce qu’il a annoncé », il n’en reste pas moins que seuls 24% des Français majoritairement de gauche ont voté pour son programme. Le score du second tour est fondé sur un malentendu qui persiste, à savoir le rejet de marine le Pen. De fait, Macron n’a pas de socle électoral et sa politique reste en apesanteur. Sa cote de popularité en atteste. Le renfort de quelques traîtres, soi-disant de droite, attirés par le l’odeur du maroquin, qui ont franchi le Rubicon avant même les législatives et de la poignée de « collabos » d’Agir qui n’ont qu’une antienne à la bouche pour se justifier : «  Wauquiez se rapproche du FN »  mais pas grand-chose à proposer, n’y change rien.

La deuxième difficulté qu’il rencontre, c’est l’impact dérisoire des réformes réalisées. L’opinion publique n’a retenu que la suppression de l’ISF, « cadeau fait aux riches », la  « flat taxe » à 30% ne concerne que la petite minorité qui place en bourse, et la réforme de code du travail, on sait déjà qu’elle n’a rien changé. Pour le reste,  beaucoup de chantiers sont ouverts, et tant qu’ils n’ont pas abouti, les Français ne retiennent que le décalage  entre l’annonce tonitruante et les concessions faites au fur et à mesure que les réformes se précisent. Par contre,  l’erreur monumentale de la hausse de la CSG qui frappe  injustement  les retraités et la confusion qui règne autour de la suppression de la taxe d’habitation créent doute et mécontentement. De  nombreux concitoyens qui attendaient de voir, commencent à se faire une idée plus précise du « ni droite - ni gauche » : une arnaque. Le  pouvoir confond grandiloquence et explications : le mode péremptoire, c’est  la  pédagogie du 19ème siècle ! Macron le réformateur, c’est Monsieur « grands discours et petits chèques ».

La  troisième difficulté qui complique la tâche de « transformation », c’est l’incapacité à faire partager une vision, un idéal.  Cette absence d’idéal est volontaire puisqu’elle veut signer la fin du « politique », considéré comme appartenant au « vieux monde ». Sauf que le pragmatisme technocratique est vide de sens. Il en est réduit à des « coups médiatiques » pour tenter de reprendre la  main. Mais même au 13H ce sera  un Pernaud et sept  volumes d’eau …

L’apogée du pouvoir de la haute fonction publique.

La mise en scène de l’action gouvernementale au service de la « transformation » s’adresse à une société « assujettie » comme nous l’explique Jean-Thomas Lesueur du Think Tank libéral « Thomas More ». « L’étatisme technicien » du président a besoin pour se déployer d’une société française passive, consentante, attendant les solutions d’en haut, bonne à appliquer les consignes. Même si l’égalitarisme auquel on est arrivé met la société sous « conditions de ressources » dans tous les domaines, il reste un peu de discernement politique que l’exécutif s’emploie à museler. Jamais les technocrates n’ont eu autant d’influence : ils sont partout, à la direction des  ministères, dans les cabinets, et  même au gouvernement où l’on vante les ministres « techniciens », sans oublier  les ministres « politiques » énarques eux-mêmes. C’est le triomphe de l’énarchie. C’est le retour de l’Etat tout puissant et les mesures technocratiques pleuvent,  à commencer par les taxes. L’impératif égalitaire persiste jusqu’à l’école obligatoire dès 3 ans, la formation professionnelle est partiellement étatisée et laisse peu de  place aux  Régions qui ont pourtant la  compétence, l’abaissement de la vitesse est imposé avec la même justification que si on importait du sable au Sahara, la décentralisation est vidée de son sens et bientôt ce sera la régression démocratique avec l’abaissement du parlement. L’Etat veut être partout et le seul recours.

Le retour du politique.

La société ligotée et  hyper-administrée ça ne peut pas marcher ! Cette  politique fait courir un risque énorme à notre pays, déjà on voit s’affaiblir l’initiative locale, privée, associative, se décourager le bénévolat ; elle rend impossible les liens immédiats de solidarité et peut-être pire encore, demain, jusqu’à l’esprit de liberté. Macron attend les résultats de sa politique comme Sœur Anne… Il a reporté à la fin du quinquennat les gros efforts qui rétabliraient la France, déficits publics et dette, et il attend les bons chiffres économiques et sociaux qui prouveraient le bien-fondé de son action. Mais c’est un pari, car il n’est pas certain du tout que le climat favorable actuel se prolonge. Il faudrait que la conjoncture reste bonne, que les taux d’intérêts demeurent sages, que Trump ne viennent pas tout mettre par terre… alors que de nombreux signes indiquent que nous sommes à la fin d’un cycle.

Ni droite, ni gauche, les Français voient bien que c’est un camouflage commode pour continuer la  même politique que celle menée par Hollande. L’échec de Macron aura au moins un mérite : celui d’ouvrir les yeux cette énarchie  gauchisante qui, de sa forteresse de Bercy, est aux commandes avec les mêmes recettes : toujours plus d’impôts, de déficits, de dette, de chômeurs et de pauvres. Cet échec signera le retour du politique. Celui-ci se construit à droite, méthodiquement par la proximité avec le peuple.

Les technocrates sont au service exclusif de l’Etat, les politiques sont au service des Français.

Là est toute la différence. Il faudra en priorité supprimer l’ENA. En attendant, il faut s’activer pour limiter les dégâts.

 

 


ON A LES GREVES, MAIS OU EST LA REFORME ?

Greve-SNCF

Des concessions  majeures  pour décourager les grévistes.

La ministre des Transports a  reçu vendredi dernier les syndicats de cheminots. Elle a renoncé à passer par les ordonnances sur le volet « ouverture à la concurrence », qui passera par la procédure parlementaire classique. Elle a accepté la négociation sur les transferts de personnels dans le cadre de l’ouverture à la concurrence, avec conservation de leur statut. L'ouverture du marché en Ile-de-France se déroulera entre 2023 et 2039, autrement  dit, les « calendes  grecques » ! La mise en concurrence pour les RER serait encore plus lointaine, à partir de 2033 et jusqu'à 2039 pour les RER A et B. Par ailleurs, les autres régions pourront elles aussi demander des exceptions à une mise en concurrence obligatoire à partir de 2023. La future loi leur offrira cette possibilité, comme le prévoient les textes européens. Enfin, en cas d'appel d'offres perdu par la SNCF, le transfert des salariés travaillant sur les lignes concernées vers le nouvel opérateur se fera « en priorité sur la base du volontariat » : une disposition dont les modalités et le volume font encore débat, mais qui représente une concession de taille aux syndicats. Il ne reste que l'extinction progressive du statut pour rester le principal casus belli pour les agents du groupe public,  mais  seuls les syndicats CGT et Sud-Rail contestent le principe même de la fin du monopole. Ces derniers sont en effet très préoccupés par l'arrivée programmée d'opérateurs privés, en particulier sur le marché des trains régionaux (TER). Plusieurs régions, à commencer par Provence-Alpes-Côte-d'Azur ou les Hauts-de-France, ont déjà clamé leur volonté de se passer des services de la SNCF, sur au moins une partie de leurs lignes.

Et c’est pas tout !

Les agents de la SNCF conserveront la garantie de l'emploi, leur régime de retraite et leur niveau de rémunération avec intégration des primes et des gratifications. Le maintien des facilités de circulations, et de l'accès au système de soin est renvoyé à la négociation d'un accord de branche. Elisabeth Borne A profité de l'occasion pour annoncer que les nouveaux opérateurs seront tenus de pratiquer eux aussi les tarifs sociaux imposés par l'Etat à la SNCF : billets congés payés, réductions handicapés et famille nombreuse. Une disposition qui vaut pour les TER comme pour les TGV. On se demande bien ce que la réforme va changer, en dehors de l’ouverture à la concurrence.  Mais sur les bases fixées alignées sur les avantages actuels des cheminots, qui se risquera sur un tel  marché aussi miné ? On a la grève, mais la réforme est vidée de son contenu.

Une grève politique et idéologique.

Dès lors,  le  principal  motif  de la grève est idéologique. L'expression  "politique ultralibérale" (risible) a été prononcée du côté  de la France insoumise. Les maladresses verbales successives du gouvernement et la jeunesse de sa majorité ont donné prise aux critiques de la gauche radicale et des syndicats les plus durs. Elles ont donné des arguments à  la CGT. Julien Dray et d’autres, comme  Besancenot, en profitent pour brouiller le message dans le débat public.  On y confond allègrement les perspectives de concurrence avec un « risque de privatisation » pour entretenir le doute sur les vraies intentions du gouvernement.  « Privatisation » :  le gros  mot est lâché. Or la réforme ne vise surtout pas à privatiser la SNCF, elle s'appuie sur la création d'une société à capitaux publics dont les titres seront incessibles ce qui garantit assurance et sécurité. La gauche dure voudrait bien profiter de cette épreuve pour se remettre en selle en faisant mordre la poussière au pouvoir sur ce dossier, sachant que la droite est encore plus dure que le gouvernement sur le sujet. Et pour cause, il ne reste pratiquement rien du projet initial.

Macron veut le  beurre et l’argent du beurre.

Il y a un point sur lequel les syndicats  n’ont pas tort. L'Etat ne peut pas demander des efforts aux cheminots s'il ne remplit pas ses propres obligations. Avant toute chose, le gouvernement aurait dû annoncer clairement que l'Etat actionnaire allait (enfin) jouer son rôle et désendetter le système ferroviaire des milliards d’euros qui pèsent sur son avenir. Un premier engagement de cette nature aurait peut-être évité la poussée de fièvre. Dans un premier temps Emanuel Macron avait donné l'impression de jouer vraiment le rôle de l'actionnaire, mais ces derniers jours, la voix de l'Etat se fait  plus discrète. L’argent manquerait ? En l'état actuel, la SNCF n'est pas en mesure d'affronter sereinement la compétition. Le modèle du rail en France a accumulé  un stock de dette de l'ordre de 50 milliards d'euros et continue de produire des déficits d'exploitation, 2 milliards par an, auxquels il faut intégrer les 13 milliards que la collectivité verse chaque année sous forme de subventions ou de soutien au régime spécial des retraites des cheminots. Il est urgent de mettre fin à la casse du service public, on veut bien, mais la casse, c'est d'abord le modèle actuel.

Enfin, l’amateurisme fait le  reste.

Depuis le lancement de la réforme du rail, le pouvoir multiplie les maladresses et ne fait pas assez la pédagogie de la réforme. C'est d'abord la petite phrase lâchée au Salon de l'agriculture par le président de la République sur la retraite des cheminots comparée à celle des agriculteurs. C'est ensuite les déclarations de la ministre Elisabeth Borne qui estimait que  la grève est inexplicable et qui ajoutait sur un plateau télé que le gouvernement réfléchissait à une écotaxe routière pour financer le rail. La même Borne qui travaillait auprès de Ségolène  Royal quand celle-ci avait dû capituler en rase campagne sur les portiques et l'écotaxe après l'épisode des bonnets rouges, laissant au passage une ardoise d'un milliard d'euros à la collectivité ! On ne règle pas un problème en en créant un autre.

A l'issue, quand viendra l'heure des comptes, c'est toute l'économie française qui sera pénalisée, à commencer par les plus modestes souvent dépendants du train-train quotidien... on aura alors  probablement oublié l’essentiel : la France doit transposer les directives européennes  sur l'arrivée de la concurrence avant le 25 décembre 2018  et pour affronter la concurrence, la SNCF doit s'adapter !

 


CHEMINOTS : LE BRAS DE FER, 100 JOURS DURAILS POUR LE GOUVERNEMENT !

Greves-sncf 2

 

Nous y voilà !  Retour  à 1995,  ça doit rappeler des souvenirs au sympathisant macroniste,  ci-devant Maire de Bordeaux. C’est le chaos, depuis ce matin, dans les transports. Les cheminots crient victoire et tentent de nous donner une idée de ce que peut produire une grève unitaire de longue durée à la SNCF.

Les syndicats ont de l’imagination.

Faire grève à moindre frais pour les grévistes, avec grand effets par  la désorganisation ! Pourtant, le mouvement qui à l’origine devait être « perlé », ne  sera même peut-être pas  « en pointillé » puisque Sud-Rail, qui tient une grande partie des aiguillages de la région Ile-de-France, a appelé à une grève illimitée. La population, prise en otage comme d’habitude, va devoir prendre son mal en patience, patience qu’elle aura épuisé bien avant le terme des trois mois de conflit prévus par les cheminots. Eux-mêmes vont consentir des sacrifices dont ils ressentiront les effets salariaux à la fin du mois, mais a minima. Le concept qu’ils ont inventé de grève-marathon est novateur, mais il se traduit inévitablement par un acte d’hostilité envers les clients avant de produire le résultat recherché, c’est-à-dire l’affaiblissement du gouvernement et sa reddition en rase campagne. Nous en sommes tous à comparer la situation actuelle à celle de 1995, qui s’est traduite par une sorte de triomphe syndical. La  comparaison ne vaut guère, pourtant. Vingt-trois années se sont écoulées et le contexte social n’est plus le même. Il n’est déjà pas simple de se rendre en train au travail, il devient inexcusable d’en faire une torture, d’autant plus qu’on finit par se demander ce que la réforme va changer dans la vie  des cheminots, tant la ministre des transports a lâché de lest. Une preuve qu’elle n’est pas bornée (ouaf !)

Impossible d’abandonner la réforme.

Les sondages d’opinion qui montrent une division en deux parties à peu près égales entre les Français  favorables à la grève et ceux qui ne le sont pas, n’offrent pas  un grand intérêt. Il faut  savoir que n’importe quel gouvernement aurait été confronté  à la nécessité de cette réforme d’un statut devenu impossible du fait même de l’instauration de la  concurrence dès 2019. On est au bout du délai. Nous n’en sommes qu’au début d’une guéguerre de cent jours et personne ne peut dire ce qui se passera en cours de route. L’opinion reprochera sans doute au gouvernement de s’être aventuré un  peu hâtivement et maladroitement dans une réforme que les syndicats présentent comme brutale, ce qui n’est pas vrai,  d’avoir pris le risque de plonger le monde du travail dans une crise qui peut devenir insupportable, et l’économie dans le marasme, ce qui est prévisible. C’est là qu’il faut être ferme. Le gouvernement en est-il capable ? On finira bien par comprendre qui est vraiment responsable du chaos, du gouvernement ou des cheminots. Il faut  donc exiger la fin du mouvement sans demander pour autant l’abandon de la réforme.

Le gouvernement y laissera des plumes.

Car  cette réforme semble trop improvisée et pécher  par son impréparation,  ce que l’opposition aura raison de dénoncer. Le président et le Premier ministre ont été surpris par l’invention de la « grève en pointillé ». De  son  côté, le président de la SNCF, Guillaume Pépy, a annoncé qu’il n’y aurait pratiquement pas de trains aujourd’hui et demain, sans préjuger de la suite, preuve qu’il n’est pas  maître du jeu. Eux tous ne se sont pas assez méfiés d’un Martinez qui joue son va-tout, le dos  au mur. Il a des  élections à la fin de l’année et il ne peut laisser passer les syndicats réformistes devant la CGT. Il appartenait au gouvernement de prévoir que, cette fois, ses décisions ne passeraient pas comme une lettre à la poste et celui-ci est donc responsable aussi des multiples inconvénients infligés aux Français qui vont au  boulot. Si la situation se prolongeait, il est possible que la colère populaire gagne d’autres secteurs d’activité et se transforme en franche explication avec le pouvoir. Les  camionneurs,  par exemple, pourraient se réveiller si l’Etat ressort le vieux serpent mer d’une taxe sur leur dos pour financer le ferroviaire. C’est là que l’opposition aura son mot  à dire !