LANTERNES ROUGES
JOYEUX NOËL !

MICRO PARTIS, PETITS CALCULS, DISRUPTION ET FOLLES DEPENSES…

Bagarre_village_gaulois
  

La  politique française dans tous ses états !

 

A droite, c’est la « commedia dell’arte » !

Tout le monde avait beau s’y préparer, beaucoup font aujourd’hui la gueule : Laurent Wauquiez a été élu à la tête du parti Les Républicains, mais avec une participation et un score qui le rendent incontestable.  Alors, il y a ceux qui  partent ou qui veulent rester marginaux… Ils  seront marginalisés. Car  les  médias  ne nous disent pas  tout. D’abord, s’ils n’avaient pas contribué à  l’ostraciser comme ils l’on fait, il  n’y aurait peut-être  pas eu une mobilisation aussi forte.  Il arrive  un moment où  trop c’est  trop ! Et l’effet continue si l’on en croit  le flux d’adhésions  et de renouvellements de cartes depuis  le 10 décembre. Et, autre  bonne nouvelle : le  renouvellement est « en marche » avec la nouvelle  équipe dirigeante.  Alors, tous ces peines  à  jouir qui se réfugient dans leur petit coin,  leur  micro parti, comme  Pécresse avec  « Libres » dont on ne connait même pas le nombre d’adhérents, ou comme  Raffarin qui se permet le ridicule de mettre le nouveau président des Républicains « sous surveillance »,  accordant sa « bienveillance » plutôt au Président de la République –on  se demande sur quels  critères-, ou  encore comme Xavier Bertrand qui n’attend même  pas  de  voir  pour aussitôt annoncer son départ alors qu’il ne paie  plus sa cotisation  depuis le printemps… Et Baroin qui joue les Ponce Pilate, Estrosi qui est dans on meilleur rôle,  la « danseuse ». Ils sont tous davantage préoccupés par leur petite carrière ou leurs ambitions personnelles  : une réélection à leur Région,  la prochaine présidentielle, un poste en vue… C’est ce que De Gaulle  aurait appelé « faire sa  petite cuisine, dans son petit coin, sur son petit feu » ! A l’heure de la soupe, ils risquent d’arriver trop  tard. 

Macron et la disruption.

La  disruption, c’est  l’art d’empiéter sur le terrain de son adversaire, à la manière de coups de  mains, comme autrefois les razzias des touaregs.  On sait qu’il  veut  dézinguer la droite.  Comme toutes ses manœuvres ont échoué jusqu’à maintenant,  y compris la  diabolisation de Wauquiez, pour laquelle tout son état-major de porte-flingues s’était mobilisé, Macron a décidé de préempter tous les thèmes de prédilection de celui qu’il juge comme un adversaire dangereux.  Il sait que la France des Territoires ne lui est pas  favorable : il envoie Edouard Philippe tenir conseil  à Cahors et s’activer sur la fracture  numérique.  Bon,  les moyens sont dérisoires, mais la mousse médiatique y suppléera.  Il sait que la France périphérique est inquiète de l’invasion migratoire : aussitôt, tel le chevalier Ajax, le voilà parti récurer les centres de réfugiés pour annoncer un durcissement des contrôles : un discours raide pour cacher une réalité toute autre sur les reconduites. Mais là encore, la publicité remplace l’action. Macron s’active  aussi sur un deuxième front : l’élection  au parlement européen en 2019. Il a déjà changé le mode d’élection en revenant, par un superbe salto arrière, aux listes nationales  tant décriées naguère. Le monde nouveau va chercher le très ancien à la rescousse. Il pense que ce sera plus facile pour lui d’imposer une liste à sa main. Il développe donc  tout son activisme pour rassembler un  maximum sur le centre-droit, afin de fermer  l’espace aux Républicains. Il saute comme un cabri en criant « Europe, Europe,  Europe » dans un paysage figé par la crise allemande, où rien ne bouge, excepté son agitation. Chapeau l’artiste !  Mais tout ça, c’est de la comédie.

Les  folles dépenses.

350 000 euros pour revenir de Nouvelle Calédonie.  Il  parait que c’est normal. Autrefois on aurait eu aussitôt la transcription en nombre de smics. L’excuse : Valls avait payé plus cher ! C’est tout ?  Ah si,  le  Premier Ministre « assume » totalement (langue de  bois  macronienne dès qu’on est pris en défaut). Et que dire de sa Majesté qui s’en vient faire la  fête à Chambord ?  Comme message envoyé au smicard qu’on va augmenter de quelques euros au 1er janvier, c’est plutôt sympa, non ?  A vrai dire de tout ça, on s’en fout « royalement ». Simplement, on n’ose même  pas imaginer le déluge  médiatique qui se serait abattu sur le Président et son Premier Ministre si c’était arrivé du temps de… Sarkozy. Chambord, comme symbole, c’est moins « petit bourgeois parvenu » que le Fouquet’s, on est bien d’accord.  Allez, une dernière pour la route : vous savez qui est l’un des patrons de Kantar, l’institut de sondage qui a racheté TNS Sofres ? - Le beau-fils de Macron ! Voilà pourquoi quand on est sondé, on  a  un peu mal au cul ! (Pardon, j’aurais pas dû)

 

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)