Previous month:
août 2017
Next month:
octobre 2017

ERIC WOERTH : « MACRON GÂCHE LES OPPORTUNITES QUE NOUS PERMET LA CROISSANCE ! »

Woerth 1

 

Pour ceux qui n’ont pas eu l’occasion de lire l’interview dans les Echos,  je vous la  livre ci-dessous :

 

« Le président LR de la Commission des finances de l’Assemblée fustige un « budget de petite continuité », reprochant à Emmanuel Macron de ne pas « utiliser à plein » une conjoncture « extrêmement favorable ».

Les  Echos : 16 milliards d'économies, des baisses d'impôts, un déficit public inférieur à 3% de PIB... N'auriez-vous pas rêvé de porter un tel budget ?

Un déficit de l'Etat qui s'accroît dangereusement à 83 milliards d'euros, un déficit de la Sécurité sociale qui a du mal à se résorber, des dépenses publiques qui augmentent de 1,6% en valeur : il n'y a aucune raison de pavoiser. Ce n'est pas un projet de grande rupture mais de petite continuité.

Je ne conteste pas une volonté de maîtrise de la dépense ; je conteste l'idée qu'elle se traduise réellement. Il a d'ailleurs suffi d'un sursaut de croissance pour que le gouvernement abandonne ses bonnes résolutions. Un relâchement qui se traduira par une hausse de la dépense publique qu'on peut estimer à 6 milliards d'euros. La baisse du déficit public est faible, essentiellement fondée sur des éléments conjoncturels et pas structurels. Nous sommes clairement hors des clous des règles européennes. Rien n'est fait pour maîtriser la masse salariale de l'Etat avec seulement 1.600 suppressions de postes cette année alors qu'il en faudrait 24.000. Les crédits de nombreux ministères grimpent - et pas seulement ceux de la Défense. 

L E  : Le gouvernement souligne qu'il n'y a pas de rabot, mais des choix forts d'économies, sur les contrats aidés ou les aides au logement... 

Je ne suis pas contre le fait de revoir les aides au logement et de réduire la voilure des contrats aidés, mais c'est un peu court ! Pourquoi ne pas réadapter davantage de politiques ? Où est la réforme de l'Etat ? Malgré la grandiloquence dans les propos, l'histoire de France et du monde n'a pas commencé avec le nouveau président de la République. Emmanuel Macron hérite d'une conjoncture extrêmement favorable mais au lieu de l'utiliser à plein il fait le contraire, tout comme Jospin en son temps. Il souhaite réaliser 16 milliards d'économies en tendance au lieu des 20 milliards prévus, sans dire clairement où. Le compte n'y est pas et c'est gâcher les opportunités que nous permet la croissance. 

L  E : Le budget prévoit une flat tax à 30% sur les revenus du capital et une réforme de l'ISF. Est-ce un changement profond ? 

Non, on revient en fait à la situation d'avant 2012. Ce n'est pas une rupture mais un retour en arrière. La flat tax, nous l'avions proposée pendant la campagne présidentielle, nous y sommes évidemment favorables. Mais c'est une erreur de ne pas préserver le régime de l'assurance-vie. Et il est regrettable de ne pas faire bénéficier les revenus fonciers de la flat tax.

Le signal envoyé sur l'immobilier est doublement désastreux, avec la réforme de l'ISF qui est proposée. L'immobilier, ce n'est pas une rente mais de l'investissement. Pourquoi montrer du doigt ce secteur économique, alors qu'on a besoin de logements. Au vu de toutes les mesures anti-immobilier prises par ce gouvernement, le choc d'offre n'est pas près de se produire ! Ayons le courage de supprimer purement et simplement l'ISF. 

L E : Les Républicains défendent aussi la diminution de l'impôt sur les sociétés... 

Tous les grands pays le font. Là encore, il n'y a rien de révolutionnaire : Emmanuel Macron est du reste dans la continuité de la trajectoire votée sous François Hollande. 

L E :  Pourquoi critiquer la hausse de la CSG, qui va permettre de financer une augmentation du pouvoir d'achat des actifs ? 

C'est un projet agressif et inutile. Pourquoi opposer les Français entre eux, en allant taxer les retraités, les épargnants, les propriétaires fonciers ? Ce n'est pas juste de vouloir réduire le niveau de vie des retraités. L'augmentation du pouvoir d'achat des salariés doit se faire par l'amélioration de la compétitivité, la création d'emplois et de richesses, et non par des transferts sociaux ou des transferts d'une catégorie de Français sur l'autre.

En outre, avec le décalage des baisses de cotisations, plus de 4 milliards d'euros sont en réalité pris aux Français en 2018. Ce n'est pas le choc fiscal de François Hollande mais c'est quand même un choc fiscal qui concernera beaucoup de ménages modestes, surtout si on ajoute les hausses de carburants, du tabac, ou encore la diminution des APL. 

L E :  80% des Français vont néanmoins bénéficier d'une exonération de taxe d'habitation... 

Cela revient à dire que le service public local ne coûte rien. C'est un message dangereux. Alors que l'impôt sur le revenu est déjà très concentré, il va rester un îlot de contribuables qui paieront de plus en plus cher pour la taxe d'habitation. Le gouvernement fait une réforme de la fiscalité locale sans dire vers où il veut aller, sans concertation avec les élus. 

L  E : Le Cice va être transformé en allégements directs de charges. Cela fait partie de vos propositions... 

Pas dans de telles conditions ! La vérité, c'est que le gouvernement va augmenter le coût du travail de 3,3 milliards d'euros alors que nous prônons une forte baisse. Le Cice est transformé en allégements de charges mais son taux est réduit, et l'exécutif ne compense pas le surcroît d'impôt sur les sociétés, payé par les entreprises. La hausse du coût du travail va être particulièrement élevée pour les salaires moyens, ce qui va pénaliser l'industrie. Les entreprises sont les parents pauvres de ce budget. 

L E : La gauche reproche à Emmanuel Macron de mener une politique économique de droite. Vous, comment la qualifiez-vous ? 

Tout président élu en 2017 était condamné à réformer parce qu'aujourd'hui, les sujets sont mûrs. S'il avait été élu, François Fillon aurait réformé plus fort et plus clair. Mais là, on reste dans un entre-deux, dans le « en même temps ».  La réforme du Code du travail contient des mesures utiles et nécessaires, c'est pourquoi je voterai ce texte, même si je regrette qu'il n'ait pas abordé le sujet clef du temps de travail. Cette réforme n'a de valeur que si elle est accompagnée d'une politique ambitieuse en faveur de la compétitivité des entreprises. Et sur ce sujet-là, il n'y a rien dans le projet de loi de finances. 

L E :  Que répondez-vous à Bruno Le Maire, qui appelle les responsables de la droite à être « constructifs » ? 

Les derniers convertis sont toujours excessifs. Certains étaient LR hier, En Marche aujourd'hui. Et demain ? La météo économique et politique est changeante. Mais pour bien construire, il faut construire droit ! 

L  E : L'exécutif gère-t-il bien le dossier Alstom ? 

Je ne comprends pas la différence de traitement, ahurissante, avec STX. D'un côté, on fait un ramdam national pour dire qu'il faut créer un Airbus naval avec STX et de l'autre, on laisse filer Alstom chez les Allemands. Pourquoi tout céder à Siemens ? Il n'y a aucune raison pour que les TGV deviennent allemands. Pourquoi balayer l'option d'achat des titres de Bouygues par l'Etat ? »

 


LES NOUVEAUX TEMPS MODERNES.

Contribuable détroussé

 

Tout l’art de Macron c’est de faire faire par des gens de droite, une politique de gauche. Comme enfumage machiavélique on ne fait pas mieux, et « en même temps »  Le Maire et Darmanin en redemande ! Un seul exemple : augmenter un impôt (la CSG) pour le redistribuer en pouvoir d’achat est typiquement une relance keynésienne de gauche.  En plus c’est une mauvaise relance de la croissance, puisque, « en même temps », elle contribue à creuser notre déficit commercial : on sait que sur 100€ de pourvoir d’achat supplémentaire, 70€  vont à des produits importés hors d’Europe. Ce n’est pas pour rien que les  finances ont été confiées à des gens issus de  la droite : un  piège à double détente, qui les conduit à promouvoir une politique qui n’est pas  la leur et qui, si elle ne donne pas les résultats, retombera sur la droite toute entière.

Un bonneteau à 50 milliards.

Dans le même genre on a un autre tour de magie macronienne : on emprunte pour faire des économies ! Ainsi Edouard Philippe a dévoilé le grand plan d'investissement promis par le  président de la République et élaboré par Jean Pisani-Ferry. Un plan quinquennal dans la plus pure tradition de « l’économie administrée ». 57 milliards d'euros seront déployés sur cinq ans, avec pour priorités la transition écologique, la formation, ou encore la transformation numérique de l'Etat. On investit dans du fonctionnement comme les 15 milliards d'euros pour la formation professionnelle ! Mais alors que le gouvernement a prévu 16 milliards d'euros d'économies dans le budget 2018, où l'Etat va-t-il trouver cet argent ? Là, le tour de passe-passe budgétaire est habile car ce plan d'investissement ne doit peser que modérément sur les finances publiques. 10 milliards proviendraient de la dernière tranche du programme d'investissement d'avenir, des crédits seraient redéployés à hauteur de 12 milliards d'euros et 24 milliards d'euros seraient des nouvelles dotations budgétaires et enfin, 10 milliards d'euros seraient empruntés auprès de la Caisse des dépôts et consignations.

Un budget « et en même temps » 

Donc un plan d'investissement de 57 milliards d'euros sur le quinquennat d'un côté, un déficit budgétaire en augmentation qui dépassera encore 80 milliards d'euros l'année prochaine, de l’autre. Est-il bien sérieux d'engager de telles dépenses publiques quand la France, déjà championne des pays riches en la matière, est à la merci d'une remontée des taux d'intérêt sur les marchés ? Les deux chiffres s'entrechoquent et interpellent non ?  La dette publique atteint encore 96,8% de la richesse nationale et « en même temps » l’an prochain, l’Etat devra encore emprunter 195 milliards d’euros sur les marchés, un record depuis plus de 10 ans. Ne comptez pas sur Macron pour nous désendetter, ses  copains banquiers n’ont pas financé sa campagne pour rien. Alors le  budget présenté  pour 2018 est dans le droit fil de ce balancement que le commun des mortels aura du mal à comprendre. Côté dépenses publiques, 15 milliards d’euros d’économies sont programmées et « en même temps », les budgets de la plupart des ministères vont augmenter à court terme, parfois fortement. La création d’une taxe unique de 30% sur les revenus du capital et la réforme de l’ISF d’un côté et « en même temps », de nombreux Français vont être exonérés de la taxe d’habitation, les salariés profiteront progressivement de baisses de cotisations, les minimas sociaux vont être revalorisés. On baisse les  impôts de 7 milliards et « en même temps » on augmente la CSG qui rapporte 22,4 milliards.  On favorise les investissements d’un côté avec la « flat tax à 30% » et « en même temps » toutes les mesures décidées sur l’immobilier sont propres à faire fuir les investisseurs, dans un pays où déjà on ne construit pas assez. Quand on sait de quel poids le secteur du bâtiment pèse sur l’emploi… Avec  ça, cerise sur le gâteau, le déficit public doit être ramené à 2,6%, grâce à une conjoncture favorable. Mais c’est  un trompe l’œil, il n’y a pas beaucoup d’effort : merci la croissance ! Eric Woerth a raison quand il dit que le gouvernement gâche cette opportunité.  Comme sous Jospin, on cède  à la tentation d’augmenter les dépenses, au lieu de rester sérieux, car les mesures de redressement restent conjoncturelles alors qu’il aurait fallu s’attaquer aux structurelles. Pour l’examen complet  du budget, je vous recommande l’excellente interview d’Eric Woerth aux Echos.

Les nouveaux pédagogistes.

On a  salué avec soulagement le départ de  Michel Lussaut, Directeur des  programmes de l’Education nationale, mis en place par l’inénarrable Vallaud-Belkacem. Il  était   le chef de file des pédagogistes à l’origine du jargon « educnat ». Ce que fait Blanquer n’est ni de droite, ni de gauche : c’est le retour à la raison. Il  est réactionnaire au plein sens du terme, ça c’est vrai, car il fallait bien « réagir » au désastre. Mais on en n’a pas fini avec la novlangue. Les Macroniens ont  remplacé  les  pédagos. Voilà  pourquoi si vous lisez le budget 2018 avec des critères objectifs dits de « droite » ou de « gauche » vous avez tout faux. A entendre Aurore Berger, nouvelle adepte, « la droite et la gauche c’est dépassé ». Alors quand on les pousse dans les retranchements pour souligner les contradictions, on obtient toujours les « mêmes éléments de langage » : « on applique le programme », « on assume »,  « ça c’est le monde ancien », « le président tient ses promesses »…  Chez ces  gens-là,  monsieur, on ne réforme pas, on "transforme" ! Nuance  ! Donc la lecture selon le monde ancien ne permet pas de comprendre. En fait c’est une nouvelle langue de bois réservée aux « sachants ». Le problème c’est que l’initiation va être longue et périlleuse si on veut faire de  chaque citoyen un « macronien converti ».

 

 

 


MACRON CONFOND VITESSE ET PRECIPITATION

Macron Europe

 

Narcisse a encore frappé !

A force de vouloir se mettre en avant, il va finir  par se prendre les pieds dans le tapis. Emmanuel Macron veut plus d'Europe, plus rapidement. Mais si les idées sont bonnes il fait une erreur de timing. En intervenant maintenant il veut peser dans les négociations pour la future coalition allemande. Le résultat c'est qu'il embarrasse Angela Merkel. Pourtant, rien ne pressait, compte tenu des résultats des  élections allemandes.

Pas de vraie zone euro sans convergence fiscale.

Depuis le temps, c’est devenu une évidence. On ne pourra pas continuer à avoir au sein de l'Europe des pays comme le Luxembourg ou l'Irlande qui font du dumping fiscal. La convergence est une nécessité absolue. De même que l'idée d'avoir un vrai budget européen qui permettra de faire des investissements ciblés ou encore d'avoir enfin un vrai ministre de l'économie et des finances. Toutes ces idées sont bonnes et pas vraiment nouvelles.  Et toutes ces idées sont des idées que défend aussi Angela Merkel.

L’Allemagne n’est pas en situation d’acquiescer.

En effet, Angela Merkel a réagi très froidement. Il n’y a  pas besoin d’être grand stratège en politique pour comprendre que le président français vient de faire une erreur de timing. Même si c’est volontaire pour peser de l’extérieur sur la constitution de la future coalition allemande, c’est maladroit car il ne rend pas service à sa partenaire allemande. Peut-être ne sait-il  pas qu’Angela Merkel n'agit jamais dans la précipitation. On lui a même souvent reproché d'être trop lente. En fait elle prend toujours son temps. C'est un diesel et c'est pourquoi d'ailleurs elle a défendu le diesel au salon de Francfort. Elle a toujours agi ainsi et toujours, en 12 ans, obtenu ce qu'elle voulait. Elle va d'abord organiser sa coalition, puis la conforter et la consolider et ensuite seulement, elle fera passer auprès de ses alliés, et même peut-être auprès des libéraux allemands, un projet d'Europe plus resserrée en faisant des concessions sur d'autres sujets sensibles pour ses alliés dans la coalition. C'est la méthode allemande. Lente mais efficace. L'Europe sortira gagnante de ces élections allemandes mais au rythme allemand.  Il faudra donc patienter, parce qu’on est parti pour un marathon de négociations à Berlin qui pourrait durer jusqu’à Noël.

D’ici là qui se souviendra de l’esbrouf des propositions françaises ?

 

 


Logo Les républicains

FEDERATION DE MAINE-ET-LOIRE

             

                  Jean-Charles TAUGOURDEAU                                   Laurent PRETROT

                      Député de Maine-et-Loire                                    Secrétaire départemental

 

Vous invitent à participer au

forum « PLACE DES REPUBLICAINS »

 

« LES REPUBLICAINS

NOUS AVONS TANT EN COMMUN »

Samedi 30 septembre à 14h30

Fédération de Maine-et-Loire, 72 rue Rabelais – Angers

 

Forum interactif animé par

Daniel HOULLE,

Ancien élu, ancien secrétaire départemental,

suivez-nous aussi en direct sur notre page facebook

« Républicains Maine-et-Loire »

Merci de nous informer de votre participation :

. par mel  à : federation@republicains-maineetloire.com

. par tel. au : 02 41 36 09 44

 

 


FAUT-IL AVOIR PEUR DE MELENCHON ET CONSORTS ?

Martinez   Mélenchon bastille 2

Le populisme en déclin.

Après le pic  de  la  présidentielle, les extrêmes populistes perdent du terrain.

Le Front national  est en panne, en pleine crise d’identité (un comble), et les soubresauts de l’échec à la présidentielle n’ont pas fini d’avoir des répliques. Le départ de Philippot le divise  profondément et la présidente est dévaluée durablement. Reste à savoir  où iront les  électeurs en déshérence : vers l’extrême gauche pour certains, vers la droite républicaine pour les autres si elle sait s’y prendre.

Mélenchon est devenu l’épouvantail principal mais il a beau battre les estrades, à coups de formules approximatives faites pour frapper les esprits,  la mayonnaise ne prend pas. La France insoumise se réduit comme peau de chagrin et le leader maximo prend la tournure d’un leader minimo. Il a eu beau grossir outrageusement les chiffres à la manière bolchévique, le déferlement du pays en colère n’a pas eu lieu samedi dernier. Pourtant toutes les grandes gueules que compte l’ultra gauche s’étaient mobilisées dans les rues de Paris contre le « coup d’état social ». Avec 30 000 personnes –la police n’est pas loin de la vérité- place de la République, le rêve de masser un million de manifestants sur les Champs-Elysées semble bien inaccessible.

Les syndicalistes contestataires ne font pas recette non plus.

Après les manifestations plutôt  décevantes de la CGT le 12 septembre dernier (223 000 manifestants en France entière selon la police), le syndicat, renforcé de quelques dissidents FO, a recouru à la bonne vieille méthode du blocage des dépôts de carburant, avec effet garanti puisque les automobilistes, anticipant la pénurie d‘essence, se sont précipités à la pompe et ont créé eux-mêmes la pénurie. Mais là encore, entre la grosse mobilisation annoncée et la réalité, il y a une marge qui a de quoi conforter le gouvernement dans sa détermination à ne rien céder. La manifestation des routiers, entamée hier et qui se poursuit aujourd’hui, pour protester contre la réforme de la loi travail qui ne le concerne pas  vraiment, ressemble à tout sauf à une paralysie du pays. Le blocage des raffineries n’a pas tenu,  et les stations-services sont ravitaillées presque normalement. Même si l'on ne peut encore présager de la suite, ce nouveau round social ressemble aux précédents, plus proche de la tempête dans un verre d'eau que du grand soir. Il faut  dire que le front syndical est sérieusement désuni et que ça n’aide pas à la mobilisation.

Dans leur majorité, les Français ont du mal à croire les rodomontades des Insoumis, tout comme ils ne supportent plus d’être pris en otages par une ultra-minorité de syndicalistes. La loi travail va pouvoir s’appliquer et c’est bien pour notre économie, même s’il ne faut pas en attendre des miracles.

 

 


LA BELLE VICTOIRE DES REPUBLICAINS

Gérard Larcher

 

On ne va pas bouder son plaisir.

C’est une belle victoire que Les Républicains viennent de remporter avec les élections sénatoriales. Elle était inscrite dans celle des municipales de 2014 et mécaniquement produire le renforcement du groupe qu’on a constaté hier. Mais en politique, rien n’est jamais certain et les bouleversements des précédents scrutins  de cette année auraient  pu produire des  mouvements divers et variés au sein des grands électeurs, car nombreux sont ceux qui n’ont aucune carte politique dans la poche. Il n’en a rien été : les partis traditionnels ont bien résisté à gauche puisque le  PC sauve son groupe et le PS, bien qu’en baisse, fait mieux que ce qu’on  pouvait attendre après l’effondrement de la candidature Hamon. Ce sont la droite et le centre qui profitent le  plus de cette  élection, en bonne logique.

Des raisons politiques.

Il  n’y a pas que l’effet mécanique qui a joué. Si LREM rate la marche au Sénat et est loin d’atteindre l’objectif qu’elle s’était fixé, c’est parce que les grands électeurs ont largement rejeté les projets  présidentiels concernant les collectivités territoriales, en matière fiscale et d’économies budgétaires notamment, et la méthode pratiquée qui ne respecte pas les élus.Ce n’est pas le « dernier sursaut d’un monde ancien » comme l’a stupidement commenté sa porte-parole, c’est la volonté des représentants de la France profonde de garder avec le Sénat un contre-pouvoir d’équilibre, rôle qui a toujours été le sien, face aux tentatives caporalisatrices de l’Elysée. Ce revers devrait faire réfléchir les « constructifs » : déjà qu’ils sont inutiles … Dépasser les clivages au Sénat n’a guère d’intérêt quand on connait le mode de fonctionnement des sénateurs qui ont une grande habitude de la recherche de l’approfondissement et des consensus. Le rôle  de la haute assemblée en sort renforcé et elle sera d’une grande utilité pour modérer la volonté de réforme constitutionnelle de l’exécutif qui visait à affaiblir le parlement et pour apporter sa bonne connaissance des collectivités au moment où il faudra établir la répartition des compétences et le mode de désignation des élus des communes nouvelles. Mais plus que jamais Les Républicains, ces empêcheurs de tourner en rond, vont être la cible des « progressistes » macronistes pour tenter de déstabiliser ou empêcher l’émergence d’une opposition de droite clairement identifiable et les centristes auront droit eux aussi à la danse du ventre pour les attirer. On va donc voir s’activer tous les « va-à-la-soupe », comme les nomme Luc Ferry, avec l’espoir secret, tel un Béchu ou une Keller, de décrocher un maroquin à la faveur d’un remaniement. Car la défaite de LREM au Sénat ne leur a visiblement rien appris.

Dans le Maine-et-Loire, LR garde ses deux sièges.

Sénatoriales 3 bisMalgré le contexte rendu compliqué par les manœuvres erratiques du maire d’Angers, qui a imposé son candidat à la tête d’une liste LREM, la liste conduite par sa collègue sortante, Catherine Deroche, confirme là aussi, la tendance nationale. La droite et le centre restent majoritaires dans le département, puisque les Républicains  gardent leurs deux sénateurs et que la liste conduite  par Isabelle Leroy de l’UDI ne manque l’élection que d’une vingtaine de voix, la faute probablement à la liste divers droite «dissidente » d’Adrien Denis. Le maire d’Angers s’en tire avec une demi-victoire, puisque son adjoint réussit à se faire élire avec un score correct. Il faut dire qu’il n’a pas lésiné pour convaincre les  grands électeurs d’Angers Loire Métropole de « ne pas se tromper ». Il se targue d’avoir fait élire un LR de plus, certes avec le label « constructif », ce qui est d’un cynisme consommé par rapport aux marcheurs authentiques, macroniens de la première heure.

La victoire de Catherine Deroche n’est pas un scoop, tant elle était attendue. Son travail de terrain pendant six ans auprès  de tous les élus du département et son activité au Sénat où la qualité de son travail est largement reconnue, la rendait quasiment imbattable. Le choix de son numéro deux a été le bon. Stéphane Piednoir, jeune maire d’une commune de l’agglomération d’Angers, s’est déjà fait repérer pour ses qualités de gestionnaire habile, d’élu ouvert et modéré, compétent dans les domaines qu’il a en charge. Un atout sans nul doute pour une liste par ailleurs solide. Il  participera à renouveler l’image d’une assemblée souvent considérée comme un refuge pour vieillards, ce qui est évidemment particulièrement faux. Garder ses deux sénateurs est d’une grande importance pour la fédération de Maine-et-Loire des Républicains : l’avenir se présente désormais plus sereinement.

 


LE GRAND MALENTENDU

Macron prophète

 

Christophe Béchu vient de se fendre d’une longue lettre aux grands électeurs du département de Maine-et-Loire pour tenter de justifier son choix de soutenir une liste de la majorité présidentielle à la tête de laquelle il a mis son principal féal, Emmanuel Capus, à défaut de se représenter lui-même. La démonstration est rigoureuse et intellectuellement du niveau qu’on pouvait attendre de lui. Elle repose  sur deux arguments principaux : il faut empêcher l’échec du Premier Ministre et du Président de la République en soutenant l’action réformatrice qu’ils mènent, pour éviter de se retrouver avec une confrontation FN-Insoumis d’une part, il faut soutenir la recomposition politique qui nous conduit à « transcender » les clivages politiques, d’autre part.  Son raisonnement est aussi bâti sur un procès d’intention qui consiste à diaboliser Laurent Wauquiez avant même que l’élection à la tête des républicains ait eu lieu. Je prends à dessein cet exemple car il est assez représentatif de la scène politique nationale et emblématique du jeu d’Emmanuel Macron et des « constructifs ».

Soutenir quelle politique ?

Selon Christophe Béchu, nous n’aurions d’autre choix que de soutenir la politique de l’exécutif. Mais pour faire quoi ? On ne le voit pas clairement : mon décryptage me conduit à voir dans l’action menée, des gages verbaux en direction de la droite mais des décisions largement inspirées  par le « think tank » gaucho bobo Terra Nova  dans les faits. Qui, à droite, pourrait se retrouver dans la politique fiscale, la transformation de l’ISF en IFI (impôt sur la fortune immobilière), sans parler des projets sociétaux ou de la mollesse face au communautarisme. On peut avoir voté Macron sans pour autant avoir cautionné son programme. Et c’est là tout le malentendu.  Personne ne conteste la légalité de son élection, mais sa légitimité est faible car elle ne repose  en fait que sur les 24% d’électeurs du premier tour. Ceux qui ont voté pour lui par défaut n’ont pas perdu pour autant leur droit à la contestation de son action. Et c’est ce qui se passe. Quant aux gens de droite au gouvernement, à commencer par Edouard  Philippe, ils sont des otages : ils sont le miroir aux alouettes pour faire avaliser le « droite et gauche ». C’est une arnaque,  car au passage, ils ont abandonné leurs propres idées pour se mettre au service de celles du Président. Le meilleur exemple est celui donné par Bruno Le Maire qui défendait la baisse de la CSG dans son programme et qui met en oeuvre aujourd’hui exactement l’inverse ! De la même façon mettre un candidat de droite à la tête d’une liste de gauche pour les sénatoriales  constitue une belle arnaque, que les « marcheurs » authentiques ont bien vu. 

La recomposition est un fantasme.

Le  second argument du maire d’Angers ne vaut pas mieux : la présidentielle a donné une large  majorité à « La République En Marche », broyant du même coup par la logique électorale, les autres partis. Mais cela ne constitue en rien une « recomposition » durable. Chaque jour,  le caractère hétéroclite de la majorité présidentielle apparaît  un peu plus et la domination de la gauche à l’intérieur n’est pas un mirage. Macron n’a pas fait exploser le PS : il était déjà en miette avec les frondeurs avant l’élection présidentielle, il a simplement préempté largement les socialistes modérés, et il n’a pas réussi à dynamiter complètement la droite républicaine malgré le ralliement de quelques transfuges au gouvernement. Oui, la  recomposition est un fantasme. Elle n’existe  pas dans la tête des Français. Ceux-ci ont pu être un moment lassés des guéguerres intestines des uns et des autres et certains être tentés par le « dégagisme ». Mais on voit bien aujourd’hui que si tel était le cas, l’exécutif jouirait d’une cote d’opinion bien plus favorable que celle qu’on observe. La réalité est que la situation du gouvernement et de ses soutiens est celle d’un centrisme intenable, fut-il un habillage.

Il faut affaiblir la droite.

Dans ce contexte, tout le jeu du Président consiste à affaiblir la droite pour n’avoir plus en face de lui que Mélenchon. Ne parlons plus du FN, il vient d’entrer dans une période de turbulences comme seule l’extrême-droite en a  la recette, et sa présidente, par le spectacle qu’elle a donné lors du débat, s’est décrédibilisée à jamais pour occuper la magistrature suprême. N’avoir que les « Insoumis » comme adversaire, voilà la facilité. Mais, le problème, c’est que la « droite » n’a pas dit son dernier mot. Alors, il faut l’affaiblir en l’empêchant de fédérer en son sein les sensibilités de la droite et du centre, et c’est à cette mission que les « constructifs », faute de  mieux, sont en train de s’activer, avec deux objectifs qu’on perçoit dans la lettre de Christophe Béchu : caricaturer  d’avance l’opposition des Républicains en la qualifiant de « frontale » et présenter Laurent Wauquiez comme un extrémiste borné, tenter ensuite et en conséquence de faire grossir leur effectif maigrelet en ralliant à eux des modérés qui ont jusque-là refusé de quitter leur parti. 

Une vraie opposition est nécessaire.

Si on veut que le quinquennat d’Emmanuel Macron n’échoue pas totalement, il faut une opposition républicaine à droite pour l’obliger à corriger son programme. Une opposition qui soutient et propose ses amendements, chaque fois que ça va dans le bon sens, comme la loi « travail ». Si on veut me faire dire que le Ministre de l’Education fait du bon boulot : pas de problème. Mais je n’en dirai pas autant de l’action d’autres ministres. Il faut donc une opposition qui combatte ce qui lui paraît inadéquat comme l’augmentation de la CSG sur le seul dos des retraités ou la suppression de la taxe d’habitation pour 80% des assujettis, une opposition qui reste vigilante et entende peser pour que la lutte contre l’islamisme soit effective sur notre territoire, enfin une opposition qui ait son mot à dire pour que l’exécutif n’ait pas les mains libres quand il s’agira de toucher à nos institutions. Une opposition claire, qui coopère chaque fois que l’action parait utile à notre pays et qui propose d’autres choix quand ce n’est pas le cas. Une opposition qui soit en capacité   d’être une alternance : c’est ça qui nous évitera les  extrêmes. Les  « constructifs » qui tentent aujourd’hui par une tribune dans la presse d’obtenir sur la loi « travail » ce que la majorité LR au Sénat n’a pas réussi à faire passer, seraient bien mieux à l’intérieur des Républicains où ils ont toute leur place. C’est ça, pour moi, être à la hauteur des événements ! Christophe Béchu sait bien tout cela, alors quel dessein qui nous échappe poursuit-il pour prendre  le risque de piétiner ainsi tous ceux qui se sont battus pour lui, et qui ont sué sang et eau pour qu’il soit élu à toutes les étapes de son parcours ?

Dimanche 24, les grands électeurs du Maine-et-Loire ne seront pas en peine de choix, avec neuf listes. Chacun pourra choisir selon sa sensibilité, mais il n’y a qu’une liste qui représente la droite et le centre et qui allie ouverture d’esprit et expérience, c’est celle emmenée par Catherine Deroche et  Stéphane Piednoir !

 


AUGMENTER LA CSG EST LA PIRE SOLUTION !

Contribuable détroussé

 

Faussement juste et inéquitable sûrement !

Le gouvernement s’entête à vouloir augmenter la CSG de 1,7 point.  On ne dira jamais assez combien cette disposition est inéquitable dans la mesure où les compensations, avec la baisse des cotisations salariales, mettront les retraités à l’écart ainsi  que les fonctionnaires.  Si on ajoute que l’augmentation s’appliquera dès 1 200 € de pension, c’est un véritable racket sur une catégorie de la  population qui se trouve ainsi stigmatisée. En plus, établir un seuil, c’est introduire cette tare de tous les dispositifs français : l’impôt ne s’applique pas à tous, défaut auquel la CSG avait jusque-là échappé. Et cela, d’autant plus que le projet d’exemption de Taxe d’habitation pour 80% des français ne profitera pas non plus aux foyers à revenus moyens et aisés.  Une double punition ! J’ajouterai que le découplage en deux temps de ce dernier dispositif aggrave encore la punition puisque le gouvernement se fait ainsi de  la « trésorerie » à bon compte sur le dos des mêmes, et tout particulièrement des retraités. L’effet récessif sur la croissance sera alors inévitable et ne sera pas compensé pas les améliorations hypothétiques sur la feuille de paie des salariés, d’autant plus que les allégements de charge ne toucheront pas la part patronale des cotisations.

Une réforme fiscale en profondeur d’abord.

Les dégrèvements d’impôts successifs accordés aux petits revenus s’ajoutent aux autres mécanismes redistributifs dont ils bénéficient déjà. On a un système d’impôts sur le revenu qui marche sur la pointe, en pyramide inversée : 10% des contributeurs assurent 70% de la recette. C’est une situation qui devient intenable et qui déresponsabilisent ceux qui ne contribuent plus à rien, puisqu’en général ils ne paient pas non plus la taxe audiovisuelle ni la taxe d’habitation. Il y a rupture de l’égalité devant l’impôt. Le dégrèvement de taxe d’habitation accordé  à 80% des assujettis, qui sont déjà plus de 40% à en bénéficier, va concentrer cet impôt sur les 20% restants, compte-tenu du fait que la compensation prévue par l’Etat (dont les contours restent imprécis) sera forcément décalée dans le temps. Les collectivités locales qui sont déjà à l’os et à qui on va supprimer 300 millions dès cette année, devront bien trouver la recette pour joindre les deux bouts. Le sentiment d’injustice fiscale s’accroit entre ceux qui paient, qui sont de moins en moins nombreux et ceux qui touchent toujours plus nombreux. Avant de songer à supprimer la taxe d’habitation –pourquoi pas totalement— il faudrait engager une réforme fiscale en profondeur, avec révision des bases cadastrales pour les impôts locaux, qui remettent tout le monde à égalité devant l’impôt à proportion des facultés contributives de chacun.

C’est la TVA à 20% le bon levier.

Cette situation ubuesque alimentée par un égalitarisme de mauvais aloi, pour y mettre fin,  il n’y a qu’une solution : avoir recours à l’augmentation de la TVA. Je ne comprends pas que la droite ne s’empare pas de cette solution qui n’a que des avantages. Evidemment, il faut en faire la pédagogie, car beaucoup d’idées fausses à son sujet sont entretenues notamment par la gauche.  Avec 145 milliards d'euros estimés pour 2016, la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) représente la moitié des recettes fiscales : il s'agit de la principale recette de l'État. 1 point rapporte environ 7 milliards d’euros, davantage si la croissance est au rendez-vous.

Pas une augmentation, mais un transfert. En augmentant le taux à 20% de 2,5 points, on récupèrerait une recette supplémentaire de plus de 18 milliards d’euros qui permettrait de baisser d’autant les charges sociales payées par les entreprises et en premier lieu transférer sur l’Etat celles qui concerne la branche familles. Evidemment, la contrepartie serait double : une amélioration des marges et une hausse des salaires. Ce serait donc, non une augmentation d’impôts, mais un transfert. C’est un dispositif qui accroit la compétitivité de nos entreprises en permettant de baisser le coût du travail. C’est pourquoi on l’a souvent appelé : TVA anti-délocalisation.

Augmentation de la TVA = hausse des prix.  C’est faux ! Il est faux d’établir un lien direct  entre l’augmentation des prix et la hausse de la TVA, surtout si elle n’est que de deux points. La répercussion sera faible du fait que 70% de la recette touche des produits importés (d’Asie principalement) dont le prix est soumis à une concurrence  forte, ce qui fera que les 2,5% seront probablement absorbés dans la  marge qu’ils dégagent. Ainsi tombe l’argument de la gauche qui en fait un impôt anti classes populaires. J’ajouterai que cet argument est mal fondé.  Même  si l’augmentation entrainait une petite hausse des prix, le caractère injuste parce que cette hausse frapperait autant les faibles revenus que les gros, est effacé par le fait que dans notre  pays, les faibles revenus bénéficient déjà de nombreux dispositifs de redistribution qui compensent. Et cela en sachant que les produits de première nécessité ne sont pas concernés pas plus que tout ce qui est touché par le taux intermédiaire, largement en rapport avec l’activité des artisans.

Peu d’impact négatif sur la croissance. C’est ce que disent tous les économistes : la hausse de  la TVA, conçue comme un transfert de charges des cotisations vers l’impôt indirect aura peu d’impact sur la croissance et n’aura pas d’impact négatif non plus sur la consommation. Avec l’avantage de faire  participer des  produits étrangers au financement de notre protection sociale. Mieux, c’est même l’augmentation d’impôts qui n’impacte pas les exportations ! En améliorant la compétitivité elle  peut même faciliter la croissance. On n’y trouvera donc que des avantages. 

Qui aura le courage de monter au front ? Du volontarisme et de la volonté que diable ! En attendant, voilà de quoi méditer pour les grands électeurs avant de voter le 24 septembre.

 


LES SUPPLETIFS SANS SOLDE DE MACRON

Gaulois2

 

Des « constructifs » marginaux.

Ils se rallient sans se rallier, mais veulent que le président « réussisse »  son quinquennat pour éviter  les extrêmes la prochaine fois. C’est leur antienne et leur « excuse ».  Un discours qui ne convainc qu’eux-mêmes pour justifier leurs petites ambitions.  Mais voilà, Jupiter n’a pas la reconnaissance généreuse. Pour l’instant ils sont coincés entre une majorité qui ne veut pas d’eux et une opposition de droite qui les regarde en chien de faïence, les considérant comme des traîtres. Jusqu’à maintenant ils ont été plutôt inutiles. Le plus surprenant dans cette affaire aura été la nomination, dans le Maine-et-Loire, d’Emmanuel Capus à la tête d’une liste « En Marche » après avoir été investi n°2 de la liste LR, concoctée dans la plus pure tradition des arrangements entre copains, à savoir le Sénateur-maire d’Angers et le Premier Ministre, sans consultation des instances partisanes habilitées.  Il a suffi de voir la réaction des comités locaux du parti macronien qui a constitué une liste dissidente pour mesurer tout ce que la  manip’ à de méprisable. Au-delà du caractère choquant de  la manière de procéder, il faut maintenant que Christophe Béchu nous explique sa conversion démocrate-socialiste puisque son adjoint va soutenir la politique mise en œuvre par l’exécutif. J’y reviens plus loin.  Mais au demeurant, il fait avec ses amis un pari qui est  loin d’être gagné.

"Macron, encore un président qui va échouer."

C’est le titre d’une tribune publiée par le New York Times. Un professeur de Cambridge, Chris Bickerton, est sans concession pour le président français. Aux Etats-Unis, la victoire d’Emmanuel Macron avait été saluée : réformateur charismatique, voire héroïque, les adjectifs ne manquaient pas pour qualifier le nouveau chef d’Etat. Après avoir pointé du doigt le fait que seulement 24% des Français ont voté pour lui au premier tour, le chercheur énonce le premier gros problème du nouveau quinquennat : le « macronisme ». « Jusqu’à maintenant, tout son projet politique a été bien trop concentré sur sa personne (…) Avec cette approche hyper-personnalisée, il y a toujours le risque qu’une fois le charme passé, ses soutiens n’auront plus rien à soutenir » ! constate Chris Bickerton qui s’en prend par ailleurs à l’arrogance d’Emmanuel Macron. D’après lui, en affirmant vouloir faire du neuf, l’hôte de l’Elysée emploie en fait des vieilles méthodes : « Macron est allé jusqu’à décrire ses politiques économiques comme une « révolution copernicienne », mais tout ce qu’il fait, c’est pousser la France sur la voie de la dérégulation du marché du travail et l’austérité fiscale, un chemin déjà bien emprunté par d’autres pays ». Le chercheur pointe du doigt sa chute de popularité et en tient pour responsable « le vide au cœur de son projet politique ». Une analyse pertinente qui va faire grincer des dents. Le fait qu’elle soit publiée par le New York Times n’est pas anodin.

Une politique démocrate-socialiste qui ne dit pas son nom.

Quand on observe le sens qui se dégage globalement des décisions prises depuis la  mise en place du gouvernement Philippe, on s’aperçoit qu’il s’agit d’une banale politique de redistribution grâce à l’impôt. On est dans le prolongement de la politique menée sous le quinquennat précédent. On prend aux uns pour donner aux autres. Or c’est par la création de richesses supplémentaires qu’on sortira le pays de l’ornière, pas en continuant d’assommer les riches et les classes moyennes plus ou moins aisées. L’action du gouvernement, pour l’instant, avec un habillage faussement libéral, ne fait que compliquer les choses en multipliant les subdivisions qui fracturent la société française :  60% des retraités subiront la hausse de la CSG, les autres pas, 80% seront exonérés de la taxe d’habitation, les autres pas, à rajouter aux 60% qui ne paient plus l’impôt sur le revenu … « diviser  pour régner » comme toujours ! Mais cette fois-ci, l’exécutif y ajoute une dimension supplémentaire : il oppose une génération à l’autre. C’est ainsi qu’il présente le débat sur l’aide à la jeunesse et la taxation des retraités. Et cela n’est une attitude ni responsable ni constructive ! On est loin, très loin, du programme libéral d’Alain Juppé !

Déficit de légitimité, multiplication des images pour compenser.

Le président joue un jeu dangereux. A force de se mettre en scène pour essayer de se faire aimer, il augmente le sentiment que les Français perçoivent : un personnage superficiel au narcissisme exacerbé, et au caractère volontiers ombrageux qui joue avec les provocations. En fait c’est son déficit de légitimité qui réapparaît comme il fallait s’y attendre. Un déficit qu’il aura beaucoup de  mal à combler. Tout ce qui peut lui arriver de mieux c’est qu’il ait en face de lui une opposition de la droite républicaine forte et crédible, capable d’imposer des garde-fous et d’empêcher la fuite en avant d’une politique incohérente qui tire à hue et à dia. Et ne permettra ni de restaurer nos finances publiques ni de combler notre dette, ni d’enrayer les dérives communautaristes qui minent notre tissu social. Le 24 septembre apportera un premier signal avec les élections sénatoriales. On ne gagnera rien à avoir un Sénat « aligné ».

Ce n’est pas le renfort de 12 LR associés à des centristes toujours aussi imprévisibles, tous sans boussole, qui pourra inverser le cours des choses. D’autant plus qu’on a le sentiment que le « chef d’orchestre », en l’occurrence le Premier Ministre, n’a pas l’air de bien connaître sa partition comme en atteste son passage chez Bourdin.

 


LARCHER VISE JUSTE

Chemillé 4
 

 

Jeudi matin, à Chemillé, Catherine Deroche a reçu avec sa liste le Président du Sénat, Gérard Larcher, en présence de près de 150 grands électeurs, avec au premier rang de l’assistance André Lardeux et Marc Laffineur, rejoints ensuite par Jean-Charles Taugourdeau. Le choix de la capitale des Mauges n’est pas le fruit du hasard. Il s’agissait d’envoyer un message aux élus des territoires ruraux, ceux-ci étant au cœur des  préoccupations et de  la haute assemblée et de  la sénatrice sortante.

Comme le veut l’usage, c’est Lionel Cottenceau, Maire-délégué de Chemillé, qui a commencé par quelques mots d’accueil à destination de ses hôtes, lui-même étant sur la liste, et présenter sa commune. 

Chemillé 1Catherine Deroche a ensuite présenté les membres de sa liste : des élus bien ancrés sur leur terrain et représentatifs de l’ensemble des territoires du Maine-et-Loire. A ses côtés, on trouve  outre Lionel Cottenceau déjà nommé, Stéphane Piednoir maire de Montreuil-Juigné et Vice-Président d’Angers-Loire Métropole, Lydia L’Herroux chef d’entreprise et Maire de St-Just sur Dive, Jean-Luc Davy,  maire de Daumeray et Président des Maires du Maine-et-Loire, et Marilyne Lezé, Présidente de la  Communauté de communes du Haut-Anjou. Une liste solide et compétente comme on peut le constater, avec pour titre : « des élus de terrain et de convictions pour tout le Maine-et-Loire », ce qui est une belle manière d’afficher la couleur si on veut bien prendre en compte le sens de chaque mot. Elle a ensuite décliné brièvement ses responsabilités politiques : vice-présidente du groupe Les Républicains au Sénat, membre de  la  commission des affaires  sociales et animatrice d’un groupe d’étude qui lui tient à coeur : « enfance et cancer » en partenariat avec l’association Hubert Gouin ;  conseillère régionale elle a en charge la  mise en place du schéma régional de la santé.  

Son collègue Philippe Mouiller, Sénateur des Deux-Sèvres, venu de Moncoutant, lui a ensuite succédé à la tribune pour un propos nourri sur le travail effectué par les sénateurs pour améliorer les textes des lois qu’on leur confie, sur l’action de rénovation de l’institution à laquelle il a participé sous l’autorité du président, et pour témoigner de l’implication de Catherine Deroche dans son mandat.

Chemillé3Enfin  Gérard Larcher, qu’on sentait impatient de délivrer son message, s’est emparé du micro avec une certaine jubilation. Entre anecdote complice et sujets du moment, il développe son propos avec la précision d’un expert es-territoires. Sur la ruralité, il pourrait être intarissable prenant ses exemples aussi  bien aux confins des Ardennes qu’en Normandie, où il est né, ou au pied des  Pyrénées… Car « le sujet qui préoccupe tous les élus  c’est la nouvelle organisation des territoires » et si on a beaucoup fait pour  les métropoles, le Sénat se doit d’être l’instance qui porte la voix de tous les territoires ruraux  et périurbains qui se sentent mis à l’écart. Les sujets ne manquent pas qui attisent l’inquiétude ou la grogne : la fin des contrats aidés annoncés trois semaines avant la rentrée, la réforme de la taxe d’habitation,  la réduction des dotations. Le Président du Sénat parle poliment d’un « problème de  méthode » quand les annonces viennent quatre jours après un rendez-vous avec le Premier Ministre où il avait insisté sur la situation de la ruralité. Il  demande plus de respect des élus et surtout qu’on leur fasse confiance, surtout dans l’organisation des communes nouvelles et en vue de la réforme du mode de scrutin pour leur représentation. C’est d’autant plus important que la commune est peut-être le seul échelon qui bénéficie encore de la confiance des citoyens. C’est « une petite république dans la république ». Il a beaucoup insisté sur le rôle du Sénat, reprenant le discours du Général de Gaulle à Bayeux : « le  Sénat est le balancier d’équilibre des territoires de la République », à l’abri des « pulsions » populaires qui peuvent agiter l’Assemblée nationale. De fait le travail qu’on y fait est souvent appuyé sur des rapports à la double signature d’un élu de la majorité et un de l’opposition. L’amélioration des lois se fait avec le même état d’esprit. Dans la  période actuelle, plus que jamais,  le Sénat a un rôle à jouer pour veiller à cet équilibre et les sujets ne manquent pas : financement des collectivités, répartition équitable des compétences, … Gérard Larcher a identifié quatre grands chapitres de discussion avec l’exécutif, en espérant que la  « conférence des territoires » installée au Palais du Luxembourg, jouera son rôle. Il souhaite qu’on ne revienne pas sur la réforme territoriale et qu’on travaille à la réduction des normes. Ces deux sujets faisant l’objet d’un accord de  principe. Viennent ensuite la réforme des dotations et la  suppression de la taxe d’habitation, sujets sur lesquels le Sénat devra être « très » vigilant. L’auditoire est conquis et regrette presque qu’on arrive au bout de la réunion. Les questions de la salle ont permis d’affiner quelques-uns des sujets abordés, avec au centre des préoccupations le financement. L’inquiétude est forte chez des élus qui ont épuisé toutes leurs marges de manœuvre et qui voient poindre de nouvelles contraintes. Raison de plus pour envoyer une majorité qui ne soit pas « aux ordres ». En conclusion, Gérard Larcher a insisté sur le rôle politique que le Sénat doit jouer avec comme ligne de conduite : « le Sénat n’est jamais contre par principe, et jamais pour par discipline ! »

A quoi servirait alors de « bousculer les codes » comme le prétendent certains ! Les journalistes ont bien essayé d’attirer le président du Sénat sur le terrain de la polémique suscitée par le tourne-veste de Capus, ils n’ont eu droit qu’à une réponse polie : « la petite tambouille politique ne m’intéresse pas ! » D’ailleurs le sujet n’a même pas été abordé pendant la réunion, c’est dire… Du côté Deroche, c’est la sérénité qui préside.

Larcher Chemillé
 


IMPÔTS : LE GRAND N’IMPORTE QUOI !

Contribuable détroussé

 

Dans toutes  les annonces qui sont faites sur les réformes, si vous vous y retrouvez, vous aurez bien de la chance. Comme si la multiplication des annonces était faite pour brouiller l’écoute. Une chose est certaine, c’est le haut du panier qui sera le plus impacté à coup sûr, et les classes moyennes de la moitié supérieure y laisseront des plumes aussi : au-dessus de 30 000 euros de revenus par an, n’espérez rien sinon casquer en plus.  Dans ce pays on n’aime pas les riches.  C’est pourtant eux qui font tourner la machine.  Essayons de nous frayer un chemin dans le maquis philippo-lemairien. 

Il faut être  « productif » !

C’est le message que voudraient porter toutes ces réformes traduisant l'état d'esprit du gouvernement par rapport à l'épargne. Le mot-clé c'est « productif ». Et pas seulement pour les placements. Il faut que tout soit productif. Il vaut mieux sous Macron être actif et donc productif que retraité, on l’a compris. C’est moins méchant que l’euthanasie que prônait Attali. Pour les placements, on aurait d'un côté les bons placements, les placements « productifs », les placements à risque. Et les mauvais, ceux qui ne sont pas assez risqués donc pas assez productifs. Comprenez : «  l'immobilier », ou encore les fonds en euros des contrats d'assurance-vie. Le gouvernement oublie simplement que ce sont ces derniers qui ont financé la dette du pays pendant longtemps. C'est vrai que les taux sont si bas que le financement de la dette n'est pas un problème actuellement. Pour l’instant. Si c'est bien de favoriser la prise de risque, l'entrepreneuriat, les actions, l'entreprise, pour autant tout le monde ne peut pas et ne doit pas prendre des risques. On ne peut pas tous investir notre argent uniquement en actions. Ce n'est pas raisonnable.

La « flat-tax ».

C’est le nouveau cheval de bataille de Bercy. Elle sera de 30% et s'appliquera aux dividendes, aux intérêts et aux plus-values de cessions mobilières. Les avantages des livrets défiscalisés et des PEA sont maintenus, mais pour les PEL elle s’appliquera dès la souscription pour les nouveaux et après 12 ans de détention pour les anciens.

L’assurance-vie.

Elle subira la « flat-tax » de 30% aussi. Ce sera une augmentation de la fiscalité mais seulement pour les nouveaux versements, seulement pour la part des montants supérieurs à 150 000 euros par personne et 300 000 euros par couple et seulement par rapport au taux préférentiel qui s'appliquait à partir de 8 ans de détention. En clair, aucun changement pour les revenus des versements antérieurs à la réforme. Au final, peu de personnes seront concernées même si elles représenteront une part non négligeable des versements à venir. Espérons que les avantages et la simplification qu'apporte un taux unique de taxation pour le capital viennent largement compenser cet alourdissement et ne remettront pas en cause l'attrait de l'assurance-vie sur la durée.

L’ISF disparait.

Cet impôt imbécile qui ne perdurait qu’en France est enfin supprimé. Il est remplacé par l’IFI, impôt sur la fortune immobilière qui touchera les patrimoines immobiliers nets supérieurs à 1,3 million. Pas de changement sur les taux et l'abattement de 30% sur la résidence principale, le plafond des 75% des revenus (IFI+ IR) est maintenu. Les égalitaristes  hurleront de plaisir, ce sont les plus riches qui sont frappés. Par contre on peut être inquiet des répercussions sur l’investissement immobilier et les répercussions sur l’activité  du bâtiment, car les investisseurs vont devenir méfiants.

Le système ISF-PME.

Il disparaît. Rappelons le fonctionnement : si on investissait dans une PME, on pouvait déduire 50% de son investissement de son ISF. L'ISF disparaissant, ce dispositif disparaît aussi. Logique. Ce qui est dommage c’est qu’il aurait pu s'appliquer au nouvel « Impôt sur la Fortune Immobilière ». Cette disparition aura probablement des conséquences sur le financement des PME et des TPE, et en particulier des start-ups qui ont largement bénéficié de ce dispositif depuis des années. C'est tout de même paradoxal de la part d’un gouvernement qui prône le « tous startuppers » et le « tous entrepreneurs » de faire disparaître du jour au lendemain plus de 500 millions d'euros de l'économie réelle, l'économie productive, celle que le gouvernement dit justement tant aimer. Vous arrivez  à suivre ?

La taxe d’habitation.

80% des Français n'auront plus de taxe d'habitation à payer d'ici trois ans. Le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, a précisé les conditions requises pour bénéficier de ce nouvel avantage fiscal. Les plafonds d'exonération de la taxe d'habitation seront de 27.000 euros pour une personne seule et 43.000 euros pour un couple sans enfant. Ces montants concernent le revenu fiscal de référence, obtenu après l'abattement de 10%. Pour une personne célibataire, cela correspond à un revenu réel de 30 000 euros annuels environ et pour un couple, 48 000 euros. Problème : certains devront néanmoins supporter la hausse de la Contribution sociale généralisée (CSG) au 1er janvier 2018, avant de pouvoir profiter de l'allègement de la taxe d'habitation à la date du paiement de l'impôt, en novembre 2018. Tandis que d'autres, appartenant aux 20% non exonérés ou qui le sont déjà aujourd'hui, ne bénéficieront pas de l'avantage fiscal et subiront simplement la hausse de la CSG. Double peine ! Selon le ministre, ceux qui continueront à payer la taxe d'habitation paieront « pareil », autrement dit ne verront pas leur taxe augmenter. Une affirmation gratuite puisque ce sont les collectivités concernées qui en décide, sauf à leur ôter cette prérogative ! Quant à la compensation par l’Etat : rien n’est dit ! 

Les APL.

La baisse des aides personnalisées au logement (APL) envisagée par le gouvernement dans le logement social n'aura « aucun impact » pour les bénéficiaires, promet le Premier Ministre qui se veut rassurant. Pour compenser la baisse des aides, le Premier ministre promet une baisse identique des loyers,  mesure qui impactera  les organismes HLM, forcément. Une solution déjà évoquée par Emmanuel Macron qui appelait publiquement tous les propriétaires à baisser les loyers de 5 euros par mois. Quant à ceux qui ne sont pas dans le logement social et qui bénéficient des APL, il n'y aura aucune espèce d'impact puisqu'ils ne sont pas concernés. Curieusement cette baisse ne concernerait donc que les locataires de HLM alors que les bénéficiaires les plus nombreux sont ceux du parc privé.  Comprenne qui pourra,  là encore. On ne dit pas non plus comment les organismes gestionnaires   qui ont déjà bien du mal à équilibrer leurs comptes, compenseront leur manque à gagner.

Il parait que le mot « réforme » était inadapté et qu’il faut désormais parler de « transformation ». Espérons donc que le gouvernement arrive à « transformer » le plomb en or.  Parce que pour l’instant, si on voit bien les ponctions, on discerne mal leur intérêt…En termes de baisses des dépenses, par exemple. Des annonces tous azimuts qui dénotent l’amateurisme et la fébrilité. Et je n’ai pas abordé le problème de la CSG.

 


LE SENAT POUR LES NULS

Senat-palais-du-luxembourg_96

 

Demain, notre sénatrice sortante, Catherine Deroche, reçoit Gérard Larcher, Président du Sénat, venu en Anjou pour soutenir sa liste.

C’est le moment de rappeler à tous quel est le rôle du Sénat, cette assemblée souvent qualifiée d’inutile par les ignorants ou les antiparlementaristes, et qui joue un rôle pourtant essentiel dans les rouages de notre république.

Le Sénat est la seconde assemblée législative.

Tous les projets de loi lui sont soumis et il a le pouvoir de les modifier, amender, rectifier… Un travail très approfondi sur les textes qui, la plupart du temps les améliore, souvent avec un large consensus qui transcende les clivages politiques. Un apport essentiel ignoré parce que peu médiatisé. Mais il n’a pas le dernier mot. Si la plupart du temps la commission mixte Sénat-Assemblée nationale parvient à se mettre  d’accord sur le texte final, il arrive que pour les projets très « politiques » un désaccord  persiste. En ce cas, la loi repart à l’Assemblée nationale en seconde  lecture et le texte est voté définitivement.

Le Président du Sénat est le second personnage de l’Etat.

En cas de vacance présidentielle, c’est lui qui assure l’intérim de l’Elysée et est chargé d’organiser une nouvelle élection. La dernière fois que c’est arrivé, c’est avec la mort de Georges Pompidou avant la fin de son septennat. Ce statut confère à l’Assemblée du palais du Luxembourg un rôle éminent voulu par la Constitution.

Le 24 septembre prochain, auront lieu les élections des 170 sénateurs renouvelables sur 348 dans la moitié des départements, pour un mandat de six ans.

En effet, le Sénat est renouvelable par moitié, ce qui le met à l’abri des variations brutales d’élans politiques que l’Assemblée nationale peut connaitre. C’est un havre de stabilité. Cette année ce sont les départements allant, dans l’ordre minéralogique, de l’Indre-et-Loire aux Pyrénées-Orientales ainsi que les départements d’Île-de-France, et outre-mer, la Guadeloupe, la Martinique, la Réunion, Mayotte, la Nouvelle-Calédonie et Saint-Pierre-et-Miquelon. Les sénateurs ou sénatrices sont élus au suffrage universel indirect par un collège d’environ 160 000 grands électeurs. Dans chaque département, ils sont élus par des élus locaux : députés et sénateurs de la circonscription, conseillers régionaux et départementaux et délégués des conseillers municipaux, au scrutin majoritaire à deux tours dans les départements représentés au maximum par trois sénateurs, et à la représentation proportionnelle dans les départements de quatre sénateurs ou plus. Les partis doivent présenter un binôme titulaire/suppléant paritaire pour les scrutins majoritaires et une liste en alternance homme/femme (ou l’inverse) pour les scrutins proportionnels, sous peine de sanctions financières. Il faut être âgé d’au moins 24 ans pour être candidat aux élections sénatoriales. En Maine-et-Loire, il y a quatre sièges à pourvoir, c’est donc la  proportionnelle qui s’applique.

Les enjeux du scrutin.

La droite sénatoriale, qui a reconquis la majorité en 2014, renouvelle moins de la moitié de ses sièges lors de ces élections. Elle devrait être mathématiquement confortée par cette élection, d’autant plus qu’elle a gagné les élections intermédiaires depuis. Mais rien n’est jamais certain bien qu’on puisse penser que les « grands électeurs » soient moins perméables aux intempéries du moment créées par l’élection présidentielle et ses « scories » avec la création de listes LREM pour le  moins bigarrées. Certains groupes politiques du Sénat jouent leur avenir avec ce renouvellement. Le groupe écologiste remet en jeu les 10 sièges qu’il détenait depuis 2011 et aura des difficultés à se reconstituer. Même inquiétude du côté du groupe communiste, qui renouvelle 19 de ses 21 sièges en septembre prochain.  Les socialistes, dont 64 sièges sur 109 sont renouvelables, amoindri par la sécession de François Patriat qui a créé un groupe LREM, devraient voir leur place diminuer dans la Haute Assemblée. Selon les estimations de certains sénateurs, le groupe devrait perdre entre 10 et 30 sièges. Or, au moins 10 sièges de sénateur sont nécessaires pour former un groupe politique au Sénat. Il importe, pour l’équilibre des pouvoirs, que dans le contexte actuel, la droite garde la majorité au Sénat. D’autant plus que le président et le gouvernement ont raté le rendez-vous de confiance avec les élus locaux.

Le Sénat est l’assemblée représentative des « territoires ».

Une mission très importante. Grâce au Sénat, les territoires ruraux de la République ont un espace de représentation et d’expression pour faire remonter les problématiques qui leur sont propres. L’équilibre des territoires doit être le leit-motiv, dans un pays qui a besoin de retrouver des éléments de confiance, notamment ceux qui se sentent oubliés. On pensait que  le nouveau président l’avait compris : la création du Conseil national des territoires au Sénat est une bonne idée. Mais la relation de confiance qui aurait pu s’établir dans ce cadre avec le gouvernement a été immédiatement contrebattue par des décisions assénées sans concertation : suppression brutale des emplois aidés que nombre de collectivités auront du mal à remplacer, 13 milliards de baisse des dotations sur le quinquennat, 300 millions sur le budget 2017… La réalité d’aujourd’hui, c’est que l’autonomie financière des collectivités locales est menacée gravement, aggravée par la suppression à terme de la taxe d’habitation qui, de surcroit, affaiblira un peu plus la relation entre le citoyen-contribuable et la collectivité.

Dans ce contexte, il importe que le Sénat reste une voix différente.

Une voix indépendante et exigeante, avec l’esprit de concertation et la recherche des consensus qui sont dans son ADN. L’équilibre des pouvoirs passe par une façon de faire la loi autrement. Justement le Sénat est le garant de cet équilibre des pouvoirs, en étant un contre-pouvoir parlementaire indispensable au fonctionnement de la démocratie. Le spectacle donné par le groupe parlementaire En Marche à l’Assemblée nationale n’incite pas à lui confier les rênes au Sénat. Quant aux constructifs qu’apporteraient –ils de plus à une assemblée dont la méthode de travail est déjà dans cet esprit-là, sinon un peu plus de confusion ? Au contraire, la Haute Assemblée a besoin d’élus de convictions, fidèles à  leurs idéaux et c’est de cette confrontation que sortent les meilleurs textes.

Les Républicains constituent le principal groupe de la majorité sénatoriale actuelle. Le 24 septembre, il doit le rester. C’est le meilleur message que l’on puisse envoyer à l’exécutif.

 


REVUE DE RENTREE

Rentree_scolaire_

Incorrigible Narcisse.

Il veut refonder l’Europe ! Rien que ça. Pourquoi pas,  après tout ? Mais pour l’annoncer, quelle mise en scène ! Vous n’avez pas pu louper les images. Macron s'est exprimé sur la colline de la Pnyx, avec l'Acropole en toile de fond et le soleil couchant dans le dos. Si vous ne le savez pas, ici, c’est le berceau de la démocratie, là que se situait « l’agora ». Voilà pour les symboles. Théâtralisation de l'évènement comme il l'affectionne, et envolées lyriques pour parler de l'avenir de l'Europe et … de sa « refondation ». Evidemment, il fallait le faire de « Là où tout a commencé ». Souveraineté européenne, réformes institutionnelles, gouvernance et budget de la zone euro : il a esquissé, longuement, très longuement, les axes de réflexion ; il a promis de nous donner tous les détails de la feuille de route après l'élection d'Angela Merkel. Je ne sais pas si vous avez aimé sa prestation, mais ce qui est certain c’est que lui, il s'est beaucoup aimé !

Calmels, Pécresse, même combat.

Elles veulent toutes les deux l’unité de la famille. Elles veulent toutes les deux rester et oeuvrer au rassemblement. Mais l’une a choisi d’agir en soutenant Wauquiez, avec son mouvement « droite lib’ » tout en restant dans la ligne Juppé, l’autre préfère fonder son propre mouvement au sein des Républicains, « Libres »,  pour mieux  marquer sa défiance à l’égard du même Wauquiez.  Le « Rassemblement » est un combat, qui pourrait en douter. Mais pour l’instant, malgré les précautions de langage, c’est l’impression de dispersion qui domine. Et puis, il vaudrait mieux que certains arrêtent de jeter des anathèmes, car ils risquent d’insulter l’avenir. Deux femmes de talent… complémentaires ? On aimerait !

Les constructifs sur le sable normand.

Solère, Riester à Trouville, c’est un gag ! (bon d’accord, c’est du niveau Hanouna). Certains voudraient bien affirmer leur indépendance en fondant un nouveau parti. C’est là que Solère devient franchement lunaire. Croire que Lagarde pourrait abandonner son siège de patron de l’UDI, au profit d’un destin incertain, c’est comme pisser dans un violon pour le faire chanter. D’accord sur pas grand-chose entre eux, déçus de la place illisible qu’ils occupent dans la « macronie », ils avaient surtout le blues. Dur, dur d’exister quand on ne sert à rien. Il n’est donc rien sorti de leur séminaire.

France-Allemagne : le gouffre qui les sépare !

Selon une étude COE-Rexecode, l'écart des prélèvements obligatoires, impôts et taxes, entre la France et l'Allemagne est très élevé : en 2015, ils représentaient 45,9% du PIB en France contre 38,8% en Allemagne. On parle tout de même de 185 milliards d'euros par an !  Et ça ne s’est pas amélioré depuis. Y du « bulot ! » dirait Johnny.

Pitoyable Collomb !

C’est certain, il  ne sait pas où est l’Amérique. Rien à voir avec l’illustre découvreur du même nom.  Devant l’avalanche de critiques qu’a suscité la lenteur de l’acheminement des forces pour sécuriser une île en proie au pillage, Saint-Martin, après le passage d’Irma, alors que c’était hautement prévisible d’après ceux qui connaissent le contexte de l’île, le Ministre de l’Intérieur s’est livré à un exercice d’autojustification qui en dit long sur l’impréparation du gouvernement. Pathétique ! Parler, en haut lieu, on sait faire. On ne sait faire que ça. Et augmenter les impôts !...  Une pensée pour les îliens durement éprouvés.

Marine à la rame.

Rentrée tristounette sous un ciel peu complaisant pour la patronne du Front, à  Brachay, devant un groupe bien maigre d’auditeurs. Discours alambiqué sur la  « refondation » (oui, là aussi)  et sourires crispés avec le trouble-fête Philippot. Même à TF1 : aucune annonce significative qui marquerait la rentrée. Elle est en panne. Le parti souffre d’une guerre interne qui vise évidemment la ligne Philippot  et ceux qui le soutiennent. Le Front  est bel  et bien fracturé.  Cerise sur le gâteau, le bras droit (sur le départ ?) a fondé son parti dans le  parti avec « Les Patriotes ».  Ce qui est interdit par les statuts. Mélenchon a donc le champ libre sur le terrain de  la surenchère extrémiste.

 


LOI TRAVAIL, PAS UNE RÉVOLUTION MAIS ON AVANCE…

Code du travail

 

Une réforme  encore incomplète,  mais une réforme !

Et c'est déjà appréciable. Dans les cinq ordonnances modifiant le Code du Travail, une quarantaine de mesures devraient simplifier la vie des entreprises et en particulier celles des TPE et des PME. C'est ça la bonne nouvelle.

Ce qu’il faut retenir.

En deux mots voici les grands axes : fusion des instances représentatives du personnel en un « comité social et économique » pour les entreprises de plus de 50 salariés ; négociation directe dans les entreprises de moins de 50 personnes avec un délégué du personnel, dans les entreprises de moins de 20 personnes, négociation directe avec les salariés avec referendum au deux tiers ; plancher mais surtout plafond des indemnités pour licenciement abusif avec en contrepartie une augmentation de 25% des indemnités légales de licenciement ; pour une entreprise multinationale, la justification d'un licenciement économique se fera sur la base des résultats en France. Ce n’est pas la « révolution copernicienne » promise par Emmanuel Macron, mais c’est une rénovation utile du droit du travail. Jusque-là ultraprotecteur pour le salarié, le marché du travail, en France, ne va donc pas subitement devenir une jungle livrée à la loi du chef d’entreprise… Vouloir plafonner le montant des indemnités prud’homales à des niveaux conformes à la jurisprudence, autoriser les petites entreprises à négocier avec leurs salariés en l’absence de représentant du personnel, permettre des ruptures conventionnelles collectives, voilà qui ne suffit pas à casser le modèle social français,  d’autant qu’il sera toujours possible d’aller devant le juge en cas d’atteinte aux droits fondamentaux. Cette réinitialisation du Code du travail est d’une tout autre ampleur que les petites « mises à jour » qu’avaient été la loi Bertrand de 2008 et la loi El Khomri de 2016, lesquelles, rappelons-le, avaient donné plus de pouvoir à l’entreprise pour renégocier l’organisation du travail.

On est encore loin d’une réforme  libérale.

Mais on commence à décorseter vraiment les entreprises de l’économie administrée. Notre Code anti-travail devient enfin plus neutre. Assouplir la réglementation sociale, rééquilibrer les droits en faveur du chef d’entreprise et alléger le livre rouge à l’obésité légendaire : voilà trois conditions favorables à la création d’emplois qui sont réunies dans cette réforme. En ramenant la négociation des primes collectives au niveau de l’entreprise, en délimitant à l’échelle nationale les difficultés pouvant motiver un licenciement économique dans une multinationale, le gouvernement apporte une flexibilité qui pourrait être payante à moyen terme pour la relocalisation de l’emploi en France. On y trouve aussi des mesures de bon sens comme la fusion des instances représentatives du personnel, ou de simple justice comme ce ticket modérateur que les comités d’entreprise devront maintenant débourser lorsqu’ils engagent des expertises jusqu’à présent payées par l’entreprise. Le balancier revient dans le camp de l’entreprise, timidement, mais sans réduire les droits des salariés. Là est probablement toute l’habileté de cette réforme menée par l’ancienne DRH qu’est Muriel Pénicaud. La principale barrière à l’emploi qu’est le Code du Travail est en train de tomber. Il  en faudra  plus pour qu’elle ait des répercussions sur le chômage. On reste encore largement dans une économie  « administrée » tant que les  niveaux de prélèvements et  les textes plus contraignants que chez nos voisins seront en vigueur, comme  ceux sur la  « pénibilité ». Et il faudra aussi agir sur les autres plaies qui pèsent sur l’emploi : le manque de main d’œuvre qualifiée et le niveau des charges. C’est aussi le carnet de commandes rempli qui fait le résultat.

Des réactions modérées.

La CGT grogne comme d’habitude et va sortir son arme ultime : les cheminots. La CFDT dit qu'elle est un peu déçue : il faut bien se démarquer du politique. Curieusement, FO semble satisfaite, ce qui n'est pas rien ; mais curieusement aussi, au même moment Stéphane Lardy, chargé de l’emploi et de la formation professionnelle à FO pendant neuf ans, devient directeur adjoint du cabinet de Muriel Pénicaud. Corrélation ? Décrit comme « un réformiste convaincu », membre du Parti socialiste, il sera en charge de la formation professionnelle, grand chantier que souhaite ouvrir Emmanuel Macron, et de la pénibilité.  Quant à elle, la France Insoumise dénonce une agression contre le Code du Travail, et continue à vouloir utiliser  la rue… Ce qui reste du Parti Socialiste veut se battre (no comment). La droite en toute  logique reconnaît que cette réforme est une avancée même si elle émet quelques critiques, ce qui est normal. Au pouvoir, elle aurait certainement fait différemment et serait allée plus loin, notamment sur les fameux « seuils ». Les "constructifs" n'ont rien dit de plus : preuve qu'ils ne servent à rien.

Il faut  maintenant attendre la dernière étape : rendez-vous le 22 septembre.